Combiné nordique aux Jeux olympiques de 1936

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combiné nordique aux Jeux olympiques de 1936
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) CIO
Éditions 4e
Lieu(x) Flag of the German Reich (1935–1945).svg Garmisch-Partenkirchen
Date du
au
Nations 16
Participants 51 athlètes (51 hommes)
Épreuves 1
Site(s) Große Olympiaschanze
Palmarès
Tenant du titre Drapeau de Norvège Johan Grøttumsbråten (NOR)
Vainqueur Drapeau de Norvège Oddbjørn Hagen (NOR)
Deuxième Drapeau de Norvège Olaf Hoffsbakken (NOR)
Troisième Drapeau de Norvège Sverre Brodahl (NOR)
Plus médaillés Drapeau de la Norvège Norvège

Navigation

L'épreuve de combiné nordique aux Jeux olympiques d'hiver de 1936 a lieu à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne les 12 et .

Les athlètes participent d'abord à la course de ski de fond de 18 kilomètres avec les concurrents de la compétition de ski de fond. En revanche, une épreuve de saut à ski séparée dans laquelle chaque athlète saute deux fois est organisée. Un système de points permet d'établir le classement final. Contrairement aux épreuves actuelles, le ski de fond fut couru avant le saut.

Les norvégiens réalisent pour la quatrième et dernière fois le triplé. Oddbjørn Hagen l’emporte devant Olaf Hoffsbakken et Sverre Brodahl. Les Norvégiens avaient réalisés les trois meilleurs temps lors de l'épreuve du ski de fond et malgré des sauts en dessous des 50 m parviennent à rester sur le podium.

Organisation[modifier | modifier le code]

Sites[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Große Olympiaschanze.
Adolf Hitler de dos qui regarde sur sa gauche
Adolf Hitler devant le tremplin en 1936

L'épreuve de fond a eu lieu le 12 février 1936. Les départs étaient données toutes les 30 secondes[1]. Le point de départ et d'arrivée était le Olympia-Skistadion, situé à proximité du tremplin[1]. Le point le plus bas était à 735 m et le point le plus haut à 1 010 m[1]. L'épreuve ne comptait qu'un kilomètre de plat[2],[3]. « Le parcours de 18 km était très intéressant mais difficile et s'est déroulé moitié dans les forêts qui environnent cette belle contrée de Garmisch et moitié à travers les prairies recouvertes de neige. II y avait plusieurs montées et descentes vertigineuses. La montée la plus longue, celle du Wamberg, avait 1,2 km de long et une pente de 9 pour cent environ » [4].

La ville de Garmisch-Partenkirchen disposait depuis le début du XXe siècle de tremplins[5]. Cependant, ceux-ci n'étaient pas assez grand pour les épreuves olympiques, ce qui oblige à en construire un autre. La construction eut lieu à Gudiberg et elle débuta en octobre 1933[5]. Le point critique de la piste de saut est à 52 m[6].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Le tirage au sort pour l'épreuve de fond des 18 km (spécial et combiné) a eu lieu le [7]. Plusieurs entraînements de sauts ont eu lieu avant la compétition[8]. Un concours a notamment eu lieu le avec 70 concurrents[9]. Le dernier entraînement de saut à ski a eu lieu le 11 février[10],[11].

L'épreuve de fond a eu lieu le à partir de 10h02[1],[12]. L'épreuve de saut à ski a débuté à 10h45 le 13 février 1937[13],[14].

La cérémonie de remise de récompenses a eu lieu le 16 février pendant la cérémonie de clôture[15].

Format de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Le combine nordique se compose de deux épreuves : une course de fond de 18 km puis « moins de 24h plus tard » selon le règlement de la FIS un concours de saut deux essais sur le tremplin de 90 m[Berlioux 1]. Les points attribués en saut s'ajoutent, à pourcentage égal, à la traduction en points des temps réalises dans la course de fond[Berlioux 1].

