Gourbeyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Guadeloupe
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Guadeloupe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Gourbeyre
Le cimetière marin.
Le cimetière marin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Canton Gourbeyre (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du sud Basse-Terre
Maire
Mandat
Luc Adémar
2014-2020
Code postal 97113
Code commune 97109
Démographie
Population
municipale
7 803 hab. (2014)
Densité 346 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 59′ nord, 61° 41′ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 1 397 m
Superficie 22,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Gourbeyre

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Gourbeyre

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Gourbeyre

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Gourbeyre

Gourbeyre (en créole Goubè) est une commune française, située dans le département-région de la Guadeloupe. C'est l'une des villes-centres d'une agglomération de plus de 51 000 habitants, l'unité urbaine de Basse-Terre. Elle est le chef-lieu du canton du même nom. Ses habitants sont appelés les Gourbeyriens et les Gourbeyriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Gourbeyre.

La commune se situe sur l'île de Basse-Terre. Au nord de la commune se trouve le plateau de Palmiste qui domine la ville de Basse-Terre et au sud s'élève les monts Caraïbes, hauts de 700 m environ.

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Blanchet, Champfleury, Dolé, Palmiste, Saint-Charles, Grande-Savane, Dos d'âne, Valkanaërs, le Bourg, Bisdary, Rivière-Sens, Gros Morne-Dolé.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Basse-Terre Saint-Claude Rose des vents
N Trois-Rivières
O    Gourbeyre    E
S
Vieux-Fort

Gourbeyre se situe à une distance de 4,5 km de Basse-Terre (séparé par la rivière Galion), le chef-lieu. Trois-Rivières se trouve à 3,6 km (séparé par la Rivière Grande Anse), Saint-Claude à 5,8 km (dont elle est séparée par la rivière du Galion), Baillif à 6,5 km et Vieux-Fort à 5,1 km. Gourbeyre fait partie de la communauté de communes du sud Basse-Terre.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, la commune se nommait « Dos d'âne », ce qui s'explique par le fort dénivelé causé par les formations géologiques du col (entre les monts Caraïbes et le massif volcanique de la Soufrière) permettant de joindre Basse-Terre et Pointe-à-Pitre. Cependant, Dos d'âne n'avait aucune existence communale. Ce n'est qu'en 1837 que l'endroit est détaché de Basse-Terre et organisé comme une commune à part entière.

Le 8 février 1843, un séisme ravagea l’île en grande partie, dont la commune de Dos d'âne. C'est le gouverneur Jean-Baptiste-Marie-Augustin Gourbeyre qui organisa les secours des habitants et pour commémorer ce geste la commune prit son nom, Gourbeyre, le 30 avril 1846.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1870 1871 Cuinier    
1871 1873 Mondésir Le Galean    
1873 1881 Saint-Germain Massieux    
1881 1888 Alire Alexer    
1888 1899 Hyppolite Clayssen    
1899 1900 Denis Billy    
1900 1908 Armand Champfleury    
1908 1921 Guillaume Foccart   Père de Jacques Foccart
1921 1928 Fernand Megy    
1928 1932 Vincent Favières    
1932 1977 Amédée Valeau RPF, UNR,
UDR, RPR
Conseiller général (1937-1951, 1964-1970)
Sénateur (1952-1959, 1968-1977)
1977 1987 Euloge Noglotte    
1987 1995 Lucette Michaux-Chevry RPR Conseillère générale (1982-1994)
Secrétaire d'État (1986-1988)
Présidente du Conseil régional (1992-2004)
Ministre (1993-1995)
1995 en cours Luc Adémar UMP Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 803 habitants, en diminution de -2,98 % par rapport à 2009 (Guadeloupe : -0,34 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
6 685 7 066 6 813 6 399 6 330 7 642 8 033 7 855 7 803
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune s'appuie sur le tourisme, avec la marina de Rivière Sens rénovée et dotée de 330 anneaux et ses nombreux coins d'eau (Palmiste, Dolé).

L'économie de la ville est également marquée par la présence de l'usine d'embouteillage de Capès-Dolé, d'une sablière sur le site de Rivière-Sens.

La commune détient également quelques exploitations agricoles dans les quartiers de Palmiste, Champfleury.

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Richard-Samuel, une école élémentaire et une école maternelle (Raymonde-Augustin) dans le bourg, une école primaire dans le quartier de Blanchet (école Euloge Noglotte anciennement école mixte de BLANCHET) et une école maternelle dans le quartier de Champfleury.

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre de santé de la commune est liée à sa proximité avec Basse-Terre et son centre hospitalier départemental. Gourbeyre accueille de plus la clinique privée Manioukani.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le stade municipal (avec terrain de tennis et de basket)
  • La salle omnisports de Valkanaërs
  • Piscine
  • Site d'activités nautiques à Rivière Sens
  • De nombreux parcours de randonnée

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune possède une salle de spectacle, la salle Gilles-Floro.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucette Michaux-Chevry (née à Saint-Claude en 1929) : maire de Gourbeyre, conseillère générale, présidente du conseil régional, ministre, député, sénatrice et maire de Basse-Terre ;
  • Marie-Luce Penchard (née à Gourbeyre en 1959) : fille de Lucette Michaux-Chevry, ministre de l'Outre-mer.
  • Gilles Floro (1964-1999), chanteur populaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]