Magnus Wislander

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magnus Wislander
{{#if:
Magnus en 2013
Magnus en 2013
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Suède Suède
Naissance (51 ans)
Lieu Göteborg
Taille 1,94 m (6 4)
Poste demi-centre puis pivot
entraîneur
Surnom(s) le serpent, le tuyau[1]
Situation en club
Club actuel Drapeau : Suède Redbergslids IK
Parcours junior
Saisons Club
1973-1979 Drapeau : Suède Tuve IF
1979-? Drapeau : Suède Redbergslids IK
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
 ?-1990 Drapeau : Suède Redbergslids IK  ?
1990-2002 Drapeau : Allemagne THW Kiel 485 (1814)
2002-2005 Drapeau : Suède Redbergslids IK 78 (275)
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
1985-2004 Drapeau : Suède Suède 384 (1185)
Équipes entraînées
Année(s) Équipe Stat
2002-2004 Drapeau : Suède Redbergslids IK (adj.)
2004-2012 Drapeau : Suède Redbergslids IK
depuis 2012 Drapeau : Suède Redbergslids IK (adj.)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Magnus Wislander, né le à Göteborg, est un ancien handballeur suédois.

Élu joueur du XXe siècle par la Fédération internationale de handball devant Talant Dujshebaev et Andreï Lavrov[2], il fait partie de l'équipe de Suède qui a dominé le handball mondial durant la dernière décennie du XXe siècle, même s'il n'est pas parvenu à décrocher la récompense suprême du titre olympique, s'inclinant par trois fois en finale.

Évoluant sur le poste de demi-centre, il possède la particularité d'avoir terminé sa carrière au pivot avec tout autant d'efficacité[3].

En 2014, Dagens Nyheter, un quotidien suédois, le place 18e dans un classement reprenant les 150 plus grands sportifs suédois de tous les temps, il est le premier de sa discipline[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours en club[modifier | modifier le code]

Magnus Wislander débute le handball à 9 ans au Tuve IF avant de rejoindre en 1979 le Redbergslids IK. Il y remporte quatre titres de champion de Suède et est élu meilleur handballeur de l'année en Suède à deux reprises, en 1986 et en 1990.

En 1990, il prend la direction du championnat d'Allemagne et du THW Kiel. Avec ce dernier où il évolue pendant 12 saisons dont 9 comme capitaine[5], il remporte sept titres de champion et trois Coupes d'Allemagne. Sur la scène européenne, il remporte la Coupe EHF en 1998 et 2002 mais échoue en finale de la compétition majeure en club, la Ligue des champions lors de l'édition 2000. Durant sa carrière en Allemagne, il aura marqué 1814 buts en 485 matchs, soit une moyenne de 3,74 buts par match.

En 2002, de retour dans sa Suède natale à presque 39 ans, il retrouve le club de ses débuts, le Redbergslids IK, avec lequel il remporte son cinquième titre de champion de Suède et il atteint la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 2003. Il y termine sa carrière de joueur en 2005, occupant également, durant une période, le rôle d'entraîneur en parallèle de sa carrière de joueur.

Parcours en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Sélectionné pour la première fois en équipe nationale de Suède le face à l'URSS[6], il participe à sa première compétition internationale à l'occasion des Jeux olympiques de Séoul en 1988. Durant ce tournoi, la Suède termine à la cinquième place, battant la Tchécoslovaquie sur score le 27 à 18[7].

Le Championnat du monde 1990 en Tchécoslovaquie, remporté face à l'URSS sur le score de 27 à 23, constitue la première pierre victoire d'une équipe de Suède qui va dominer le handball mondial pendant douze ans. Deux ans plus tard, il atteint la finale des Jeux olympiques de Barcelone, perdue face à l'équipe unifiée sur le score de 22 à 20.

Après une médaille de bronze au championnat du monde 1993, il remporte en 1994 la première édition du Championnat d'Europe, disputé au Portugal.

Durant la période allant des jeux olympiques d'Atlanta au Championnat d'Europe 2002 disputé en Suède, la Suède se retrouve en finale lors de toutes les compétitions majeures : Jeux olympiques, championnats du monde et d'Europe. Après l'argent des JO 96, finale perdue sur le score de 27 à 26 face à la Croatie, il remporte l'argent du mondial 1997 disputé au Japon, puis l'or du championnat d'Europe 1998. Les victoires au mondial 1999 en Égypte et à l'Euro 2000 disputé en Croatie placent la Suède comme la grande favorite des jeux olympiques de Sydney. Mais pour la troisième fois consécutive, la Suède s'incline en finale après sa défaite 26 à 28 face à la Russie : Wislander et les suédois ne seront jamais champions olympiques. Durant sa carrière olympique, il aura gagné 23 rencontres olympiques, ne perdant qu'à cinq reprises[1], dont trois fois en finale.

La France accueille la grande compétition suivante, le championnat du monde 2001. La finale se déroule entre l'équipe de France et la Suède. Celle-ci semble conserver son titre lorsque Stefan Lövgren bat le gardien français Martini à quelques secondes de la fin du temps réglementaire. Mais c'est sans compter sans Grégory Anquetil qui, sur le coup d'envoi, file sur son aile pour aller égaliser et offrir la prolongation à son équipe. Lors de celle-ci, la France prend l'avantage et l'emporte sur le score de 28 à 25[8].

La compétition suivante est un événement majeur pour l'équipe de Suède : le championnat d'Europe 2002 se déroule en Suède. Celle-ci se retrouve de nouveau en finale, face à l'Allemagne. La rencontre doit se décider lors d'une prolongation : après une égalisation suédoise obtenue à onze secondes de la fin, les Allemands sont privés d'un but, et du titre, sur une décision inexplicable du duo arbitral[9]. Lors de la prolongation, la Suède prend l'avantage et le conserve jusqu'à l'issue de la rencontre[9], remportant ainsi son quatrième titre sur cinq éditions disputées. Quant à Wislander, il est élu à la fois meilleur joueur et meilleur pivot de la compétition[10].

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Magnus Wislander compte 384 sélections et 1 185 buts (ratio : 3,09 buts/match) en équipe nationale de Suède entre 1985 et 2004

Jeux olympiques[7]
Championnats du monde
Championnats d'Europe

En Club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales
Compétitions nationales

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr+en) « Profil de Magnus Wislander », sur Olympic.org (consulté le 4 février 2015)
  2. a et b (de) « Wislander "Welt-Handballer des Jahrhunderts" (Wislander, handballeur mondial du siècle) », sur Archives du THW Kiel,‎ (consulté le 4 février 2015)
  3. « Magnus Wislander : qui a fait mieux ? », sur www.handzone.net,‎ (consulté le 4 février 2015)}
  4. « 150 främsta svenska idrottarna genom tiderna », sur www.dn.se,‎ (consulté le 26 mai 2015)}
  5. (de+en) « Profil de Magnus Wislander », sur Site officiel du THW Kiel,‎ (consulté le 4 février 2015)
  6. (en) « Magnus Wislander – Wall of Fame », sur infostradasports.com (consulté le 4 février 2015)
  7. a et b (en) « Profil de Magnus Wislander aux Jeux olympiques », sur www.sports-reference.com (consulté le 4 février 2015)
  8. le livre de l'année 2001, L'Équipe
  9. a et b « La Suède pour la 4e fois championne d'Europe, mais... », sur Handzone.net,‎ (consulté le 4 février 2015)
  10. (en) « 5th European Championship 2002 », sur Site officiel des Championnats d'Europe (consulté le 4 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]