Condé-sur-Sarthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé.
Condé-sur-Sarthe
L’église Saint-Martin.
L’église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Damigny
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
Anne-Sophie Lemée
2017-2020
Code postal 61250
Code commune 61117
Démographie
Gentilé Condéen
Population
municipale
2 569 hab. (2014 en augmentation de 18,72 % par rapport à 2009)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 55″ nord, 0° 02′ 03″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 165 m
Superficie 8,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Condé-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Condé-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Sarthe
Liens
Site web www.condesursarthe.fr

Condé-sur-Sarthe est une commune française située dans le département de l’Orne et la région Normandie, peuplée de 2 569 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à l’ouest d’Alençon. De nombreuses carrières de granite ont été exploitées pendant plusieurs siècles jusque vers 1980, pour construire l’agglomération alençonnaise. Il ne subsiste plus aujourd’hui que des plans d’eau en lieu et place des carrières.

La route nationale 12 traverse Condé-sur-Sarthe d’est en ouest. Cette route relie Paris à Brest. La commune est desservie par le réseau de bus Alto[1]. Ce réseau fait partie des Transports Urbains de la Communauté Urbaine d’Alençon. Condé-sur-Sarthe est desservie par Itinéo 4, Itinéo Acces, Domino 1, 2 et 4.

La Sarthe vue depuis Condé-sur-Sarthe.

Le territoire est bordé au sud par la Sarthe. La vallée de la Sarthe est concernée par les inondations dues aux crues de la rivière. Les zones inondables regroupent les terrains inconstructibles ainsi que les terrains à préserver de toute urbanisation nouvelle. Ces zones sont répertoriées dans le cadre du plan de prévention des risques d’inondations du département de l’Orne[2].

Le climat à Condé-sur-Sarthe[3] se situe entre le climat océanique de la Bretagne et le climat océanique dégradé du Bassin parisien. Les températures moyennes s’échelonnent entre 2 °C et 5 °C en hiver et entre 15 °C et 25 °C en été. Les précipitations annuelles sont de l’ordre de 700 mm en moyenne. Les mois les plus pluvieux vont de septembre à janvier.

Les principaux quartiers sont : la Boissière, le Bourg, la Jardinière, le Pont Percé, le Vert Village. Les lieux-dits sont : la Bigotière, les Brosses, Châtillon, la Cusselière, les Dragées, l’Étang, la Folie, la Galochère, la Guépinière, les Guettes, la Hardronnière, Hertré, le Grand Hertré, le Petit Hertré, les Joncs, la Mare à Rouland, Montperthuis, le Parc Labbé, les Sablons, les Vallées, Vaucelles, Verveine.

Communes limitrophes de Condé-sur-Sarthe[4]
Pacé Lonrai Damigny
Pacé Condé-sur-Sarthe[4] Alençon
Mieuxcé Héloup, Saint-Germain-du-Corbéis Saint-Germain-du-Corbéis

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Condetum en 1372[réf. nécessaire].

Le nom Condé viendrait du terme celtique condate, nombreux Condé, également ancien nom gaulois de Rennes, Candé (langue d'oïl) et Condat (langue d'oc), équivalent du latin confluentes (confluent) qui a donné les Conflans.

Sous la Révolution, Condé-sur-Sarthe a été renommée L’Île-sur-Sarthe[réf. nécessaire].

Le gentilé est Condéen[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur ordre de Jules César en 50 av. J.-C., les Romains ont construit des routes. L’une d’entre elles venant de Chartres traversait la Sarthe au gué du moulin de Condé, qui se situe au confluent de la Sarthe et de la Randumière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine[modifier | modifier le code]

Condé-sur-Sarthe fait partie des trente-six communes de la communauté urbaine d'Alençon.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les électeurs condéens votent régulièrement à gauche.

  • À titre d’exemple, lors du second tour de l’élection présidentielle de 2007[6], Ségolène Royal (PS) obtient 54,3 % des suffrages exprimés contre 45,7 % des suffrages pour Nicolas Sarkozy (UMP).
  • De plus, lors du second tour des législatives de 2007[7], Joaquim Pueyo (DVG) obtient 63,15 % des suffrages contre 36,85 % pour Yves Deniaud (UMP). Yves Deniaud qui sera élu dans la première circonscription de l'Orne.
  • Lors du référendum du 29 mai 2005[8] sur le traité constitutionnel pour l’Europe, le « non » l’emporte à Condé-sur-Sarthe avec 52,49 % des suffrages contre 47,51 % de « oui ». L’abstention étant de 24,69 %. (Résultats nationaux : « non » à 54,67 %, « oui » à 45,33 %, abstention à 30,63 %).

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1927 1953 Jacques Fould   Homme d’affaires
1953 1959 Lucien Leraillez   Professeur
1959 1965 Roger Maerten    
1965 1995 Bernard Suard    
1995 juillet 2017 Jacques Esnault[9] DVG Cadre comptable
juillet 2017 en cours Anne-Sophie Lemée[10]   Ancienne huissière de justice
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et trois adjoints[9].

Justice[modifier | modifier le code]

Une maison centrale de 220 places a été construite en 2011.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École publique de niveaux maternelle et primaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population[modifier | modifier le code]

  • La population de Condé-sur-Sarthe[11] est composée de 47,4 % d’hommes et de 52,6 % de femmes. (moyenne nationale : 48,6 % d’hommes, 51,4 % de femmes). La majorité des ménages est composée de deux personnes, représentant 32,7 % des ménages condéens.
  • La population est majoritairement propriétaire (67,7 %) contre 31 % de locataires. Les logements sont principalement des maisons individuelles (94,7 %), la moyenne nationale étant de 56,8 %.
  • La pyramide des âges[11] est la suivante + (nationale):
    • 0 – 19 ans : 27,7 % (24,6 %)
    • 20 – 39 ans : 25,2 % (28,1 %)
    • 40 – 59 ans : 29,3 % (26 %)
    • 60 – 74 ans : 10,1 % (13,6 %)
    • 75 ans et plus : 7,7 % (7,7 %)

Évolution démographique de 1790 à aujourd’hui[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2014, la commune comptait 2 569 habitants[Note 3], en augmentation de 18,72 % par rapport à 2009 (Orne : -1,53 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
392 428 564 538 670 776 840 885 914
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
942 982 951 926 957 957 925 931 912
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
834 907 842 811 785 801 940 956 1 020
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
1 134 1 166 1 745 1 945 2 231 2 157 2 150 2 142 2 291
2014 - - - - - - - -
2 569 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage à Condé-sur-Sarthe[16] est de 7,7 %, il est inférieur à celui de la moyenne nationale qui est de 12,9 %. Les actifs représentent 49,8 % de la population, les jeunes scolarisés 27,8 %, et les personnes retraitées représentent 7,3 % des Condéens. Les actifs sont divisés en différents secteurs d’activités : 34,6 % d’employés, 26,1 % de professions intermédiaires et 22,9 % d’ouvriers. Les agriculteurs ne représentent que 1,2 % des actifs.

Les principaux secteurs d’activités implantés sur la commune sont les suivants : commerce 43,1 %, services aux entreprises 18,3 %, services aux particuliers 12,8 % pour un nombre total de 109 établissements.

Revenus[modifier | modifier le code]

Les revenus moyens par ménage à Condé-sur-Sarthe[16] sont de 17 447 €/an. La moyenne nationale est de 15 027 €/an.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

L’église Saint Martin est d’architecture romane et a la particularité d’avoir été rénovée en partie pendant la période gothique. De ce fait, on peut observer des arcs en plein cintre d’un côté de la nef, et des arcs en ogive de l’autre côté. Elle abrite des vitraux classé à titre d'objet aux Monuments historiques[17].

Les cloches[modifier | modifier le code]

Inscriptions gravées sur les cloches de l’église Saint-Martin de Condé-sur-Sarthe[18] :

    • Petite cloche : « Cloche des catéchismes nommée Marie Joséphine par les petits garçons et les petites filles de la première communion 1872 bénie par Mgr Rousselet évêque de Séez assisté par M. Pierre Isidore Hardy curé ».
    • Cloche intermédiaire : face 1 « Donnée par Mr Adolphe Fould au nom de ses enfants Achille et Etienne Nommée Marthe Etiennette par Mr Etienne Gaston et Melle Marthe Colette Antoinette Berthe Fould ». Face 2 « Bénite par Mgr Rousselet Évêque de Séez assisté par Pierre Isidore Hardy curé 1872 ».
    • Grosse cloche : « J’ai été nommée Anne Charlotte par Mr Charles Achille Fould et Mme Anne Clémentine Rattier épouse de M Charles … je pèse … Kil … Crapelet propriétaires du domaine de Verveines et bienfaiteurs de cette paroisse bénite en 1866 par Mgr Rousselet évêque de Séez comte romain et officier de la légion d’honneur M l’A Lecomte étant curé MM Rattier Maire Garnier adjoint Guillard Ruel Bourdon Adde et Goujon marguilliers ».

