Les Abymes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Abymes
Les Abymes
La place principale des Abymes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Intercommunalité Cap Excellence
Maire
Mandat
Éric Jalton
2020-2026
Code postal 97139 et 97142
Code commune 97101
Démographie
Gentilé Abymien, Abymienne
Population
municipale
53 082 hab. (2018 en diminution de 8,42 % par rapport à 2013)
Densité 653 hab./km2
Population
agglomération
252 271 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 16° 16′ 01″ nord, 61° 30′ 24″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 120 m
Superficie 81,25 km2
Type Commune urbaine et littorale
Aire d'attraction Les Abymes
(commune-centre)
Élections
Départementales Les Abymes-1
Les Abymes-2
Les Abymes-3
(bureau centralisateur)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Les Abymes
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Les Abymes
Liens
Site web ville-abymes.fr

Les Abymes (en créole guadeloupéen : Zabym ou Zabim), est une commune française située dans le département de la Guadeloupe. Avec près de 60 000 habitants, Les Abymes est la commune la plus peuplée de Guadeloupe. Elle est la ville-centre de l'unité urbaine de Pointe-à-Pitre - Les Abymes, qui est la plus peuplée de l'outre-mer français, avec 257 361 habitants en 2012[1], et la 25e de France. Ses habitants sont appelés les Abymiens et les Abymiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait, selon le père Labat, de la brume formée par l'évaporation au niveau du sol marécageux, appelé « drap mortuaire des savanes ».

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de la commune Les Abymes.

La commune des Abymes, située à l'ouest de la Grande-Terre, est la plus peuplée des trente-deux communes du département de la Guadeloupe. Elle est intégrée à l'agglomération de Pointe-à-Pitre.

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits, hameaux et quartiers[modifier | modifier le code]

Les différentes localités des Abymes sont : Bauzon, Baimbridge, Bazin, Beau-Soleil, Besson, Boisripeaux, Boissard, Boisvin, Boisvinière, Boricaud, Bouliqui, Caduc, Caraque, Céligny, Chauvel, Chazeau, Coma, David, Deravinières, Dothémare, Doubs, Dugazon, Gare-Roza, Golconde, Grand-Camp, Lacroix Léonie, Masselas, Morne-Flory, Nérée, Pagès, Palais-Royal, Papin, Petit-Pérou, Pointe-d'Or, Providence, Quatre-Chemins, Le Raizet, Tamarin et Vieux-Bourg Abymes.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Abymes est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction des Abymes, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

La commune, bordée par la mer des Caraïbes à l'ouest et par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes A10, A30, A40, A41, A51, A57, A60, A70, A80, A91, A94, A98 et A99 du réseau de transport Karu'Lis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période précolombienne[modifier | modifier le code]

Le territoire est occupé aux périodes précolombiennes. Quelques vestiges ont été trouvés dans le secteur de Dothémare, mais l'implantation la plus remarquable est celle de Belle Plaine où des sondages réalisés par la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) en 2006 ont révélé l'existence d'un village assez important daté entre 1000 et 1200 apr. J.-C. (culture troumassoïde). En 2020-2021, des fosses, des trous de poteau, des poteries et outils, mais surtout 113 tombes précolombiennes (d'adultes et d'enfants, le plus souvent repliés sur eux-mêmes avec les membres liés pour maintenir la position) ont été mises au jour à Petit-Pérou par l'Inrap. Leur analyse a montré qu'elles dataient de l'âge Céramique récent (ou Néoindien récent, soient les XIe et XIIe siècles) constituant ainsi le plus important ensemble de sépultures améridiennes identifié à cette date dans l'archipel de la Guadeloupe[10],[11].

Implantation française[modifier | modifier le code]

Le premier bourg, situé à quelques kilomètres du centre de l'agglomération actuelle, est fondé en 1691. Il est composé de quelques maisons et connaît un léger développement grâce aux cultures de canne à sucre, de cacao et de café. Les Abymes sont érigés en paroisse en 1726.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[12],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 53 082 habitants[Note 4], en diminution de 8,42 % par rapport à 2013 (Guadeloupe : −3,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
30 79139 91153 60556 16562 60563 05460 05359 31154 260
2018 - - - - - - - -
53 082--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[13] puis à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'arrondissement de Pointe-à-Pitre et est le chef-lieu de trois cantons depuis le redécoupage cantonal de 2014 :

Avant cette date, elle en comptait cinq, les cantons des Abymes-4 et des Abymes-5 ayant été supprimés.

Pour l'élection des députés, Les Abymes font partie depuis 1988 de la première circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Les Abymes appartient à la communauté d'agglomération Cap Excellence depuis sa création en 2009.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville des Abymes.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Jean-Noël Olime Rad.Soc.  
1967 Maurice Flory SFIO  
Frédéric Jalton FGPS Médecin généraliste
Député européen (1980 → 1981)
Député de la 2e circonscription de la Guadeloupe (1973 → 1978 puis 1981 → 1986)
Député de la Guadeloupe (1986 → 1988, élu à la proportionnelle)
Député de la 1re circonscription de la Guadeloupe (1988 → 1995)
Conseiller général du canton des Abymes-1 (1964 → 1985)

(décès)
René-Serge Nabajoth DVG Conseiller général du canton des Abymes-2 (1982 → 1995)
Daniel Marsin GUSR Cadre supérieur de banque
Sénateur de la Guadeloupe (2004 → 2011)
Député de la 1re circonscription de la Guadeloupe (1997 → 2002)
Conseiller général du canton des Abymes-4 (1994 → 1997)
en cours
réélection en mai 2020
Éric Jalton DVG
(ex-FGPS)
Chirurgien-dentiste
Député de la 1re circonscription de la Guadeloupe (2002 → 2017)
Conseiller général du canton des Abymes-1 (1998 → 2009)
Président de la CA Cap Excellence (2014 → )

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'activité économique des Abymes est liée à la présence sur son territoire de l'aéroport Guadeloupe - Pôle Caraïbes, ancien aéroport du Raizet. Le siège d'Air Caraïbes est situé aux Abymes[16].

Commune résidentielle et commerciale, Les Abymes, bien que n'étant pas une station balnéaire, est le deuxième pôle économique de la Guadeloupe derrière la zone industrielle de Jarry. Le centre commercial Milénis y est implanté. Le complexe de vie « Family Plaza », comprenant, notamment, un cinéma multiplexe, une galerie marchande et un centre de loisir sera achevé dans le courant de 2019[17],[18]. Un autre centre commercial, situé dans la ZAC de la Providence dans le quartier de Dothémare, nommé « La Coulée Verte », a été inauguré en . Il comprend quatre magasins (Monoprix, JouéClub, Gifi et Leader Price)[19] ainsi que le multiplexe Cinéstar.

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville possède sur son territoire un très grand nombre d'établissements scolaires : dix-sept écoles maternelles (Boisripeaux, Boissard, Bourg, Caraque, Carénage, Chazeau-Doubs, Jean-Zébus, Dothemare, Grand-Camp-1 et 2[Note 5], Hilarion-Léogane, Mulatresse-Solitude, Maurice-Saint-Pierre, Raizet-1 et 2, Notre-Dame-du-Sacré-Cœur (privée) et Ti-Prince (privée)) et vingt-six écoles primaires (Besson, Boissard, Boricaud, Caraque, Carénage, Chazeau-Doubs, Dothemare-1 et 2, Faustin-1 et 2, Grand-Camp-1 et 2[Note 5], Guy-Cornélie-1 et 2, Hilarion-Léogane, Jean-Noël-Olime, Jean-Zébus, Joseph-Ignace, Le-Soleil-Levant (privée), Louis-Delgrès, Maurice-Saint-Pierre, Petit-Pérou, La Persévérance (privée), Noter-Dame-de-Grâce (privée), Sainte-Marie-Lacroix (privée) et Raizet-3).

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, la commune accueille sur son territoire plusieurs établissements :

  • le collège Abymes-Bourg
  • le collège du Raizet
  • le collège Alexandre-Isaac
  • le collège Saint-John-Perse
  • le collège Excellence-Sportive
  • le lycée d'enseignement général et technologique Baimbridge (hébergeant des CPGE)
  • le lycée d'enseignement général et technologique du Jardin-d'Essai
  • le lycée d'enseignement général et technologique Félix-Proto (également connu comme le lycée de Providence)
  • le lycée privé d'enseignement général et technologique de La Persévérance
  • le lycée d'enseignement général et professionnel Chevalier-de-Saint-Georges
  • le centre de formation des apprentis de la Chambre des métiers de la Guadeloupe

Comme toutes les communes de l'archipel de la Guadeloupe, Les Abymes est rattaché à l'Académie de la Guadeloupe qui de plus a le siège du rectorat sur le territoire de la ville. Un nouveau bâtiment situé dans la ZAC de Dothémare-Providence est construit [20],[21].

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre/Les Abymes est le plus important hôpital de l'île regroupant en 2013 une quarantaine de services, couvrant tous les domaines médicaux, d'une capacité totale d'accueil de 862 lits fonctionnant avec 319 médecins, 120 internes et 3 000 agents hospitaliers[22]. Le CHU doit être reconstruit à Perrin (à partir de 2016, pour une livraison à l'origine prévue pour 2021)[23]. Le chantier a débuté en et devrait s'achever en 2022[24].

La Polyclinique de la Guadeloupe située à Morne Jolivière est un établissement privé de soin d'une capacité totale d'accueil de 110 lits, dont vingt lits pour la maternité[25]. Ouverte à la fin des années 1950, cette maternité – l'une des quatre de l'archipel – ferme à la fin de 2020, en raison d'une baisse du nombre des naissances sur l'île donc de son activité et de sa rentabilité. Ses services sont transférés à la maternité du pôle mère-enfant de Palais Royal aux Abymes[26].

Sports[modifier | modifier le code]

Du fait de sa situation centrale au sein de l'île et de la proximité avec Pointe-à-Pitre, Les Abymes est une commune qui accueille un grand nombre de clubs sportifs, notamment pour les sports collectifs ainsi que pour le cyclisme (l'un des sports phare guadeloupéens), et d'équipements sportifs :

  • le stade René-Serge-Nabajoth, d'une capacité de 7 500 places
  • la piscine intercommunale de Dugazon
  • des courts de tennis du Tennis club de Dugazon
  • le golf école des Abymes Roger-Bambuck (neuf trous)
  • le CREPS des Antilles-Guyane, sur une superficie de 9 hectares, à l’emplacement de l’ancien stade Darboussier.

Les clubs sportifs abymiens sont :

  • Dugazon Sporting Club (ex-Tennis club de Dugazon (TCD) avec plus de 500 licenciés, premier club de tennis des Antilles-Guyane, fondé en 1951), tennis et école de sports[27]
  • Jeunesse sportive abymienne (JSA), football et handball
  • Le Siroco, football
  • Jeunesse Évolution, football
  • La Juventa, football
  • la MJC Abymes, football, basketball
  • UNAR (Union des artistes du Raizet), football
  • Les Flyers, basketball
  • Jeunesse cycliste des Abymes (JCA), cyclisme
  • Convergence sportive cycliste des Abymes (CSCA), cyclisme
  • Vélo d'Or du centre de la Caraïbe (VO2C), cyclisme
  • Boisripeaux rugby club (BRUC), rugby
  • Le Pongys Abym Club de MJCA (club de tennis de table)

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel Sonis
  • Salle Renée-Élie à Chazeau
  • Salle Joseph-Théodore-Faustin
  • Cinéma multiplexe « Cinéstar Guadeloupe » (inauguré le )
  • Centre socioculturel Félix-Proto (inauguré en )
  • Centre culturel et sportif Emmanuel Albon (inauguré le )
  • Complexe Family Plaza (livré au second semestre 2019)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Immaculée-Conception (et le calvaire) et le temple Hindou.
  • Différents éléments du patrimoine civil et religieux de la commune ont été construits par l'architecte Ali Tur entre 1930 et 1932 dont : l'ancienne mairie (devenue le centre d'action social), la halle du marché, le groupe scolaire, et la réfection (travées, clocher, autel, ornements) de l'église des Abymes[28].
  • L'habitation Mamiel classée aux Monuments historiques (MH) et la maison Petrelluzzi quant à elle inscrite aux MH.
  • Différents monuments son érigés aux Abymes, principalement dans le centre du bourg comme Le Mémorial de 1889, pour le centenaire de la Révolution française ; le Monument aux morts de la guerre ; le monument Abymes, Terre de convergence, à l'entrée de la ville, qui témoigne de l'accueil des différentes communautés présentes sur l'île ; la statue La Mulâtresse Solitude (1772-1802), érigée en 1999 dans le quartier de Baimbridge, en hommage à cette résistante contre l'esclavagisme, due au sculpteur Jacky Poulier ; la statue de Nelson Mandela, érigée en 2014 au rond-point de Petit-Pérou, en hommage au président de l'Afrique du Sud, due au sculpteur Jean Moisa[29].

En revanche, que ce soit en raison de l'absence de relief ou de sa position littorale (avec l'absence de plages d'intérêt), il y a peu de sites naturels abymiens remarquables hormis la mangrove – et sa Maison de la mangrove (Taonaba) – donnant sur le Grand Cul-de-sac marin et les canaux de Perrin et de Belle Plaine.

Les autres édifices remarquables sont :

  • la station-radar de Météo France de Chazeau : Située sur un morne du lieu-dit Chazeau dans la partie abymienne des Grands Fonds, cette station-radar de Météo France a pour but d'envoyer des informations météorologiques à la population guadeloupéenne, notamment durant la période cyclonique[30] ;
  • les anciens studios du Morne Miquel, construits en 1964, année de l'arrivée de la télévision en Guadeloupe. Une grande page de l'histoire de l'audiovisuel local s'y est inscrite, puisque les studios furent d'abord occupés par l'ORTF Guadeloupe de 1964 à 1974, puis par FR3-Guadeloupe de 1975 à 1982, puis RFO Guadeloupe de 1983 à 2000, date à laquelle la station audiovisuelle publique régionale déménage vers ses locaux actuels du Morne Bernard, à Baie-Mahault. Depuis, les studios du Morne Miquel sont désaffectés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. a et b Les écoles maternelles et primaires ont été construites en 1950, détruites en 2020, reconstruites en 2022 pour une réouverture prévue en 2024. Franck Breland, « Les Abymes/Grand-Camp : La destruction imminente des écoles mixtes 1 et 2 réveille des souvenirs », France-Antilles, 23 novembre 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee - Série historique des résultats du recensement dans l'unité urbaine de Pointe-à-Pitre, consulté le 2 juillet 2015
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le 9 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  10. « Une centaine de sépultures précolombiennes découvertes aux Abymes, en Guadeloupe », communiqué de l'Inrap, 27 avril 2021.
  11. Nadine Fadel et Yasmina Yacou, « 113 sépultures et les vestiges d'une habitation précolombienne découverts à Petit-Pérou », Guadeloupe La 1re, 27 avril 2021.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  14. pour les années 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018
  15. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Les Abymes, consultée le 30 octobre 2017
  16. Mentions légales, Air Caraïbes, consulté le 24 juin 2010.
  17. « Première pierre pour le complexe centre de Vie Family Plaza », France-Antilles, 10 janvier 2014.
  18. « Ouverture du cinéma multiplexe prévue en mars 2017 », France-Antilles, 26 septembre 2016.
  19. « Une nouvelle grande enseigne s'installe », France-Antilles, 3 juillet 2017.
  20. « Travaux : les gros chantiers de 2014 », France-Antilles, 6 janvier 2014.
  21. Visite du chantier du nouveau rectorat
  22. Site officiel du CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes.
  23. « Reconstruction du CHU : c'est déjà le chantier », France-Antilles, 15 mai 2015.
  24. « Un pas de plus vers la construction du nouveau CHU », Guadeloupe 1re, 7 octobre 2017.
  25. Présentation sur le site de la polyclinique de la Guadeloupe.
  26. Chantal Horn et Priscilla Romain, « Pas rentable, la maternité de la Polyclinique met la clé sous la porte », Guadeloupe La 1re, 4 décembre 2020.
  27. Franck Breland, « Le Tennis Club de Dugazon change d’appellation et de dimension », France-Antilles, 18 novembre 2020.
  28. Michèle Robin-Clerc, Note descriptive de l’œuvre d’Ali Tur, Basse-Terre, Conseil régional de Guadeloupe, (lire en ligne), p. 7-8.
  29. « Inauguration de la première statue de Nelson Mandela en France », France-Antilles, 11 mars 2014
  30. http://jumcreteilabymes.zeblog.com/63762-presentation-des-abymes/

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]