Lors de l’épreuve de fond, les concurrents n'ont le droit qu'a un seul ski de rechange et peuvent finir sur un seul ski[Berlioux 2]. Les skis sont tamponnés et les juges les vérifient à l'arrivée[Berlioux 2].

Les notes du saut a ski sont déterminées par la distance et le style. Le concurrent qui a saute le plus loin, dans la limite fixée[Note 1], obtient 60 points[Berlioux 3]. Chaque demi mètre de retard coute de plus en plus de points, un demi mètre=0,1 points, un mètre=0,6, 5 mètres=3,6... La note de style était également un maximum de 60 points, des pénalités étaient données en cas d'utilisation des mains a l’atterrissage ou de chutes[Berlioux 3].

Jury[modifier | modifier le code]

Le jury de l'épreuve du ski de fond était composé d'Ole Reistad (Norvège), de François Lacq (France), de M. Martin (Autriche), de Armas Palamaa (fi) (Finlande) et de F. Schuler (Suisse)[1].

Le jury de l'épreuve de saut était composé de G. Räther (Allemagne), Armas Palamaa (fi) (Finlande) et F. Schatz (Autriche)[1].

Participants[modifier | modifier le code]

Règlement[modifier | modifier le code]

Les athlètes doivent être amateur et posséder la nationalité du pays qu'ils représentent[16].

Les nations ont jusqu'à 6 semaines, , avant le début de la première épreuve pour envoyer au comité organisateur la liste des sports et des épreuves auxquelles elles participent[16]. Les noms des concurrents doivent parvenir au comité organisateur quinze jours avant le début de la première épreuve[16]. Aucune modifications ne peut être apportées après le [16].

Chaque nation peut engager 4 athlètes[16].

Délégations participantes[modifier | modifier le code]

51 athlètes de seize nationalités différentes ont participé à cette épreuve. Selon le rapport officiel des Jeux, 53 athlètes étaient inscrits et 51 au départ de l'épreuve[1]. 46 athlètes furent classés[1]. Les deux athlètes engagés qui n'ont participé à l'épreuve sont: Rudolf Kloeckner (Roumanie) et Nikola Dimitroff (Bulgarie)[1]. L'athlète le plus jeune est Rado Istenič (sl) et le plus âgé est Berger Torrissen (en)[17].

Avant l'épreuve[modifier | modifier le code]

Un homme souriant vue de face
Oddbjorn Hagen à l'arrivée du ski de fond

Lors des épreuves de ski nordique, les scandinaves sont considérés au-dessus du lot[18],[11]. Les Norvégiens sont revanchards après leur deuxième place du relais[19].

Oddbjørn Hagen est le favori de l'épreuve[20],[21]. En effet, il est double champion du monde en 1934 et 1935 et il est considéré comme le meilleur norvégien[22]. Oddbjorn Hagen qui travaille dans une fabrique près de Østerdalen (en)[23] s'entraine 5 mois par an[Berlioux 4]. Il a commence sa préparation olympique en octobre[Berlioux 4]. Sigurd Røen, 5e des championnats du monde en 1935 est un des favoris[24]. Cependant il doit déclarer forfait en raison de la grippe[24]. Sverre Kolterud, 4e en 1932, est remplacé en raison d'une blessure[25].

Le public allemand espère une médaille de son meilleur skieur, Bogner[Berlioux 5]. Cependant celui-ci hérite du dossard 1 lors du tirage au sort ce qui considéré comme « de la malchance »[7]. Le meilleur skieur polonais, Bronisław Czech est également très attendu[Berlioux 5].

Les skieurs Yougoslaves se sont entraînés à Pokljuka à 1 300 m d'altitude afin de préparer la compétition[8]. Lors de ce stage préparatif, leurs entraîneurs étaient le Finlandais Eino Kulama pour le ski de fond et le Norvégien Gunnar Haagen pour le saut à ski[8]. Bogo Šramel (sl), le meilleur Yougoslave du combiné, recordman de Yougoslavie de saut à ski avec 72 m, s'est cassé la jambe à la réception d'un saut et il peut pas par conséquent participer à la compétition[8]. Malgré ce stage, les Yougoslaves n'espèrent pas de miracles[8].

La France n'engage pas d'athlètes dans le combiné ni dans l'épreuve de saut en raison du manque de sauteurs de niveau international[26].

Récit de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Ski de fond[modifier | modifier le code]

L'épreuve de 18 km est l'épreuve qui rassemble le plus grand nombre de nations (22 nations) et 115 participants au départ[27],[3]. 51 concurrents participaient au combiné et à l'épreuve de ski de fond de 18 km[Berlioux 1]. 14 faisaient la course de fond uniquement pour le combiné[Berlioux 1].

Le départ de l'épreuve a lieu sous la neige[4] mais progressivement le soleil fait son apparition[4],[28]. La température oscillait entre -2 et -5[Berlioux 1]. Les 18 km ne devaient faire que 17,6 km en réalité[Berlioux 6]. Le parcours de fond, très difficile[2], fait de grands écarts[18]. Oddbjorn Hagen a franchi la ligne en 29e position alors qu'il s'était élancé 59e ce qui signifie qu'il a remonté 30 concurrents[29]. Il a amélioré son temps de min par rapport aux courses disputées l'année précédente sur le même parcours pour les championnats d'Allemagne[3]. Il réalise un bon temps et on pense un temps qu'il l'emportera[18]. Cependant le Suédois Erik August Larsson partit après lui réalise un meilleurs temps et remporte l'or sur le 18 km[18]. Erik August Larsson ne sautant pas, Oddbjorn Hagen est premier du combiné après la première épreuve[29]. Il avait une avance de min sur Olaf Hoffsbakken et min 30 s sur Sverre Brodahl[2]. Les Norvégiens sont, après le ski de fond, premier, deuxième, troisième, et sixième (ce qui sera leurs classements finaux)[17]. Willy Bogner, porte drapeau de l'Allemagne, chuta lors de la première pente ce qui lui fit perdre une minute 30[Berlioux 7]. Bronisław Czech, très attendu, chuta et termina avec la tête en sang et se foula deux doigts à la main gauche[Berlioux 5].

Saut à ski[modifier | modifier le code]

L'épreuve de saut à ski a lieu sur le petit tremplin[23]. La compétition a rassemblé entre 30 000[13] et 100 000 spectateurs[23]. Le chiffre de 80 000 spectateurs est celui le plus souvent avancé[30],[31]. Adolf Hitler a assisté à une partie de l'épreuve[6],[31],[32].

Lauri Valonen réalise les sauts les plus longs dans chaque manche du concours qu'il remporte[17]. 26e après l'épreuve de ski de fond, il remonte à la quatrième place[17]. Malgré sa chute de la veille et ses blessures, Bogner participe au concours. Il se pose à 45 m malgré un faible décollage[Berlioux 8]. Shinzo Yamada chute lourdement lors de son premier saut[Berlioux 8]. Lauri Valonen réalise 52 m mais ses pieds ont bougé lors du premier saut et il est devancé par Eisgruber[Berlioux 8]. Lors du second saut, Bogner réalise 49 m, Valonen 54,5 m, record du concours, Hagen 46 m[Berlioux 8]. Oddbjorn Hagen a assuré ses sauts et malgré sa 16e du concours il remporte la victoire[23]. Les Norvégiens, grâce aux places qu'ils ont enlevées la veille dans le 18 km, où ils montrèrent une supériorité écrasante[33], prennent les trois premières places, avec Oddbjorn Hagen, Olaf Hoffsbakken et Sverre Brodahl[34].

Ce triplé norvégien ainsi que le doublé réalisé par Charles Mathiesen et Ivar Ballangrud sur le 1 500 mètres rendent Oddbjorn Hagen « fou de joie »[23]. Il a commencé sa préparation en octobre pour cette seule course[23].

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous montre les résultats de la compétition avec le nom des participants, leur pays, leur classement, les temps dans l'épreuve de fond, la longueur de leur premier et de leur deuxième saut et les points qu'ils ont remporté dans les deux épreuves[1],[20],[35],[36]. Le classement final est obtenu par la moyenne des deux épreuves[1]. (T) signifie que le concurrent est tombé lors de son saut[1].

Résultats complets de l'épreuve de combiné nordique
Rang Athlètes Ski de fond Saut à ski Points
totaux
Dossard Temps Points
(ski de fond)
Rang Saut 1
(en m)
Points Saut 2
(en m)
Points Points
(saut à ski)
Rang
1 Drapeau : Norvège Oddbjørn Hagen 59 1'15:33 240,0 1 42,0 92,4 46,0 97,9 190,3 16 430,3
2 Drapeau : Norvège Olaf Hoffsbakken 102 1'17:37 227,8 2 47,0 97,1 45,5 94,9 192,0 13 419,8
3 Drapeau : Norvège Sverre Brodahl 19 1'18:01 225,5 3 40,0 87,6 47,0 95,0 182,6 28 408,1
4 Drapeau : Finlande Lauri Valonen 22 1'26:34 178,6 26 52,0 108,4 54,5 114,2 222,6 1 401,2
5 Drapeau : Tchécoslovaquie František Šimůnek 95 1'19:09 219,0 4 44,5 86,7 43,5 88,6 175,3 33 394,3
6 Drapeau : Norvège Bernt Østerkløft (en) 40 1'21:37 205,1 6 44,0 91,4 48,0 97,3 188,7 21 393,8
7 Drapeau : Pologne Stanisław Marusarz 73 1'25:27 184,4 18 51,0 104,5 50,0 104,4 208,9 3 393,3
Drapeau : Finlande Timo Murama (en) 80 1'24:52 187,5 13 49,0 103,7 48,0 102,1 205,8 5 393,3
9 Drapeau : Tchécoslovaquie Johann Lahr 23 1'25:11 185,8 16 49,0 97,3 53,0 104,3 201,6 8 387,4
10 Drapeau : Finlande Niilo Nikunen 43 1'23:59 192,2 9 47,5 99,2 45,5 92,4 191,6 15 383,8
11 Drapeau : Suède Jonas Westman 41 1'25:38 183,4 20 47,5 101,7 46,5 97,6 199,3 10 382,7
12 Flag of the German Reich (1935–1945).svg Willy Bogner 1 1'24:11 191,2 10 45,0 90,9 49,0 99,4 190,3 16 381,5
13 Flag of the German Reich (1935–1945).svg Josef Gumpold 24 1'24:19 190,4 11 45,0 95,1 46,0 95,2 190,3 16 380,7
14 Drapeau : Tchécoslovaquie Gustav Berauer 63 1'23:04 197,2 8 45,0 94,4 42,0 87,5 181,9 29 379,1
15 Drapeau : Autriche Hubert Köstinger 108 1'25:09 186,0 15 44,0 93,4 48,0 95,8 189,2 20 375,2
16 Drapeau : Pologne Bronisław Czech 90 1'25:55 181,9 23 46,0 96,1 45,5 97,0 193,1 11 375,0
17 Drapeau : Autriche Hans Baumann (en) 114 1'22:49 198,5 7 40,0 83,8 44,0 89,8 173,6 36 372,1
18 Flag of the German Reich (1935–1945).svg Friedl Wagner 106 1'24:33 189,2 12 40,0 86,7 46,0 96,0 182,7 27 371,9
19 Drapeau : Finlande Pertti Mattila 115 1'26:21 179,7 25 45,0 92,0 47,0 96,7 188,7 21 368,4
20 Drapeau : Italie Severino Menardi (en) 27 1'20:34 211,0 5 37,5 77,5 40,0 79,8 157,3 40 368,3
21 Drapeau : Suisse Oswald Julen 69 1'23:43 183,0 21 43,0 92,0 45,0 92,3 184,3 24 367,3
22 Drapeau : Suisse Willy Bernath 109 1'25:12 185,7 17 43,5 87,4 47,0 93,3 180,7 30 366,4
