Eusko Alkartasuna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ea.
Eusko Alkartasuna
Image illustrative de l'article Eusko Alkartasuna
Logotype officiel.
Présentation
Président Pello Urizar
Fondation
Siège Saint-Sébastien, Guipuscoa
Secrétaire général Ikerne Badiola
Organisation de jeunesse Gazte Abertzaleak
Idéologie Social-démocratie[1]
Indépendantisme basque[1]
Affiliation européenne Alliance libre européenne
Couleurs vert, blanc et rouge
Site web euskoalkartasuna.org
Eusko Alkartasuna Pays basque nord (Iparralde)
Présentation
Coordinateur territorial pour Iparralde Miren Urreiztieta
Siège 34 rue Pannecau
64100 Bayonne
Site web ea-labenzu.fr

Eusko Alkartasuna (EA) (« Solidarité basque » en basque[1]) est un parti politique basque nationaliste et fédéraliste. Il se veut présent dans tout Euskal Herria (le Pays basque), c'est-à-dire tant les trois provinces basque-espagnoles du Guipuscoa, de Biscaye et d'Alava, la communauté forale de Navarre, que le Pays basque français. En septembre 2011, il s'allie avec le parti Aralar au sein de la coalition Amaiur.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'EA est issu d'une scission du Parti nationaliste basque en 1986 (EAJ-PNV)[2]. Son premier congrès se tient en septembre 1987 à Pampelune. Carlos Garaikoetxea devient alors le premier président du parti.

La scission semble avoir été provoquée par :

  • un conflit de personnalité entre Carlos Garaikoetxea et le dirigeant de l'EAJ-PNV, Xabier Arzalluz.
  • l'organisation du Pays basque :
    • un gouvernement basque central fort et des provinces faibles (EA).
    • un provincialisme plus marqué (EAJ-PNV).
  • un conflit idéologique droite (EAJ-PNV) - gauche (EA)

Cette séparation est difficile, avec un vote décisif dans chaque section.

Le mot pour « solidarité » en basque est normalement elkartasun. Afin d'éviter l'utilisation du sigle EE, déjà utilisé par le parti nationaliste de gauche Euskadiko Ezkerra, c'est la forme utilisée en Biscaye qui est choisie.

Il est membre de l'Alliance libre européenne et la Fédération du Pays basque nord est membre de la fédération Régions et peuples solidaires.

Lors des élections de mars 2004, il disposait encore d'un député aux Cortes espagnoles, à Madrid. Ce siège avait été emporté dans la circonscription électorale du Guipuscoa, la province où EA fait toujours son meilleur score. Eusko Alkartasuna détenait ce siège depuis 1993 et l'a perdu en 2008. Uniquement en 1989, EA réussit à obtenir un deuxième élu.

En coalition avec la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et l'Union aragonaisiste, il a remporté un siège au Parlement européen en 2004 sur la liste « Europa de los Pueblos ». Ce siège sera occupé, à tour de rôle, pendant la VIe législature (2004-2009), par un élu catalan, basque (Mikel Irujo Amezaga) et aragonais.

Alliances[modifier | modifier le code]

En 2011, le parti fait coalition avec les différents partis Abertzale pour les élections sénatoriales provinciales. Le nom du parti de coalition est Amaiur[3].

Entre 2003 et 2015, EA est membre de la coalition des différents partis nationalistes basques, Oui à la Navarre.

Lors des élections européennes du 7 juin 2009, EA-Iparralde soutien, tout comme Abertzaleen Batasuna (AB), la liste Europe Écologie[4].

Pour les élections municipales et départementales, EA s'est présenté sous les couleurs d'EHBAI en coalition avec AB et Sortu.

Organisation[modifier | modifier le code]

La direction nationale du parti est constituée de 17 personnes dont le secrétaire général Pello Urizar Karetxe et dont les 5 coordinateurs territoriaux des 5 provinces basques[5].

Mouvement de jeunes[modifier | modifier le code]

Gazte Abertzaleak (GA) (« Jeunes Patriotes » en basque) est le mouvement de jeunes du Eusko Alkartasuna (EA)[6].

Ce mouvement de jeunes compte parmi ses anciens membres Mikel Irujo Amezaga, né le 06 octobre 1972 à Caracas (Venezuela). Il était eurodéputé pour le groupe politique du Parlement européen du Groupe des Verts/Alliance libre européenne (Verts/ALE) pour le parti basque Eusko Alkartasuna. Il était secrétaire pour les affaires internationales auprès de Gazte Abertzaleak (1998-2002) et Président et cofondateur de Jeunesse ALE (2001-2002)[7].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Contrairement au Parti nationaliste basque aux racines démocrates chrétiennes marquées, EA est un parti social-démocrate[1],[8] ainsi que non-confessionnel. Ouvertement indépendantiste, EA est favorable l'« unifications des sept provinces basques »[1]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections générales espagnoles[modifier | modifier le code]

Résultats d'EA lors des élections générales dans le Pays basque[9]
Année Congrès des députés Sénat
Voix  % Rang Députés
1989 123 613 11,17 4e
2 / 21
0 / 12
1993[10] 117 856 9,85 5e
1 / 19
0 / 12
1996 103 628 8,22 6e
1 / 19
0 / 12
2000 86 557 7,57 4e
1 / 19
0 / 12
2004 80 905 6,48 5e
1 / 19
0 / 12
2008 50 371 4,46 5e
0 / 18
0 / 12
2011 Au sein d'Amaiur
2015 Au sein d'Euskal Herria Bildu

Élections au Parlement basque[modifier | modifier le code]

Année  % Rang Mandats
1986 15,84 4e
13 / 75
1990 11,38 4e
9 / 75
1994 10,31 5e
8 / 75
1998 8,69 5e
6 / 75
2001[11] 42,7 1er
7 / 75
2005[11] 38,7 1er
7 / 75
2009 3,68 5e
1 / 75
2012 au sein d'EH Bildu

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jean-Marie Izquierdo, « Trajectoires nationalistes. Les nationalismes en Pays Basque français et espagnol », Pôle Sud, no 20,‎ , p. 47-61 (ISBN 9782841582594, lire en ligne)
  2. Benoît Pellistrandi, « L'Espagne face à elle-même », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. no 74,‎ , p. 57-71 (ISSN 0294-1759, lire en ligne)
  3. http://www.amaiur.info
  4. Conférence de presse de Mattin Etxepare dans eitb.com
  5. Direction nationale sur le site d'EA
  6. Invitation au congrès de Gazte Abertzaleak, sur udbjeunes.com (consulté le 25 octobre 2016).
  7. https://wiki.laquadrature.net/MikelIrujoAmezaga/fr
  8. Zoé Bray et Jean-Baptiste Harguindéguy, « Une sociologie de la construction identitaire », Pôle Sud, vol. n° 20,‎ , p. 191-202 (ISSN 1262-1676, lire en ligne)
  9. (es) « Consulta de resultados electorales. Ministerio del Interior », sur www.infoelectoral.mir.es (consulté le 19 janvier 2016)
  10. En coalition avec Euskal Ezkerra (en).
  11. a et b Alliance avec le Parti nationaliste basque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]