Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis FC Bourg-Péronnas)
Aller à : navigation, rechercher
Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01
Logo du Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01
Généralités
Nom complet Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01
Noms précédents FC Bourg-Péronnas (1942-2015)
Fondation 1942 (fusion)
Statut professionnel 2015-
Couleurs bleu et blanc
Stade Stade Jean-Laville
(16 872 places)
Siège 1 rue du stade,
01960 Péronnas
Championnat actuel Ligue 2
Président Drapeau : France Gilles Garnier
Entraîneur Drapeau : France Hervé Della Maggiore
Site web fcbourgperonnas.fr

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2015-2016 du Football Club Bourg-Péronnas
0

Le Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01 est un club français de football fondé en 1942. Il est issu de la fusion du FC Bourg et de l'US Péronnas-Bourg, basés respectivement à Bourg-en-Bresse et Péronnas.

À sa création, le club joue en « Promotion de Ligue », le deuxième niveau régional (qui devient le troisième niveau en 1963 à la suite de la création d'un championnat intermédiaire). Exception faite de quelques saisons en championnat de district et au niveau supérieur (la « Promotion d'Honneur », deuxième niveau régional, créée en 1963), le club reste dans ce championnat jusque dans les années 1970. Le club dispute alors deux saisons au plus haut niveau régional, la « Division d'Honneur », de 1974 à 1976, avant de redescendre au deuxième niveau (« Promotion d'Honneur » qui devient en 1985 « Division d'Honneur Régional »), championnat dans lequel il restera jusqu'en 1990.

En 1990, le FC Bourg-Péronnas accède à la Division d'Honneur puis, champion de DH, il rejoint en 1994, le National 3, la cinquième division nationale. En 1997, le club poursuit son ascension et intègre le championnat de France de football amateur (D4). En 2003, le FC Bourg-Péronnas accède à la troisième division nationale : le championnat National. Cependant, il n'y reste qu'un an, avant d'être relégué en CFA en 2004 puis à nouveau en CFA 2 en 2006.

Le club se reconstruit après ces relégations successives et retrouve le CFA en 2009 puis le National en 2012. Il évolue dans cette division jusqu'à ce que le club termine troisième du championnat du National au terme de la saison 2014-2015. Le club est présidé par Gilles Garnier et entraîné par Hervé Della Maggiore.

Le 22 mai 2015, au terme d'une folle seconde partie de saison, le FCBP valide sa montée en Ligue 2 en s'imposant lors de la dernière journée. Pour la première fois de son histoire, le club va connaître le statut professionnel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts au sein de la Ligue de Rhône-Alpes (1942-1976)[modifier | modifier le code]

Le Football Club Bourg-Péronnas naît en 1942 de la fusion entre deux clubs de la région bressane : l'US Péronnas, fondé en 1930 et devenu l'US Péronnas-Bourg en 1934, et le FC Bourg.

Le club joue alors en « Promotion de Ligue » (PL), le deuxième niveau régional. En 1954-1955, il est relégué en « Promotion de District » mais remonte aussitôt[1]. Les deux premiers de chaque groupe de « Promotion de Ligue » sont promus en division d'Honneur (DH) en fin de saison et ce jusqu'en 1963, quand est créé le championnat de « Promotion d'Honneur » (PH), qui vient s'intercaler entre la PL et la DH. En 1965, le FC Bourg Péronnas finit premier de la poule B de PL et est ainsi promu en PH[2]. Il ne s'y maintient qu'une année et est relégué en Promotion de Ligue en 1967, après avoir fini dernier de Promotion d'Honneur[3].

Le club évolue en Promotion de Ligue jusqu'en 1972, lorsqu'il finit, pour la deuxième fois, premier de sa poule et accède ainsi à nouveau à la Promotion d'Honneur[4]. Dès sa première année en PH, le club rencontre le succès et termine la saison deuxième de son groupe[5], puis il finit premier l'année suivante[6].

Le FC Bourg-Péronnas fait ainsi sa première apparition en division d'Honneur (plus haut niveau régional) en 1974-1975[7], saison à l'issue de laquelle il se place à la septième place. L'année suivante, le club est relégué en PH[8].

