Herr, deine Augen sehen nach dem Glauben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 102
Herr, deine Augen sehen nach dem Glauben
Titre français Éternel, tes yeux se tournent vers les croyants?
Date de composition 1726
Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental

Soli : A T B
chœur SATB
Flûte traversière, hautbois I/II, violon I/II, alto, basse continue

Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]

Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Herr, deine Augen sehen nach dem Glauben (Éternel, tes yeux se tournent vers les croyants?) (BWV 102), est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1726.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Bach écrivit cette cantate pour le dixième dimanche après la Trinité et la dirigea le .

Les lectures obligatoires sont Cor 12,1-11 et Luc 19,41-49 (Jésus annonce la destruction de Jérusalem et chasse les marchands du Temple). Le texte se réfère de façon générale aux lectures prescrites et appelle au repentir immédiat de l'âme. Deux mouvements sont basés sur des textes bibliques, le chœur d'ouverture sur Jer 5,3 et le quatrième mouvement sur Rom 2,4-5. La cantate se clôt avec les 6e et 7e vers du choral So wahr ich lebe, spricht dein Gott de Johann Heermann (1630). Le texte a été attribué à divers auteurs, CS Terry suggère Christian Weiss, Werner Neumann (en) soupçonne Christiana Mariana von Ziegler, Walther Blankenburg quant à lui pense à Christoph Helm (de)[1].

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour flûte traversière, deux hautbois, deux violons, alto, et basse continue, alto, ténor et basse solistes et chœur à quatre voix. Il y a deux parties, la seconde devant être jouée après le sermon. Il est inhabituel que la seconde partie ne commence pas avec la parole biblique au quatrième mouvement mais au cinquième.

1. chœur : Herr, deine Augen sehen nach dem Glauben
2. récitatif (basse) : Wo ist das Ebenbild, das Gott uns eingepräget
3. aria (alto, hautbois) : Weh der Seele, die den Schaden nicht mehr kennt
4. arioso (basse) : Verachtest du den Reichtum seiner Gnade
Parte seconda
5. aria (ténor, flûte) : Erschrecke doch, du allzu sichre Seele
6. récitatif (alto, hautbois) : Beim Warten ist Gefahr
7. Chorale : Heut lebst du, heut bekehre dich[1]

Musique[modifier | modifier le code]

Le chœur d'ouverture est une œuvre de maturité contenant une combinaison complexe de pièces vocales et instrumentales et une variété de moyens expressifs illustrant le texte. La sinfonia d'ouverture est composée de deux parties qui se répètent, individuellement et collectivement. Les mots Herr, deine Augen se répètent trois fois[2].

Bach reprendra la musique du chœur inaugural pour le Kyrie de la Messe en sol mineur ainsi que deux arias (3 et 5) pour Qui tollis und Quoniam dans le Gloria de sa Messe en fa majeur.

La voix basse dans le quatrième mouvement, indiquée arioso par Bach lui-même est traitée de manière similaire au Vox Christi (la voix de Jésus) dans les Passions et les cantates. La section basse a été interprétée par des chanteurs qui ne sont pas spécialisés dans la musique baroque, tels que Dietrich Fischer-Dieskau, dirigé par Benjamin Britten au Festival d'Aldeburgh (en)[3].

La cantate se conclut avec deux strophes du choral en un simple arrangement de chœur à quatre voix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dürr, Alfred. 1971. "Die Kantaten von Johann Sebastian Bach", Bärenreiter
  2. (en) Dominic McHugh, « The Monteverdi Choir, The English Baroque Soloists/Sir John Eliot Gardiner (Soli Deo Gloria 147/150) »
  3. « Benjamin Britten Bach Cantatas & Other Vocal Works », bach-cantatas.com,‎ 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]