Daniel Narcisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Narcisse.
Daniel Narcisse
Daniel Narcisse en 2013
Daniel Narcisse en 2013
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (38 ans)
Lieu Saint-Denis (France)
Taille 1,89 m (6 2)[1]
Poids 93 kg (205 lb)[1]
Poste Demi-centre - arrière gauche
Surnom(s) Air France
Toumout
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Paris SG
Numéro 25
Parcours junior
Saisons Club
0000-1995 Drapeau : France Le Chaudron
1995-1998 Drapeau : France Joinville Sports
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
1998-2004 Drapeau : France Chambéry SH
2004-2007 Drapeau : Allemagne VfL Gummersbach 95 (513)
2007-2009 Drapeau : France Chambéry SH 47 (222)
2009-2013 Drapeau : Allemagne THW Kiel 93 (263)
2013- Drapeau : France Paris Saint-Germain 107 (290)
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
2000-2017 Drapeau : France France 311 (943)[1]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Daniel Narcisse, né le à Saint-Denis de La Réunion, est un joueur de handball international français de 2000 à 2017. Il est double champion olympique, quadruple champion du monde et triple champion d'Europe, comptant parmi les handballeurs de l'équipe de France les plus décorés avec neuf titres internationaux. Il évolue au poste de demi-centre ou d'arrière gauche. Il est surnommé « Air France » en Allemagne du fait de sa formidable détente verticale, est marié et a deux enfants.

En 2012, fort d'une année exceptionnelle aussi bien en équipe de France (titre olympique) qu'en club (Ligue des Champions, championnat d'Allemagne et coupe d'Allemagne), il est élu meilleur handballeur de l'année 2012 par la Fédération internationale de handball[2].

« Air France » sous le maillot de l'Équipe de France en 2010
Sous le maillot du THW Kiel avec le trophée de la Ligue des champions 2012

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours en club[modifier | modifier le code]

Daniel Narcisse commence le handball sur son île natale, La Réunion, dans les clubs du Chaudron puis de Joinville Sports avec lequel il remporte la coupe de France régionale.

Notamment repéré par Daniel Costantini lors d'une tournée de l'équipe de France en 1997[3], il rejoint en 1998 la métropole et le club savoyard du Stade olympique de Chambéry. Aux côtés notamment de deux autres jeunes joueur prometteurs, les frères Guillaume et Bertrand Gille, il s'impose rapidement que une valeur sûre du deuxième meilleur club français du moment. Champion de France en 2001 et vainqueur de la Coupe de la Ligue 2002, Narcisse est élu meilleur arrière gauche du championnat en 2001, 2002 et 2003 avant d'être détrôné en 2004 par un certain Nikola Karabatic.

En 2004, il décide de rejoindre l'Allemagne en signant un contrat de trois ans au VfL Gummersbach où évoluent déjà deux autres Français, François-Xavier Houlet et Cédric Burdet. Dans le plus prestigieux mais exigent championnat du monde, le « gentil et paisible » Narcisse s'émancipe et revêt de plus en plus un rôle de leader[3] et gagne ainsi le surnom d'« Air France ». Néanmoins, malgré une troisième place en Championnat en 2006) et deux demi-finales de la Coupe EHF en 2005 et 2006, le club allemand peine à grimper dans la hiérarchie allemande et européenne.

En juin 2006, Daniel annonce avoir été convaincu par le projet du Chambéry Savoie Handball avec lequel il signe un contrat de 5 ans à compter de la saison 2007/2008[4]. Mais une clause dans le contrat initial signé avec le club de Cologne prévoyait une reconduction tacite pour une saison supplémentaire, clause brandie par François-Xavier Houlet, le manager de Gummerbach, pour conserver Narcisse une saison de plus[5]. Finalement, en juillet 2007, la Fédération européenne de handball s'est rangée aux arguments soutenus par le club français et Daniel Narcisse retrouve son club formateur pour débuter la saison 2007/2008[6].