Quinze ans en PH puis l'émergence (1976-1994)[modifier | modifier le code]

Après sa courte expérience de deux ans en division d'Honneur qui s'achève en 1976, le club continue d'évoluer en Promotion d'Honneur (deuxième niveau régional) jusqu'en 1990, soit quinze ans de suite, marqués notamment par une deuxième place en 1984. Le championnat change de nom en 1985 pour devenir la « Division d'Honneur régional » (DHR). En 1990, il termine premier de sa poule et retrouve ainsi la division d'Honneur[1].

En Division d'Honneur, Il finit deux fois vice-champion (en 1991 et 1993) avant de s'adjuger finalement le titre en 1994, ce qui lui permet d'accéder pour la première fois de son histoire à une compétitoin nationale, en l'occurrence, le championnat de France de National 3[1].

Lors de l'édition 1992-1993 de la Coupe de France, le FC Bourg-Péronnas se distingue pour la première fois dans la compétition. En 32e de finale, à dix minutes de la fin du match, les Bressans mènent deux buts à un face au FC Nantes de Jean-Claude Suaudeau, futur finaliste de l'épreuve. Les « Canaris » égalisent en fin de match par Zoran Vulic et obtiennent le droit de disputer une prolongation durant laquelle ils s'imposent quatre buts à deux[9].

Du National 3 au National (1994-2006)[modifier | modifier le code]

Le club devient champion de National 3 en 1997 et accède ainsi en National 2, qui est cette même année renommé Championnat de France amateur de football (CFA).

En 1998, le club bressan alors entraîné par Pierre Mauron, réalise la meilleure performance de son histoire en éliminant deux clubs de première division, atteignant ainsi les quarts de finale de la Coupe de France : après s'être débarrassés de Montpellier en 16e de finale par trois buts à deux, les amateurs éliminent le FC Metz, vice-champion de France cette année-là, au stade de Gerland par deux buts à zéro, avec des réalisations de Didier Collet et de Rigobert Song contre son camp[9],[10],[11],[12].

À la suite de cet exploit, le FCBP et son entraîneur connaissent une surmédiatisation soudaine de la part des journaux nationaux et de la télévision : Pierre Mauron et quelques joueurs passent le week-end suivant à Paris, enchaînant les interviews. L'effervescence autour du club créée par le parcours en Coupe de France se traduit aussi par la sollicitation de certains joueurs (notamment le capitaine Boris Berraud) par des clubs professionnels[10],[13],[14].

Pour les quarts de finale, le club « reçoit » l'Olympique lyonnais au stade de Gerland, stade accueillant habituellement les rencontres à domicile des Lyonnais. Le match est retransmis en direct sur Canal+. Après vingt minutes de jeu, les professionnels lyonnais sont réduits à dix suite à l'exclusion d'Hubert Fournier mais les amateurs de Bourg s'inclinent finalement en deuxième période grâce à un but de Patrice Carteron[9],[10],[15].

Par la suite, selon les propos de Pierre Mauron le club vit alors très mal le « revers de la médaille » du beau parcours en Coupe. Pour lui, « tout le bonheur d'avant était devenu jalousie et méchanceté ». En effet, le club est à la peine en championnat et en interne des tensions grandissent. La saison suivante, les problèmes s'amplifient et à la trêve l'équipe s'est faite éliminer au septième tour de la Coupe de France par l'AS Saint-Étienne et est dernière de son groupe de CFA. L'entraîneur Pierre Mauron, ainsi que son adjoint Jean-François Cheval et son directeur sportif, Denis Promonet sont tous trois limogés en milieu de saison[10],[14],[16].

En 2003, le FCBP réalise une nouvelle performance notable en éliminant encore un pensionnaire de Ligue 1 : le RC Strasbourg en 32e de finale par un but à zéro sur un terrain boueux grâce à un but de Jean-Christophe Durand. En 1/16 de finale, Bourg s'impose un but à zéro sur le terrain du Dijon FCO avant de recevoir Auxerre pour le compte des 8e de finale. Avec ce match, les Bressans font leur retour au stade de Gerland, cinq ans après y avoir éliminé Metz au même stade de la compétition. Les amateurs mènent un à zéro grâce à un but de Durand mais les Auxerrois de Guy Roux, futurs vainqueurs de l'épreuve, s'imposent finalement par trois buts à un grâce à l'international français Djibril Cissé. Bourg-Péronnas est revenu au stade de Gerland la saison suivante, en 16e de finale de la Coupe de France 2003-2004 contre l'Olympique lyonnais mais y a perdu de manière large par cinq buts à zéro[9].

