Jane D. Hartley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hartley.
image illustrant une personnalité image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jane D. Hartley
Description de l'image JaneDHartley.jpg.
Naissance (66 ans)
Waterbury (Connecticut, États-Unis)
Profession
Ambassadeur
Conjoint
Ralph Schlosstein

Ambassadeur des États-Unis en France

Paris (France)

Prédécesseur Charles Rivkin

Jane Dorothy Hartley, née le à Waterbury, est une femme d'affaires et diplomate américaine. Elle est ambassadrice des États-Unis en France et à Monaco de 2014 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est nommée ambassadrice en France en mai 2014[1],[2],[3].

En juin 2015, à la suite de l'affaire des révélations sur l'espionnage américain de dirigeants politiques français, la présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale Élisabeth Guigou avait invité Jane Hartley à venir devant les députés mais l'ambassadrice refusa de venir s'exprimer devant la commission[4].

Le 13 septembre 2016, Wikileaks diffuse des fuites sur le Comité national démocrate (DNC) provenant de l'équipe de hackers Guccifer 2.0 (en) qui venait de participer via streaming à une conférence de cybersécurité à Londres[5]. Ainsi, 678.4 mégaoctets de documents ont été partagés détaillant les donations et coordonnées de donateurs[6]. Un nombre conséquent des donateurs les plus importants a été promu à des hautes positions politiques ou diplomatiques, dont Jane D. Hartley, qui par ce système type pay to play, a payé 605 000 dollars au DNC, avant sa nomination par le président Barack Obama à l'ambassade des États-Unis en France et à Monaco[7].

Le 16 janvier 2017, le président de la République française François Hollande lui remet les insignes de commandeur de la Légion d'honneur[8].

Elle quitte ses fonction le , la veille de l'investiture de Donald Trump.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :