Handball aux Jeux olympiques d'été de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Handball aux
Jeux olympiques 2016
Description de l'image Handball Rio 2016.svg. Description de l'image Logo JO d'été - Rio 2016.svg.
Généralités
Sport Handball
Édition H. : 12e[1] ; F. : 11e
Lieu(x) Future Arena
Rio de Janeiro, Brésil
Date du 6 au
Participants Hommes : 12 équipes
Femmes : 12 équipes
Épreuves 2
Site web officiel Résultats (site du CIO)
Résultats (site de l'IHF)

Palmarès
Tenant du titre Hommes : France (2)
Femmes : Norvège (2)
Vainqueur H. : Danemark (1)
F. : Russie (3)
Finaliste H. : France
F. : France
Troisième H. : Allemagne
F. : Norvège
Meilleur joueur H. : Mikkel Hansen
F. : Anna Viakhireva
Meilleur(s) buteur(s) H. : Karol Bielecki (55)
F. : Nora Mørk (62)

Navigation

Vinicius, mascotte des Jeux 2016

Les compétitions masculine et féminine de handball aux Jeux olympiques d'été de 2016 organisées à Rio de Janeiro (Brésil), ont lieu du 6 au .

Dans le tournoi masculin, le Danemark remporte son premier titre olympique en détrônant la France, double tenante du titre, 28-26 en finale le . L'Allemagne s'adjuge la médaille de bronze.

Dans le tournoi féminin, la Russie remporte son troisième titre olympique (le premier sous l'entité Russie) en prenant le meilleur sur la France en finale, 22-19 le . La Norvège, qui avait remporté la médaille d'or en 2008 et 2012 et était la championne du monde en titre, a été éliminée par la Russie en demi-finale avant de remporter la médaille de bronze.

Lieu[modifier | modifier le code]

Tous les matchs de la compétition se jouent dans une unique salle, la Future Arena. Il s'agit d'une structure temporaire qui sera démontée après les jeux paralympiques[2].

Format de la compétition[modifier | modifier le code]

Les douze nations qualifiées sont réparties en deux groupes composés chacun de six équipes. Après la phase de poule, les quatre premières équipes de chaque groupe se qualifient pour un tour à élimination directe jusqu'à la finale.

Qualifications[modifier | modifier le code]

Tournoi masculin[modifier | modifier le code]

Compétition Date Lieu Places Qualifiés
Pays organisateur - 1 Brésil
Championnat du monde 2015 au Drapeau du Qatar Qatar 1 France
Jeux panaméricains 2015 16 au Drapeau du Canada Canada 1 Argentine
Tournoi asiatique de qualification olympique 2015 9 au Drapeau du Qatar Qatar 1 Qatar
Championnat d'Europe 2016 17 au Drapeau de la Pologne Pologne 1 Allemagne
Championnat d'Afrique des nations 2016 28 janv.-6 fév. 2016 Drapeau de l'Égypte Égypte 1 Égypte
Tournoi mondial 1 de qualification olympique 2016 6 au Gdańsk (Drapeau de la Pologne Pologne) 2 Tunisie
Pologne
Tournoi mondial 2 de qualification olympique 2016 6 au Malmö (Drapeau de la Suède Suède) 2 Slovénie
Suède
Tournoi mondial 3 de qualification olympique 2016 6 au Herning (Drapeau du Danemark Danemark) 2 Danemark
Croatie
TOTAL 12 places

Tournoi féminin[modifier | modifier le code]

Compétition Date Lieu Places Qualifiés
Pays organisateur - 1 Brésil
Championnat d'Europe 2014 7 au Drapeau de la Hongrie Hongrie
Drapeau de la Croatie Croatie
1 Espagne
Tournoi africain de qualification olympique 19 au Drapeau de l'Angola Angola 1 Angola
Jeux panaméricains 2015 15 au Drapeau du Canada Canada 1 Argentine
Tournoi asiatique de qualification olympique 19 au Drapeau du Japon Japon 1 Corée du Sud
Championnat du monde 2015 5 au Drapeau du Danemark Danemark 1 Norvège
Tournoi mondial 1 de qualification olympique 2016 17 au Metz 2 Pays-Bas
France
Tournoi mondial 2 de qualification olympique 2016 17 au Aalborg 2 Roumanie
Monténégro
Tournoi mondial 3 de qualification olympique 2016 17 au Astrakhan 2 Russie
Suède
TOTAL 12 places

Calendrier des épreuves[modifier | modifier le code]

Toutes les dates sont par rapport à l'heure Brésilienne. (UTC–3)

       Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales
Calendrier du Handball des Jeux olympiques de 2016[3]
6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
Handball Handball pictogram.svg Hommes X X X X X X X 1
Femmes X X X X X X X 1

Arbitres[modifier | modifier le code]

C'est le que l'IHF a dévoilé les quinze paires d'arbitres[4] retenues pour arbitrer les matchs de la compétition[5]. Une seizième paire, les arbitres Portugais, a été ajoutée après la diffusion de la liste des 15.

Pays Nom
Tour préliminaire
Groupe / Match
Phase finale
Tour / Match
Hommes Femmes Hommes Femmes
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Lars Geipel (de) A / France - Tunisie
A / Danemark - Croatie
B / Suède - Pologne
A / Espagne - Norvège QF / Croatie - Pologne
Marcus Helbig (de)
Drapeau du Brésil Brésil Jesus Nilson Aires Menezes A / Tunisie - Danemark
A / Espagne - Angola
B / Russie / Suède
QF / Angola - Russie
Rogéro Pinto
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Bon-ok Koo A / Argentine - Tunisie
A / Roumanie - Angola
A / Brésil - Espagne
DF / Pays-Bas - France
Seok Lee
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire Yalatima Nanga Coulibaly A / Croatie - Tunisie A / Monténégro - Norvège
B / Suède - Argentine
Mamoudou Diabate
Drapeau du Danemark Danemark Martin Gjeding (da) A / Tunisie - Qatar
B / Suède - Allemagne
B / Brésil - Slovénie
B / Allemagne - Égypte
B / Corée du Sud - France DF / France - Allemagne
Mads Hansen (da)
Drapeau de l'Égypte Égypte Mohamed Rashed A / Argentine - Croatie
A / Danemark - Qatar
A / Roumanie - Monténégro
Tamer El-Sayed
Drapeau de l'Espagne Espagne Óscar Raluy López A / Croatie - Qatar
A / Qatar - Argentine
B / Allemagne - Pologne
B / Slovénie - Suède
B / Pays-Bas - Corée du Sud QF / Danemark - Slovénie
F / Danemark - France
Ángel Luis Sabroso Ramírez
Drapeau de la France France Charlotte Bonaventura A / Monténégro - Espagne
A / Brésil - Roumanie
A / Norvège - Angola
A / Roumanie - Espagne
B / Argentine - Corée du Sud
QF / Norvège - Suède
P3 / Pays-Bas - Norvège
Julie Bonaventura
Drapeau de l'Iran Iran Majid Kolahdouzan B / Égypte - Suède A/ Monténégro - Brésil
B / Argentine - Pays-Bas
B / Russie - Argentine
Alireza Moussavian
Drapeau de l'Islande Islande Jónas Elíasson A / Croatie - France
B / Slovénie - Égypte
Anton Gylfi Pálsson
Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord Gjorgji Načevski A / France - Argentine
B / Pologne - Brésil
B / Slovénie - Allemagne
Slave Nikolov
Drapeau de la Norvège Norvège Kjersti Arntsen A / Angola - Brésil
B / Pays-Bas - France
B / Corée du Sud
B / Suède-France
QF / Brésil - Pays-Bas
F / France - Russie
Guro Røen
Drapeau du Portugal Portugal Duarte Santos A / Pologne - Égypte
A / Suède - Brésil
B / Russie - Corée du Sud
Ricardo Fonseca
Drapeau de la Tchéquie Tchéquie Václav Horáček A / Qatar - France
B / Brésil - Allemagne
B / Pologne - Slovénie
A / Norvège - Brésil QF / France - Brésil
DF / Pologne - Danemark
P3 / Pologne - Allemagne
Jiří Novotný
Drapeau de la Russie Russie Viktoria Alpaidze A / Angola - Monténégro
A / Norvège - Roumanie
B / France - Argentine
B / Suède - Pays-Bas
QF / Espagne - France
Tatiana Berekzina
Drapeau de la Slovénie Slovénie Bojan Lah A / Danemark - Argentine
A / France - Danemark
B / Égypte - Brésil
B / France - Russie
B / Pays-Bas - Russie
QF / Allemagne - Qatar DF / Norvège - Russie
David Sok
Légende : QF = Quart de finale, DF = Demi-finale, P3 = Match pour la 3e place, F = Finale

Tirage au sort[modifier | modifier le code]

Le tirage au sort des poules a eu lieu le à la Future Arena à Barra da Tijuca. Le tirage du tournoi féminin a été effectué par Per Bertelsen, président de la commission d'organisation à l'IHF, et par l'ancienne internationale brésilienne Maria José Batista de Sales (pt). Bruno Souza, ancien international brésilien, et Miguel Rocas Mas, 1er vice-président de l'IHF, se sont occupés du tournoi masculine[6].

Tournoi masculin[modifier | modifier le code]

Tour préliminaire[modifier | modifier le code]


Légende
Qualifié pour les quarts de finale
Éliminé
Pts points ; J joués ; G victoires ; N nuls ; P défaites
BP buts marqués ; BC buts encaissés ; Diff différence de buts
Poule A

Malgré une défaite lors de son premier match face au Qatar, vice-champion du monde en titre, la Croatie remporte le groupe A grâce à des victoires probantes face à deux favoris de la compétition, le Danemark et la France[7]. Cette dernière s'est imposé 33-30 face aux Danois lors du dernier de poule pour s'adjuger la deuxième place. Le Qatar n'a en revanche pas confirmé sa victoire initiale et a dû attendre de battre l'Argentine lors du dernier match pour obtenir la 4e et dernière place qualificative.

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Dép
1 Croatie 8 5 4 0 1 147 134 13 +1
2 France 8 5 4 0 1 152 126 26 -1
3 Danemark 6 5 3 0 2 136 127 9 -
4 Qatar 5 5 2 1 2 122 127 -5 -
5 Argentine 2 5 1 0 4 110 126 -16 -
6 Tunisie 1 5 0 1 4 118 145 -27 -
, 9h30 Croatie 23 – 30 Qatar
, 14h40 Danemark 25 – 19 Argentine
, 19h50 France 25 – 23 Tunisie
, 9h30 Qatar 20 – 35 France
, 14h40 Tunisie 23 – 31 Danemark
, 21h50 Argentine 26 – 27 Croatie
, 9h30 Tunisie 25 – 25 Qatar
, 14h40 Danemark 24 – 27 Croatie
, 21h50 France 31 – 24 Argentine
, 11h30 Croatie 29 – 28 France
, 14h40 Danemark 26 – 25 Qatar
, 21h50 Argentine 23 – 21 Tunisie
, 14h40 France 33 – 30 Danemark
, 19h50 Croatie 41 – 26 Tunisie
, 21h50 Qatar 22 – 18 Argentine
Poule B

Dans la seconde poule, l'Allemagne, qui vient de faire un retour fracassant en remportant l'Euro 2016 après 9 ans de disette depuis le controversé titre mondial remporté en 2007, confirme en terminant première de sa poule, à égalité de points avec la Slovénie. En terminant troisième de « son » tournoi, le Brésil se qualifie pour la première fois de son histoire en quart de finale olympique en compagnie de la Pologne. En revanche, la Suède n'est pas parvenue a reproduire l'exploit réalisé en 2012 et termine dernière du groupe.

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Dép
1 Allemagne 8 5 4 0 1 153 141 12 +3
2 Slovénie 8 5 4 0 1 137 126 11 -3
3 Brésil 5 5 2 1 2 141 150 -9 -
4 Pologne 4 5 2 0 3 139 140 -1 -
5 Égypte 3 5 1 1 3 129 143 -14 -
6 Suède 2 5 1 0 4 132 131 1 -
, 11h30 Suède 29 – 32 Allemagne
, 16h40 Pologne 32 – 34 Brésil
, 21h50 Slovénie 27 – 26 Égypte
, 11h30 Allemagne 32 – 29 Pologne
, 16h40 Brésil 28 – 31 Slovénie
, 19h50 Égypte 26 – 25 Suède
, 11h30 Pologne 33 – 25 Égypte
, 16h40 Brésil 33 – 30 Allemagne
, 19h50 Slovénie 29 – 24 Suède
, 9h30 Slovénie 25 – 28 Allemagne
, 16h40 Égypte 27 – 27 Brésil
, 19h50 Suède 24 – 25 Pologne
, 9h30 Pologne 20 – 25 Slovénie
, 11h30 Allemagne 31 – 25 Égypte
, 16h40 Suède 30 – 19 Brésil

Phase finale[modifier | modifier le code]

En quarts de finale, les trois premiers matchs sont conformes à la hiérarchie avec les victoires de la France face au Brésil (34-27 grâce à un décisif 7-1 en milieu de seconde période alors que les deux équipes étaient à égalité 22-22), de l'Allemagne face à un Qatar décevant (34-22) et du Danemark face à la Slovénie (37-30). En revanche, le dernier match voit les Polonais, médaillés de bronze au Mondial 2015, renverser les Croates qui ratent pour la première fois l'accès aux demi-finales. Celles-ci sont conclues par deux matchs très serrés : grâce à un but exceptionnel de Daniel Narcisse à la dernière seconde, la France s'impose face à l'Allemagne 29 à 28[8] tandis que le Danemark doit passer par une prolongation pour écarter la Pologne (29-28). En finale, les Français font figure de favori : ils ont battu les Danois en phase de poule et lors de leurs deux dernières oppositions en finale (au Championnat du monde 2011 puis au Championnat d'Europe 2014), ils postulent à un troisième titre olympique consécutif et ils ont remportés leurs dix dernières finales internationales. Mais les Danois et un Mikkel Hansen intenable (8 buts) ont balayé les espoirs français : menant de deux buts à la mi-temps, le Danemark porte son avance à 5 buts à dix minutes du terme. Si les Français parviennent à recoller à un but (26-25, 57e minute), c'est bien le Danemark qui s'impose 28 à 26 et remporte son premier titre olympique. La France concède ainsi sa première défaite en finale depuis sa première finale au Championnat du monde 1993 : Luc Abalo, Michaël Guigou, Nikola Karabatic, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer ne rejoignent donc pas Andreï Lavrov qui reste le seul triple champion olympique de handball. Enfin, dans un match pour la troisième place globalement maîtrisé, l'Allemagne s'adjuge la médaille de bronze aux dépens de la Pologne.

Quarts de finale Demi-finales Finale
 17 août, 20h30, Future Arena      19 août, 20h30, Future Arena      21 août, 14h00, Future Arena
 [A1] Croatie  27
 [B4] Pologne  30  
  Pologne  28
 17 août, 17h00, Future Arena
    Danemark  29ap  
 [A3] Danemark  37
 [B2] Slovénie  30  
  Danemark  28
 17 août, 10h00, Future Arena
    France  26
 [B3] Brésil  27
 19 août, 15h30, Future Arena
 [A2] France  34  
  France  29
 17 août, 13h30, Future Arena Match pour la 3e place
    Allemagne  28  
 [B1] Allemagne  34  21 août, 10h30, Future Arena
 [A4] Qatar  22     Pologne  25
  Allemagne  31
  • Heure locale

Tournoi féminin[modifier | modifier le code]

Tour préliminaire[modifier | modifier le code]


Légende
Qualifié pour les quarts de finale
Éliminé
Pts points ; J joués ; G victoires ; N nuls ; P défaites
BP buts marqués ; BC buts encaissés ; Diff différence de buts
Poule A

Dans le tournoi féminin, le match inaugural voit la victoire à domicile du Brésil face à la Norvège, double championne olympique et championne du monde en titre. Ces deux équipes terminent premières ex-equao du Groupe A devant l'Espagne et l'Angola. En revanche, malgré la présence d'une Cristina Neagu qui sera élue pour la troisième fois meilleure handballeuse mondiale de l'année 2016, la Roumanie est éliminée en compagnie du Monténégro qui ne sera pas parvenue a reproduire l'exploit réalisé en 2012.

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Dép
1 Brésil 8 5 4 0 1 138 117 21 +3
2 Norvège 8 5 4 0 1 141 121 20 -3
3 Espagne 6 5 3 0 2 125 116 9 -
4 Angola 4 5 2 0 3 116 128 -12 +4
5 Roumanie 4 5 2 0 3 108 119 -11 -4
6 Monténégro 0 5 0 0 5 107 134 -27 -
, 9h30 Norvège 28 − 31 Brésil
, 16h40 Monténégro 19 − 25 Espagne
, 19h50 Roumanie 19 − 23 Angola
, 14h40 Espagne 24 − 27 Norvège
, 16h40 Brésil 26 − 13 Roumanie
, 21h50 Angola 27 − 25 Monténégro
, 9h30 Brésil 24 − 29 Espagne
, 11h30 Roumanie 25 − 21 Monténégro
, 16h40 Norvège 30 − 20 Angola
, 9h30 Angola 24 − 28 Brésil
, 14h40 Roumanie 24 − 21 Espagne
, 16h40 Monténégro 19 − 28 Norvège
, 9h30 Monténégro 23 − 29 Brésil
, 16h40 Norvège 28 − 27 Roumanie
, 19h50 Espagne 26 − 22 Angola
Poule B

Dans le Groupe B, la Russie termine invaincue après une courte victoire (26-25) face à la France qui se classe deuxième devant la Suède et les Pays-Bas. Mais la Corée du Sud, qui n'a jamais fait moins bien qu'une 4e place depuis 1984, est éliminée dès la phase de poule.

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Russie 10 5 5 0 0 165 147 18
2 France 8 5 4 0 1 118 93 25
3 Suède 5 5 2 1 2 150 141 9
4 Pays-Bas 4 5 1 2 2 135 135 0
5 Corée du Sud 3 5 1 1 3 130 136 -6
6 Argentine 0 5 0 0 5 101 147 -46
, 11h30 Pays-Bas 14 − 18 France
, 14h40 Russie 27 − 23 Corée du Sud
, 21h50 Suède 31 − 21 Argentine
, 9h30 Corée du Sud 28 − 31 Suède
, 11h30 France 25 − 26 Russie
, 19h50 Argentine 18 − 26 Pays-Bas
, 14h40 Russie 36 − 34 Suède
, 19h50 Pays-Bas 32 - 32 Corée du Sud
, 21h50 France 27 − 11 Argentine
, 11h30 Suède 29 - 29 Pays-Bas
, 19h50 Russie 35 − 29 Argentine
, 21h50 Corée du Sud 17 − 21 France
, 11h30 Suède 25 − 27 France
, 14h40 Pays-Bas 34 − 38 Russie
, 21h50 Argentine 22 − 28 Corée du Sud

Phase finale[modifier | modifier le code]

En quarts de finale, les Brésiliennes craquent face aux Néerlandaises qui s'imposent nettement 32 à 23. Face à l'Espagne, la France est dominée (12-5 à la mi-temps, 21-16 à la 51e minute, 23-20 à la 58e minute) mais parvient à arracher la prolongation qu'elle remporte 5 à 4. Les deux autres quarts de finale sont sans surprises avec la large victoire de la Norvège sur la Suède (33-20) et la maîtrise de la Russie face à l'Angola (31-27). Comme chez les hommes, les deux demi-finales sont beaucoup plus serrées : la France s'impose d'un but 24 à 23 face aux Pays-Bas tandis qu'une prolongation est nécessaire pour voir la Russie écarter la Norvège (38-37ap). Celle-ci se rattrape néanmoins en dominant nettement les Pays-Bas 36 à 26 pour remporter la médaille de bronze et permettre ainsi à Marit Malm Frafjord, Kari Aalvik Grimsbø, Katrine Lunde et Linn-Kristin Riegelhuth Koren de rejoindre les Soviétiques Larissa Karlova et Zinaïda Tourtchina au palmarès des joueuses les plus titrées. En finale, la Russie remporte son troisième titre olympique (en comptant ceux remportés sous l'égide de l'URSS en 1976 et 1980) en prenant le meilleur sur la France 22 à 19.

Quarts de finale Demi-finales Finale
 16 août, 10h00, Future Arena (Rio de Janeiro)      18 août, 15h30, Future Arena (Rio de Janeiro)      20 août, 15h30, Future Arena (Rio de Janeiro)
 [A1] Brésil  23
 [B4] Pays-Bas  32  
  Pays-Bas  23
 16 août, 13h30, Future Arena (Rio de Janeiro)
    France  24  
 [A3] Espagne  26
 [B2] France  27ap  
  France  19
 16 août, 17h00, Future Arena (Rio de Janeiro)
    Russie  22
 [A2] Norvège  33
 18 août, 20h30, Future Arena (Rio de Janeiro)
 [B3] Suède  20  
  Norvège  37
 16 août, 20h30, Future Arena (Rio de Janeiro) Match pour la 3e place
    Russie  38ap  
 [A4] Angola  27  20 août, 11h30, Future Arena (Rio de Janeiro)
 [B1] Russie  31     Pays-Bas  26
  Norvège  36

Résultats[modifier | modifier le code]

Podiums[modifier | modifier le code]

Épreuves Or Argent Bronze
Tournoi masculin Danemark
Mads Christiansen
Michael Damgaard
Jannick Green
Mikkel Hansen
Niklas Landin Jacobsen
Mads Mensah Larsen
Henrik Møllgaard
Casper Ulrich Mortensen
Jesper Nøddesbo
Morten Olsen
Kasper Søndergaard
Lasse Svan Hansen
Henrik Toft Hansen
René Toft Hansen
France
Luc Abalo
Adrien Dipanda
Ludovic Fabregas
Vincent Gérard
Mathieu Grébille
Michaël Guigou
Luka Karabatic
Nikola Karabatic
Kentin Mahé
Daniel Narcisse
Timothey N'Guessan
Olivier Nyokas
Thierry Omeyer
Valentin Porte
Cédric Sorhaindo
Allemagne
Christian Dissinger
Paul Drux
Steffen Fäth
Uwe Gensheimer
Patrick Groetzki
Kai Häfner
Silvio Heinevetter
Julius Kühn
Finn Lemke
Hendrik Pekeler
Tobias Reichmann
Martin Strobel
Fabian Wiede
Patrick Wiencek
Andreas Wolff
Tournoi féminin Russie
Olga Akopian
Irina Bliznova
Vladlena Bobrovnikova
Daria Dmitrieva
Tatiana Erokhina
Ekaterina Ilina
Victoria Jilinskaïté
Victoria Kalinina
Polina Kouznetsova
Ekaterina Marennikova
Maïa Petrova
Anna Sedoïkina
Anna Sen
Marina Soudakova
Anna Viakhireva
France
Camille Ayglon-Saurina
Chloé Bulleux
Blandine Dancette
Siraba Dembélé
Béatrice Edwige
Laura Glauser
Tamara Horacek
Manon Houette
Alexandra Lacrabère
Laurisa Landre
Amandine Leynaud
Gnonsiane Niombla
Estelle Nze Minko
Allison Pineau
Marie Prouvensier
Grâce Zaadi
Norvège
Ida Alstad
Emilie Hegh Arntzen
Marit Malm Frafjord
Kari Aalvik Grimsbø
Camilla Herrem
Veronica Kristiansen
Amanda Kurtović
Heidi Løke
Katrine Lunde
Mari Molid
Nora Mørk
Stine Bredal Oftedal
Linn-Kristin Riegelhuth Koren
Sanna Solberg

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Danemark 1 0 0 1
Russie 1 0 0 1
3 France 0 2 0 2
4 Allemagne 0 0 1 1
Norvège 0 0 1 1
Total 2 2 2 6

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Avant la compétition
Pendant la compétition
  • C'est la première compétition officielle (hors matchs amicaux) qui voit l'application du nouveau règlement de l'IHF[22] en vigueur depuis le [23] ;
  • Tous les matchs ont lieu dans un endroit unique, la Future Arena ;
  • Le Brésil (qualifié d'office car pays organisateur), la France, la Suède et l'Argentine ont leurs deux équipes (masculine et féminine) en lice ;
  • L'équipe de France masculine concourt pour un troisième titre olympique consécutif ;
  • Il s'agit des 11e Jeux consécutifs avec des arbitres français. Il n'y a qu'en 1936 (handball à onze), 1972 et 1976 que les français étaient absents[24],[25] ;
  • Le premier carton rouge de la compétition de handball revient à la brésilienne Fabiana Diniz, qui a reçu trois exclusions de deux minutes après seulement 18 minutes de jeu, lors du match d'ouverture Norvège / Brésil. Chez les hommes, le premier carton rouge est attribué au sudéois Tobias Karlsson à la 39e minute de jeu après avoir été sanctionné de trois exclusions temporaires lors de la rencontre Suède / Allemagne de la première journée ;
  • La technologie sur la ligne de but (goal-line technology) n'est toujours pas installée depuis l'arrêt de son utilisation le , lors du championnat du monde féminin 2015[13] ;
  • La Corée du Sud, la Russie et l'Angola sont les seules équipes féminines dont toutes les joueuses évoluent dans leur championnat national respectif. Et dont l'entraîneur est originaire du pays. Chez les hommes seule l'équipe du Qatar a tous ses joueurs dans son championnat national ;
  • Frida Tegstedt et Jesper Nielsen, couple à la ville[26], sont tous les deux présents avec leur équipe nationale, la Suède. Ils sont aussi tous les deux pivots ;
  • Début février Marija Jovanović (capitaine du Monténégro depuis 2012) se rompait les ligaments croisés du genou gauche[27]. Elle est aujourd'hui aux jeux en joueuse réserve ;
  • L'équipe d'Espagne féminine a la plus grande moyenne d'âge avec 30,4 ans, tandis que la France est la plus jeune avec 24,7 ans ;
  • Il n'y a aucun sponsor ni publicité sur le terrain, autour du terrain et sur les tenues. Seul le nom de l'équipementier peut être visible sur les vêtements des joueurs ;
  • En , lors du dernier championnat d'Europe masculin, Talant Dujshebaev était l'entraîneur de la Hongrie avant d'être démis de ses fonctions dès la fin de la compétition[28]. Aujourd'hui il coache l'équipe de Pologne à la place de Michael Biegler qui avait donné sa démission fin [29] ;
  • Dans la nuit du 8 au , le sol Taraflex (Gerflor étant un sponsor officiel des jeux[30]) a été intégralement remplacé. Des équipes s'étaient plaintes de la mauvaise qualité du revêtement[31] ;
  • Une blessure grave est a rapporter durant ces jeux. La gardienne russe Anna Sedoïkina s'est rompu les ligaments croisés du genou gauche lors du 3e jour de compétition, à la 39e minute de la rencontre Russie / Suède du tour préliminaire[32] ;
  • Une des conséquences immédiates de l'application des nouvelles règles est que la chasuble n'a été portée que deux fois lors des 76 matchs de la compétition. Les deux occasions par les Pays-Bas dans les dernières secondes de Suède/Pays-Bas (au tour préliminaire par Sanne van Olphen) et de Pays-Bas/France (en demi-finale par Angela Malestein). Une autre concerne le nombre de buts inscrits par les gardiens, en effet les hommes ont inscrit un total de 16 buts lors des 38 matchs (dont quatre par Andreas Wolff) et les femmes, 3 (dont deux par Tess Wester). À titre de comparaison, lors de l'Euro masculin 2016 les gardiens ont marqué 3 buts en 48 matchs tandis qu'ils n'ont inscrit aucun but durant les 88 matchs du Mondial masculin 2015 ;
  • Le handball se classe second en termes de vente de billets, juste derrière le football[33].
Après la compétition

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de la 12e apparition à 7 joueurs et en salle mais la 13e apparition du handball masculin aux Jeux olympiques, la première (en 1936) s'étant jouée à 11 joueurs et en plein air.
  2. a et b « Future Arena » (consulté le )
  3. [PDF] (en) « Calendrier des Jeux olympiques d'été de 2016 », sur rio2016.com (consulté le ), p. 17
  4. (en) « Rio 2016 - Referees », (consulté le )
  5. (en) « IHF referees for Rio 2016 », (consulté le )
  6. (en) « Draw for the 2016 Olympic Handball Tournaments staged in Rio », (consulté le )
  7. « JO: Qui à l'assaut du double champion olympique français ? », sur handzone.net, (consulté le )
  8. « VIDEO. JO 2016/handball : les "Experts" qualifiés pour la finale, en route vers un troisième titre olympique consécutif », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  9. « La délégation angolaise aux jeux olympiques en partance pour Rio », (consulté le )
  10. a et b (en) « Flag bearers of all nations at the opening ceremony for the Rio 2016 Olympic Games » [PDF] (consulté le )
  11. « Karol Bielecki porte drapeau polonais », (consulté le )
  12. (en) « Popovic returns to play in Rio », Fédération européenne de handball, (consulté le )
  13. a et b « La Goal-Line Technology au placard », (consulté le )
  14. « JO 2016 : l’auteur du rapport sur le dopage en Russie en colère contre le CIO », (consulté le )
  15. (en) « Russian women’s team eligible to compete in the Rio 2016 Olympic Games », (consulté le )
  16. « Profil de Marwan Ragab », sur olympedia.org (consulté le )
  17. « Profil de Guðmundur Guðmundsso », sur olympedia.org (consulté le )
  18. « Profil de Dagur Sigurðsson », sur olympedia.org (consulté le )
  19. « Profil de Talant Dujshebaev », sur olympedia.org (consulté le )
  20. « Profil de Veselin Vujović », sur olympedia.org (consulté le )
  21. « Profil de Staffan Olsson », sur olympedia.org (consulté le )
  22. « Modifications relatives aux règles de jeu (2016) » [PDF], (consulté le )
  23. (en) « IHF amends Rules of the Game », (consulté le )
  24. « Arbitres aux jeux olympiques » [PDF] (consulté le )
  25. « JO: Julie et Charlotte Bonaventura, sifflets de Rio », (consulté le )
  26. « Frida Tegstedt joker médical d'Issy Paris Hand », (consulté le )
  27. « LFH : fin de saison pour Marija Jovanovic », (consulté le )
  28. « Talant Dujshebaev limogé », (consulté le )
  29. « Michael Biegler démissionne », (consulté le )
  30. « Tout le savoir-faire Gerflor au service des jeux olympiques de rio » [PDF] (consulté le )
  31. (en) « Handball: Court floor replaced overnight to reinforce it », (consulté le )
  32. (ru) « Голкипер сборной России Анна Седойкина перенесет операцию на колене »,‎ (consulté le )
  33. (en) « Rio 2016 – Handball most popular sport after football », (consulté le )
  34. (en) « Lindgren resigns – Sweden looking for a new NT head-coach » (consulté le )
  35. « Un Islandais à la tête de la sélection », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]