En 2003, le FC Bourg-Péronnas accède à la division amateur la plus élevée : le championnat National. Cependant, il n'y restera qu'un an. Le club est relégué en CFA en 2004 puis en CFA 2 en 2006.

Retour au premier plan amateur (2006-2015)[modifier | modifier le code]

Après ses deux relégations quasiment consécutives, Gilles Garnier, entrepreneur burgien dans le secteur du bâtiment et travaux publics, reprend le club en main et rappelle à cette occasion des anciens du club : Pierre Mauron au poste d'entraîneur et Jacques Theppe en tant qu'adjoint. Cependant, l'équipe ne connaît pas tout de suite le renouveau et selon les mots de Pierre Mauron, « cela s'est mal fini ». Pour l'entraîneur d'alors, le problème qui s'est posé à ce moment est qu'il aurait fallu « écarter des vieux joueurs » alors que « c'était [lui]-même qui les avait lancés quinze ans plus tôt ». Pierre Mauron qui vit très mal la situation quitte le club en 2008, laissant la place à un de ses adjoints Hervé Della Maggiore[10],[17].

Le club bressan retrouve le CFA en 2009 puis le National en 2012. Lors de la coupe de France 2011-2012, Bourg-Péronnas élimine encore un club de Ligue 1 : l'AC Ajaccio ; en 16e de finale par 3 buts à 2 après prolongations. En 8e de finale le club perd contre Olympique de Marseille 3 buts à 1 lors d'une rencontre disputée à Marseille suite à une inversion de terrain liée à des conditions météorologiques délicates en Rhône-Alpes.

La Coupe de France de football 2012-2013 va encore mettre à l'honneur les bressans. Bourg-Péronnas élimine l'AJ Auxerre au 7e tour grâce à une victoire par 1 but à 0. Au 8e tour, Bourg-Péronnas se déplace sur le Rocher au Stade Louis II. Après un match vierge et nul, ponctué de plusieurs occasions franches dont deux montants pour les bressans, c'est la séance de tirs aux buts qui va leur permettre d'éliminer l'AS Monaco 7 tirs aux buts à 6. Malheureusement, l'aventure s'arrêtera en 32e de finale contre le champion de France en titre, le Montpellier Hérault Sport Club, sur le score de 2 buts à 1.

Après une saison 2012/2013 où le club terminera à la surprise générale à une 15e place synonyme de relégation (année à 6 descentes) après avoir flirté avec le podium à 10 journées de la fin, le club sera maintenu administrativement avec la relégation de Sedan en CFA 2.

La saison suivante le club apprend des erreurs de la saison précédente, avec un recrutement réussi (Lakhdar Boussaha, Romain Thibault), le club se maintiendra tranquillement pour finir a une belle 11e place.

La saison 2014/2015 est sportivement la meilleure pour le FCBP ; en effet, assez calme sur le marché des transferts, le club accueille en prêt Pape Sané qui réalise la saison de sa carrière (21 buts en 30 matchs) et contribue à la saison surprise de Bourg-Péronnas qui sans faire de bruit se mêle petit-à-petit à la lutte pour la montée en Ligue 2 (sur le podium depuis début décembre), et fédère tout un département derrière lui (le club s'appellera Football Bourg en Bresse Péronnas 01 en juillet) avec de belles affluences au Stade Municipal de Péronnas (3 600 personnes face à Boulogne-sur-Mer, record d'affluence de l'histoire du club en championnat). Le club termine 3e du championnat de National et monte en Ligue 2.