Seulement, les ambitions sont rapidement revues à la baisse, Chambéry peinant à rivaliser face à Montpellier. Si, à titre individuel, Narcisse est élu meilleur arrière gauche du Championnat de France en 2008 et 2009 et même meilleur joueur en 2009[7], Chambéry doit se contenter de deux deuxièmes place en championnat en 2008 et 2009 et d'une finale de Coupe de France en 2009. De plus, le club est en mal d'argent après le retrait forcé de son sponsor principal Michel Simond[8],[9]. Et comme en face, Montpellier s'est encore renforcé avec le recrutement de Nikola Karabatic et Vid Kavtičnik, il comprend que Chambéry n'a plus les moyens de ses ambitions : « Je suis convaincu qu'il était aussi temps pour moi d'aller chercher des titres. Nous avons fait un pas en arrière (à Chambéry). Le contexte économique aussi a fait que des partenaires se sont retrouvés en difficulté. J'ai attendu de voir ce qui allait se passer à l'intersaison. Le projet prenait du retard », explique alors Narcisse[10].

Daniel Narcisse choisit alors de rejoindre à l'été 2009 le club allemand du THW Kiel dans l'objectif de remporter la Ligue des champions, un titre que Chambéry n'avait pas les moyens de lui offrir. Dès sa première saison, plus de huit ans après son dernier trophée en club (la Coupe de la Ligue 2002), Narcisse enrichit son palmarès du titre de champion d'Allemagne et surtout parvient à remporter la Ligue des champions. Après avoir écarté en quart de finale les Rhein-Neckar Löwen, Narcisse et les Zèbres participent au premier Final Four de l'histoire de la Ligue des champions. Opposé en demi-finale au BM Ciudad Real, le tenant du titre espagnol domine le match pendant 50 minutes, mais portés par les 20 000 spectateurs de la Lanxess Arena de Cologne quasiment acquis à la cause allemande, Christian Zeitz et Thierry Omeyer permettent finalement à Kiel d'arracher la victoire 29 à 27[11]. La finale face au FC Barcelone semble tourner à l'avantage du Barça (19-25 à la 41e minute), mais Kiel, notamment grâce à Narcisse, renverse la vapeur pour mener de trois buts (33-30 à la 56e minute) et finalement s'imposer 36 à 34[12].

La saison 2010-2011 est ensuite « la plus difficile »[13]. pour Narcisse puisqu’il subit une rupture des ligaments croisés du genou lors d’un match de préparation en août[14]. De retour sur les parquets huit mois plus tard, une élongation au mollet le prive ensuite du quart de finale retour de la Ligue des champions contre Barcelone qui ne se prive pas d’éliminer le THW en s’imposant à Kiel. Les Kielers ayant concédé le titre au HSV Hambourg, seule la victoire en Coupe d'Allemagne permet de sauver la saison

La saison 2011/2012 est d’une toute autre facture puisque Narcisse et Kiel remportent toutes leurs compétitions : la Supercoupe d'Allemagne et la Coupe du monde des clubs en début de saison puis le Championat, la Coupe d'Allemagne et une seconde Ligue des champions pour clore la saison. L’année 2012 étant également ponctuée par le titre olympique remporté avec l’équipe de France, Narcisse est assez logiquement élu meilleur handballeur de l'année 2012 par la Fédération internationale de handball[2].

Parcours en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a notamment été l'un des facteurs clés, avec Michaël Guigou, du maintien au score face à la Croatie en première mi-temps de la finale du Mondial 2009 (en Croatie), en marquant quatre buts de suite. Dans cette même finale, il est également l'auteur du dernier but pour une victoire finale de la France 24-19. En équipe de France depuis 2000, il est double champion olympique (2008 et 2012), quadruple champion du monde (2001, 2009, 2015 et 2017 ) et triple champion d'Europe (2006, 2010 et 2014).

