Valentin Porte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte.
Valentin Porte
Le 16 avril 2016
Le 16 avril 2016
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (27 ans)
Lieu Versailles
Taille 1,90 m (6 3)[1]
Poids 90 kg (198 lb)
Poste Ailier/arrière droit
Surnom(s) Tintin
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Montpellier Handball
Numéro 28
Parcours junior
Saisons Club
1996-2006 Drapeau : France HBC Toury
2006-2008 Drapeau : France Mainvilliers-Chartres HB
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
2008-2016 Drapeau : France Fenix Toulouse 181 (557)[2]
2016- Drapeau : France Montpellier HB
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
Drapeau : France France jeunes
2011 Drapeau : France France junior
2013- Drapeau : France France 70 (187)[3]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Valentin Porte, né le à Versailles, est un handballeur international français.

Il évolue au poste d'ailier ou d'arrière droit au club de Montpellier Handball et en équipe de France depuis 2013. Avec les « Experts », il devient champion d'Europe 2014 puis champion du monde 2015 et en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un international de hockey sur gazon, Valentin Porte débute par ce sport avant de s'essayer au tennis. Lorsqu'il s'installe avec sa famille à Toury au cœur de la Beauce, il à six ans et débute le handball avec le HBC Toury. Il est alors gardien de but, poste auquel il connaît ses première sélection départemental. À douze ans, il change de poste : gaucher et pas très grand, il est positionné ailier droit[E 1]. En 6e au collège, il évolue déjà avec des 3e. Il entre par la petite porte au Pôle espoirs de Chartres, au Lycée Marceau, en tant que troisième choix à son poste[E 2].

Il connaît alors une progression exponentielle et rejoint le Mainvilliers-Chartres HB qui le lance en Nationale 2 à seulement seize ans. Il connaît ses premières sélections en équipe de France jeunes. Montpellier lui propose d'intégrer son centre de formation mais, sur les conseils de Sylvain Nouet, adjoint de Claude Onesta chez les Bleus, il se donne du temps. Une fois le Baccalauréat obtenu, Sélestat lui plaît mais il pose finalement ses valises à Toulouse[E 2].

Débuts professionnels avec Toulouse (2008-2016)[modifier | modifier le code]

Le 19 septembre 2008, lors de la seconde journée de championnat, il apparaît déjà sur la feuille de match contre Sélestat et il manque son utile tentative. Un mois plus tard, il commence à faire tourner en bourrique les défenses adverses et inscrit sept buts face à Ivry. Tout de suite intégré dans la rotation, il est crédité de 23 apparitions lors de sa première saison dans l'élite (28 buts). Le club lui offre donc son premier contrat professionnel[E 2].

À partir du championnat de France 2013-2014, il glisse au poste d'arrière droit et convainc d'avantage. Il enchaîne les performances en LNH avec cinq but de moyenne en phase aller et tir le Fénix vers le haut[4].

Son début de saison 2015-2016 est perturbé par une fracture du radius gauche[5].

Départ pour Montpellier (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Lors de son passage au Mainvilliers-Chartres HB, il connaît ses premières sélections en équipe de France jeunes[E 2].

En 2011, il termine 6e du Championnat du monde junior.

En décembre 2012, à la surprise générale, Claude Onesta le convoque pour la préparation au championnat du monde. Le 7 janvier 2013, à 22 ans, il connaît sa première sélection en match amical face à l'Argentine. Il est mis en concurrence avec Guillaume Joli puis le sélectionneur en fait la doublure de Luc Abalo au championnat du monde 2013. Malgré l'élimination anticipée des Bleus, Porte optimise son faible temps de jeu (dix buts en sept matchs)[E 3].

En 2013, positionné en arrière droit en club, il devient une option crédible à ce poste en Bleus. D'autant plus que le titulaire Xavier Barachet est blessé. L'essai est validé lors de la Golden League. Mais à la suite d'une mauvaise chute lors d'un des matchs, un hématome au fessier l'empêche de participer aux trois premiers matchs du Championnat d'Europe 2014. Auteur d'une compétition exemplaire sur un poste qui n'est jusqu'alors pas le sien, il termine avec la meilleure moyenne de but par match de l'équipe de France (24 buts en 5 matchs, soit 4,8 buts de moyenne), marquant notamment 7 buts (sur 8 tentatives) en demi-finale puis 9 buts (sur 11 tentatives) en finale[E 4].

Lors du Championnat du monde 2015, Abalo déclare forfait quelques jours avant et Porte est replacé au poste d'ailier qu'il n'a pas occupé depuis plusieurs mois. La France, favorite, remporte la compétition comme annoncé. Titulaire à l'aile toute la compétition[E 4], Porte est décisif avec notamment quatre buts en finale[E 5].

Son début de saison 2015-2016 est perturbé par une fracture du radius gauche[5], mais il est remis à temps pour pouvoir participer au championnat d'Europe 2016, étant d'ailleurs le titulaire au poste du fait de l'absence sur blessure de Xavier Barachet.

Style de jeu : ailier/arrière physique[modifier | modifier le code]

Mesurant 1,90 m, Valentin Porte est formé au poste d'ailier droit. Jeune, il est surtout remarqué pour ses qualités défensives. Ses qualités physiques lui permettent d'aller au contact et n'en font pas un ailier conventionnel. Ainsi, quand le jeu le fait sentir, il peut glisser au poste d'arrière droit qu'il préfère autant. « Je touche plus de ballons, je suis plus impliqué dans le jeu. J'ai l'impression d'apporter plus qu'à l'aile »[E 3].

Claude Onesta le décrit ainsi : « il est sur le modèle des joueurs tunisiens ou égyptiens. Il a un jeu de combat, au près. Il est un poison pour les défenseurs »[E 3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Autres

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

  • Gérald Massé & Romain Léger, Les exploits des sportifs d'Eure-et-Loir : 1965-2015, Dreux, Antipodes, , 336 p. (ISBN 978-2-9553628-0-8)

Autres références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]