John Bigelow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Bigelow
John Bigelow - Brady-Handy.jpg
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Malden (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
John Bigelow, Jr. (en)
Flora Guest (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Membre de

John Bigelow, , est un avocat, diplomate et homme politique américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Malden-on-Hudson (en), John Bigelow, Sr. est diplômé d'Union College en 1835 où il est membre de la Sigma Phi Society et de la Philomathean Society (en) avant d'être admis au barreau en 1838. De 1849 à 1861, il est l'un des rédacteurs et copropriétaires du New York Evening Post. Le , Bigelow épouse Jane Tunis Poultney qui lui donne neuf enfants.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Bigelow commence sa carrière politique comme réformateur démocrate en collaboration avec William Cullen Bryant à New York. En 1848, ses convictions anti-esclavagistes le conduisent à quitter le parti et il rejoint le Free Soil Party, soutenant la candidature de John Charles Frémont pour président cette année-là. En 1856, il emmène d'autres anciens démocrates dans le nouveau parti républicain. Après que le candidat du parti, Abraham Lincoln, a été élu président en 1860, Lincoln le nomme consul américain à Paris en 1861, progressant du statut de chargé d'affaires à celui d'envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à la cour de Napoléon III. À ce titre, en collaboration avec Charles Francis Adams, Sr., l'Ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni, Bigelow contribue à bloquer les tentatives de la France et du Royaume-Uni d'intervenir dans la guerre de Sécession en faveur de la Confédération et joue ainsi un rôle important dans la victoire de l'Union. En 1865, il est nommé Ambassadeur des États-Unis en France. Après avoir quitté ce poste à Paris, il se rend en Allemagne où il réside pendant trois ans, notamment pendant la durée de la guerre franco-prussienne, et devient ami d'Otto von Bismarck.

Après la fin de la guerre, il retourne à New York où il aide son vieil ami Samuel Jones Tilden à lutter contre la corruption qui a prospéré dans la ville dirigée par William Marcy Tweed. En raison du respect universel dans lequel Bigelow est tenu à New York, il est proposé à la candidature par les deux partis politiques pour le bureau de l'État en 1872. Sous l'influence de Tilden, Bigelow décide de rejoindre le parti démocrate, accepte sa nomination et finit élu Secrétaire d'État de New York (en), poste qu'il occupe jusqu'en 1876. Lorsque les démocrates nomment Tilden pour le poste de président en 1876, Bigelow lui sert comme directeur de campagne et à ce titre, conseille Tilden dans le célèbre différend sur le résultat de l'élection présidentielle. Tilden meurt près d'une décennie après que le différend a été tranché en faveur de son rival, Rutherford B. Hayes et Bigelow agit ensuite comme l'un des exécuteurs testamentaires du Tilden Estate Trust. Il réalise les souhaits de Tilden, sur plusieurs années, pour développer la New York Public Library.

Ardent partisan du développement du canal de Panama, il est ami de Philippe Bunau-Varilla qui présente la déclaration d'indépendance du Panama à la résidence de Bigelow. Le drapeau de Panama d'abord proposé est fait par Mme Bunau Varilla mais est rejeté par les Panaméens qui ont créé le leur propre.

La carrière littéraire de Bigelow, commencé avec Bryant au New York Evening Post, comprend plusieurs ouvrages. Il est un de premiers Américains à visiter Haïti avec un esprit ouvert et publie The Wisdom of the Haitians qui, avant la guerre civile, a été l'un des rares ouvrages américains à présenter une vision positive de l'indépendance haïtienne. Il publie une édition de The Autobiography of Benjamin Franklin (en) en 1868 et The Life of Samuel J. Tilden en 1895.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le , Rudy Giuliani, alors maire de New York, signe un projet de loi ajoutant le nom « John Bigelow Plaza » à l'intersection de la 41e rue et de la Cinquième avenue au centre de l'arrondissement de Manhattan, directement en face de la célèbre branche principale de la Bibliothèque publique de New York. Son domaine à Highland Falls, New York, appelé The Squirrels, est inscrit sur le Registre national des lieux historiques en 1982[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcos E., Brigadier General, USAF, retired Kinevan, Frontier Cavalryman, Lieutenant John Bigelow with the Buffalo Soldiers in Texas, Texas Western Press, The University of Texas at El Paso, (ISBN 0-87404-243-7)
  2. (en) « National Register Information System », sur le site du National Park Service, National Register of Historic Places,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traduction[modifier | modifier le code]