Daouda Karaboué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daouda Karaboué
Image illustrative de l'article Daouda Karaboué
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (41 ans)
Lieu Abidjan (Côte d'Ivoire)
Taille 1,98 m (6 6)
Poids 98 kg (216 lb)
Poste Gardien de but
Surnom(s) Doudou
Situation en club
Club actuel Fin de carrière
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
1984-1993 Drapeau : France Mandelieu
1993-2000 Drapeau : France Montpellier HB
2000-2002 Drapeau : Allemagne VfL Hameln
2002-2004 Drapeau : Suisse Grasshopper Zurich
2004-2010 Drapeau : France Montpellier HB 141 (0)
2010-2013 Drapeau : France Fenix Toulouse 71 (0)
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
2004-2013 Drapeau : France France 151 (0)
Équipes entraînées
Année(s) Équipe Stat
 ?- Drapeau : France France jeunes (GDB)
2015- Drapeau : France Pays d'Aix UCH (GDB)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Daouda Karaboué, né le à Abidjan (Côte d'Ivoire), est un ancien handballeur français. Évoluant au poste de gardien de but, il est avec l'équipe de France double champion olympique, double champion du monde et double champion d'Europe. En club, il a notamment remporté neuf titres de champion de France avec le Montpellier Handball.

Biographie [1][modifier | modifier le code]

Enfance et arrivée en France[modifier | modifier le code]

Daouda Karaboué nait à Abidjan, le 11 décembre 1975. Il a un peu plus de 2 ans quand ses parents divorcent. Sa mère s'exile aux États-Unis, Daouda reste à Abidjan avec son père, qui le place chez des oncles. « Avec son métier et ses fréquents déplacements à l'étranger, il ne pouvait pas toujours s'occuper de moi. » Séparé de sa sœur, qui a suivi sa mère, le jeune garçon se sent un peu déboussolé. « Mon père a eu deux enfants avec ma mère, et beaucoup d'autres depuis », raconte-t-il. Daouda conserve le souvenir d'une enfance malgré tout heureuse, rythmée par les parties de pêche, de chasse et de foot. L'intérêt qu'il porte à l'école se dilue dans ses envies de liberté et de grand air. Enfant un peu lunaire, solitaire et rêveur, il se sent dépassé par l'importance que son père accorde aux études, raison pour laquelle ce dernier le fait venir en France, où ses obligations professionnelles l'ont conduit.

Il arrive en France en 1984 avec son père, qui n'est autre que le chauffeur de l'épouse du président ivoirien Félix Houphouët-Boigny qui est régulièrement en vacances sur la Côte d'Azur, à Cannes notamment. Daouda a alors à peine 10 ans. Il est placé dans un foyer, et le sport commence à occuper une place prépondérante dans sa vie. Le gymnase devient son second foyer. Vite considéré comme un "surdoué du ballon", et de tous les ballons, il débute alors la pratique du handball dans le club de Mandelieu. Michel Méra et Ange Bartoli, les deux techniciens du club azuréen le prennent rapidement sous leur protection. « Je leur dois beaucoup, ils m'ont donné les bases, dans le hand et dans la vie », dit-il.

Parcours professionnel en club[modifier | modifier le code]

En 1993, le jeune gardien de but d'à peine 18 ans rejoint le Montpellier Handball. « Pour moi, c'était génial. Je sortais du foyer et j'arrivais dans un club qui me prenait en charge. En même temps, j'étais libre ». Libre... mais seul. Son père est reparti depuis longtemps, sa mère et sa petite sœur vivent toujours aux États-Unis.

Avec le club de Montpellier, Daouda décroche plusieurs titres nationaux. Les supporteurs, qui l'ont surnommé « Doudou », l'adorent. Hors du terrain, il gère sa fondation et bichonne ses automobiles. Il tente aussi de développer une marque de vêtements (Masengu) avec Damien et Christophe Kabengélé, deux handballeurs originaires de RD Congo. « Un délire entre potes », précise t-il, qui se souvient avoir préparé un diplôme de styliste de mode quand il se cherchait encore un avenir à Mandelieu.

A 24 ans, Daouda Karaboué se trouve une nouvelle fois à la croisée des chemins. De son chemin, qui l'a conduit de la Côte d'Ivoire à la métropole de l'Hérault dans le Sud de la France ; de celui qui l'a sorti de l'anonymat d'un foyer de jeunes pour le conduire à la lumière, et lui faire découvrir les honneurs du sport de haut niveau. Car après avoir promené sa dégaine nonchalante et ses tresses de rasta dans les buts de la meilleure équipe française de la décennie (Montpellier a enlevé quatre titres de champion de France, dont trois consécutivement en 1998 - 1999 - 2000), Daouda Karaboué va de nouveau prendre le chemin de l'exil.

Daouda s'en va rejoindre en 2000 le club allemand du VfL Hameln. Bien que le championnat allemand passe pour le meilleur du monde, Daouda connaît une première saison plutôt tranquille. Jusqu'à ce que le club de Hameln soit lâché par ses partenaires économiques. « L'ambiance était pourrie, j'ai perdu deux mois de salaire dans l'affaire et je me suis blessé  : une vraie galère », commente-t-il. L'expérience n'est pourtant pas entièrement négative : « Ma fille, Thanys, est née là-bas en mars 2001. Cela m'a aidé à relativiser les choses. Ensuite, j'ai joué aux Grasshopper Zurich. En Suisse, la qualité de vie était extraordinaire, mais le niveau de jeu un peu faible. ».

En 2004, Karaboué revient à Montpellier, en tant que titulaire. Cette même année, il est enfin naturalisé Français : « Cela a pris beaucoup de temps car je n'étais pas une priorité pour l'équipe de France et finalement moins d'un an après ils m'ont appelé pour intégrer le groupe. ». Il connait sa première sélection en Équipe de France le .

En 2007, Daouda accompagné des handballeurs Damien Kabengelé et Nicolas Ivakno lan créent Daouda Karaboué Handball Cœur Afrique. L'association a pour mission de faciliter l'accès à la pratique sportive des jeunes Ivoiriens, de participer à leur éducation et leur intégration sociale tout en aidant la pouponnière et l'orphelinat .

En 2010, Daouda signe un contrat avec le Fenix Toulouse Handball pour trois ans. Le , il met un terme à sa carrière contre le club de Cesson-Sévigné lors du dernier match de championnat de la saison.

Parcours en Équipe de France[modifier | modifier le code]

Daouda Karaboué (Montpellier HB) - Handball player of France (1).jpg

Après sa première sélection en 2004, il participe à sa première compétition officielle au Championnat du monde 2005 où il remporte la médaille de bronze. Puis, bien que deuxième gardien derrière Thierry Omeyer, Claude Onesta lui maintien sa confiance et Karaboué est tour à tour champion d'Europe en 2006, champion olympique en 2008, champion du monde en 2009. Puis il remporte un deuxième titre dans chacune des compétitions : champion d'Europe en 2010, champion du monde en 2011 et enfin champion olympique en 2012.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Daouda a 2 filles, Thanys née en 2001 et Nya, née en 2013. Il est aussi le parrain du HB3M.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques
Championnats du monde
Championnats d'Europe

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie », sur Site officiel de Daouda Karaboué (consulté le 14 avril 2014)
  2. Décret du 14 novembre 2008 publié au JORF du 15 novembre 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :