Gelobet seist du, Jesu Christ (BWV 91)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le choral éponyme, voir Gelobet seist du, Jesu Christ. Pour le choral pour orgue du même compositeur, voir BWV 604.
Cantate BWV 91
Gelobet seist du, Jesu Christ
Titre français Loué sois-tu, Jésus-Christ.
Liturgie Noël
Date de composition 1724
Texte original
Traduction de J-P. Grivois, note à note

Traduction française interlinéaire

Traduction française de M. Seiler
Effectif instrumental
Soprano, alto, ténor, basse, chœur mixte
trois hautbois, cors, timbales, violons I/II, alto, basse continue
Partition complète [PDF]

Partition Piano/Voix [PDF]
Informations et discographie (en)
Informations en français (fr)

Commentaires (en)

Gelobet seist du, Jesu Christ (Loué sois-tu, Jésus-Christ), BWV 91 est une cantate religieuse de Johann Sebastian Bach composée à Leipzig en 1724.

Histoire et livret[modifier | modifier le code]

Cette cantate chorale du second cycle annuel de Bach est basée sur le principal choral pour le jour de Noël, Gelobet seist du, Jesu Christ (1524) de Martin Luther. Pour cette destination liturgique, cinq autres cantates ont franchi le seuil de la postérité : les BWV 63, 110, 197a, 248/1 et la 191. Le début résume Noël en deux lignes : Gelobet seist du, Jesu Christ, daß du Mensch geboren bist. Tous les vers se terminent sur l'acclamation Kyrie. La cantate fut la première que composa Bach pour Noël à Leipzig puisque l'année précédente il avait choisi de diriger à nouveau Christen, ätzet diesen Tag, BWV 63, écrite en 1714 à Weimar[1].

Les lectures prescrites pour ce jour étaient Tite 2:11–14 et Luc 2:1–14, la Nativité et l'Annonce aux bergers. L'auteur (inconnu) du texte a gardé les premiers et derniers versets, élargi le deuxième verset en récitatif, fondu les versets 3 et 4 en une aria (troisième mouvement), adapté le verset 5 en un récitatif et enfin le verset 6 en une aria[2].

Bach dirigea la cantate quatre autres 25 décembre, en 1731, 1732 ou 1733 et deux fois dans les années 1740, même après que son Oratorio de Noël qui utilise deux versets du choral de Luther eût été joué en 1734.

Structure et instrumentation[modifier | modifier le code]

La cantate est écrite pour quatre voix solistes (soprano, alto, ténor, basse), chœur mixte, trois hautbois, cors, timbales, deux violons, alto et basse continue[2]. Bach réutilisera deux cors dans la quatrième partie de son Oratorio de Noël.

No Mouvement Texte Voix Instruments
1 Choeur Gelobet seist du, Jesu Christ SATB 2 Cor, Ti, 3 Ob, 2 Vn, Va, Bc[3]
2 Récitatif Der Glanz der höchsten Herrlichkeit S Bc
3 Aria Gott, dem der Erden Kreis zu klein T 3 Ob, Bc
4 Récitatif O Christenheit! Wohlan B 2 Vn, Va, Bc
5 Aria Die Armut, so Gott auf sich nimmt SA 2 Vn, Bc
6 Choral Das hat er alles uns getan SATB 2 Cor, Ti, 3 Ob, 2 Vn, Va, Bc

Musique[modifier | modifier le code]

Le chœur d'ouverture utilise quatre ensemble chorals : les voix, les cors, les hautbois et les cordes. Les éléments de la ritournelle sont également présents dans les interludes entre les cinq lignes et comme accompagnement des parties vocales. La mélodie du choral[4] est chantée par la soprano. Les voix de basse sont disposées en imitation des première et dernière lignes, en accords pour les deuxième et quatrième lignes et en combinaison dans la phrase centrale « Von einer Jungfrau, das ist wahr ».

Dans le deuxième mouvement, le récitatif est en contraste avec des phrases du choral qui sont accompagnées par une répétition en tempo doublé de la première ligne du choral. L'aria du ténor est accompagnée par trois hautbois alors que les cordes éclairent le récitatif suivant. La dernière aria est un duo opposant « Armut » (« pauvreté ») et « Überfluss » (« abondance »), « Menschlich Wesen » étant rendu en lignes chromatiques ascendantes et les « Engelsherrlichkeiten » (« angéliques splendeurs »), exposées en coloraturas et mélodies triatiques.

Occasionnellement les cors ont des parties indépendantes dans le dernier choral et embellissent particulièrement le Kyrie final[2],[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Julian Mincham, « Chapter 28 BWV 91 Gelobet seist du, Jesu Christ », jsbachcantatas.com,
  2. a, b et c (de) Alfred Dürr, Die Kantaten von Johann Sebastian Bach, Bärenreiter, 1999 (ISBN 3-7618-1476-3)
  3. (en) « Movements from Bach's Vocal Works - Cantata BWV 91 »
  4. (en) « Chorale Melodies used in Bach's Vocal Works Gelobet seist du, Jesu Christ », bach-cantatas.com,
  5. (en) John Eliot Gardiner, « Christmas Day St Bartholomew’s, New York », solideogloria.co.uk,

Articles connexes[modifier | modifier le code]