Gourbeyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gourbeyre
Gourbeyre
Le cimetière marin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Sud Caraïbe
Maire
Mandat
Claude Edmond
2020-2026
Code postal 97113
Code commune 97109
Démographie
Population
municipale
7 508 hab. (2021 en diminution de 3,84 % par rapport à 2015)
Densité 333 hab./km2
Population
agglomération
49 448 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 15° 59′ nord, 61° 41′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 1 397 m
Superficie 22,52 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Basse-Terre
(ville-centre)
Aire d'attraction Basse-Terre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Trois-Rivières
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
Gourbeyre
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
Gourbeyre
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
Gourbeyre
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
Gourbeyre

Gourbeyre (en créole guadeloupéen : Goubè) est une commune française, située dans le département-région de la Guadeloupe. C'est l'une des villes-centres d'une agglomération de près de 50 000 habitants, l'unité urbaine de Basse-Terre. Elle est le chef-lieu du canton du même nom. Ses habitants sont appelés les Gourbeyriens et les Gourbeyriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Gourbeyre.

De 22,5 km2 de superficie totale[1], la commune de Gourbeyre se situe sur l'île de Basse-Terre. Au nord de la commune se trouve le plateau du Palmiste (à 540 mètres d'altitude moyenne) qui domine la ville de Gourbeyre et au sud s'élèvent les monts Caraïbes (culminants à 700 m environ). La rivière Galion sépare le territoire de Gourbeyre de celui des communes de Basse-Terre et de Saint-Claude, et la rivière Sens s'écoule dans la commune sur tout son cours.

Gourbeyre se situe à une distance de 4,5 km de Basse-Terre (séparé par la rivière Galion), le chef-lieu. Trois-Rivières se trouve à 3,6 km (séparé par la Rivière Grande Anse), Saint-Claude à 5,8 km (dont elle est séparée par la rivière Galion), Baillif à 6,5 km et Vieux-Fort à 5,1 km. Gourbeyre fait partie de la communauté de communes du sud Basse-Terre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gourbeyre est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Basse-Terre, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[5] et 49 448 habitants en 2021, dont elle une ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Basse-Terre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

La commune, bordée par la Mer des Caraïbes à l'ouest, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[10]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[11],[12].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les différentes localités de la commune sont Bisdary, Blanchet, le Bourg, Champfleury, Dolé, Dos d'Âne, Grand Camp, Grande-Savane, Gros Morne-Dolé, Palmiste, Rivière-Sens, Saint-Charles et Valkanaërs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, la commune se nommait « Dos d'Âne », ce qui s'explique par le fort dénivelé causé par les formations géologiques du col (entre les monts Caraïbes et le massif volcanique de la Soufrière) permettant de joindre Basse-Terre et Pointe-à-Pitre. Cependant, Dos d'Âne n'avait aucune existence communale. Ce n'est qu'en 1837 que l'endroit est détaché de Basse-Terre et organisé comme une commune à part entière.

Le , un séisme ravagea l’île en grande partie, dont la commune du Dos-d'Âne. C'est le gouverneur Jean-Baptiste-Marie-Augustin Gourbeyre qui organise les secours des habitants. La commune prit son nom pour commémorer son action et fut renommée Gourbeyre le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'arrondissement de Basse-Terre et au canton de Trois-Rivières depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle était le chef-lieu du canton de Gourbeyre.

Pour l'élection des députés, Gourbeyre fait partie depuis 1988 de la quatrième circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune Gourbeyre fait partie de la communauté d'agglomération Grand Sud Caraïbe (anciennement communauté d'agglomération du Sud Basse-Terre) depuis sa création en 2001. Dans cette assemblée elle est représentée par quatre conseillers.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Amédée Valeau RPF puis UNR
puis UDR puis RPR
Agriculteur
Sénateur de la Guadeloupe (1952 → 1959 puis 1968 → 1977)
Conseiller général du canton de Gourbeyre-Saint-Claude (1937 → 1951)
Conseiller général du canton de Saint-Claude (1964 → 1970)
Euloge Noglotte    
Lucette Michaux-Chevry RPR Avocate, secrétaire d'État et ministre
Députée de la Guadeloupe (1986, élue au scrutin proportionnel)
Députée de la 4e circonscription de la Guadeloupe (1988 → 1993)
Présidente du conseil régional de la Guadeloupe (1992 → 2004)
Conseillère générale du canton de Gourbeyre (1985 → 1992)
Luc Adémar RPR puis UMP
puis DVD[13]
Conseiller régional de la Guadeloupe (1998 → 2004)
Conseiller général du canton de Gourbeyre (1992 → 2001 puis 2008 → 2015)
en cours Claude Edmond[14],[15] FGPS Vice-président de la communauté d'agglomération Grand Sud Caraïbe
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Gourbeyre repose principalement sur les services locaux et le tourisme, notamment avec la marina de Rivière-Sens rénovée et dotée de 330 anneaux.

L'industrie est marquée par la présence de l'usine d'embouteillage de Capès-Dolé et l'exploitation, depuis 1969, d'une sablière (par la société Les Sablières de Guadeloupe produisant du sable calibré de construction) sur les flancs des monts Caraïbes au site de Rivière-Sens[16].

La commune accueille également quelques exploitations agricoles dans les quartiers de Palmiste et Champfleury.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2021, la commune comptait 7 508 habitants[Note 3], en diminution de 3,84 % par rapport à 2015 (Guadeloupe : −3,44 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6 6857 0666 8136 3996 3307 6428 0337 8557 813
2021 - - - - - - - -
7 508--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[19] puis à partir de 2006[20])
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Comme toutes les communes de l'archipel de la Guadeloupe, Gourbeyre est rattaché à l'Académie de la Guadeloupe. La ville possède sur son territoire trois écoles maternelles (Blanchet, Champfleury et Raymonde-Augustin) et trois écoles primaires (Bourg, Dole-les-Bains et Euloge-Noglotte).

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, la ville accueille le collège Richard-Samuel et le lycée professionnel de Blanchet.

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre de santé de la commune est liée à sa proximité avec Basse-Terre et son centre hospitalier départemental. Gourbeyre accueille de plus la clinique privée Manioukani. Gourbeyre est aussi le siège local de l'Agence régionale de santé de la Guadeloupe.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La commune possède une salle de spectacle, la salle Gilles-Floro inaugurée en 2009[21].

Sports[modifier | modifier le code]

Les installations sportives de Gourbeyre sont composées du stade municipal (avec terrain de tennis et de basket), d'une salle omnisports de Valkanaërs et d'une piscine. À cela s'ajoute le site d'activités nautiques à rivière Sens, ainsi que la possibilité de nombreux parcours de randonnée.

L'Association omnisports gourbeyrienne (AOG) est le principal club de sport de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les bains de Dolé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres clés de la commune de Gourbeyre (97109), INSEE, 21 avril 2021.
  2. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Basse-Terre », sur insee.fr (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Basse-Terre », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  11. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. Président du parti « Croire en la Guadeloupe » depuis 2019 [1]
  14. « Résultats Municipales 2020 : Claude Edmond incarne le renouveau à Gourbeyre », Guadeloupe La Première, 28 juin 2020.
  15. « Les conseils municipaux élus le 28 juin dernier choisissent leurs édiles », Guadeloupe La 1re, 4 juillet 2020.
  16. Yvor Lapinard, « Monts Caraïbes : les candidats aux municipales interpellés », France Antilles, 25 juin 2020.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  20. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021
  21. « Salle Gilles Floro », sur Guadeloupe Tourisme.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]