23 Flag of the German Reich (1935–1945).svg Toni Eisgruber (de) 96 1'31:38 152,8 37 51,5 108,7 49,0 103,4 212,1 2 364,9
24 Drapeau : Pologne Marian Woyna-Orlewicz (en) 35 1'25:27 184,4 18 41,0 88,6 43,0 90,8 179,4 31 363,8
25 Drapeau : Autriche Markus Maier 98 1'27:31 173,7 28 47,0 94,5 49,5 93,7 188,2 23 361,9
26 Drapeau : Tchécoslovaquie Rudolf Vrána 81 1'30:26 158,8 34 48,5 98,0 49,0 102,6 200,6 9 359,4
27 Drapeau : États-Unis Karl Magnus Satre (en) 32 1'25:56 181,8 24 39,0 86,1 41,0 87,9 174,0 35 355,8
28 Drapeau : États-Unis Berger Torrissen (en) 88 1'29:08 165,3 29 45,0 96,2 44,0 94,0 190,2 19 355,5
29 Drapeau : Japon Isamo Sekiguchi 86 1'32:40 147,7 38 48,0 100,1 48,5 103,1 203,2 7 350,9
30 Drapeau : Suisse Ernest Berger 99 1'27:13 175,2 27 36,5 80,5 47,5 94,4 174,9 34 350,1
31 Drapeau : Canada Tormod Mobraaten (en) 15 1'33:28 143,8 41 49,0 98,8 52,5 106,2 205,0 6 348,8
32 Drapeau : Pologne Andrzej Marusarz (pl) 101 1'31:30 153,4 36 46,0 94,5 47,0 97,6 192,1 12 345,5
33 Drapeau : Autriche Walter Delle Karth 67 1'37:14 125,8 46 48,0 102,6 49,5 104,8 207,4 4 333,2
34 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Tone Dečman (sl) 97 1'29:44 162,3 30 41,0 83,7 42,5 85,4 169,1 38 331,4
35 Drapeau : Japon Tsutomu Sekido (en) 30 1'32:48 147,0 40 43,0 90,0 45,0 93,3 183,3 25 330,3
36 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Albin Jakopič (sl) 65 1'30:02 160,8 32 37,5 80,4 42,0 86,5 166,9 39 327,7
37 Drapeau : États-Unis Edward Blood 100 1'33:45 142,4 42 44,0 92,1 43,0 91,0 183,1 26 325,5
38 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Leon Bebler (sl) 46 1'34:25 139,2 43 41,0 89,2 42,0 88,3 177,5 32 316,7
39 Drapeau : Canada William Clark (en) 74 1'30:20 159,3 33 36,5 78,9 35,0 77,2 156,1 41 315,4
40 Drapeau : Suède Holger Lundgren 103 1'29:57 161,2 31 50,0 (T) 58,3 53,0 93,7 152,0 42 313,2
41 Drapeau : Canada Karl Johan Baadsvik (en) 37 1'39:30 115,2 47 49,0 98,8 46,0 92,9 191,7 14 306,9
42 Drapeau : Lettonie Edgars Gruzītis 54 1'35:22 134,6 44 35,0 72,7 36,5 75,4 148,1 43 282,7
43 Drapeau : Japon Shinzo Yamada (ja) 68 1'31:28 153,6 35 38,5 88,1 46,0 (T) 37,1 125,2 45 278,8
44 Drapeau : États-Unis Paul Ottar Satre (en) 70 1'36:27 129,4 45 48,5 (T) 53,4 53,0 91,1 144,5 44 273,9
45 Drapeau : Royaume-Uni Percy Legard (en) 14 1'47:47 76,8 48 39,5 82,4 45,0 90,1 172,5 37 249,3
46 Drapeau : Canada William Ball (en) 56 1'32:46 147,3 39 40,5 81,0 36,0 (T) 16,4 97,4 46 244,7
Drapeau : Italie Andrea Vuerich (sv) 66 1'25:01 186,7 14 Pas participé
Drapeau : Suède Harald Hedjerson 110 1'25:50 182,4 22 Pas participé
Flag of Hungary (1915-1918, 1919-1946).svg Kővári Károly (hu) 5 Pas terminé Pas participé
Flag of Hungary (1915-1918, 1919-1946).svg László Szalay (en) 28 Pas terminé Pas participé
Drapeau : Royaume de Yougoslavie Rado Istenič (sl) 113 Pas terminé Pas participé

Podium[modifier | modifier le code]

Épreuve Or Argent Bronze
Individuel
Drapeau de Norvège Oddbjørn Hagen (NOR) 430,3 Drapeau de Norvège Olaf Hoffsbakken (NOR) 419,8 Drapeau de Norvège Sverre Brodahl (NOR) 408,1

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau : Norvège Norvège 1 1 1 3
Total 1 1 1 3

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Berlioux, Un hiver olympique, Paris, Atlantica, (ISBN 2-758801-53-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Monique Berlioux, Des jeux et des crimes : 1936 Le piège blanc olympique, Paris, Atlantica, (ISBN 2-758800-02-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [PDF] (de) Organisationskomitee für die IV. Olympischen Winterspiele 1936, IV Olympische Winterspiele 1936 : Amtlicher Bericht, Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Julius Wagner, Olympische Spiele 1936 : IV olympische Winterspiele Garmisch-Partenkirchen 6. bis 16. Februar 1936, Zürich, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ellen Galford, The X Olympiad : Los Angeles 1932, Garmisch-Partenkirchen 1936, Los Angeles, World Sport Research & Publications Inc., (ISBN 1-888383-10-0)
  • (de) Wolfgang Fuhr, Olympische Winterspiele 1936 : die vergessene Olympiade von Garmisch-Partenkirchen, Agon Sportverlag,
  • (en) Wolf Lyberg, The book of facts on the Olympic Winter Games : 1924 Chamonix, 1928 St. Moritz, 1932 Lake Placid, 1936 Garmisch-Partenkirchen
  • (de) Erich Mindt, Olympia 1936 : die XI. Olympischen Spiele Berlin und die IV. Olympischen Winterspiele Garmisch-Partenkirchen,
  • [radio] (no) « De IV olympiske vinterleker Garmisch-Partenkirchen 1936. Hopprenn, kombinert klasse. », NRK,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. il ne fallait pas dépasser une ligne noire sous peine de pénalité: Cette ligne déterminait la distance maximale que la FIS estimait atteignable sans chute a l'atterrissage.
  • « Un hiver olympique » et « Des jeux et des crimes : 1936 Le piège blanc olympique »
  1. a, b, c, d et e Berlioux 2008, p. 190.
  2. a et b Berlioux 2007, p. 533.
  3. a et b Berlioux 2008, p. 193.
  4. a et b Berlioux 2007, p. 555.
  5. a, b et c Berlioux 2007, p. 538.
  6. Berlioux 2007, p. 534.
  7. Berlioux 2008, p. 191.
  8. a, b, c et d Berlioux 2008, p. 194.
  • Autres références
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Comité olympique allemand, Rapport officiel des IVmes Jeux Olympiques d'hiver, (lire en ligne), p. 341
  2. a, b et c « Trois nouveaux champions olympiques », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c « Le Suédois Larsson vainqueur et...peu applaudi », L'Auto,‎ , p. 6
  4. a, b et c « Une victoire suisse à Garmisch », L'Express : feuille d'avis de Neuchâtel,‎ (lire en ligne)
  5. a et b (en) « Olympiaschanze », sur skisprungschanzen.com, Ski Jumping Hill Archive, (consulté le 22 juillet 2014)
  6. a et b « Les jeux olympiques d'hiver à Garmisch », L'impartial,‎ (lire en ligne)
  7. a et b « Demain, nos skieurs de font seront à l’œuvre », Le petit dauphinois,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  8. a, b, c, d et e « Les Jeux olympiques », L'Auto,‎ , p. 7
