James Clement Dunn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Clement Dunn
James Clement Dunn 1921.jpg
James Clement Dunn en 1921
Fonction
Ambassadeur des États-Unis en Italie (en)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

James Clement Dunn, né le à Newark dans le New Jersey à West Palm Beach en Floride[1]) est un diplomate américain et fonctionnaire du Département d'État des États-Unis. Il sert comme ambassadeur des États-Unis en Italie, en France, en Espagne et au Brésil. Il a vécu en Italie après sa retraite en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1917, il devient attaché naval adjoint en Haïti. En 1920, il est nommé troisième secrétaire à l'ambassade en Espagne, poste qu'il occupe pendant deux ans. Il est chargé d'affaires à Port-au-Prince, en Haïti, en 1922-24. Après d'autres missions, il est nommé premier secrétaire à l'ambassade américaine à Londres. De 1928-1930 il est la première personne à occuper le poste de chef du protocole des États-Unis (en). En 1930-1935, il est conseiller à la Commission pour l'étude d'Haïti. Dunn est le principal conseiller politique de la Conférence de Berlin en 1945 et représentant lors des réunions américaines du Conseil de ministres des Affaires étrangères à Londres, Paris et New York en 1945-46.

Quand les représentants de 50 pays se réunissent à San Francisco d'avril à juin 1945 pour former les Nations unies, Dunn « travaille intensément en coulisses pour créer un consensus pro-français » et protéger les intérêts coloniaux de la France dans l'Indochine française. Il a une fois été appelé un « fasciste » par Eleanor Roosevelt pour ses vues sur les questions coloniales[2].

En 1946, il est membre de la délégation à la Conférence de paix de Paris. Il a été gouverneur du Metropolitan Club et membre du Knickerbocker Club, du River Club, du Regency Club et du Whist Club à New York, et de l'Alibi Club à Chevy Chase, dans le Maryland. À sa mort, il laisse son épouse Augusta Armour Mary; deux filles Marianna Dunn de Manhattan et Cynthia Esterlechner d'Allemagne de l'Ouest; trois petits-enfants et neuf arrière petits-enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « James Clement Dunn, U.S. Diplomat in Europe » [fee], The New York Times, (consulté le 5 novembre 2015)
  2. Fredrik Logevall, Embers of War, Random House, (ISBN 9780375504426), p. 89

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]