Mary Higgins Clark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mary Higgins Clark
Description de cette image, également commentée ci-après
Mary Higgins Clark en 2012.
Nom de naissance Mary Theresa Eleanor Higgins
Naissance
New York (État de New York, États-Unis)
Décès (à 92 ans)
Naples (Floride, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

Signature de

Mary Theresa Eleanor Higgins connue sous le nom de Mary Higgins Clark, née le à New York et morte le à Naples en Floride, est une écrivaine américaine ; elle s'est spécialisée dans le roman policier et le roman de suspense ce qui l'a fait surnommer la « reine du suspense ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Mary Higgins Clark est la seconde des trois enfants de Luke Joseph Higgins, propriétaire d'un restaurant, et de Nora C. Durkin Higgins[1], un couple d'immigrants irlandais de milieu modeste[2].

En 1939, son père meurt dans son sommeil et sa mère peine à élever seule Mary et ses deux frères, dont l'un meurt des suites d'une méningite quelques années après[3],[4].

Mary commence à écrire des poèmes dès l'âge de six ans[5]. Elle suit ses études secondaires à la Villa Maria Academy du Bronx[6],[7]. Puis, elle s’inscrit à un cours de secrétariat en alternance à la Wood Secretarial School de New York, ce qui lui permet d'aider financièrement sa famille[8],[9].

Elle travaille de 1946 à 1948 comme assistante dans le département publicité de la Remington-Rand[10], puis devient hôtesse de l'air de la Pan American World Airways de 1949 à 1950, elle a voyagé à travers l'Europe, l'Afrique et l'Asie. L'un de ses vols est devenu le dernier vol autorisé en Tchécoslovaquie jusqu'à la chute du rideau de fer. Sur un autre de ses vols, Mary a escorté un enfant orphelin de quatre ans, le tenant dans ses bras, sur les marches de l'avion, en attendant la venue de sa mère adoptive, une scène qui a été télévisée[11],[12].

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1956 à 1970, Mary Higgins Clark écrit des scripts pour la radio. Puis, en mettant en gage sa bague de mariage pour obtenir un prêt de 5000$, elle co-fonde « Aerial Communications »[13] et en devient vice-présidente pendant dix ans. En 1980, elle préside sa propre société, la D.J. Clark Entreprises.

Dès 1969, elle fait paraître son premier livre, Le Roman de George et Martha (Aspire to the Heavens), une biographie romancée de George Washington destinée à la jeunesse, qui n’a aucun succès ; elle en publiera une version « révisitée » en 2000 sous le titre Mount Vernon Love Story, enrichissant la description des relations entre le célèbre homme politique et son épouse. En 1971, elle s'inscrit à l'Université Fordham au Lincoln Center for the Performing Arts et obtient en 1979 un Bachelor of Arts (licence) option philosophie[14].

En 1975, elle décide d’essayer un autre genre, le suspense. Son premier roman, La Maison du guet (Where Are the Children?), récit d'une mère accusée d'avoir assassiné ses deux premiers enfants, devient très vite un best-seller.

En 1977, elle se fait découvrir en France avec La Nuit du renard auquel est décerné le Grand prix de littérature policière. Les Éditions Albin Michel inaugurent avec ce roman la collection Spécial Suspense qui compte aujourd'hui 22 de ses 26 romans. Le succès accompagne tous ses titres, même si avec Un cri dans la nuit (A Cry in the Night), Higgins Clark ne fait que « calquer son intrigue sur celle de l'excellent Rebecca de Daphne du Maurier »[15]. À partir de son cinquième roman, Le Démon du passé (Stillwatch), elle a recours à « de nombreux ingrédients destinés à faire palpiter les âmes sensibles : coups de téléphone mystérieux, maison en flammes, tueurs sadiques et fou mystique en liberté, tendre romance entre l'héroïne et son sauveur, et bien sûr une bonne dose de mystère. Pourtant la mayonnaise a un peu de mal à prendre, comme si les ficelles du métier ne pouvaient que gâcher la sincérité du récit »[15]. En fait, « l'atmosphère d'angoisse qu'elle excelle à créer devient sa marque de fabrique, mais peu à peu un côté artificiel, sentimental et mondain tend fâcheusement à se développer dans son œuvre »[16].

La résilience des femmes face aux épreuves, est un thème traversant ses oeuvres, résilience dont elle a fait preuve dans sa vie, notamment quand elle s'est trouvée veuve avec la charge de cinq enfants après le décès de son époux en 1964[17],[18].

En 1986, elle préside l'United Nations Congress on Crime Prevention and Criminal Justice (en) à New York, et en 1987,

En 2019, elle publie ce qui sera son dernier roman Kiss the Girls and Make Them Cry qui a pour thème l’enquête d'un journaliste sur le harcèlement sexuel pratiqué dans une chaîne de télévision[19],[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Mary Higgins Clark épouse Warren F. Clark, un directeur de la ligne aérienne Capitol Air (en), de leur union naissent cinq enfants Marilyn, Warren, David, Carol, Patricia. Carol, devient écrivain et actrice sous le nom de Carol Higgins Clark. Warren F. Clark meurt d'un infarctus le [21].

Le , elle se remarie avec Raymond Charles Ploetz, avocat ; le mariage est rapidement annulé[22].

Le , elle épouse John J. Conheeney, ex-président-directeur général de Merrill Lynch Futures, à l'église Saint Gabriel de Saddle River dans le New Jersey. John J. Conheeney meurt en octobre 2018[22],[23].

Sa belle-fille, Mary Jane Clark, est elle aussi auteur de romans policiers et de comédies romantiques.

Opinions[modifier | modifier le code]

Mary Higgins Clark est une fervente catholique, elle a été nommée membre de l'ordre de Saint Grégoire le Grand par le pape, elle est également membre de l'ordre de Malte et de l'ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem[24],[25].

Divers[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis ses livres se sont vendus à plus 100 millions d'exemplaires[26].

En France, les livres de Mary Higgins Clark se sont vendus à plus de 20 millions d'exemplaires[27].

En 1999, un sondage paru dans Le Monde la place en deuxième position des auteurs les plus lus par les jeunes de 12 à 30 ans[28],[29].

Mary Higgins Clark apparaît brièvement dans les téléfilms Un jour de chance de Penelope Buitenhuis, où elle joue le rôle de la grand-mère d'une amie de Nora qu'elle rencontre dans la rue (aux environs de la 35e minute), et de Souviens-toi de Michael Switzer (en), se présentant en caméo lors d'une garden party comme Mary Clark écrivain, ces téléfilms sont tous les deux des adaptations de ses romans du même nom.

Mort[modifier | modifier le code]

La maison d'édition Simon & Schuster annonce la mort de Mary Higgins Clark à l’âge de 92 ans le à Naples en Floride ; elle est confirmée par sa fille Carol Higgins Clark[30],[31],[32],[22],[33].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Date Titre francophone Titre original
1975 La Maison du guet Where Are the Children?
1977 La Nuit du renard A Stranger Is Watching
1980 La Clinique du Docteur H. The Cradle Will Fall
1982 Un cri dans la nuit A Cry in the Night
1984 Le Démon du passé Stillwatch
1987 Ne pleure pas ma belle Weep No More My Lady
1989 Dors ma jolie While My Pretty One Sleeps
1989 Le Billet gagnant That's the Ticket
1991 Recherche jeune femme aimant danser Loves Music, Loves to Dance
1992 Nous n'irons plus au bois All Around the Town
1993 Un jour tu verras... I'll Be Seeing You
1994 Souviens-toi Remember Me
1995 Ce que vivent les roses Let Me Call You Sweetheart
1995 Douce Nuit Silent Night
1996 La Maison du clair de lune Moonlight Becomes You
1997 L'Homme d'à côté The Man Next Door
1997 Ni vue, ni connue Pretend You Don't See Her
1998 Tu m'appartiens You Belong to Me
1998 Une si longue nuit All Through the Night
1999 Et nous nous reverrons We'll Meet Again
2000 Avant de te dire adieu Before I Say Good-bye
2000 Trois jours avant Noël (en collaboration avec Carol Higgins Clark) Deck the Halls
2001 Dans la rue où vit celle que j'aime On the Street Where You Live
2001 Ce soir je veillerai sur toi (en collaboration avec Carol Higgins Clark) He Sees You When You're Sleeping
2002 Toi que j'aimais tant Daddy's Little Girl
2003 Une seconde chance The Second Time Around
2004 La nuit est mon royaume Nighttime Is My Time
2004 Le Voleur de Noël (en collaboration avec Carol Higgins Clark) The Christmas Thief
2005 Rien ne vaut la douceur du foyer No Place Like Home
2006 Deux petites filles en bleu Two Little Girls in Blue
2006 La Croisière de Noël (en collaboration avec Carol Higgins Clark) Santa Cruise, a Holiday Mystery at Sea
2007 Cette chanson que je n'oublierai jamais I Heard That Song Before
2008 Où es-tu maintenant ? Where Are You Now?
2008 Le Mystère de Noël (en collaboration avec Carol Higgins Clark) Dashing Through the Snow
2009 Je t'ai donné mon cœur Just Take My Heart
2010 L'Ombre de ton sourire The Shadow of Your Smile
2011 Quand reviendras-tu ? I'll Walk Alone
2012 Les Années perdues The Lost Years
2013 Une chanson douce Daddy's Gone A Hunting
2014 Le Bleu de tes yeux I've Got You Under My Skin
2014 L'Affaire Cendrillon (en collaboration avec Alafair Burke) The Cinderella Murder
2015 La Boîte à musique The Melody Lingers On
2015 La mariée était en blanc (en collaboration avec Alafair Burke) All Dressed in White
2016 Le Temps des regrets As Time Goes By
2016 Le Piège de la Belle au bois dormant (en collaboration avec Alafair Burke) The Sleeping Beauty Killer
2016 Noir comme la mer All By Myself, Alone
2017 La Reine du bal (en collaboration avec Alafair Burke) Every Breath You Take
2018 Dernière Danse I’ve Got my Eyes on You
2018 De si belles fiançailles (en collaboration avec Alafair Burke) You Don’t Own Me
2019 En secret Kiss The Girls And Make Them Cry

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Date Titre francophone Titre original
1989 Le Fantôme de Lady Margaret The Anastasia Syndrome and Other Stories
1996 Joyeux Noël, Merry Christmas My Gal Sunday and Others Stories
2002 Le Billet gagnant Death on the Cape and Other Stories et The Lottery Winner and Other Stories

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Date Titre francophone Titre original
1986 L'Ange perdu The Lost Angel
1986 Un jour de chance Lucky Day
1987 Terreur dans le campus Terror Stalks the Class Reunion
1988 L'une pour l'autre Double Vision
1989 Le Fantôme de Lady Margaret The Anastasia Syndrome
1989 La Réserve à charbon Voices in the Coalbin Voices
1989 Meurtre à Cape Cod Death on the Cape
1989 Le Billet gagnant
1990 Le Cadavre dans le placard The Body in the Closet
1990 Ohé du Columbia ! Voices in the Coal Bin
1992 Recherche plombier désespérément Plumbing for Willy
1994 Comment rafler la mise A Clean Sweep
1994 Les Bijoux volés The Lottery Winner
1994 Le Nid d'ange Bye Bye Baby Bunting
1996 On a enlevé la femme du président My Gal Sunday
1996 Un crime passionnel Crime of Passion
1996 Joyeux Noël Merry Christmas

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

Date Titre francophone Titre original
1969 Le Roman de George et Martha (biographie) Mount Vernon Love Story / Aspire to the Heavens
2007 Le Bateau fantôme Ghost Ship : A Cape Cod Story

Mémoires[modifier | modifier le code]

Date Titre francophone Titre original
2003 Entre hier et demain Kitchen Privileges : A Memoir

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En 2013, France 3 créé une collection de téléfilms adaptés des romans de Mary Higgins Clark :

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en-US) « Clark, Mary Higgins | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 1er février 2020)
  2. « L’écrivaine Mary Higgins Clark, « reine du suspense », est morte à l’âge de 92 ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  3. (en-US) Hillel Italie et Ap National Writer, « Author Mary Higgins Clark, 'Queen of Suspense,' dead at 92 », sur Herald Review, (consulté le 1er février 2020)
  4. (en-US) « Bestselling author Mary Higgins Clark, a longtime NJ resident, dies at age 92 », sur North Jersey (consulté le 2 février 2020)
  5. (en) « Mary Higgins Clark | Biography, Books, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 1er février 2020)
  6. (en-US) Gary Axelbank, « WEEKDAY MAGAZINE - Mary Higgins Clark », sur This Is The Bronx, (consulté le 1er février 2020)
  7. (en-US) Patrick Rocchio, « Villa Maria Celebrates 125th Anniversary », sur New York Post, (consulté le 1er février 2020)
  8. (en-US) « Mary Higgins Clark | Biography, Books and Facts », sur www.famousauthors.org (consulté le 1er février 2020)
  9. a et b (en-US) Linder Tia M, « Mary Higgins Clark, Hall of Honor », sur Fordham University (consulté le 1er février 2020)
  10. (en-US) Adrienne Rivera, « Five Little-Known Facts About Queen of Suspense, Mary Higgins Clark », sur blog.bookstellyouwhy.com (consulté le 1er février 2020)
  11. (en-US) Michael L. Grace, « PAN AMERICAN WORLD AIRWAYS… », sur CRUISING THE PAST (consulté le 1er février 2020)
  12. « Mary Higgins Clark: Biography », sur www.webbiography.com (consulté le 1er février 2020)
  13. Higgins Clark, Kitchen Privileges, p. 188.
  14. Bruns, Ann (May 5, 2000). "Mary Higgins Clark Biodata". bookreporter.com. The Book Report, Inc. Retrieved 2009-07-04.
  15. a et b Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières, p. 437.
  16. Jean Tulard, Dictionnaire du roman policier : 1841-2005., p. 156.
  17. (en-US) « Author Mary Higgins Clark, 'Queen of Suspense,' Dies at 92 », sur Time (consulté le 2 février 2020)
  18. (en-US) « Mary Higgins Clark on Failure », sur Psychology Today (consulté le 2 février 2020)
  19. (en) Deirdre Donahue, « Mary Higgins Clark on New Book, Family and Career », sur AARP (consulté le 1er février 2020)
  20. (en-US) « Mary Higgins Clark, 'Queen Of Suspense,' Dies At 92 », sur NPR.org (consulté le 2 février 2020)
  21. (en-US) « Mary Higgins Clark, Bestselling Suspense Author, Dies at 92 », sur The Hollywood Reporter (consulté le 1er février 2020)
  22. a b et c (en-US) Helen T. Verongos, « Mary Higgins Clark, Best-Selling Queen of Suspense, Dies at 92 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  23. (en-US) Lois Smith Brady, « Mary Higgins Clark, John Conheeney », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  24. (en) Mike Mastromatteo, « Catholic faith helps Mary Higgins Clark bring characters to life », sur cruxnow.com, (consulté le 1er février 2020)
  25. (en) BreAnna Bell et BreAnna Bell, « Author Mary Higgins Clark, Known as the ‘Queen of Suspense,’ Dies at 92 », sur Variety, (consulté le 1er février 2020)
  26. (en-US) The Associated Press, « Author Mary Higgins Clark,' Queen of Suspense,' Dead at 92 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 2 février 2020)
  27. Sandrine Bajos avec Pierre Vavasseur, « Mary Higgins Clark, une écrivaine star qui «adorait ses lecteurs» », sur leparisien.fr, (consulté le 2 février 2020)
  28. Céline, « Higgins Clark, Mary », sur Univers des livres (consulté le 2 février 2020)
  29. David Peyrat, « La Clinique du docteur H (France 3) : les petits secrets de Mary Higgins Clark ! », sur www.programme-tv.net, (consulté le 2 février 2020)
  30. « La "reine du suspense" Mary Higgins Clark est morte », sur Le Huffington Post, (consulté le 1er février 2020)
  31. avec AFP, « La célèbre écrivaine américaine Mary Higgins Clark est décédée à 92 ans », sur Ouest-France.fr, (consulté le 1er février 2020)
  32. « Disparition. La "reine du suspense", Mary Higgins Clark, est décédée », sur www.ledauphine.com (consulté le 1er février 2020)
  33. (en-US) Emily Langer, « Mary Higgins Clark, spinner of suspenseful yarns, dies », The Washington Post,‎ (Mary Higgins Clark, spinner of suspenseful yarns, dies)
  34. (en) Nous n'irons plus au bois sur l’Internet Movie Database
  35. Où es-tu maintenant ? , sur programme.tv, consulté le 9 mars 2017.
  36. Toi que j'aimais tant, sur lefigaro.fr, consulté le 9 mars 2017.
  37. France 3 enrichit sa collection Mary Higgins Clark, sur lefigaro.fr, consulté le 9 mars 2017.
  38. Armelle, « "Souviens-toi", le Mary Higgins Clark tourné à Arcachon, est diffusé sur France 3 », Arcachon en ligne, le site informatif de votre ville,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  39. « La Clinique du Docteur H dans la Collection Mary Higgins Clark sur France 3 », sur Le Zapping du PAF, (consulté le 5 janvier 2018).
  40. « Helena Noguerra tourne "Ce que vivent les roses" de Mary Higgins Clark pour France 3 », sur francetvinfo.fr (consulté le 5 janvier 2018).
  41. L'adaptation d'un roman de Mary Higgins Clark en tournage à Marseille, sur actualitte.com, consulté le 9 mars 2017.
  42. « Mary Higgins Clark Grand Marshall for 250th St. Patrick's Day Parade », sur blacktiemagazine.com (consulté le 2 février 2020)
  43. (en) « Mary Higgins Clark », sur Siena College (consulté le 2 février 2020)
  44. (en-US) Erin Collazo Miller Erin Collazo Miller is a freelance book critic whose work has appeared regularly in the Orl et o Sentinel, « A Complete List of Mary Higgins Clark Books », sur ThoughtCo (consulté le 2 février 2020)
  45. a et b (en-US) « Mary Higgins Clark », sur Irish America, (consulté le 2 février 2020)
  46. (en-US) « 2011 Grand Marshal: Mary Higgins Clark », sur The NYC St. Patricks Day Parade, (consulté le 2 février 2020)
  47. (en-US) « Mary Higgins Clark », sur amsaw.org (consulté le 2 février 2020)
  48. (en-US) BookBrowse, « Mary Higgins Clark author biography », sur BookBrowse.com (consulté le 1er février 2020)
  49. (en-US) « Mary Higgins Clark », sur www.fordham.edu (consulté le 1er février 2020)
  50. (en-US) « 26th Annual Sharing Hope Dinner Honorees Announced », sur Franciscan Friars of the Atonement, (consulté le 1er février 2020)
  51. (en-US) « Mary Higgins Clark Awards », sur www.bookawards.bizland.com (consulté le 2 février 2020)
  52. « Mary Higgins Clark Award | Book awards | LibraryThing », sur www.librarything.com (consulté le 2 février 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]