Saint-François (Guadeloupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-François
Saint-François (Guadeloupe)
Mairie de Saint-François.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Intercommunalité Communauté d'agglomération La Riviéra du Levant
Maire
Mandat
Bernard Pancrel
2020-2026
Code postal 97118
Code commune 97125
Démographie
Gentilé Saint-Franciscain, Saint-Franciscaine
Population
municipale
12 816 hab. (2017 en diminution de 13,39 % par rapport à 2012)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 15′ 00″ nord, 61° 17′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 67 m
Superficie 59,82 km2
Élections
Départementales Saint-François
(bureau centralisateur)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Saint-François
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Saint-François

Saint-François (en créole : Senfwanswà) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe. Municipalité d'environ 13 000 habitants, l'économie de Saint-François est orientée avant tout vers les activités balnéaires (grâce à ses plages et aux activités nautiques) et touristiques soutenues par un réseau hôtellier développé. Par ailleurs, la commune accueille le deuxième port de pêche de l'archipel et développe une importante agriculture maraîchère pour la consommation locale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Saint-François.

Saint-François occupe la pointe sud-est de la Grande-Terre qui fait face à la Désirade et aux Îles de la Petite-Terre. Ses plages sont protégées des courants de l'Atlantique par une barrière de corail.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits de Saint-François sont : Anse-à-la-Barque, Anse-à-l'Eau, la Baie Olive, la Baie Palmiste, Bel-arbre, Belle-Allée, Belloc, Bessot, Blonval, Bois-de-Bragelogne, Bien-Désirée, Bois-de-Vipart, Cayenne, Celcourt, Chabot, Chassaing, Cocoyer, la Coulée, Corot, Daube, Desbonnes, Desvarieux, Dubédou, Favreau, Fontin, Les Galets, Gorot, Kahouanne, Labarthe, le Maud-Huy, May, Meudon, Monplaisir, Pradel, Pombiray, Renéville, Richeplaine-Aleaune, Roche, Saint-Charles, Saint-Jaques, Sainte-Marthe, Sèze, La Simonière et Zamy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Moule Rose des vents
Sainte-Anne N
O    Saint-François    E
S

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, l'activité de Saint-François s'organise autour des plantations de coton et jusqu'au XXe siècle autour de la canne à sucre.

Saint-François a été le lieu de la « conférence de la Guadeloupe », une rencontre informelle de quatre chefs d'État à l'hôtel Le Hamak en , organisé à l'initiative de Valéry Giscard d'Estaing pour la France avec Jimmy Carter pour les États-Unis, Helmut Schmidt pour la République fédérale d'Allemagne et James Callaghan pour le Royaume-Uni. Au cours de cette réunion, les quatre dirigeants concluent qu'il n'y a plus de moyen de soutenir le Shah d'Iran face à la révolte populaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[1],[Note 1].

En 2017, la commune comptait 12 816 habitants[Note 2], en diminution de 13,39 % par rapport à 2012 (Guadeloupe : -3,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6 2545 7895 5936 9727 98710 65913 42414 95313 095
2017 - - - - - - - -
12 816--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[2] puis à partir de 2006[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'arrondissement de Pointe-à-Pitre et au canton de Saint-François, dont elle est le bureau centralisateur. Celui-ci a été modifié lors du redécoupage cantonal de 2014.

Pour l'élection des députés, Saint-François fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-François appartient à la communauté d'agglomération La Riviéra du Levant, créée en 2014, qui compte 65 471 habitants.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Alexandre Macal SFIO  
Lucien Bernier SFIODVG
UDF
Avocat
Sénateur de la Guadeloupe (1958 → 1968)
Conseiller général du canton de Saint-François (1949 → 1989)
Président du conseil général de la Guadeloupe (1973 → 1976 puis 1979 → 1982)
Ernest Moutoussamy PCGPPDG Professeur de collège
Député de la 2e circonscription de la Guadeloupe (1988 → 2002)
Conseiller général du canton de Saint-François (1989 → 1994)
Laurent Bernier UMPLR
puis DVD[4]
Chef d'entreprise
Conseiller général (2001 → 2015) puis départemental de Saint-François (2015 → )
Ancien conseiller régional de la Guadeloupe (1998 → 2008)
2e vice-président de la CA La Riviéra du Levant (2014 → )
en cours Bernard Pancrel[5],[6] GUSR/LREM[7] Avocat
Conseiller régional de la Guadeloupe (2015 → )[8]
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La marina de Saint-François.

L'économie de la commune est principalement axée sur les activités touristiques et balnéaires. Des complexes hôteliers dont un hôtel quatre étoiles, des résidences touristiques, des gîtes, des locations meublées, des restaurants réputés assurent à la commune une importante activité touristique. Il y a également Aqualodge, des catamarans-logements de 80 m2 pouvant accueillir jusqu'à six personnes[9]. Saint-François dispose d'un aérodrome, d'un golf international de dix-huit trous signé Robert Trent Jones Senior, d'une marina moderne dotée de 220 anneaux, d'un casino (salle de jeux, Texas hold'm poker, machines à sous) et d'une base nautique.

L'agriculture (principalement à vocation maraîchère pour la consommation guadeloupéenne) et la pêche demeurent des pans importants de l'activité économique. Le port de pêche, qui constitue le deuxième de l'archipel en nombre de marins-pêcheurs, est également un port de transport de passagers vers les îles de la Désirade, Marie-Galante et Les Saintes.

Un parc éolien est installé à Fonds Caraïbes.

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Alexandre-Macal.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-François accueille sur son territoires les équipements sportifs suivants :

  • Stade municipal François-Xavier Durimel des Raisins Clairs avec 1 200 places en tribunes.
  • Stade de rugby de Desvarieux
  • Stade de Blonval,
  • Stade de Zévallos,
  • Terrain de golf signé Robert Trent Jones Senior.
  • Salles multisports.
  • Haras de Saint-François.
  • La base nautique du Haut du Bourg.

Le clubs sportifs de Saint-François sont :

  • Club Sport de Saint-François Omnisports fondé en 1948, football, handball, athlétisme
  • FC Saint-François, football
  • Pédale du Levant (PDL), créé en 1948, cyclisme
  • Association cycliste du Levant (ACL), créée en 2000, cyclisme
  • Gwada-Bikers 118, cyclisme
  • Les Amis du vélo, cyclisme corporatif
  • l'AS Bessot, cyclisme fédératif)
  • Rugby Club de Saint-François
  • Seven Futsal Club, club de futsal ("football en salle") fondé en 2016

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le grand site national classé de la Pointe des Châteaux, avancée rocheuse qui constitue l'extrémité atlantique de Grande-Terre et que domine une haute croix faisant face à l'océan.
  • L'église de Saint-François.
  • La chapelle Notre-Dame de la Baie Olive (vue panoramique sur la partie nord du littoral)
  • Les cimetières traditionnels de Cayenne (bourg) et des Raisins Clairs.
  • L'indigoterie et le moulin de Chassaing inscrit aux monuments historiques[10].
  • Le site archéologique des Caraïbes.

Saint-François est particulièrement renommé pour ses plages, qui constituent l'essentiel de l'activité touristique de la commune. Parmi ces plages, se trouvent :

  • Plage des Raisins Clairs, l'une des plus célèbres de la Guadeloupe
  • Plage du Lagon
  • Plage de la Coulée
  • Anse à la Gourde
  • Plage de l'Anse Champagne,
  • Anse à la Barque
  • Plage des Salines
  • l'Anse Tarare (nudisme autorisé)
  • l'Anse du Mancenillier
  • l'Anse à l'eau
  • Plage de la Pointe des Châteaux
  • La douche
  • Plage du Haut du Bourg(base nautique)

Les activités culturelles traditionnelles de Saint-François sont le marché nocturne hebdomadaire du mardi soir (tenu sur la place de la Rotonde) et surtout la grande parade carnavalesque nocturne annuelle du Lundi gras, réputée dans toute l'île avec celle de Basse-Terre. La commune a une salle de spectacle : La Rotonde des Arts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]