Le professionnalisme (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Le club obtient son ticket pour la Ligue 2 avec un point d'avance sur Strasbourg suite à sa victoire 2-0, sur des réalisations de Florent Ogier et Lamine Diompy, face à l'US Boulogne le 22 mai 2015. Après avoir été le premier club de foot de l'Ain à fréquenter le Championnat de France Amateur en 1994, le FC Bourg-Péronnas sera à cette occasion le premier club de football du département à jouer au niveau professionnel[18].

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du FC Bourg-Péronnas en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions régionales

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

En championnat[modifier | modifier le code]

Bilan sportif du Football Bourg-en-Bresse Péronnas
Championnat Saisons Titres MP J V N D Bp Bc Diff
Ligue 2 - - - - - - - - - -
National 4 0 3e 144 50 41 53 159 165 -7
Championnat de France amateur 11 0 2e 370 141 100 129 504 478 +26
Championnat de France amateur 2 / National 3 6 2 1er 138 72 50 46 256 191 +55
Ligue Rhône-Alpes / Ligue du Lyonnais 50 - 1er - - - - - - -

En coupe[modifier | modifier le code]

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous récapitule le bilan par saison du club en championnat et Coupe de France depuis 1942[19],[20].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Identité du club[modifier | modifier le code]

Dénominations[modifier | modifier le code]

Issu de la fusion de l'US Péronnas, fondé en 1930 et devenu l'US Péronnas-Bourg en 1934, et le FC Bourg, le Football Club Bourg-Péronnas porte ce nom depuis sa création en 1942. Le club est rebaptisé « Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01 » le 20 octobre 2014, pour mettre en valeur le nom de la ville de Bourg-en-Bresse et le département où le club se situe (l'Ain, dont le numéro est 01)[21]. Ce nom sera effectif le 1er juillet 2015.

Historique des fusions et changements de nom
 
 
 
 
 
 
 
Union Sportive de Péronnas
(1930-1934)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Club de Bourg
(?-1942)
 
 
 
Union Sportive Péronnas-Bourg
(1934-1942)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Club Bourg-Péronnas
(1942-2015)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01
(à partir de juillet 2015)
 
 
 
 

Couleurs et évolution du blason[modifier | modifier le code]

La couleur du maillot du club en 2015 est le bleu à domicile et blanc à l'extérieur[22] .

Structures sportives[modifier | modifier le code]

Équipes de jeunes[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2008-2009, le club est nommé « Meilleur club amateur jeunes » par la Ligue Rhône-Alpes[23].

Stade[modifier | modifier le code]

Le club est résident du Stade municipal de Péronnas, dont la capacité est de 4 800 places, dont 1 800 sont assises et couvertes. Avec son accession en Ligue 2, le club ne peut plus accueillir de matches dans son stade de Péronnas. Le club jouera ainsi dans le stade Verchère dans lequel réside l'US bressane et qui a une capacité de 11 400 places dont 4 900 assises. Cependant, pour que ce stade réponde aux normes, des travaux doivent être effectués et le club doit jouer au stade Jean Laville, stade où réside le FC Gueugnon, jusqu'en octobre 2015[24].

Entrée du stade municipal de Péronnas
Stade Verchère

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et dénomination du club[modifier | modifier le code]

Le siège du club se situe au Stade municipal à Péronnas. Le club est affilié à la ligue Rhône-Alpes de football et au district de l'Ain, sous le numéro 504281[22].

Le 5 novembre 1976 les statuts d'une nouvelle association nommée « les Amis du FC Bourg-Péronnas » sont publiés au Journal officiel de la République française. Son siège est situé au stade municipal, et elle a pour vocation de « promouvoir le football et apprter son concours au FC Bourg-Péronnas par l'organisation de manifestations pour susciter des lines d'amitié entre ses membres et sympathisants »[25].

Le club est rebaptisé Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01 en juillet 2015, pour mettre en valeur le nom de la ville de Bourg-en-Bresse et le département où le club se situe (l'Ain, dont le numéro est 01)[21].

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

En 2012, pour sa dernière saison en CFA, le club a un budget annuel de 950 000 euros, dont la moitié est consacré à la formation des jeunes[26]. Avec la montée en National, le budget passe à 1 500 000 euros en 2013[27].


