Jørgen Graabak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jørgen Graabak
Image illustrative de l’article Jørgen Graabak
Jørgen Graabak à Seefeld en 2018.
Contexte général
Sport Combiné nordique
Période active de 2010 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Norvège Norvégienne
Nationalité Norvège
Naissance (29 ans)
Lieu de naissance Melhus
Taille 185 cm
Club Byåsen IL
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 2 1 0
Championnats du monde 1 3 0
Coupe du monde (globes) 0 1 0
Coupe du monde (épreuves individuelles) 6 15 13

Jørgen Graabak, né le à Melhus, est un coureur du combiné nordique norvégien. Il est champion olympique en individuel et par équipes en 2014.

Carrière[modifier | modifier le code]

Licencié au Byåsen IL, Graabak fait ses débuts en Coupe du monde en 2011, année où il obtient la troisième place du classement général de la Coupe continentale. Il obtient son premier podium lors de la coupe du monde 2011-2012 à l'issue d'une Gundersen disputée à Seefeld. Lors de la sixième étape disputée à Chaux-Neuve, il obtient la deuxième place de la troisième course derrière Alessandro Pittin[1]. En 2013, il est médaillé d'argent à l'épreuve par équipes aux Championnats du monde. Lors de sa première participation aux Jeux olympiques en 2014, Jørgen Graabak obtient deux titres olympiques, tout d'abord lors de la Gundersen en grand tremplin en devançant son compatriote Magnus Moan, puis avec ses coéquipiers Håvard Klemetsen, Magnus Krog et Magnus Moan lors de la compétition par équipes.

Le , il s'impose pour la première fois dans une épreuve individuelle en Coupe du monde à Val di Fiemme, avant de se classer huitième de l'individuel aux Championnats du monde a Falun, où il est de nouveau médaillé d'argent par équipes. Il remporte une seconde victoire devant son public à Trondheim en février 2016 puis une troisième à Schonach le mois suivant. Il finit quatrième de la Coupe du monde cette saison. Aux Championnats du monde 2017, il remporte sa troisième médaille d'argent consécutive sur l'épreuve par équipes.

Aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, il obtient la médaille d'argent par équipes et est deux fois dixième en individuel.

En 2018-2019, il gagne à Ramsau et à Lahti, puis il remporte le titre mondial par équipes pour la première fois.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuel Par équipes
grand tremplin
Petit tremplin Grand tremplin
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
- Médaille d'or, Jeux olympiques Or Médaille d'or, Jeux olympiques Or
JO 2018
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
18e 10e Médaille d'argent, Jeux olympiques Argent

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuel Par équipes
Petit tremplin Grand tremplin Grand tremplin
Sprint
Petit tremplin
Relais
Mondiaux 2013
Drapeau : Italie Val di Fiemme
38e - - Médaille d'argent, monde Argent
Mondiaux 2015
Drapeau : Suède Falun
8e 24e - Médaille d'argent, monde Argent
Mondiaux 2017
Drapeau : Finlande Lahti
11e 22e - Médaille d'argent, monde Argent
Mondiaux 2019
Drapeau : Autriche Seefeld
9e Abandon - Médaille d'or, Jeux olympiques Or

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 2e en 2020.
  • 34 podiums individuels, dont 6 victoires.
  • 23 podiums par équipes dont 16 victoires.

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année Classement général final
2011-2012 16e
2012-2013 20e
2013-2014 7e
2014-2015 13e
2015-2016 4e
2016-2017 11e
2017-2018 5e
2018-2019 7e
2019-2020 2e

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Gundersen
2014-2015 Drapeau : Italie Val di Fiemme
2015-2016 Drapeau : Norvège Trondheim
Drapeau : Allemagne Schonach
2017-2018 Drapeau : Italie Val di Fiemme
2018-2019 Drapeau : Autriche Ramsau, Drapeau : Finlande Lahti

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'argent Médaille d'argent par équipes en 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Sbarra, « Pittin triple, Lamy-Chappuis craque », sur eurosport.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :