Aller au contenu

Terre-de-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terre-de-Haut
Terre-de-Haut
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Terre-de-Haut
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Sud Caraïbe
Maire
Mandat
Louly Bonbon
2020-2026
Code postal 97137
Code commune 97131
Démographie
Gentilé Saintois(e)
Population
municipale
1 496 hab. (2021 en diminution de 6,56 % par rapport à 2015)
Densité 249 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 52′ 00″ nord, 61° 34′ 57″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 306 m
Superficie 6,0 km2
Type Commune rurale et littorale
Élections
Départementales Trois-Rivières
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
Terre-de-Haut
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
Terre-de-Haut

Terre-de-Haut (en créole guadeloupéen : Tèdého) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe. Elle est composée d'une île principale nommée Terre-de-Haut et de quatre îlets inhabités : Îlet à Cabrit, Grand-Îlet, la Redonde, Les Roches percées. La commune est une division administrative de l'entité géographique qu'est l'archipel des Saintes qui comprend une seconde commune : Terre-de-Bas.

Ses habitants sont appelés les Saintois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Son territoire s'étend sur 6,0 km2 de superficie totale[1].


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Terre-de-Bas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune, entourée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[5]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tient son nom, tout comme sa voisine Terre-de-Bas, sur l'île de Terre-de-Bas, du langage maritime qui désignait de « basse » la terre-sous-le-vent et de « haute » la terre-au-vent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Terre-de-Haut appartient à la communauté d'agglomération Grand Sud Caraïbe (CAGSC) dans laquelle elle est représentée par un conseiller.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Terre-de-Haut
Période Identité Étiquette Qualité
1882 1884 Charles Foy   Premier maire de Terre-de-Haut
1884 1892 Bernard Azincourt    
1892 1902 Charles Foy    
1902 1908 Benoît Cassin    
1911 1914 Paul-Eugène Thomas    
1915 1928 Emmanuel Laurent    
1929 1935 Benoît Cassin    
1936 1957 Théodore Samson DVD  
1957 1961 Georges Azincourt DVD  
1961 1971 Eugène Samson DVD  
1971 1977 René Germain DVD  
1977 2000 Robert Joyeux DVDRPR  
2000 Louis Molinié UMPUDI  
Louly Bonbon[8] SEDVD  
en cours Hilaire Brudey[9],[10] FGPS Conseiller régional du canton des Saintes (2004 → 2010 puis 2012 →)
Mairie de Terre-de-Haut.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose principalement sur l'activité de pêche locale et le tourisme, notamment en raison de la présence de l'aérodrome Les Saintes-Terre-de-Haut qui permet l'accès aérien à l'archipel.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2021, la commune comptait 1 496 habitants[Note 2], en diminution de 6,56 % par rapport à 2015 (Guadeloupe : −3,44 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2010 2015 2020
1 2641 4741 4531 4741 5271 7291 7871 6011 513
2021 - - - - - - - -
1 496--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[13] puis à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique

La commune est confrontée au problème récurrent du départ des plus jeunes (entrainant un vieillissement de la population et une dénatalité) vers la Guadeloupe et au-delà, dans le cadre des études qui ne peuvent être faites à Terre-de-Haut après le collège.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Comme toutes les communes de l'archipel de la Guadeloupe, Terre-de-Haut est rattaché à l'Académie de la Guadeloupe. La commune possède une école maternelle (Bourg) et une école primaire (Mixte).

Pour l'enseignement secondaire la commune accueille sur son territoire le collège Archipel-des-Saintes, commun aux deux municipalités des Saintes – avec deux campus, l'un dans le quartier Marigot et l'autre au bourg de Petite Anse à Terre-de-Bas[15] – et ouvert en septembre 1994 sous l'action du maire de Terre-de-Haut, Robert Joyeux[16]. Il est fréquenté par une centaine d'élèves, dont les trois quarts sont sur le site de Terre-de-Haut[15]. Les lycées les plus proches sont en revanche sur la Guadeloupe continentale, soit à Gourbeyre (lycée professionnel de Blanchet) soit à Basse-Terre (lycée Gerville-Réache ou lycées professionnels de Versailles et des Persévérants).

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre médicale de la commune est liée à celle de Basse-Terre pour l'essentiel, hormis le centre médico-social et un service d'hospitalisation à domicile.

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif du 350e anniversaire de la fondation de Terre-de-Haut (1648-1998)
Monument aux marins-pêcheurs disparus en mer.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Terre-de-Haut.
  • Maison Electra (rue Jean-Calot), construite par Edmond Mercier à l'emplacement de l'ancienne batterie du bourg.
  • Monument commémoratif du 350e anniversaire de la fondation de Terre-de-Haut (1648-1998)
  • Monument aux marins-pêcheurs disparus en mer : réalisé en béton en 2002 par Jocelyn Pezeron[17].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Baccarat (France)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres clés de la commune de Terre-de-Haut (97131), INSEE, 21 avril 2021.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  6. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. Yvor J. Lapinard, « Louly Bonbon succède à Louis Molinié », France-Antilles Guadeloupe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Résultats Municipales 2020 : Hilaire Brudey nouveau maire de Terre de Haut », Guadeloupe La 1re, 28 juin 2020.
  10. « Les conseils municipaux élus le 28 juin dernier choisissent leurs édiles », Guadeloupe La 1re, 4 juillet 2020.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  14. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021
  15. a et b Collège Archipel-des-Saintes, Académie de la Guadeloupe, consulté le 27 février 2020.
  16. Journal de 19 h, Guadeloupe La 1re, 26 février 2020.
  17. Collectif, Le Patrimoine de la Guadeloupe, éditions Hervé Chopin, 2019, p. 575.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]