Luka Karabatic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karabatic.
Luka Karabatic
Luka Karabatic sous le maillot du PSG le 16 avril 2016
Luka Karabatic sous le maillot du PSG le 16 avril 2016
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (30 ans)
Lieu Strasbourg
Taille 2,02 m (6 8)
Poids 104 kg (229 lb)
Poste Pivot, Défenseur
Surnom(s) Loulou, Lula
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 22
Parcours junior
Saisons Club
2007-2009 Drapeau : France Montpellier AHB
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
2009-11/2012 Drapeau : France Montpellier AHB 92 (86)[1]
11/2012-2015 Drapeau : France Pays d'Aix UCH 61 (198)[1]
2015- Drapeau : France Paris Saint-Germain 44 (122)[1]
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
2009 Drapeau : France France junior[2]
2011- Drapeau : France France 71 (78)[3]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Luka Karabatic , également orthographié Luka Karabatić[réf. nécessaire], (prononcé [lu.ka ka.ra.ba.tit͡ɕ]), né à Strasbourg le , est un joueur français de handball d'origine croate par son père, Branko Karabatić, et serbe par sa mère Lala Karabatic. C'est le frère cadet de Nikola Karabatic.

Il évolue depuis 2015 avec le Paris Saint-Germain Handball avec lequel il a remporté son septième Championnat de France en 2017 et depuis 2011 en équipe de France avec laquelle il est double champion du monde (2015 et 2017), une fois champion d'Europe (2014) et vice-champion olympique (2016).

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'issu d'une famille où le sport principal est le handball — son père Branko Karabatić est un ancien international yougoslave évoluant au poste de gardien de but et son frère aîné Nikola Karabatic est l'un des meilleurs joueurs du monde — il se destine dans un premier temps vers le tennis, obtenant un titre de champion de France par équipes à onze ans et étant classé -4/6 à 19 ans.

En 2007, il décide de retourner à la tradition familiale et rejoint le centre de formation de Montpellier AHB. Après 4 mois de handball à haut niveau, il marque son premier but en Championnat de France en février 2008[4], jouant ainsi un petit rôle dans le titre de champion de France remporté par le club héraultais. Il intègre ensuite l'effectif pro du club, ce qui constitue un des principaux facteurs du retour de son frère dans le championnat de France après sa carrière en Allemagne dans le club de THW Kiel[5].

Après deux saisons où il évolue avec Nikola Karabatic au sein de l'effectif montpelliérain, deux saisons ponctuées de deux titres de champion de France et de deux éliminations en quart de finale de la Ligue des champions, face à Medvedi Tchekhov en 2010 et Rhein-Neckar Löwen en 2011, il est prolongé par le club jusqu'en 2016, devenant le second pivot du club derrière Issam Tej[6]. Par la même occasion, il fait ses débuts en équipe de France en juin 2011 à l'occasion d'une tournée de celle-ci en Argentine[7].

Le 30 septembre 2012, Luka Karabatic est placé en garde à vue avec notamment sa compagne et son frère, dans le cadre de l'affaire des paris suspects du handball. Le 2 octobre, il est mis en examen puis libéré contre une caution de 4 500 euros[8]. À la suite de cette affaire, le Montpellier Handball le licencie le 15 novembre pour faute grave. Il s'engage dans la foulée en faveur du club de Pays d'Aix UCH pour une durée d'un an et demi[9]. Il y est rejoint peu après par son frère, mais tandis que ce dernier quitte le club à la fin de la saison pour le FC Barcelone, Luka reste à Aix et devient un cadre de l'équipe[10].

En janvier 2014, il participe, aux côtés de son frère, à sa première compétition officielle en équipe de France lors du championnat d'Europe 2014[11]. Une des révélations françaises de cet Euro, il a un rôle prépondérant en défense et remporte son premier titre international. Évoluant au poste de pivot en club, il est en équipe de France chargé uniquement d'occuper le poste de défenseur exclusif, ce qui en fait le successeur attitré de Didier Dinart.

Le 5 juin 2015, il signe un contrat de quatre ans au Paris Saint-Germain Handball, quelques semaines avant que son frère Nikola n'en fasse de même[12].

Le 10 juillet 2015, il est reconnu coupable d'escroquerie par le tribunal de Montpellier dans l'affaire des paris suspects liés au match présumé truqué de mai 2012 entre Cesson et Montpellier[13]. Le , la cour d'appel de Montpellier confirme le jugement : il est condamné à deux mois de prison avec sursis et à 10 000 euros d'amendes[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, Luka est en couple avec la présentatrice TV Jeny Priez.

En 2014, Luka Karabatic devient l'ambassadeur de Barbe N Blues, une marque française de soins pour hommes.

En mai 2017 Luka Karabatic annonce sur les réseaux sociaux que sa compagne, Jeny Priez, attend un enfant pour l'automne de la même année. Le 4 novembre 2017, Jeny donne naissance à leur premier enfant, une fille prénommée Deva[15].

En août 2017, Luka Karabatic participe aux côtés de son frère, à l'émission 3 jours dans les pas d'un berger diffusée sur C8[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales
Compétitions internationales

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe
Championnats du monde
Jeux olympiques
Autres

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Profil de Luka Karabatic », sur Site officiel de la LNH (consulté le 21 mai 2017)
  2. « 17èmes championnats du Monde Juniors en Egypte : les petits Bleus en quête d’un exploit », sur handzone.net, (consulté le 18 mars 2018)
  3. « Profil de Luka Karabatic », sur Site officiel de l’Équipe de France de handball (consulté le 18 mars 2018)
  4. « Résumé de la 15° Journée de D1M 2007-2008 », sur handzone.net, (consulté le 18 mars 2018)
  5. Mickaël Caron, « Nikola est de retour, alléluia! », sur lejdd.fr, (consulté le 30 juin 2011)
  6. « Luka Karabatic prolonge à Montpellier », sur Handzone.net, (consulté le 23 décembre 2014)
  7. Cédric Callier, « La victoire malgré tout », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 juin 2011)
  8. Guillaume Mollaret, « Montpellier : les frères Karabatic mis en examen » sur Le Figaro, 2 octobre 2012
  9. Cédric Callier, « Luka Karabatic file à Aix », sur Sport24.com, (consulté le 23 décembre 2014)
  10. « Luka Karabatic a le sens des responsabilités », sur Handzone.net, (consulté le 23 décembre 2014)
  11. « EDF M: Luka Karabatic, le frère d'armes », sur Handzone.net, (consulté le 23 décembre 2014)
  12. Stéphane Bianchi, « HANDBALL. Nikola Karabatic sera parisien en juillet », Le Parisien,
  13. « Nicolas Karabatic écope de 10.000 euros d'amende pour escroquerie » (consulté le 14 juillet 2015)
  14. « Les frères Karabatic condamnés à deux mois de prison avec sursis en appel pour paris truqués », sur lavoixdunord.fr, .
  15. « Luka Karabatic papa : Sa compagne Jeny Priez a accouché ! », sur purepeople.com, (consulté le 18 mars 2018)
  16. Pierre Dezeraud, « "3 jours dans les pas d'un berger" : Alizée, Liane Foly, les Karabatic et des moutons ce soir sur C8 » sur PureMédias, 29 août 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]