Deshaies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deshaies (homonymie).
Deshaies
Vue du port
Vue du port
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Canton Sainte-Rose-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre
Maire
Mandat
Jeanny Marc-Mathiasin
2014-2020
Code postal 97126
Code commune 97111
Démographie
Gentilé Deshaisien(ne)s
Population
municipale
4 149 hab. (2014)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 18′ nord, 61° 48′ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 758 m
Superficie 32,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Deshaies

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Deshaies

Deshaies (en créole Déhé) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe. Ses habitants sont appelés les Deshaisien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de la commune de Deshaies.

Deshaies est une commune de l'archipel de Guadeloupe située dans le nord-ouest de la Basse-Terre. Son territoire s'étend sur 31,11 km2 et possède un littoral très étendu qui lui donne un caractère maritime affirmé. Il est traversé par la rivière du Vieux-Fort, le principal cours d'eau de la commune qui sépare son territoire de celui de Sainte-Rose, et par la rivière Ferry notamment.

Son petit bourg, avec ses cases typiquement créoles, est blotti au fond d'une baie protégée par la montagne. Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Les différents lieux-dits de la commune sont Bas-Vent, Caféière, la Coque, Ferry, Fonds-Héliot, Guyonneau, Lahaut, Leroux, Pinaud, Piton, Rifflet et Ziotte.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N Sainte-Rose
O    Deshaies    E
S
Pointe-Noire

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom vient d'un nommé Des Hayes qui, natif du milieu du XVIIe siècle, donna son nom à la rivière et à l'anse où s'installa le bourg. Le nom de Deshaies vient de l’appellation d’une rivière et d’une anse baptisées, et non comme le voudrait la légende d’un député de la Guadeloupe auprès de la cour de Londres en 1663. À cette époque fut installée une batterie de canons pour la protection de la baie, endroit fréquenté par les corsaires et les troupes britanniques.

Le nom de Deshaies vient d'un militaire Albert Deshaies venant de Marie Galante.[Contradiction]

Le 22 juin 1962, un avion Boeing 707 d'Air France s'écrasa sur le Dos d'Âne, dans la section caféière de Deshaies, lors de son approche de l'aéroport de Pointe-à-Pitre. Il y eut 113 victimes, dont le député de Guyane, Justin Catayée, et l'écrivain guadeloupéen Paul Niger. Cet accident aérien demeure le plus grave de l'histoire de la Guadeloupe[1].

Article détaillé : Vol 117 Air France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Deshaies
Période Identité Étiquette Qualité
1945 ... Audelon Bethsy DVD puis RPF  
1965 1995 Félix Aladin Flémin PCG  
1995 en cours Jeanny Marc GUSR  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 149 habitants, en diminution de -5,58 % par rapport à 2009 (Guadeloupe : -0,34 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 271 3 305 3 519 3 485 3 476 4 039 4 357 4 185 4 149
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au contraire des autres communes de l’archipel, Deshaies n’a jamais dirigé son agriculture vers la canne, mais plutôt vers le cacao, la vanille et le café.

Secteur minier[modifier | modifier le code]

Située à Guyonneau, sur les hauteurs de la commune, la carrière de Deshaies est exploitée depuis 1998 par la Société antillaise de granulats (SADG), filiale de l'entreprise Audemard, pour la production de graviers, de graves et de sables de construction pour les travaux publics mais aussi de pierres de parement à partir d'une roche volcanique, l'andésite[6]. C'est la carrière la plus importante du département avec une production annuelle autorisée de 1,6 million de tonnes[6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En bordure de la Caraïbe, faisant face à Montserrat, Deshaies est longtemps restée enclavée. C’est seulement en 1957 que la route nationale 2, la reliant à Pointe-Noire est ouverte. Le tourisme est depuis la principale activité économique de la commune. Dans les années 1960, le premier village du Club Méditerranée des Antilles était situé sur le territoire de la commune, à Fort-Royal[7]. Devenu le Langley Resort Fort Royal Guadeloupe, c'est le seul hôtel sur l'île de Basse-Terre qui soit situé directement en bordure de la mer des Caraïbes.

