Les Abymes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abymes.
Les Abymes
La place principale des Abymes.
La place principale des Abymes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Canton bureau centralisateur de 3 cantons
Abymes-1, Abymes-2 et Abymes-3
Intercommunalité Cap Excellence
Maire
Mandat
Éric Jalton
2014-2020
Code postal 97139 et 97142
Code commune 97101
Démographie
Gentilé Abymien, Abymienne
Population
municipale
58 606 hab. (2012 en diminution de 1,34 % par rapport à 2007)
Densité 721 hab./km2
Population
aire urbaine
315 917 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 16° 16′ 01″ nord, 61° 30′ 24″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 120 m
Superficie 81,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Les Abymes

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Les Abymes
Liens
Site web ville-abymes.fr

Les Abymes (en créole Zabim ou Zabym) est une commune française située dans le département de la Guadeloupe. Avec près de 60 000 habitants, Les Abymes est la commune la plus peuplée de Guadeloupe. Elle est la ville-centre de l'unité urbaine de Pointe-à-Pitre - Les Abymes, qui est la plus peuplée de l'outre-mer français, avec 257 361 habitants en 2012[1], et la 25e de France. Ses habitants sont appelés les Abymiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait selon le père Labat, de la brume formée par l'évaporation au niveau du sol marécageux, que l'on appelait « drap mortuaire des savanes ».

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de la commune Les Abymes.

La commune des Abymes, située à l'ouest de la Grande-Terre, est la plus peuplée des 32 communes du département de la Guadeloupe. Elle est intégrée à l'agglomération de Pointe-à-Pitre.

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits, hameaux et quartiers[modifier | modifier le code]

Les différentes localités des Abymes sont : Bauzon, Baimbridge, Bazin, Beau-Soleil, Besson, Boisripeaux, Boissard, Boisvin, Boisvinière, Boricaud, Bouliqui, Caduc, Caraque, Céligny, Chauvel, Chazeau, Coma, David, Deravinières, Dothémare, Doubs, Dugazon, Gare-Roza, Golconde, Grand-Camp, Lacroix Léonie, Masselas, Morne-Flory, Nérée, Pagès, Palais-Royal, Papin, Petit-Pérou, Pointe-d'Or,Providence, Quatre-Chemins et Le Raizet.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Morne-à-l'Eau Rose des vents
N Le Moule
O    Les Abymes    E
S
Baie-Mahault Pointe-à-Pitre Le Gosier / Sainte-Anne

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes A10, A30, A40, A41, A51, A57, A60, A70, A80, A91, A94, A98 et A99 du réseau de transport Karu'Lis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire est occupé aux périodes précolombiennes. Quelques vestiges ont été trouvés dans le secteur de Dothémare, mais l'implantation la plus remarquable est celle de Belle Plaine où des sondages réalisés par la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) en 2006 ont révélé l'existence d'un village assez important daté entre 1000 et 1200 apr. J.-C. (culture troumassoïde).

Le premier bourg, situé à quelques kilomètres du centre de l'agglomération actuelle est fondé en 1691. Il est composé de quelques maisons et connaît un léger développement grâce aux cultures de canne à sucre, de cacao et de café. Les Abymes sont érigées en paroisse en 1726.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les Abymes appartient à la communauté d'agglomération, nommée Cap Excellence, regroupant Pointe-à-Pitre et Baie-Mahault. La commune est divisée en trois cantons :

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[3],[Note 1].

En 2012, la commune comptait 58 606 habitants[Note 2], en diminution de 1,34 % par rapport à 2007 (Guadeloupe : -0,34 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2012
30 791 39 911 53 605 56 165 62 605 63 054 60 053 59 311 58 606
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[4] puis à partir de 2006[5])
Histogramme de l'évolution démographique

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville des Abymes.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Jean-Noël Olime Rad-Soc  
1967 Maurice Fleury SFIO  
Frédéric Jalton FGPS  
René-Serge Nabajoth DVG  
Daniel Marsin GUSR Sénateur
en cours Éric Jalton DVG
(ex-FGPS)
Député

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'activité économique des Abymes est liée à la présence sur son territoire de l'aéroport Guadeloupe - Pôle Caraïbes, ancien aéroport du Raizet. Le siège d'Air Caraïbes est situé aux Abymes[6].

Les Abymes, bien que n'étant pas une station balnéaire, est le deuxième pôle économique de la Guadeloupe derrière la zone industrielle de Jarry. Le centre commercial Milénis y est implanté. Le complexe de vie « Family Plaza », comprenant, notamment, un cinéma multiplexe, une galerie marchande et un centre de loisir, devrait ouvrir en 2017[7],[8].

Un autre centre commercial, situé dans la ZAC de la Providence dans le quartier de Dothémare, nommé La Coulée Verte, a été inauguré en juillet 2017. Il comprend quatre magasins (Monoprix, JouéClub, Gifi et Leader Price)[9].

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire plusieurs établissements d'enseignement :

  • Le collège du Bourg ;
  • Le collège du Raizet ;
  • Le collège Alexandre-Isaac ;
  • Le collège Saint-John-Perse ;
  • Le collège Excellence-Sportive ;
  • Le lycée d'enseignement général et technologique du Jardin-d’Essai ;
  • Le lycée d'enseignement général et technologique Félix-Proto (également connu comme le lycée de Providence) ;
  • Le lycée privé d'enseignement général et technologique de La Persévérance ;
  • Le centre de formation des apprentis de la Chambre des métiers de la Guadeloupe.

La commune accueille également le siège du rectorat de l'académie de Guadeloupe. Un nouveau bâtiment situé dans la ZAC de Dothémare-Providence est livré en juillet 2015[10],[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre/Les Abymes est le plus important hôpital de l'île regroupant en 2013 une quarantaine de services, couvrant tous les domaines médicaux, d'une capacité totale d'accueil de 862 lits fonctionnant avec 319 médecins, 120 internes et 3 000 agents hospitaliers[12]. Le CHU doit être reconstruit à Perrin (à partir de 2016, pour une livraison en 2021)[13].

La polyclinique de la Guadeloupe située à Morne Jolivière est un établissement privé de soin d'une capacité totale d'accueil de 110 lits, dont 20 lits pour la maternité[14].

Sports[modifier | modifier le code]

Du fait de sa situation centrale au sein de l'île et de la proximité avec Pointe-à-Pitre, Les Abymes est une commune qui accueille un grand nombre de clubs sportifs, notamment pour les sports collectifs ainsi que pour le cyclisme (l'un des sports phare guadeloupéens), et d'équipements sportifs  :

  • Stade René-Serge-Nabajoth, d'une capacité de 7 500 places
  • Piscine intercommunale de Dugazon
  • Tennis
  • Golf (neuf trous)
  • Le CREPS des Antilles Guyane est situé sur la commune des Abymes, sur une superficie de 9 hectares, à l’emplacement de l’ancien stade Darboussier.

Les clubs sportifs abymiens sont :

  • Jeunesse sportive abymienne (JAS), football et handball
  • Le Siroco, football
  • Jeunesse Évolution, football
  • La Juventa, football
  • la MJC Abymes, football, Basketball
  • Les Flyers, basketball
  • Jeunesse cycliste des Abymes (JAC), cyclisme
  • Convergence sportive cycliste des Abymes (CSCA), cyclisme
  • Vélo d'Or du Centre de la Caraïbe (VO2C), cyclisme
  • AS Police, cyclisme
  • Boisripeaux rugby club (BRUC), rugby

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel Sonis
  • Salle Renée-Élie à Chazeau
  • Salle Joseph-Théodore-Faustin
  • Cinéma multiplexe « Cinéstar Guadeloupe » (inauguré le 28 juin 2017)
  • Centre socioculturel Félix-Proto (inauguré en décembre 2016)
  • Centre culturel et sportif Emmanuel Albon (inauguré le 4 novembre 2017)
  • Complexe Family Plaza (en construction, livraison fin 2017 ou début 2018)

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

En revanche, que ce soit en raison de l'absence de relief ou de sa position littorale (avec l'absence de plages d'intérêt), il y a peu de sites naturels abymiens remarquables hormis la mangrove – et sa Maison de la mangrove (Taonaba) – donnant sur le Grand Cul-de-sac marin et les canaux de Perrin et de Belle Plaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2015, millésimée 2012, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2014, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]