Grand-Bourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune du Limousin, voir Le Grand-Bourg.
Grand-Bourg
Vue de Grand-Bourg à Marie-Galante.
Vue de Grand-Bourg à Marie-Galante.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Canton Marie-Galante
Intercommunalité Communauté de communes de Marie-Galante (siège)
Maire
Mandat
Maryse Etzol
2014-2020
Code postal 97112
Code commune 97112
Démographie
Population
municipale
5 273 hab. (2014)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 53′ 00″ nord, 61° 19′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 163 m
Superficie 55,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Grand-Bourg

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Grand-Bourg

Grand-Bourg, parfois appelée Grand-Bourg de Marie-Galante (en créole Gwanbou ou Gwanbou Marigalant' ) est une commune française située sur l’île de Marie-Galante dans le département de la Guadeloupe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Grand-Bourg.

Grand-Bourg est située au sud-ouest de l'île de Marie-Galante dont elle est le chef-lieu. La majeure partie de la commune est constituée d'un plateau vallonné. Celui-ci domine une large plaine littorale et une mangrove au nord, bordées de plages sur leur plus grandes partie. Au sud, celles-ci sont protégées par une barrière corallienne. La limite nord de la commune suit la rivière de Saint-Louis.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune de Grand-Bourg accueille les lieux-dits de : Ballet, les Basses, Beauregard, Beaurenom, Bonnet, Bonneval, Bouquincant, Ducos, Durocher, Faup, Gay, Grande-Anse, Joubert, Lachapelle, Lami, Lépine, Mon-Repos, Moringlanne, Morne-Rouge, Pichelin, Pirogue, Port-Louis, Quatrième-Portel, Rabi, Roussel, Saint-Marc, Siblet, Thibault, Vanniers.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Louis Rose des vents
N Capesterre-de-Marie-Galante
O    Grand-Bourg    E
S

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Marais Folle Anse, vaste réserve d'eau douce, facilita l'installation des Arawaks dès le début du premier millénaire. Il est possible que Christophe Colomb débarqua à l'Anse Ballet en 1493 lors de son second voyage durant lequel il aborda la Guadeloupe. En 1653, un fort est implanté par les colons français arrivés sur l'île depuis 1648.

La commune a été divisée en Grand-Bourg ville et Grand-Bourg campagne ou extra-muros de 1838 à 1849. En 1838, la ville de Grand-Bourg utilisait alors le nom de Joinville en l'honneur du Prince de Joinville, après sa tournée aux Antilles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Grand-Bourg fait partie depuis 1994 de la communauté de communes de Marie-Galante, dont elle est le siège, avec Capesterre-de-Marie-Galante et Saint-Louis.

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1989-2013 Patrice Tirolien PS Député européen depuis 2009
depuis 2013 Maryse Etzol
Les données antérieures ne sont pas encore mentionnées.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 273 habitants, en diminution de -5,67 % par rapport à 2009 (Guadeloupe : -0,34 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
6 710 6 529 6 611 6 150 6 244 5 934 5 707 5 470 5 273
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Gaston-Calmet et le lycée polyvalent Hyacinthe-Bastaraud de Marie-Galante qui présente la particularité de posséder une classe préparatoire au concours d'entrée à l'École nationale de la Marine marchande.

Santé[modifier | modifier le code]

Grand-Bourg accueille le principal hôpital de Marie-Galante, situé à Morne Ducos, le centre hospitalier Sainte-Marie d'une capacité totale de 51 lits assurant principalement les urgences, la médecine, le SSR, et la gynécologie[5]. L'offre de soin est également apportée par la polyclinique privée Saint-Christophe.

Économie[modifier | modifier le code]

Grand-Bourg assure une part importante de l'activité économique, commerciale et administrative de l'île. Le port est le plus important de l'île. Il accueille des activités de pêche et touristiques.

Une part importante de l'économie de Grand-Bourg est liée à la culture de la canne à sucre, pour la production sucrière à l'usine de la Grande-Anse et surtout pour la fabrication de rhum de Guadeloupe assurée par les deux distilleries présentes sur le territoire de la commune : la distillerie Bielle et la distillerie Poisson (produisant le rhum du Père Labat).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de l'Immaculée-Conception.
L'habitation Murat.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Immaculée-Conception construite à partir de 1827 et inscrite aux monuments historiques[6] en 1979.
  • Après le passage de l'ouragan Okeechobee en 1928 qui fit d'importants dégâts sur l'archipel, une politique de constructions d'importants bâtiments civils a été entreprise sur la commune entre 1930 et 1935 avec la construction d'une nouvelle mairie, d'un hôpital, et du palais de justice tous œuvres de l'architecte Ali Tur[7].
  • L'habitation Murat accueille divers activités culturelles dont un écomusée dans un parc qui était, à l'époque coloniale, une importante sucrerie. Son moulin, le moulin Murat, est classé aux monuments historiques.
  • La sucrerie Trianon, classée aux MH en 1981.
  • La mare au Punch est un lieu commémoratif de l'abolition de l'esclavage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles-François Bonneville, né le 13 mars 1803 à Brancourt (Aisne) a été maire et conseiller général de Grand-Bourg de 1854 à 1860. Également président de la Chambre d'agriculture, il est l'artisan du renouveau de la culture du coton longue soie qu'il expérimente sur l'habitation Thibault[8]
  • Simone Créantor, née en 1948 à Grand-Bourg, athlète du lancer du poids ayant été plusieurs fois championne de France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Chiffres clés sur le site officiel du Centre hospitalier Sainte-Marie.
  6. Notice no PA00105859, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Michèle Robin-Clerc, Note descriptive de l’œuvre d’Ali Tur, Basse-Terre, Conseil régional de Guadeloupe, (lire en ligne), p. 7-8.
  8. Vie quotidienne à Marie Galante de Philippe et Jacqueline Nucho-Troplent, éditions L'Harmattan[précision nécessaire].