Budget prévisionnel du Football Bourg-en-Bresse Péronnas
Saison 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Budget 950 000 € 1,5 M€ 2 M€ 1,8 M€

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2015-2016 du Football Bourg-en-Bresse Péronnas, au 29 juin 2015[28]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[29] Nom Date de naissance Sélection[30] Club précédent
16 G Drapeau de la France Callamand, SébastienSébastien Callamand 26/6/1985 (30 ans)
Oyonnax
1 G Drapeau de la France Scanella, MickaëlMickaël Scanella 10/6/1987 (28 ans)
FC Échirolles
2 D Drapeau de la France Alphonse, MickaëlMickaël Alphonse 12/7/1989 (25 ans)
AS Moulins
22 D Drapeau de la France Faivre, AurélienAurélien Faivre 22/6/1978 (37 ans)
Vannes OC
5 D Drapeau de la France Goyon, YannickYannick Goyon 22/6/1981 (34 ans)
Besançon RC
4 D Drapeau de la France Lacour, QuentinQuentin Lacour 27/8/1993 (21 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Mainfroi, JimmyJimmy Mainfroi 28/3/1983 (32 ans)
Amiens SC
12 D Drapeau de la France Ogier, FlorentFlorent Ogier 21/3/1989 (26 ans)
Le Poiré-sur-Vie VF
25 D Drapeau de la France Perradin, FlorentFlorent Perradin 11/5/1992 (23 ans)
Olympique lyonnais rés.
999 D Drapeau de la France Traoré, BabaBaba Traoré 23/6/1993 (22 ans)
Le Poiré-sur-Vie VF
8 M Drapeau de la France Berthomier, JasonJason Berthomier 6/1/1990 (25 ans)
AS Moulins
999 M Drapeau de la France Dembélé, AliouAliou Dembélé 1/2/1988 (27 ans)
US Boulogne
19 M Drapeau de la France Dimitriou, PatricePatrice Dimitriou 11/3/1983 (32 ans)
AS Moulins
6 M Drapeau : Sénégal Diompy, LamineLamine Diompy 27/8/1985 (29 ans)
AS Lyon-Duchère
999 M Drapeau de la France Fadhloune, MohamedMohamed Fadhloune 16/2/1994 (21 ans)
FC Annecy
18 M Drapeau de la France Moisy, MaximeMaxime Moisy 13/10/1992 (22 ans)
ES Troyes AC rés.
15 M Drapeau de la France Nirlo, JimmyJimmy Nirlo 23/8/1988 (26 ans)
US Créteil-Lusitanos
29 A Drapeau de la France Ba, Moulaye IdrissaMoulaye Idrissa Ba 11/11/1990 (24 ans)
EFC Fréjus Saint-Raphaël
11 A Drapeau de la France Barbet, RomainRomain Barbet 23/9/1988 (26 ans)
0 Formé au club
9 A Drapeau de la France Boussaha, LakdarLakdar Boussaha 18/7/1987 (27 ans)
JSM Béjaïa
999 A Drapeau de l'Algérie Kadi, MedhiMedhi Kadi 21/9/1994 (20 ans)
ESTAC Troyes rés.
14 A Drapeau : Sénégal Sané, PapePape Sané 30/12/1990 (24 ans) Sénégal Chamois niortais
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Freddy Morel
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Sébastien Rabault
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Boris Berraud
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Vincent Tixier
Médecin(s)
  • Drapeau : France Pierre-Éric Favre



Légende

Consultez la documentation du modèle

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Liste des entraîneurs de 1989 à aujourd'hui
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Jacques Theppe 1985-1989
2 Drapeau : France Pierre Mauron 1989-1992
3 Drapeau : France Philippe Besset 1994-1996
4 Drapeau : France Diego Garzitto 1995-1996
5 Drapeau : France Pierre Mauron 1996-1999
6 Drapeau : France Jacques Theppe 1999-2000
7 Drapeau : France Thierry Droin 2000-2004
8 Drapeau : France Christophe Desbouillons 2004-2006
9 Drapeau : France Pierre Mauron 2006-2008
10 Drapeau : France Hervé Della Maggiore 2008 -

Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Un joueur aux cheveux bruns, courts, sourit. Il porte un vêtement gris.
François Clerc avec l'AS Saint-Étienne.

