Du wahrer Gott und Davids Sohn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 23
Du wahrer Gott und Davids Sohn
Titre français Toi Dieu véritable et fils de David
Liturgie Quinquagésime
Date de composition 1723

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental
Soli : S A T
chœur SATB
Cornet à bouquin, trombone I/II/III, hautbois I/II, violon I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]
Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)
Commentaires (en)

Du wahrer Gott und Davids Sohn (Toi Dieu véritable et fils de David), (BWV 23) est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Köthen entre 1717 et 1723.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Bach écrivit la cantate à l'occasion du Quinquagésime qui est aussi le dimanche avant le mercredi des cendres. Pour cette destination liturgique, trois autres cantates ont franchi le seuil de la postérité : les BWV 22, 127 et 159. Pendant le tempus clausus aucune cantate ne pouvait être jouée à Leipzig. Cette cantate aurait été, le 7 février 1723 (avec Jesus nahm zu sich die Zwölfe (BWV 22), une pièce de démonstration pour la nomination de Bach au poste de Thomaskantor[1]. Il n'est pas sûr que Bach l'ait dirigée en 1723, mais une représentation le est documentée.

Les lectures prescrites pour le dimanche étaient 1 Cor. 13, 1-13 et Luc. 18, 31-43, la guérison de l'aveugle et l'annonce des souffrances de Jérusalem. Le poète inconnu traite d'abord de la guérison de l'aveugle et n'aborde la Passion que dans le choral final. L'appel de l'aveugle « Du Sohn Davids » s'entend comme une confession du Christ. Dans le troisième mouvement il est dit que ce ne sont pas seulement les yeux de l'aveugle qui attendent la guérison mais que « aller Augen » (tous les yeux) attendent leur guérison, en référence aux Psa. 145, 15.

Le thème du choral, « Christe, du Lamm Gottes », parut d'abord dans le livre des messes de Brunswick de Johannes Bugenhagen, publié à Wittenberg en 1525[2]. Le thème est une adaptation du Kyrie eleison de Martin Luther dans sa Messe allemande de 1525[3],[4].

Pour son exécution de 1724, Bach reprit pour le choral final Christe, du Lamm Gottes, issue d'une Passion écrite à Weimar et qu'il utilisa pour en faire le chœur final de la deuxième version de sa Passion selon saint Jean. C'est la version traditionnellement jouée.

À l'occasion d'une dernière présentation, en 1728, Bach modifia la tonalité en ut mineur.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour cornet à bouquin, trois trombones, deux hautbois, deux violons, alto et basse continue avec trois voix solistes (soprano, alto, ténor) et chœur à quatre voix.

Il y a quatre mouvements :

  1. aria (soprano, alto, hautbois) : Du wahrer Gott und Davids Sohn en si mineur
  2. récitatif (ténor) : Ach! gehe nicht vorüber
  3. chœur : Aller Augen warten, Herr
  4. Choral : Christe, du Lamm Gottes

Musique[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement est un duo dans lequel le trio instrumental des deux hautbois et du continuo se développe en quintette. Les voix, souvent écrites en canon, montent de façon chromatique sur les mots « mein Herzeleid » tandis que les mots « erbarm dich mein » sont exprimés en figures chromatiques plaintives, les voix se soutenant mutuellement.

Le deuxième mouvement est un récitatif où les deux hautbois et le premier violon annoncent en longues notes la mélodie du choral final, Christe, du Lamm Gottes.

Le troisième mouvement, un mouvement dansant en homophonie, rappelle les cantates profanes de Köthen. Les parties intermédiaires sont conçues comme des duos entre le ténor et la basse.

Dans le choral final, les voix du chœur sont amplifiées de façon significative par l'ensemble des trombones et du cornet à bouquin et les trois strophes du choral sont arrangées de façon différentes les unes des autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Vernier, « Jesu, Deine Passion - Bach: Cantatas Bwv 22, 23, 127 & 159 / Herreweghe, Mields, White, Et Al », arkivmusic.com
  2. Robin A. Leaver. Luther's Liturgical Music: Principles and Implications, Wm. B. Eerdmans Publishing, 2007, ISBN 0-80-283221-0, ISBN 978-0-802-83221-4
  3. Charles Sanford Terry. Bach's Chorals, The University Press, 1921
  4. Eric Chafe. Analyzing Bach Cantatas, Oxford University Press US, 2003, ISBN 0-19-516182-3, ISBN 978-0-195-16182-3

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]