Goyave (Guadeloupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Goyave.

Goyave
Goyave (Guadeloupe)
Hôtel de ville de Goyave
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Canton Goyave
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre
Maire
Mandat
Ferdy Louisy
2014-2020
Code postal 97128
Code commune 97114
Démographie
Gentilé Goyavien(ne)s
Population
municipale
7 569 hab. (2015 en diminution de 6,15 % par rapport à 2010)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 08′ 00″ nord, 61° 34′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 1 298 m
Superficie 60,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Goyave

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Goyave

Goyave (se prononce « goua-yave », en créole Gwayav) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Goyave.

La commune est située à l’est de la Basse-Terre. Elle est arrosée par différentes rivières prenant leur sources sur les flancs de la Matéliane ou du Morne Incapable : la rivière Lenglet et la rivière Morin se joignant pour former la Petite Rivière à Goyave, la rivière moreau, la ravine Bouteiller, la rivière la Rose, ainsi que la rivière la Sarcelle qui la sépare de Petit-Bourg au nord.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune de Goyave est composée d'un bourg principal et de plusieurs sections que sont notamment, Barthélémy, Blonzac, Bois-Sec, Bonfils, Douville, Christophe, Moreau, Morne-à-Gomme, Morne-Rouge, la Rose, Sarcelle, Sainte-Claire.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Petit-Bourg Rose des vents
Vieux-Habitants N
O    Goyave    E
S
Capesterre-Belle-Eau

Histoire[modifier | modifier le code]

Une occupation humaine du site de Sainte-Claire (en raison de sa topologie et de l'accès à l'eau douce) a été mise en évidence à l'époque précolombienne entre 500 et 1200, avec des éléments de céramique de culture troumassoïde retrouvés lors de fouilles menées en 2015 par l'INRAP[1].

Après la découverte de l'île par les Européens, la colonisation du territoire de Goyave est attestée dès le XVIe siècle et des exploitations agricoles – les habitations la Grange, Rouffeau, Mollard[1] – se développent autour du noyau villageois qui s'étend au nord de la Petite Rivière à Goyave au XVIIIe siècle. Le nom de Goyave provient des nombreux goyaviers situés le long de la principale rivière qui descend de la forêt tropicale, couvrant la montagne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 7 569 habitants[Note 1], en diminution de 6,15 % par rapport à 2010 (Guadeloupe : -2,6 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2009 2014 2015
1 9293 1202 5882 9193 6525 0607 8297 6127 569
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[4] puis à partir de 2006[5])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1971 René Lacrosse PCG  
1971 1995 François Louisy DVGFGPS Agronome
1995 2008 Jean-Emmanuel Laguerre DVD  
2008 en cours Ferdy Louisy FGPS  
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique de la commune s'appuie essentiellement sur l'agriculture. La culture de la canne à sucre a été remplacée progressivement par celle de la banane et par l’aquaculture. À ces fins, et pour faire face au problème récurrent de manque d'eau pour l'irrigation agricole en période de carême, il a été décidé en 2015 la construction du barrage de Moreau, un barrage en remblai sur la rivière Moreau d'une capacité de retenue d'un million de mètres cubes – pour un coût total des travaux de 31 millions d'euros (financés à hauteur de 26,35 M€ par le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), 2,65 M€ par le Conseil régional et 2 M€ de l'État français) menés par les sociétés Gaddarkhan, Gételec et Antilles Géotechniques –, qui entrera en service à la fin 2017[6],[7].

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Matéliane.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les équipements sportifs de la commune sont composés du stade municipal, des salles multisports et du site d'activités nautiques.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • La chute de Bras-de-Fort.
  • Les chutes Moreau sur le cours de la rivière moreau et en amont le barrage hydraulique de Moreau.
  • Le jardin d’eau à Blonzac
  • L'îlet Fortune
  • Le verger les 1000 fruits
  • Les ponts style Eiffel
  • Le village o ti bouboul (site agritouristique « forêt magique de Moreau »)
  • Les principales plages de la commune sont la plage de Sainte-Claire et l'anse de Sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]