Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étoile FC Fréjus
Saint-Raphaël
Logo du Étoile FC Fréjus Saint-Raphaël
Généralités
Nom complet Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël
Fondation 2009
Statut professionnel Jamais
Couleurs bleu et rouge
Stade Stade Louis-Hon
(5 000 places)
Siège Avenue du XVe corps
83600 Fréjus
Championnat actuel National
Président Drapeau : France Marcel Sabbah et
Drapeau : France Alexandre Barbero
Entraîneur Drapeau : France Jean-Marc Pilorget
Meilleur buteur Drapeau : France Mathieu Scarpelli (53)
Site web efc-frejus-saintraphael.com

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de football National 2015-2016
0

L'Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël, couramment abrégé ÉFC Fréjus-Saint-Raphaël, ÉFCFSR, ou simplement Fréjus-Saint-Raphaël, est un club de football français fondé en 2009, à la suite de la fusion de l'Étoile sportive fréjusienne et du Stade raphaëlois.

Grâce à la deuxième place obtenue en CFA l'année précédente par l'ÉS Fréjus, le nouveau club peut démarrer directement en National (D3), où il se maintient aisément.

Après s'être imposé comme un club habitué dans ce championnat, l'Étoile se mêle régulièrement à la lutte pour le podium, finissant notamment quatrième en 2013. Le club évolue en 2015-2016 pour sa septième saison en National, tandis que la réserve évolue en Division d'honneur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fusion et genèse du club (2009)[modifier | modifier le code]

Sur un stade de football, deux équipes se tiennent alignées avant le coup d'envoi.
L'équipe (en jaune) lors du match contre Paris FC du 2 septembre 2011 au Stade Charléty

Le club est issu de la fusion du Stade raphaëlois, club fondé en 1905, et de l'ES Fréjus, club fondé en 1938. La réunion des deux clubs, le , marque la création de l'Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël, création officialisée le [1],[2].

La fusion est le résultat de l'entente entre les villes voisines de Fréjus et Saint-Raphaël, qui ont outrepassé leur ancienne rivalité et tentent d'unir leurs moyens pour favoriser les réussites, et non uniquement sur le plan sportif[3]. Elle permet des économies d'échelle, et crée par ailleurs le plus grand club du département, avec plus de 1 000 licenciés et une cinquantaine d'équipes[3]. La fusion se fait aussi pour des raisons économiques, de manière à optimiser l'allocation des subventions versées par la communauté d'agglomération de Fréjus Saint-Raphaël[4].

L'équipe fanion de l'ÉS Fréjus devient équipe première du nouveau club, tandis que celle de Saint-Raphaël devient équipe réserve. Les débuts du club sont donc intimement liés aux résultats de l'ÉSF en CFA 2008-2009[5]. Les Étoilistes visent donc la montée en National, et finissent deuxièmes d'un championnat où seul le champion est promu. La déception est immense[5] et la direction du nouveau club décide de reporter les objectifs de promotion à l'année suivante[5].

Toutefois, de nombreux clubs sont frappés par une rétrogradation administrative en National : le Football Club de Sète 34 est mis en liquidation, et remplacé par le Stade Plabennecois Football[6]. Le Football Club Libourne-Saint-Seurin[7] et le Besançon Racing Club[8] sont également rétrogradés, libérant deux places : l'une échoit à l'AS Moulins, et l'autre au nouveau club varois, qui est notifié de sa promotion le [9]. L'Étoile est donc assurée de jouer au troisième échelon national pour sa saison inaugurale.

Stabilité en National (depuis 2009)[modifier | modifier le code]

Le club débute en National 2009-2010 le , soit à peine un mois après avoir été invité à y participer[9]. Toutefois, le club varois réalise un excellent début de saison, restant invaincu pendant sept matchs[9]. Considéré comme un prétendant sérieux au podium[9], l'Étoile finit à une satisfaisante huitième place d'un groupe dominé par l'Évian TGFC, le Stade de Reims et l'ESTAC[10].

De ce fait, à l'orée de la saison suivante, le club est pronostiqué très favorablement, au même titre que l'EA Guingamp, l'AS Cannes, le Paris FC, le SC Bastia, l'Amiens SC, et le RC Strasbourg[11]. L'ÉFC Fréjus-Saint-Raphaël se mêle rapidement à la lutte pour le podium[12],[13] et affirme ses ambitions de Ligue 2 à moyen terme[14]. Le club termine à la sixième place, entre l'AS Cannes et l'AS Beauvais[15]. En 2011-2012 toutefois, malgré l'arrivée de Franck Priou comme entraineur, le club est rapidement en difficulté[16] et Priou est limogé en décembre 2011 au profit de Charly Paquille, auparavant entraîneur de la réserve. Onzième au départ de Priou[17], l'ÉFC termine à une décevante neuvième place[18].

En National 2012-2013, l'Étoile réalise un début de saison très décevant, et se retrouve rapidement relégable. Toutefois, le club entame après sa victoire 1-0 « contre le cours du jeu » à Colmar une remontée inespérée[19]. Dès le , l'équipe entraînée par Michel Estevan peut, en cas de victoire sur le FC Rouen, monter sur le podium[20]. Toutefois, le soir de la dernière journée, l'ÉFCFSR est troisième et alors qu'un match nul contre le Red Star, relégable, suffit à la promotion[21], les Varois s'incline 2-1 (après avoir mené 0-1 à la mi-temps) face à des Audoniens qui jouaient leur maintien[22]. Suite à la victoire du CA Bastia contre le deuxième, l'US Créteil-Lusitanos 2 buts à 1, l'Étoile termine quatrième, à un point de la promotion.

Cet échec permet toutefois à l'ÉFCFSR d'être une nouvelle fois pronostiquée favorablement pour la montée en L2. Le club se renforce avec de nombreuses arrivées[23] et réalise un bon début de saison, occupant notamment la troisième place lors de la onzième journée[24]. L'équipe rentre ensuite dans le rang et finit dixième, avec deux points de pénalités[note 1],[25]. De plus, en mai 2014, l'Étoile est soupçonnée par l'Autorité de régulation des jeux en ligne à la suite de paris anormalement importants sur un site étranger, juste avant le coup d'envoi du match contre l'US Colomiers[26].

Palmarès et résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Titres et trophées[modifier | modifier le code]

Le club n'a pas de palmarès propre mais revendique celui de l'ÉS Fréjus et celui du Stade raphaëlois[27].

En outre, le Stade raphaëlois est multiple champion de Côte d'Azur USFSA dans les années 1900 et 1910[note 2] et remporte le championnat de France USFSA en 1912[28].

Le Stade raphaëlois finit champion de DH Méditerranée en 1980[29]. L'Étoile sportive fréjusienne remporte ce même championnat en 1986[30]. L'ÉSF est également vainqueur du groupe H de Division 4 1990-1991[31].

Parcours en Coupe de France[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël a participé deux fois à la phase finale de la coupe de France de football, ne dépassant toutefois jamais les trente-deuxièmes de finale.

Pour leur première Coupe de France, en 2009-2010, les joueurs méditerranéens accèdent au sixième tour et sont battus par l'US Marignane sur le score de deux buts à un[32].

En 2010-2011, au 5e tour, le club élimine Gap HAFC dans un duel de clubs de National sur le score de 5-0[33], puis le Football Club de Martigues (CFA) au tour suivant. Après avoir sorti l'AS Canet (DH)[34], puis l'US Colomiers, le club varois affronte en 32e de finale, le Nîmes Olympique, alors en Ligue 2, et s'incline 3-2.

Lors de l'édition 2011-2012, le club élimine l'Aubagne FC au septième tour[35]. Au huitième tour, l'Étoile continue son parcours en battant le Perpignan Canet Football Club en Division d'Honneur sur le score de 1 à 3[36]. Comme durant l'année précédente, le club est éliminé en 32e de finale contre l'AC Ajaccio, évoluant alors à la dernière position de la Ligue 1[37].