Plusieurs joueurs sont passés au sein des équipes de jeune de club avant d'épouser une carrière professionnelle. L'international François Clerc, pré-formé au club, est parti en 1997 au centre de formation de l'Olympique lyonnais. Jimmy Mainfroi, pré-formé au club, est parti en 1999 au centre de formation du Montpellier HSC. On peut citer également le gardien Lionel Cappone et l'attaquant Richard Socrier qui ont évolué sous les couleurs bourg-péronnaises entre 1999 et 2001. Lors de la saison 2000-2001, l'ailier international ivoirien Didier Otokoré signe au club alors en CFA en provenance d'Al-Ahli Dubaï. Il n'y restera cependant qu'une saison et mettra un terme à sa carrière. En 2008-2009, le club alors en CFA 2 voit se révéler un international cap-verdien au poste d'attaquant en la personne de Julio Tavarès qui arrive en provenance de Montréal La Cluse. Il demeurera au club durant quatre saisons en finissant meilleur buteur du club en 2011-2012 avec 16 réalisations en CFA.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Un club de Coupe[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 et 2000, au même titre qu'un club comme l'Union sportive quevillaise par exemple, le FC Bourg-Péronnas représente un aspect sociologique de la Coupe de France : l'opinion publique aime lorsqu'un club d'une petite ville tient tête à un « gros », allant parfois jusqu'à l'éliminer. On retrouve dans ces clubs l'esprit de clocher des villages. Le FC Bourg-Péronnas est ainsi souvent cité pour illustrer cette analyse[31],[32].

Rivalités et amitiés[modifier | modifier le code]

En 2012, alors que les deux clubs se disputaient la première place de leur groupe de CFA, le match entre le FCBP et l'AS Lyon-Duchère a pu être qualifié de derby[33].

Le FC Bourg-Péronnas entretient des liens de partenariat avec l'Association sportive de Saint-Étienne Loire[34].

Adhésion populaire[modifier | modifier le code]

Affluences[modifier | modifier le code]

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du FC Bourg-Péronnas depuis 2010[35].

Supporters[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des années 2000, juste après la première montée du club en National (2003), les jeunes supporters de la Blue Wave encouragent les Bleus du FC Bourg-Péronnas.

Logo en forme de cercle rouge. Dans ce cercle, il y a un cercle rouge avec un blason coloré et une croix blanche.
Logo des « Bleus Marines 2006 », ancien groupe de supporters ultras du FCBP

Un groupe de supporter dans la mouvance « ultra » se rassemble en 2004 lors de la descente de National en CFA. Au départ constitué de cinq membres, il est véritablement créé en 2006 sous le nom : « Bleus Marines 2006 »[36]. Son activité semble cesser deux ans plus tard avec la descente en CFA 2 et la perte progressive d'engouement autour du club.

Le 25 mars 2014, la création d'une nouvelle association de supporters du club est annoncée au Journal officiel. Il s'agit de « Bourg-Péronnas Fans » dont les objectifs sont : « regrouper les supporters du FC Bourg Péronnas ; organiser le soutien à l'équipe du FCBP à domicile comme à l'extérieur par l'intermédiaire de différentes animations (chants, drapeaux, tifos) ; organisation de déplacements en autocar, minibus ou voiture ; proposer des tarifs intéressants, pour les déplacements, en vendant quelques produits dérivés (écharpes, autocollants, vêtements) aux abords du stade (à Péronnas) les jours de match ; essayer de faire en sorte que le club puisse avoir des prix réduits sur les abonnements pour nos membres »[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bilan du FC Bourg-Péronnas, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  2. Saison 1964-1965 de Promotion de Ligue, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  3. Saison 1966-1967 de Promotion d'Honneur, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  4. Saison 1971-1972 de Promotion de Ligue, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  5. Saison 1972-1973 de Promotion d'Honneur, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  6. Saison 1973-1974 de Promotion d'Honneur, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  7. Saison 1974-1975 de Division d'Honneur, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  8. Saison 1975-1976 de Division d'Honneur, savoie-foot.com, consulté le 23 janvier 2015
  9. a, b, c et d Pierre-Marie Descamps, Gérard Ejnès et Jacques Hennaux, Coupe de France : la folle épopée, L'Équipe,‎ , 431 p. (ISBN 2915535620), p. 180-183
  10. a, b, c, d et e Vincent Duluc, « Brûlé par les projecteurs », L'Équipe, no 21350,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  11. Michel Chemin, « Foot: Coupe de France. Les amateurs de Bourg-Péronnas sortent les Lorrains. Le «petit Poucet» de Bresse plume l'ogre messin] », sur liberation.fr,‎ (consulté le 1 février 2015)
  12. Emmanuel Saint-Martin, « Des amateurs... qui ne le sont pas », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 1 février 2015)
  13. David Gossart, « Bourg-Péronnas : Marron SDF », Le Foot, Lafont presse, no 72,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  14. a et b Emmanuel Marquez, « La révérence d'un géant », sur leprogres.fr, Le Progrès,‎ (consulté le 12 février 2015)
  15. On regrette déjà Bourg-Péronnas, D.S., L'Humanité, 24mars 1998, consulté le 1er février 2015.
  16. « Les footballeurs sont pingres », sur letelegramme.fr, Le Télégramme,‎ (consulté le 12 février 2015)
  17. Catherine Aulaz, « Jacques Theppe : « OUvert à tout » », Sports Ain, sur leprogres.fr, Le Progrès,‎ (consulté le 13 février 2015)
  18. « Le FC Bourg-Péronnas promu en Ligue 2 ! – - France 3 Rhône-Alpes » (consulté le 23 mai 2015)
  19. http://www.savoie-foot.com/savoiefoot/Clubs01/BourgPeronnas.htm Bilan des saisons du FC Bourg-Péronnas depuis 1942
  20. http://www.savoie-foot.com/savoiefoot/ Base de données Savoie Foot
  21. a et b Gilles Garnier, « Communiqué officiel du président Gilles Garnier », sur fcbourgperonnas.fr,‎ (consulté le 13 janvier 2015)
  22. a et b « Infos pratiques - F.C. Bourg-Péronnas », sur fff.fr (consulté le 25 janvier 2015)
  23. « Plaquette Partenaires FCBP 2012-2013 », sur sportsandjobs.com
  24. Signature d'une convention avec Gueugnon
  25. Extrait du Journal officiel de la République française, édition des lois et décrets, numéros 94 à 101, 1976, p. 6114
  26. Pierrick Monnet, « Bourg-Péronnas, la couveuse bressane », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  27. Delphine Convert, « Le FCBP se prépare pour le National ! », Sport, sur radioscoop.com, Radio Scoop,‎ (consulté le 23 janvier 2015)
  28. « Saison 2014-2015 - Effectif », sur fcbourgperonnas.fr (consulté le 27 juin 2015)
  29. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  30. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  31. Patrick Mignon, La passion du football, Odile Jacob,‎ , 287 p. (ISBN 2738106110 et 9782738106117), chap. 2 (« D'un supporterisme à l'autre »), p. 212
  32. (en) Hugh Dauncey et Geoff Hare, France and the 1998 World Cup : The National Impact of a World Sporting Event, Routledge,‎ , 256 p. (ISBN 1135228620 et 9781135228620), « Fans and heroes », p. 85
  33. « BOURG PERONNAS : UN DERBY QUI A DES AIRS DE FINALE », sur duchere.footeo.com,‎ (consulté le 12 février 2015)
  34. S.M; avec AFP, « Le FC Bourg-Peronnas en Ligue 2 : les Burgiens exultent ! », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (consulté en 1er jui 2015)
  35. Fiche club Bourg-Péronnas 2014-2015, footballdatabase.eu, consulté le 11 février 2015
  36. « Présentation des Bleus Marines 2006 (FC Bourg-Péronnas) », sur http://ultrasmarsiglia.skyrock.com,‎ (consulté le 24 janvier 2015)
  37. Annonce no 8 - page 1588 01 - Ain ASSOCIATIONS Créations, Journal officiel Associations, 146e année, no 14, 5 avril 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :