Samuel Honrubia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Samuel Honrubia
Samuel Honrubia pour son tout dernier match avec le PSG Handball le 2 juin 2016.
Samuel Honrubia pour son tout dernier match avec le PSG Handball le 2 juin 2016.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (33 ans)
Lieu Béziers
Taille 1,80 m (5 11)[1]
Poids 73 kg (161 lb)[1]
Poste Ailier gauche
Surnom(s) Samy
Situation en club
Club actuel sans club
Parcours junior
Saisons Club
 ? Montagnac HB
 ? Clermont l'Hérault HB
 ? CREPS Montpellier
2001-2004 Montpellier Handball
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
2004-2012 Drapeau : France Montpellier Handball 127 (426)[2]
2012-2016 Drapeau : France Paris Saint-Germain 75 (262)
2016-2019 Drapeau : France Tremblay-en-France 76 (311)
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
2009-2017Drapeau : France Équipe de France 87 (194)[1]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.
Au tir sous le maillot du PSG face à Kevin Bonnefoi (Cesson), le 2 décembre 2015.

Samuel Honrubia, né le , à Béziers, est un handballeur français évoluant au poste d'ailier gauche. Avec le Montpellier Handball, où il est devenu professionnel en 2004, puis le Paris Saint-Germain, il s'est forgé l'un des plus beaux palmarès nationaux avec pas moins de dix Championnats de France, huit Coupes de France et sept Coupes de la Ligue.

Avec l'Équipe de France, il a remporté au moins une fois chacune des trois compétitions majeures : Jeux olympiques de 2012, Championnats du monde en 2011 et 2015 et Championnat d'Europe 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Béziers le de parents d'origine espagnole, il est le quatrième enfant d'une famille de 5 enfants. Samuel a passé son enfance à Pézenas, dans l'Hérault, et fait ses premières armes au Racing Club Montagnac. Il rentre à l'âge de 15 ans au CREPS de Montpellier pour faire ses études, ainsi que ses premières saisons avec le Montpellier Handball. Après 5 ans au centre de formation il signe son premier contrat professionnel en 2004 avec Montpellier.

Il a été élu meilleur ailier gauche du championnat de France 2007/2008 après une superbe année sous les couleurs du MAHB ponctuée d'un premier triplé dans sa jeune carrière. Il remporte, lors de la saison, le titre de champion de France, sa deuxième coupe de la ligue et sa première coupe de France [3].

Sélectionné par Claude Onesta pour la première fois en Équipe de France le 21 juin 2009 face à la Lettonie, il devra attendre le Championnat du monde 2011 pour participer à une compétition majeure qui se solde par un titre de champion du monde. Ce premier est confirmé l'année suivante par le titre olympique 2012 à Londres. Dix-huit mois plus tard, il devient champion d'Europe 2014 et entre dans le cercle très fermé des handballeurs ayant remporté les trois compétitions internationales.

En perpétuelle concurrence à son poste avec Michaël Guigou aussi bien à Montpellier qu'en équipe de France, il signe en juin 2012 un contrat de 3 ans avec le club du Paris Saint-Germain Handball[4], club où il obtient son huitième titre de Champion de France. Si, pour sa deuxième saison dans la capitale, le club nourrit de fortes ambitions, notamment sur le plan européen, Honrubia et ses coéquipiers rencontrent de nombreuses difficultés tout au long de la saison et doivent attendre son dernier match de l'année pour remporter un trophée, la Coupe de France[5].

Le 10 juillet 2015, il est reconnu coupable d'escroquerie par le tribunal de Montpellier dans l'affaire des paris suspects liés au match présumé truqué de mai 2012 entre Cesson et Montpellier[6].

Après avoir suivi des tribunes le titre de champion du monde 2015 au Qatar, il a un nouveau temps de jeu très réduit à l’occasion de l'Euro 2016 en Pologne, engendrant une certaine frustration[7]. En fin de contrat avec le PSG à l’été 2016, la signature d’Uwe Gensheimer et la prolongation de Jeffrey M'Tima ne lui offre aucune perspective d’avenir au sein de club parisien. Désirant de plus rester à Paris pour ses études de kiné et celles de sa femme en podologie, il envisage un temps d’arrêter sa carrière à seulement 29 ans[7].

Finalement, il annonce en mars 2016 sa signature au Tremblay-en-France Handball, bien que le club risquait alors d'être relégué en deuxième division la saison suivante[8]. Évoluant effectivement en Division 2, il joue alors un rôle décisif dans le titre de champion de France de D2 2016-2017 remporté par le club tremblaysien[9].

En juin 2017, il effectue son retour chez les Bleus pour jouer les deux derniers matchs de qualification pour le Championnat d'Europe 2018[10] mais n'apparait ensuite pas dans la liste élargie des 28 joueurs pour ce même Euro 2018.

En 2019, il n'est pas conservé par Tremblay malgré une solide saison (72 buts à 77,42 % de réussite) et, en l'absence d'offre concrète, pourrait mettre un terme à sa carrière à 33 ans après 10 titres de champion de France[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En clubs[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques
Championnats du monde
Championnats d'Europe
Sélections
  • 1re sélection en Équipe de France le 21 juin 2009 contre la Drapeau : Lettonie Lettonie (Qualification Euro 2010)[1]
  • 87 sélections et 194 buts marqués (au 30 avril 2017)

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ressources relatives au sportVoir et modifier les données sur Wikidata :
  1. a b c et d « Profil de Samuel Honrubia », sur Site officiel de l'équipe de France (consulté le 30 avril 2017)
  2. « Fiche de Samuel Honrubia », sur Site officiel de la LNH (consulté le 30 avril 2017)
  3. « Honrubia à tire-d'aile », sur lequipe.fr, (consulté le 12 janvier 2011)
  4. « Honrubia à Paris », sur lequipe.fr, (consulté le 15 juin 2012)
  5. « Le PSG sauve sa saison avec la Coupe de France », sur Libération.fr, (consulté le 5 juillet 2014)
  6. « Nicolas Karabatic écope de 10.000 euros d'amende pour escroquerie », sur challenges.fr, (consulté le 14 juillet 2015).
  7. a et b « Dans ma tête, j'étais prêt à arrêter », sur Le Parisien.fr, (consulté le 2 mai 2017)
  8. « Bingo s’en va, Honrubia et Pitre arrivent », sur handnews.fr, (consulté le 2 avril 2016)
  9. « Proligue : Tremblay heureux élu, Valence toujours en ballotage », sur handzone.net, (consulté le 2 mai 2017)
  10. « L'Equipe de France à une victoire de l'Euro 2018 », sur Handzone, (consulté le 12 février 2018)
  11. « Guillaume Joli arrête aussi », L'Equipe, (consulté le 11 juillet 2019)