Cette page est semi-protégée.

Franck de Lapersonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franck de Lapersonne
Description de cette image, également commentée ci-après

Franck de La Personne à la cérémonie des César du cinéma 2011.

Nom de naissance Franck de La Personne
Surnom Franck Lapersonne
Naissance (53 ans)
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession acteur
metteur en scène

Franck de La Personne, dit Franck Lapersonne ou Franck de Lapersonne[1] est un acteur et metteur en scène français, né le [2].

Soutien de Marine Le Pen, il est candidat du Front national aux élections législatives de 2017 dans la Somme.

Biographie

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Franck de La Personne est l'un des enfants de Jacques de La Personne et de Jacqueline Charlotte Poinson.

Passionné de généalogie, il a effectué, avec sa famille, des recherches sur ses ancêtres jusqu'au début du XIVe siècle, qui comprend de son côté paternel toute une lignée d'écuyers de Picardie et de Brie, seigneurs de Dhuisy et d'Hermensis, vicomtes d'Acy et seigneurs de Variscourt[3][réf. insuffisante]. Cependant, dans les génériques de films, il est souvent crédité du patronyme Lapersonne qu'il a utilisé pendant plusieurs années, le « la » attaché sans la particule « de ».

Après des études au cours Raymond-Girard (sous l'égide de Henry van Gray), dès 1980, il remporte le premier prix Jean-Paul Belmondo. Il intègre ensuite le conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris dans la classe de Michel Bouquet, dans laquelle il restera jusqu'à son diplôme de sortie en 1986. En parallèle de ses cours au conservatoire, il tourne déjà pour la télévision et le cinéma.

En 1981, il collabore à l'élaboration de son personnage de Hubert pour French Intermedia, devenu plus tard, La Leçon du Dr Taylor avec la firme Transatlantic Video. Programme d'enseignement du français mis au point par l'université Yale (États-Unis), en plusieurs épisodes, interprété intégralement en français et diffusé sur la chaine PBS, d'abord en réseaux locaux, puis repris sur l'ensemble des États[réf. souhaitée]. La diffusion sur le continent américain s'est prolongée de 1983 à 2000. Ce programme d'enseignement du français lui vaudra d'être fait chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres, au titre de la Francophonie.

Animateur

Dans les années 1983 et 1984, il anime l'émission pour la jeunesse de Christine Coutin et Cécile Roger-Machart : Vitamine sous le pseudonyme de Victor ; en duo avec Mélanie. Entre 1992 et 1993, il co-anima Sparadra une émission pour la jeunesse sur France 2 avec Éric Galliano, dans le rôle du personnage fantastique « Ono ».

Il est ensuite sollicité pour participer à des programmes télévisés qu'il présente en marge de ses autres activités. Ainsi, il anime entre autres sur M6 Fantasmagic, puis Le Cours, une parodie de l'émission La Classe dans le programme érotico-comique Sexy Zap (deux séries de plus de 52 épisodes).

Entre 1995 à 2000, entre autres, sur France 3 régions, repris en réseau national il interprète un saint François surréaliste dans Les Brèves de saint François, sous la direction de Jean-Louis Fournier (auteur de La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède, La Noiraude...).

Jean-Louis Fournier fait de nouveau appel à lui pour Roulez Jeunesse sur France 3, pour interpréter un père de famille étourdi au volant, sous l’œil impitoyable d'un fils pour lequel le code de la route n'a aucun secret. Ce programme est parrainé par la Sécurité routière.

Acteur

À ce jour, il a à son actif plus d'une quarantaine de films de cinéma et autant de films de télévision, une vingtaine de séries (dont Palace de Jean-Michel Ribes et Roland Topor, Terre de Lumière de Stéphane Kurc , Les Vivants et les Morts de Gérard Mordillat et, tout récemment, No Limit créé par Luc Besson) plus une vingtaine de pièces de théâtre ainsi que des mises en scènes.

On le voit aussi bien dans des films d'auteur, comme Rembrandt de Charles Matton (face à Klaus Maria Brandauer), et d'auteur engagé, comme Le Grand Retournement de Gérard Mordillat, ou de comédies populaires françaises à succès, telles Le Derrière et Palais-Royal, de Valérie Lemercier, ou Case Départ et Le Crocodile du Botswanga de Lionel Steketee, Fabrice Eboué et Thomas Ngijol. Il fait également des apparitions dans des films étrangers comme Bienvenue à Monte-Carlo de Thomas Bezucha (Warner Bros).

Distinctions

Prise de position politique

Il apporte son soutien à Marine Le Pen le lors de son lancement de campagne pour l'élection présidentielle de 2017[4].

Le , il est investi par le FN pour être candidat aux élections législatives dans la 1re circonscription de la Somme[5].

En mai 2017, il prend l'une des trois vice-présidences de la nouvelle association lancée par Florian Philippot, baptisée « les Patriotes » et ayant pour objet de « défendre et porter le message de Marine Le Pen au soir du second tour de l’élection présidentielle », à savoir engager « une transformation profonde » du Front national pour créer « une nouvelle force politique »[6].

Filmographie

Cinéma

Télévision

Doublage

Théâtre

Notes et références

  1. Son nom est orthographié ainsi sur le site de son agence, Cinetea. On trouve toutefois son nom aussi orthographié de deux autres façons : Franck de Lapersonne ou Franck de La Personne avec ou sans la particule. En comparant ses deux noms de scène successifs, Lapersonne puis de Lapersonne et le patronyme mentionné sur sa carte d'identité de La Personne, on comprend les versions divergentes qui sont encore employées.
  2. Fiche sur Allocine.
  3. Voir son ascendance dans les liens externes.
  4. « Franck de Lapersonne s'affiche aux assises présidentielles de Marine Le Pen », sur leparisien.fr, (consulté le 4 février 2017).
  5. « Franck de Lapersonne investi par le FN pour les législatives dans la Somme » sur francebleu.fr.
  6. Béatrice Houchard, « Florian Philippot lance son association, «Les Patriotes », sur L'Opinion.fr, (consulté le 17 mai 2017).

Voir aussi

Article connexe

Liens externes