Entfliehet, verschwindet, entweichet, ihr Sorgen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cantate BWV 249
Entfliehet, verschwindet, entweichet, ihr Sorgen
Titre français Fuyez, disparaissez, échappez-vous, soucis
Liturgie Cantate profane
Date de composition 1725
Auteur(s) du texte
Picander

Texte original

Traduction française de M. Seiler
Traduction française note à note
Traduction française interlinéaire

Effectif instrumental
Soli : S A T B
chœur SATB
3 trompettes, 2 hautbois, 2 flûtes à bec, flûte traversière, violons, timbales, basson, basse continue

Partition complète [PDF]
Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)
Commentaires (en)

Entfliehet, verschwindet, entweichet, ihr Sorgen, (Fuyez, disparaissez, échappez-vous, soucis) (BWV 249a), est une cantate profane de Johann Sebastian Bach, également connue comme « cantate du berger ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La cantate a été écrite en 1725 pour le 43e anniversaire de Christian de Saxe-Weissenfels et jouée pour la première fois au château de Neu-Augustusburg, à Weissenfels le . Le texte est de Picander et a été publié. La musique en est perdue mais a été retravaillée dans l'Oratorio de Pâques donné 5 semaines plus tard à Leipzig. Friedrich Smend a estimé que l'ordre des mouvements n'avait pas été modifié et qu'il était donc possible de reconstituer la musique. Les récitatifs manquants ont été ajoutés par Hermann Keller. On ne sait pas si les deux mouvements instrumentaux d'ouverture faisaient déjà partie de la cantate.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

C'est une histoire simple qui montre quatre bergers quittant leurs troupeaux pour se réjouir. Les bergers sont Doris (soprano), Sylvia (alto), Damoetas (ténor) et Menalcas (basse). L'orchestre est arrangé de façon joyeuse pour trois trompettes, timbales, deux hautbois, hautbois d'amour, basson, deux flûtes à bec, flûte traversière, violons et basse continue.

  1. sinfonia allegro - adagio
  2. aria à duetto (ténor, basse, dacapo : soprano, alto) : Entfliehet, verschwindet, entweichet, ihr Sorgen
  3. récitatif (soprano, alto, ténor, basse) : Was hör ich da? Wer unterbricht uns hier
  4. aria (soprano) : Hundertausend Scheicheleien
  5. récitatif (soprano, alto, ténor, basse) : Wie aber, schönste Schäferin
  6. aria (ténor) : Wieget euch, ihr satten Schafe
  7. récitatif (alto, basse) : Wohlan! Geliebte Schäferinnen
  8. aria (alto) : Komm doch, Flora, komm geschwinde
  9. récitatif (basse) : Was sorgt ihr viel, die Flora zu beschweren
  10. aria à quartetto (soprano, alto, ténor, basse) : Glück und Heil bleibe dein beständig Teil

L'aria du ténor, Wieget euch, ihr satten Schafe est accompagnée de violons assourdis doublés de flûtes à bec, suggérant une berceuse ou une musique pastorale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de)Alfred Dürr: Johann Sebastian Bach: Die Kantaten. Bärenreiter, Kassel 1999
  • (de) Christoph Wolff, Ton Koopman: Die Welt der Bach-Kantaten. Verlag J. B. Metzler, Stuttgart, Weimar 2006
  • Gilles Cantagrel, Les cantates de J.-S. Bach, Paris, Fayard, mars 2010, 1665 p. (ISBN 978-2-213-64434-9)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]