Lors de l'édition 2012-2013, après deux participations consécutives à la phase finale, l'Étoile est éliminée dès le stade du sixième tour par le FC Martigues, évoluant en CFA ; l'unique but de la partie est marqué par un ancien joueur de l'EFC Fréjus Saint-Raphaël, parti à Martigues[38].

En 2013-2014, l'Étoile est battue au sixième tour par le Sporting Toulon Var sur le score de trois buts à deux après une rencontre virulente : dans les dernières minutes de la prolongation, l'arbitre accorde un penalty pour Toulon que l'entraîneur Michel Estevan conteste fortement, demandant à ses joueurs de quitter le terrain ; finalement, Toulon transforme le penalty, éliminant Fréjus Saint-Raphaël[39].

Lors de la coupe de France 2014-2015, l'Étoile atteint le huitième tour. Favori pour ce match[40], le dernier club varois en lice est battu par l'Association sportive de Saint-Priest, dernière de son groupe en CFA, sur le score de un but à zéro[41].

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, le club a disputé uniquement six saisons en championnat de France de football National (troisième niveau). Il n'a jamais été ni promu, ni relégué, et n'a jamais obtenu le statut professionnel.

Le tableau suivant résume le bilan par saison du club depuis 2009.

Identité du club[modifier | modifier le code]

Évolution du blason[modifier | modifier le code]

Le logo reprend l'étoile, symbole commun de l'ES Fréjus et du Stade raphaëlois ainsi que la couleur bleue. On y retrouve aussi un peu de rouge, rappelant le logo du Stade Raphaëlois.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Pendant quelques années, une rivalité s'installe autour du derby opposant l'Étoile à l'Association sportive de Cannes football[42]. Les deux villes de Cannes et de Fréjus sont séparées de 27 km, ce qui est particulièrement peu pour deux villes dont les clubs évoluent dans un même championnat. Toutefois, le derby reste secondaire et n'attire pas autant qu'espéré[43]. En avril 2011, le derby est à enjeu puisque les deux clubs visaient alors la montée en Ligue 2, mais reste peu attrayant en raison des contre-performances précédentes des deux équipes[44].

Depuis la rétrogradation de l'AS Cannes en 2011, la rivalité s'est apaisée, et l'Étoile n'a plus de rival récurrent dans son championnat.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2015-2016 de l'EFC Fréjus Saint-Raphaël, au 20 août 2015[45]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[46] Nom Date de naissance Sélection[47] Club précédent
1 G Drapeau de la France Robinet, JulienJulien Robinet 12/9/1986 (28 ans)
ES Uzès Pont du Gard
16 G Drapeau de la France Deneuve, GaëtanGaëtan Deneuve 3/5/1985 (30 ans)
Stade brestois 29
30 G Drapeau de la France Ousseni, MoyadhMoyadh Ousseni 2/4/1993 (22 ans)
FC Puget
3 D Drapeau : Côte d'Ivoire Troh, Guy-AngeGuy-Ange Troh 26/2/1993 (22 ans)
0 Formé au club
4 D Drapeau de la France Cirilli, Jean-CharlesJean-Charles Cirilli 10/9/1982 (32 ans)
Amiens SC
5 D Drapeau de la France Digbeu, AngeAnge Digbeu 29/6/1992 (23 ans)
OGC Nice rés.
6 D Drapeau : Côte d'Ivoire Diarrassouba, BambaBamba Diarrassouba 29/3/1989 (26 ans)
US Créteil Lusitanos
12 D Drapeau de la France Dumas, BelonyBelony Dumas 1/1/1989 (26 ans)
OGC Nice rés.
15 D Drapeau de la France Fernandez, VincentVincent Fernandez 19/9/1986 (28 ans)
Nottingham Forest
19 D Drapeau de la France flèche vers la droite Rougeaux, LucasLucas Rougeaux 10/3/1994 (21 ans)
OGC Nice rés.
20 D Drapeau : Sénégal Mendy, JulesJules Mendy 14/11/1994 (20 ans)
Olympique de Marseille rés.
2 M Drapeau du Cameroun flèche vers la droite M'Boné, YannickYannick M'Boné 16/4/1993 (22 ans)
SM Caen
8 M Drapeau de la France Orinel, AkimAkim Orinel 27/7/1986 (29 ans)
USM Alger
11 M Drapeau de la France Hennion, CyrilCyril Hennion 3/1/1992 (23 ans)
OGC Nice rés.
14 M Drapeau de la France Barroilhet, RichardRichard Barroilhet 29/8/1992 (23 ans)
FK Taraz
18 M Drapeau de la France Gendrey, GrégoryGrégory Gendrey 7/10/1986 (28 ans) Guadeloupe Jura Sud Foot
21 M Drapeau de la France Padovani, RomainRomain Padovani 15/10/1989 (25 ans)
Portsmouth FC
26 M Drapeau de la France Delvigne, RaphaëlRaphaël Delvigne 8/10/1991 (23 ans)
Lille OSC rés.
27 M Drapeau de la France Damour, LoïcLoïc Damour 8/1/1991 (24 ans)
White Star Bruxelles
999 M Drapeau de la France Houri, SamySamy Houri 9/8/1985 (30 ans)
CS Constantine
7 A Drapeau de la France Scarpelli, MathieuMathieu Scarpelli Capitaine 23/7/1981 (34 ans)
EA Guingamp
9 A Drapeau de la France Astier, JordanJordan Astier 28/4/1992 (23 ans)
OGC Nice rés.
10 A Drapeau : Côte d'Ivoire Madou, FranckFranck Madou 15/9/1987 (27 ans)
FC Le Mont
17 A Drapeau de la France Henry, ThomasThomas Henry 20/9/1994 (20 ans)
AS Beauvais Oise
22 A Drapeau de la République démocratique du Congo Mbuyi-Mutombo, AndréaAndréa Mbuyi-Mutombo 6/6/1990 (25 ans) RD Congo Istra 1961
23 A Drapeau de la France Lopez, JulienJulien Lopez 1/3/1992 (23 ans)
GS Consolat Marseille
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Richard Krakowski
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Christian Milano
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Laurent Farina
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Frédéric Heudiard (ostéopathe)



Légende

Consultez la documentation du modèle

Entraineurs[modifier | modifier le code]

Athos Bandini est le premier entraîneur du club, de 2009 à 2011. Il officiait à ce poste de 2008 à 2009 avec l'Étoile sportive fréjusienne. En 2011, Franck Priou, qui venait de promouvoir le Football Club de Martigues en National est engagé. Toutefois, il est confronté dès le début de la saison à des diffficultés sportives[16] et est remercié en décembre 2011[17]. Charles Paquillé, entraîneur de la réserve en CFA 2, lui succède.

Michel Estevan est engagé par l'Étoile en fin de saison 2011-2012. Après trois ans à la tête de l'équipe première et avoir terminé au pied du podium lors de sa première saison, il fait part le de sa volonté de ne pas continuer avec le club varois[48]. Jean-Marc Pilorget est nommé entraîneur pour l'exercice suivant[49].

Entraîneurs de l'ÉS Fréjus Saint-Raphaël
# Période Nom
1 2009-2011 Drapeau : France Athos Bandini
2 2011-décembre 2011 Drapeau : France Franck Priou
3 décembre 2011-mai 2012 Drapeau : France Charly Paquille
4 mai 2012-2015 Drapeau : France Michel Estevan
5 depuis juin 2015 Drapeau : France Jean-Marc Pilorget

Présidents[modifier | modifier le code]

Alexandre Barbéro et Marcel Sabbah sont co-présidents du club depuis sa fondation[3]. Alexandre Barbéro est un chef d'entreprise, et Marcel Sabbah un ancien directeur de service[50]. Barbéro est le directeur général de Holding Delta Investissements (HDI), sponsor du club depuis 2009[51].

Alexandre Barbéro occupe le poste de président de la SASP tandis que Marcel Sabbah est président de l'association[52].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Structures sportives[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Stade Pourcin et Stade Louis-Hon.

À sa création, l'équipe A (National) évolue au Stade Pourcin de Fréjus, qui peut accueillir 4 000 spectateurs, dont 2 500 places assises. L'équipe B (Division d'honneur) évolue au Stade Louis-Hon de Saint-Raphaël.