  9. « Les Jeux olympiques », L'Auto,‎ , p. 4
  10. « Le triomphe de la vitesse à Garmisch », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. a et b « Aujourd'hui la course de 18 km la plus importante de ski de fond », L'Auto,‎ , p. 4
  12. Comité olympique allemand, Programme journalier, (lire en ligne), p. 252
  13. a et b Comité olympique allemand, Rapport officiel des IVmes Jeux Olympiques d'hiver, (lire en ligne), p. 338
  14. Comité olympique allemand, Programme journalier, (lire en ligne), p. 301
  15. « La fin d'une manifestation dans laquelle la Suisse n'a pas brillé souvent », L'Express : feuille d'avis de Neuchâtel,‎ (lire en ligne)
  16. a, b, c, d et e « Règlement général et programme : IVèmes Jeux olympiques d'hiver 1936 Garmisch-Partenkirchen du 6 au 16 février », Comité d’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de 1936 à  Garmisch-Partenkirchen,‎ (lire en ligne)
  17. a, b, c et d (en) « Nordic Combined at the 1936 Garmisch-Partenkirchen Winter Games », sur sports-reference.com (consulté le 15 juin 2013)
  18. a, b, c et d « Victoire suédoise en fond », Le petit dauphinois,‎ (lire en ligne).
  19. « Aujourd'hui, la course de 18 kilomètres », Le petit dauphinois,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  20. a et b (en) « Nordic Combined at the 1936 Garmisch-Partenkirchen Winter Games: Men's Individual », sur sports-reference.com (consulté le 15 juin 2013)
  21. « Pronostics pour les IV Jeux olympiques d'hiver », Le petit dauphinois,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  22. (no) « Olympisk gull og to sølv til Bækkelaget », sur noblad.no, (consulté le 20 février 2006).
  23. a, b, c, d, e et f « La joie au quartier général Norvégien », L'Auto,‎ , p. 6
  24. a et b (no) « 2 VM-gull til Rindal », sur nordmore.museum.no (consulté le 28 juillet 2016).
  25. (en) « Sverre Kolterud », sur sports-reference.com (consulté le 12 octobre 2016).
  26. « Les Jeux olympiques », L'Auto,‎ , p. 4
  27. « Les jeux olympiques », L'Auto,‎ , p. 1
  28. « Les jeux olympiques d'hiver à Garmisch », L'impartial,‎ (lire en ligne)
  29. a et b « Les jeux olympiques de Garmisch », L'express du midi,‎ (lire en ligne).
  30. « Les jeux olympiques d'hiver à Garmisch », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  31. a et b « Les skieurs norvégiens, une fois de plus, se distingue à Garmisch », L'Express : feuille d'avis de Neuchâtel,‎ (lire en ligne)
  32. Wagner 1936, p. 6.
  33. « Le finlandais Valonen est premier du saut combiné », Le petit dauphinois,‎ (lire en ligne).
  34. « Triomphe nordique à Garmisch », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Nordic Combined at the 1936 Garmisch-Partenkirchen Winter Games: Men's Individual Cross Country Skiing, 18 kilometres », sur sports-reference.com (consulté le 15 juin 2013)
  36. (en) « Nordic Combined at the 1936 Garmisch-Partenkirchen Winter Games: Men's Individual Ski Jumping, Normal Hill », sur sports-reference.com (consulté le 15 juin 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :