Vergnügte Pleissenstadt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 216
Vergnügte Pleissenstadt
Titre français Joyeuse cité de la Pleisse
Date de composition 1728
Auteur(s) du texte
Picander
Texte original
Traduction de J-P. Grivois, note à note

Traduction française interlinéaire

Traduction française de M. Seiler
Effectif instrumental
Soli : S A traverso, violon I/II, alto, basse continue
Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Vergnügte Pleißenstadt (Joyeuse cité de la Pleisse) (BWV 216) est une cantate de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig et jouée le jeudi 5 février 1728 pour le mariage du commerçant Johann Heinrich Wolff avec Susanna Regina Hempel[1], fille d'un fonctionnaire des impôts de Leipzig. Seuls des fragments subsistaient - le livret et une partition de soprano et une autre d'alto - jusqu'à ce qu'un professeur de musique japonais retrouve la partition le 3 avril 2004 dans les biens personnels d'une pianiste décédée.

Le texte est de Christian Friedrich Henrici (Picander).

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour deux solistes, (soprano et alto), un traverso, deux violons, un alto et basse continue.

Il y a sept mouvements :

  1. aria duetto. (soprano et alto) : Vergnügte Peissenstadt
  2. récitatif (soprano et alto) : So angenehm auch mein Revier
  3. aria (soprano) : Angenehme Hempelin
  4. récitatif (alto) : Erspare den Verdruss
  5. aria (alto) : Mit Lachen und Scherzen
  6. récitatif (soprano et alto) : Wie lieblich wird sie nun
  7. aria duetto (soprano et alto) : Heil und Segun

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Gilles Cantagrel, Les cantates de J.-S. Bach, Paris, Fayard, mars 2010, 1665 p.  (ISBN 978-2-213-64434-9)

    Voir aussi[modifier | modifier le code]