Le terrain du club est très sensible à la pluie en raison de difficultés de drainage, ce qui a pu entraîner de nombreux reports de matchs[53].

Dès 2011, le club envisage de construire une nouvelle enceinte de 6 à 8 000 places pour un coût estimé à 10 millions d'euros. Ce stade pourrait par la suite être agrandi pour atteindre une capacité supérieure à 10 000 places[54]. Toutefois, le projet est entravé par la proximité du quartier Gallieni, initialement sélectionné, avec la Nécropole d’Indochine[55].

En 2014, la municipalité fréjusienne annonce la démolition prochaine du Stade Pourcin[56]. Il sera en outre remplacé par un complexe de logements sociaux[57]. Les deux co-présidents du club se sont réjouis de cette décision, le stade n'étant plus aux normes, et ne répondant pas aux standards du National, notamment au niveau des possibilités de stationnement automobile[56]. Ainsi, pour la saison 2014-2015, l'équipe première déménage provisoirement au Stade Louis-Hon de Saint-Raphaël[56].

Autres équipes[modifier | modifier le code]

En 2015, lEFC Fréjus Saint-Raphaël compte 28 équipes, engagées en compétition, selon la Fédération française de football[58].

En 2014-2015, tandis que l'équipe première évolue en National, l'équipe réserve joue en Division d'Honneur Méditerranée et l'équipe C joue en Promotion d'Honneur A, au premier niveau départemental[59]. L'équipe des moins de 19 ans évolue en DH Méditerranée, au premier niveau régional, tandis que celle des moins de 17 ans évolue dans l'élite, en première division[59]. Plusieurs équipes de moins de 15 ans évoluent au niveau régional et départemental[59]. L'Étoile possède plusieurs équipes de jeunes commençant au niveau U8[60],[note 3].

En Coupe Gambardella, coupe nationale réservée aux moins de 19 ans, l'équipe échoue lors des 32es de finale lors de l'édition 2009-2010 contre le SC Bastia, malgré la volonté affichée avant le match d'aller plus loin et de « créer l'exploit »[61],[62]. Après une élimination précoce l'année suivante, le club varois réalise son meilleur résultat dans la compétition lors de l'édition édition 2011-2012, avec un seizième de finale, perdu contre l'AS Saint-Étienne[63]. Lors de l'édition 2013-2014, l'Étoile atteint le premier tour de la phase finale, avant de s'incliner face au Gazélec de Nîmes[64],[65].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Le club est une société anonyme sportive professionnelle[66] et une association loi 1901[50]. L'EFC Fréjus Saint-Raphaël est affilié à la FFF, à la Ligue de la Méditerranée de football et au district du Var, sous le numéro 554245[67]. Le club a son siège social depuis sa création, au Stade Pourcin, au 260, Avenue du XV Corps à Fréjus[67].

Co-présidé par Marcel Sabbah et Alexandre Barbero, le club a pour secrétaire général, Nicolas Arnaud, pour correspondant du district, José Vivero, tandis qu'Antoine Macino est le correspondant du club, le « correspondant compétitions nationales », le trésorier et le responsable de la sécurité, fonction dans laquelle il est secondé par Roger Mizzi[67].

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

Après la fusion des deux clubs en 2009, le budget est de 2,7 millions d'euros pour la saison 2009-2010[50]. Ce budget est maintenu pour la saison suivante, ce qui fait du club le neuvième de National en ce qui concerne son budget[68]. Pour 2011-2012, avec 3 5 millions d'euros, il se classe à la troisième place des budgets du championnat[69]. Malgré la neuvième place obtenue, le budget est augmenté à hauteur de 3 9 millions d'euros pour 2012-2013[70].

En National 2013-2014, bien qu'ayant rabaissé le budget à 3,5 millions d'euros, l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël a le second plus important budget du championnat, ce qui appuie ses ambitions de promotion[71]. La saison suivante, avec un budget maintenu, l'Étoile n'est plus que le cinquième club de National en termes de finances[72]. La saison suivante, le budget chute à 2,5 millions d'euros[73].

Budget prévisionnel de l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël
Saison 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016
Budget 2,7 M€ 2,7 M€ 3,5 M€ 3,9 M€ 3,5 M€ 3,5 M€ 2,5 M€

Équipementiers et sponsors[modifier | modifier le code]

De 2009 à 2013, les joueurs du club sont équipés de maillots Lotto[50]. Depuis juillet 2013, l'équipementier du club est l'allemand Puma[74].

À sa fondation, les sponsors du club sont Pizzorno Environnement, Seeta, Holding Delta Investissements, Géant Casino, Groupe Barrière et Leclerc, ainsi que le département du Var et les municipalités de Fréjus et de Saint-Raphaël[50]. Le partenaire principal du club est Pizzorno, qui figure sur les maillots du club depuis 2009[75].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Affluences[modifier | modifier le code]

Les affluences de l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël ne cessent de baisser depuis sa fondation en 2009. Par rapport aux affluences précédentes de l'Étoile sportive fréjusienne, la fusion avec le Stade raphaëlois provoque un sursaut : de 692 spectateurs en moyenne en 2009[76] (ÉS Fréjus), le nouveau club enregistre 1 787 spectateurs de moyenne par match à domicile sa première année, ce qui constitue la meilleure affluence moyenne de son histoire.

Les bons résultats de l'équipe en National 2011-2012 entraînent une hausse des affluences (+148), la seule connue par le club varois. Depuis, les affluences diminuent lentement, passant pour la première fois sous les 1 000 spectateurs en 2015. Cette saison-là, l'équipe draine la treizième affluence (sur 18) de National[77].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile de l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël

Supporters[modifier | modifier le code]

En février 2014, l'Étoile organise un entraînement public au stade Galfard à Cogolin destiné à faire connaître l'équipe auprès des collégiens du Var[78].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La FFF retire deux points à l'ÉFC Fréjus Saint-Raphaël en raison de « propos menaçants avant le match, des insultes et le jet d'une bouteille sur un officiel » lors de la rencontre contre l'US Luzenac
  2. Le Stade raphaëlois remporte le championnat en 1908, 1909, 1911, 1912, 1913, et 1914.
  3. Les abréviations U8, U17, ou U19, de l'anglais under the age of, désigne des catégories génériques internationales en fonction de l'âge.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Fréjus - Saint-Raphaël football club est né, Var-Matin, 17 mars 2009.
  2. « Football. Le Fréjus St-Raphaël FC est né ! », Var-Matin, 3 juin 2009.
  3. a, b et c « Le Fréjus - Saint-Raphaël football club est né », Nice Matin,‎ (lire en ligne)
  4. « Coup d’envoi pour le nouveau Fréjus-Saint-Raphaël Football-Club »,‎ (consulté le 10 décembre 2014)
  5. a, b et c Katia Enriotti-Bascher, « Fusion : le parcours de l'Etoile donnera le ton », sur varmatin.com,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  6. XS, « Sète en liquidation judiciaire », sur football365.fr,‎
  7. « Libourne rétrogradé ! », sur francefootball.fr,‎ 1er juillet 2009
  8. « Verdict de la DNCG : Le BRC rétrogradé en CFA2 », sur hebdodebesancon.com
  9. a, b, c et d « Une fusion qui tombe à pic », sur estac.fr,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  10. « National - 2010 », sur footballenfrance.fr (consulté le 14 décembre 2014)
  11. Farid Ahnache, « National : Les Pronos des techniciens (1/3) »,‎ (consulté le 19 novembre 2011)
  12. J.-M. L.R., « Le podium, puis le gala! site = letelegramme.fr »,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  13. Alexandre Chochois, « Guingamp - Fréjus St-Raphaël : A qui le podium? », sur foot-national.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  14. bluefever67, « Nous ne savons pas détruire le football ! », sur racingstub.com,‎ (consulté le 12 octobre 2011)
  15. « National - 2011 », sur footballenfrance.fr (consulté le 14 décembre 2014)
  16. a et b « Etoile: la colère de Franck Priou », sur varmatin.com,‎ (consulté le 13 mai 2015)
  17. a et b Erwann Penland, « Fréjus St Raphaël : Franck Priou remercié », sur foot--national.com,‎
  18. « National - 2012 », sur footballenfrance.fr (consulté le 13 mai 2015)
  19. Julien-Thomas Will, « Scarpelli croit en son Étoile », sur dna.fr,‎ (consulté le 24 juillet 2015)
  20. Philippe Corbin, « FOOTBALL : L’ÉTOILE JAMAIS AUSSI PROCHE DE LA L2 », sur ville-frejus.fr,‎ (consulté le 24 juillet 2015)
  21. Olivier Le Creurer, « L'Etoile FC Fréjus/St-Raphaël aux portes de la ligue 2 », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (consulté le 24 juillet 2015)
  22. David Goudey et Stéphane Corby, « FOOT-VIDEO : le résumé de Red Star - Fréjus-Saint-Raphaël (2-1) », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 24 juillet 2015)
  23. « L'adversaire du jour : Fréjus St-Raphaël », sur vocfoot.net,‎ (consulté le 25 juillet 2015)
  24. H.H., « SR Colmar - Fréjus : qui fera le bond en avant ? », sur lalsace.fr,‎ (consulté le 25 juillet 2015)
  25. Erwann Penland, « Retrait de deux points pour Fréjus Saint-Raphaël », sur foot-national.com (consulté en 25 juillet 2015 [ date = 30 avril 2014)
  26. « Paris en ligne: des soupçons sur un match de l'Etoile Fréjus-Saint-Raphaël », sur nicematin.com,‎ (consulté le 24 juillet 2015)
  27. « Historique », sur efc-frejus-saintraphael.com (consulté le 31 janvier 2015)
  28. Frédéric Pauron, « France 1892-1919 », sur rsssf.com,‎ (consulté le 1 février 2015)
  29. « DH Mediterranee - 1980 », sur footballenfrance.fr (consulté le 2 février 2015)
  30. « DH Mediterranee - 1986 », sur footballenfrance.fr (consulté le 2 février 2015)
  31. « Division 4 Gr. H 1991 », sur footballenfrance.fr (consulté le 2 février 2015)
  32. Erwann Penland, « 6ème tour coupe de France : Résultats complets », sur foot-national.com,‎ (consulté le 28 décembre 2014)
  33. « Fréjus-Saint-Raph. 5 - 0 Gap », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 10 décembre 2014)
  34. « 7EME TOUR DE LA COUPE DE FRANCE 2010-2011 », sur gestiondunet.com,‎ (consulté le 10 décembre 2014)
  35. « Aubagne FC 0 - 1 Fréjus », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 28 décembre 2014)
  36. « Perpignan-Canet 1-3 Fréjus-Saint-Raph. », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 28 décembre 2014)
  37. « Fréjus - Ajaccio : 0-3 », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 28 décembre 2014)
  38. Alexandre Chochois, « Coupe de France : Martigues se qualifie à Fréjus St-Raphaël! », sur foot-national.com,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  39. Alexandre Chochois, « Coupe de France : Toulon s'offre Fréjus sur le fil », sur foot-national.com,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  40. « Coupe de France : Fréjus-Saint-Raphaël en favori à Saint-Priest », sur varmatin.com,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  41. « En images. Coupe de France : Saint-Priest sort Fréjus et continue l'aventure », sur leprogres.fr,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  42. « CHAMOIS - FREJUS SAINT-RAPHAEL : LUMIERE SUR L’ETOILE », sur lepetitchamois.com,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  43. A. Boyer, « Football - National Cannes - Fréjus : tout petit derby », sur nicematin.com,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  44. Colin Lecuire, « Cannes-Etoile : un derby au goût amer... », sur varmatin.com,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  45. « Saison 2015-2016 - Effectif », sur efc-frejus-saintraphael.com (consulté le 20 août 2015)
  46. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  47. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  48. « Source : Fréjus : Le club officialise le départ de Michel Estevan », sur foot-national.com,‎ (consulté le 25 juillet 2015)
  49. « Football: Jean-Marc Pilorget nouveau coach de Fréjus-Saint-Raphaël », sur varmatin.com,‎ (consulté le 25 juillet 2015)
  50. a, b, c, d et e « FREJUS-SAINT RAPHAËL FC », sur quomodo.com (consulté le 28 décembre 2014)
  51. « M. Alexandre BARBERO DG de HOLDING DELTA INVESTISSEMENTS », sur dirigeant.societe.com (consulté le 28 décembre 2014)
  52. Alexandre Chochois, « Source : Fréjus : Le club officialise le départ de Michel Estevan », sur foot-national.com,‎ (consulté le 11 mai 2015)
  53. L.H., « Le face à face Samuel ALLEGRO ( ASC)- Athos BANDINI (Fréjus-Saint Raphaël) », sur amiensfootball.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  54. Alexandre Chochois, « Fréjus St-Raphaël : Un nouveau stade à 10 millions d'euros! », sur foot-national.com,‎ (consulté le 18 décembre 2014)
  55. « Le futur stade de foot de l'Est Var ne se fera pas à Galliéni », sur varmatin.com,‎ (consulté le 18 décembre 2014)
  56. a, b et c « LE STADE POURCIN VA DISPARAÎTRE », sur actufoot83.com,‎ (consulté le 18 décembre 2014)
  57. Éric Farel, « La municipalité veut préparer l'avenir de Fréjus », sur varmatin.com,‎ (consulté le 18 décembre 2014)
  58. « ET. F. C. FREJUS SAINT RAPHAEL - Infos-Clés », sur fff.fr (consulté le 12 août 2015)
  59. a, b et c « ET. F. C. FREJUS SAINT RAPHAEL - Équipes », sur fff.fr (consulté le 12 août 2015)
  60. « Sections Amateurs », sur efc-frejus-saintraphael.com (consulté le 29 décembre 2014)
  61. « Fréjus Coupe Gambardella : l'Etoile FC veut créer l'exploit », sur varmatin.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  62. « Coupe Gambardella 2009-2010 », sur footballenfrance.fr (consulté le 12 août 2015)
  63. « Gambardella: l'Etoile s'incline face à Saint-Etienne », sur varmatin.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  64. « Coupe Gambardella 2013-2014 », sur footballenfrance.fr (consulté le 12 août 2015)
  65. « Nîmes Gazelec : « Une aventure unique » », sur footballsupps.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  66. « FREJUS-SAINT-RAPHAEL », sur lequipe.fr (consulté le 9 décembre 2014)
  67. a, b et c « ET. F. C. FREJUS SAINT RAPHAEL », sur fff.fr (consulté le 12 août 2015)
  68. fbifrejus, « Les budgets des clubs », sur planete-src.com,‎ (consulté le 31 janvier 2015)
  69. koji56, « [Saison 2011-2012] Budget des clubs »,‎ (consulté le 31 janvier 2015)
  70. « NATIONAL : LES MOUVEMENTS », sur estrepublicain.fr,‎ (consulté le 31 janvier 2015)
  71. Pierre-Mickaël Ayi, « Etoile Frejus/Saint-Raphaël: un exercice de grand écart », sur varmatin.com,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  72. Philippe Grand, « FOOTBALL (NATIONAL) Chambly, grande dynamique et petit budget », sur courrier-picard.fr,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  73. « RC Strasbourg… Les budgets des équipes de National en 2015-2016 », sur sportune.fr,‎ (consulté le 27 août 2015)
  74. « Puma arrive, Ciaravino s’en va », sur efc-frejus-saintraphael.com,‎ (consulté le 28 décembre 2014)
  75. « Fréjus Saint-Raphaël », sur leballonrond.fr (consulté le 12 août 2015)
  76. « HISTORIQUE FREJUS », sur footballstats.fr (consulté le 25 juillet 2015)
  77. « Classement National Domicile spectateurs 2014 / 2015 », sur foot-national.com
  78. Marion, « Venez voir l’Etoile Football Club de Fréjus-Saint-Raphaël s’entraîner ! », sur colleges.var.fr,‎ (consulté le 25 juillet 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]