Dans les années 1980, l'humoriste et comédien Coluche avait une propriété de 5 ha qui dominait la baie de Deshaies, transformée aujourd'hui en jardin botanique et animalier accueillant environ 130 000 visiteurs par an[8],[9] : la maison, détruite, a été reconstruite à l'identique et transformée en villa de luxe pour les locations saisonnières[10]. À la même époque, Robert Charlebois avait une maison vers la plage de Grande Anse, la plus grande plage de la Guadeloupe.

Deshaies est une escale traditionnelle pour les voiliers, battant tout pavillon, qui font route dans les Antilles et un lieu prisé pour les excursions maritimes.

Productions audiovisuelles : Meurtres au paradis[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, Deshaies est le lieu principal de tournage de la série policière franco-britannique Meurtres au paradis qui figure la ville d'Honoré dans l'île fictive de Sainte-Marie, lors des quatre saisons de la série (32 épisodes). Le tournage annuel se déroule en Guadeloupe durant la période d'avril à août avec l'aide du Bureau d’accueil des tournages de la région Guadeloupe. Il emploie une soixantaine de techniciens guadeloupéens et a généré environ 4,5 millions d'euros par année de dépense sur l'île pour sa production[11]. Les potentielles retombées économiques touristiques subséquentes ne sont en revanche pas connues.

Auparavant, en 2006, le clip du single Parti pour zouker de Lorie a été tourné sur une plage de Deshaies et a été réalisé par Karim Ouaret. En 2011, c'est le chanteur Thierry Cham qui a enregistré le clip de sa chanson Lanmou Idéal sur la plage de Grande Anse.

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Matouba et l’école primaire Audelon-Bethsy qui est jumelée avec l'unique école de Neuvilly-en-Argonne afin de renforcer les liens depuis la Grande Guerre[12],[13].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un stade municipal, d'une salle multisports ainsi que de la présence d'un centre équestre (le Ranch Les 2 Îlets). Deshaies a accueilli les Jeux des îles 2008 : les compétitions de canoë-kayak ont eu lieu dans cette commune[14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Plage de la Petite Anse.
  • Jardin botanique de Deshaies.
  • Jardin des Orchidées.
  • La plage de Grande Anse est l'une des plus importantes et connues de l'île. Les autres plages de la commune sont : la plage de Fort-Royal, de la Perle, de Leroux, de Ferry, de Petite Anse, de Clugny, de Pointe-Batterie, et l'anse Tillet.
  • La pointe batterie et la côte sauvage Caraïbe vue depuis la mer jadis fréquentée par la piraterie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aviation safety
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a et b Présentation SADG – Audemard.
  7. « Il était une fois le Club Méditerranée – Des sixties jusqu'aux années 1990 – De l'adolescence à l'âge adulte », sur collierbar.fr (consulté le 13 août 2013).
  8. « Les 15 patrons les plus influents », L'Express, 1er décembre 2007.
  9. « L’historique du jardin », sur jardin-botanique.com (consulté le 13 août 2013).
  10. Thierry Théault, Frédéric Denhez, GEOguide Guadeloupe, Gallimard, , p. 87.
  11. « Meurtre au paradis. L’industrie du cinéma teste la Guadeloupe », sur France-Antilles, 11 septembre 2011.
  12. Jean-Bernard Lahausse, « Exposition de la Guadeloupe et la Grande Guerre », Archives de Verdun, archive-fr.com, 11 janvier 2012.
  13. « Monument offert par la Guadeloupe à Neuvilly-en-Argonne », Petit-patrimoine, petit-patrimoine.com.
  14. « Jeux des îles en Guadeloupe : présentation », sur atout-guadeloupe.com, (consulté le 13 août 2013).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]