En 2016, aux Jeux olympiques de Rio, il qualifie aussi la France en finale en marquant le dernier but décisif à 29-28 contre l'Allemagne en demi-finale. Narcisse et les Experts s'inclinent en finale face au Danemark et doivent donc se contenter de la médaille d'argent, ratant de peu un triplé historique.

Il obtient son quatrième titre mondial lors Championnat du monde 2017 en France, compétition à l'issue de laquelle il décide de mettre un terme à sa carrière internationale[15].

Narcisse, tout comme Thierry Omeyer, dispute ainsi son dernier match le face à la Norvège à l'occasion d'un match de qualifications pour l'Euro 2018[16]. Auteurs tous les deux d'un excellent match avec notamment 18 arrêts dont 2 jets de 7 mètres pour Omeyer, ils quittent ainsi les Experts par la grande porte[17].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Parcours
  • 1re sélection le 9 janvier 2000 face à l'Drapeau : Islande Islande
  • dernière sélection le face à la Drapeau : Norvège Norvège
  • 311 sélections et 943 buts marqués[1]
Olympic rings with white rims.svg Jeux olympiques
Championnats du monde
Championnats d'Europe

En club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales
Compétitions nationales

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Œuvres caritatives[modifier | modifier le code]

Daniel Narcisse est parrain de l'Association européenne contre les leucodystrophies (ELA) depuis 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Profil de Daniel Narcisse sur le site des Experts », sur Site officiel de l'Equipe de France (consulté le 8 janvier 2018)
  2. a, b et c (en) « Daniel Narcisse, joueur de l'année 2012 désignée par l'IHF », sur Site officiel de l'IHF, (consulté le 12 avril 2013)
  3. a et b Laurent Moisset, La grande saga du hand français, Hugo et compagnie, 235 p. (lire en ligne), p. 178
  4. « Chambéry crée l'événement », sur Handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  5. « Daniel Narcisse à Chambéry : Un joyeux b.... ? », sur Handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  6. « Chambéry 1 - Gummersbach 0 », sur Handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  7. a et b « Trophées du hand 2009 », sur handzone.net, (consulté le 18 novembre 2013)
  8. Laurent Moisset, « Daniel Narcisse vers la Bundesliga », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  9. « Daniel Narcisse vers la Bundesliga ? », sur Handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  10. « Daniel Narcisse quitte Chambéry pour Kiel », sur RTL.fr, (consulté le 10 janvier 2018)
  11. « Ligue des champions 2009/10, demi-finale : Kiel arrache la finale », sur handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  12. « Ligue des champions 2009/10, finale : Kiel rompt le signe ibère », sur handzone.net, (consulté le 10 janvier 2018)
  13. « "La saison la plus difficile” », sur clicanoo.re, (consulté le 12 janvier 2018)
  14. « Narcisse, la tuile », sur Eurosport.fr, (consulté le 12 janvier 2018)
  15. « Fin de carrière internationale pour Omeyer et Narcisse », sur handnews.fr, (consulté le 19 mars 2017)
  16. « Thierry Omeyer et Daniel Narcisse finissent sur une victoire avec l'équipe de France en qualifications pour l'Euro 2018 », sur L'Equipe.fr, (consulté le 18 juin 2017)
  17. « Sortis par la porte des Géants ! », sur handzone.net, (consulté le 18 juin 2017)
  18. « Décret du 14 mars 2001 portant nomination », Journal officiel n°63 du 15 mars 2001 (consulté le 12 avril 2013)
  19. « Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination », Journal officiel du 15 novembre 2008 (consulté le 12 avril 2013)
  20. « Daniel Narcisse fait chevalier de la légion d'honneur », sur ledauphine.com, (consulté le 12 avril 2013)
  21. « Sept d'or du handball 2002 » [PDF], sur FFHB, (consulté le 18 novembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]