Les anciennes carrières de granite[modifier | modifier le code]

Localisation des anciennes carrières de granite dans Condé-sur-Sarthe :

  • la Cette.
  • le Pont-Percé.
  • la Galochère.
  • la carrière du Hertré.
  • la Grenouillère.
  • la Jardinière.
  • la Mare à Rouland.
  • le Temps Perdu.
  • la Grande Carrière de Beauséjour.
  • l'Ancienne Carrière à M. Pierre.

La laiterie et Le Rustique[modifier | modifier le code]

  • Le célèbre camembert Le Rustique doit son existence à la laiterie de Condé-sur-Sarthe. Après la Première Guerre mondiale, Jules Mallet débute l’activité de la laiterie "EMA" (Etablissements laitiers Mallet Condé, près d'Alençon) qui avait pour slogan : « EMA, le beurre qui vous plaira ». Cinquante ans après, cette laiterie deviendra la fromagerie Hutin à la suite de la reprise de l’activité par la famille Hutin. Plus tard, elle sera appelée fromagerie Lutin.
  • Le , à la suite de l’explosion d’un néon électrique dans un atelier, un incendie dévastateur va provoquer la fermeture de la fromagerie. L’entreprise sera réimplantée dans une commune voisine, la commune de Pacé. La fromagerie Lutin deviendra Société IDEVAL, puis fromagerie Riches Monts (groupe Sodiaal). Aujourd’hui, le camembert Le Rustique y est toujours fabriqué à l’instar des fromages vendus sous la marque Riches Monts.

Le moulin[modifier | modifier le code]

La mairie[modifier | modifier le code]

Le château de la Cusselière[modifier | modifier le code]

Le château de la Cusselière date du XIXe siècle. Il est d'inspiration italienne. Il fut imaginé en 1882 par Modeste Chambay, peintre-photographe. Celui-ci est enterré dans le village.

Les salles d’activités[modifier | modifier le code]

  • La salle Fould, plus communément appelée salles des fêtes, cette salle est aujourd’hui réservée aux évènements du conseil municipal (élections, réunions diverses…).
  • La salle polyvalente permettant d’organiser et de rassembler de multiples manifestations.
  • La salle du Quartz, dernière salle d’activités en date, elle rassemble à elle seule : une salle de sport, l’école de musique, une salle d’activités diverses (possibilité de réservation également) et un local utilisable par les jeunes de la commune ou par diverses associations sportives et culturelles.

Les monuments aux morts et les calvaires[modifier | modifier le code]

Tous ces monuments ont été sculptés dans le granite extrait des carrières de la commune.

  • La Galochère, le « monument des fusillés ». Le 22 juin 1944, quatre jeunes hommes ont été exécutés par les Allemands dans cette carrière isolée. Ces quatre résistants faisaient partie du maquis de Trun. Quelques jours plus tard, le 30 juin, ce sont quinze résistants des maquis de Courcerault et de Mortagne-au-Perche qui seront fusillés au même endroit. Aujourd’hui, une stèle commémorative en granite de Condé-sur-Sarthe se trouve au milieu de cette ancienne carrière, rappelant les noms de chacun des fusillés. Chaque poteau d’exécution est rappelé par cinq balustres[19] sculptées dans le granite. La fosse où se trouvaient les corps est entourée de bordures et est régulièrement fleurie.
  • Le monument du bourg.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

L'Espérance de Condé-sur-Sarthe fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et une autre en division de district[20].

Les sections sportives de l'Association Sport et Loisirs sont : badminton, CLSH, football, judo, randonnée pédestre, tennis, tennis de table, tir à l’arc, yoga, volley-ball, course à pied, anglais[21]. L’école de musique propose : accordéon, chorale adulte, flûtes, guitares, piano et claviers, solfège.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le bienheureux abbé Martin Loublier[modifier | modifier le code]

La paroisse de Condé-sur-Sarthe s’honore d’avoir un ancien curé saint martyr.

Le bienheureux Martin François Alexis Loublier est né et baptisé dans l’ancienne paroisse d’O (Mortrée, Orne) le 17 octobre 1733. Curé de Condé-sur-Sarthe de 1766 à 1792. Premier maire à avoir été élu à Condé-sur-Sarthe entre le 7 février 1790 et le 16 janvier 1791. Il refusa le serment constitutionnel et remit les clefs de sa charge le 25 juin 1792. Arrêté le 31 août 1792, emprisonné au séminaire de Saint-Firmin à Paris, il y fut jugé arbitrairement avant d’être jeté par une fenêtre le 3 septembre 1792 lors du massacre général des prêtres enfermés à Saint-Firmin[Note 4]. Il fut béatifié par le pape Pie XI le 17 octobre 1926.

Son nom reste maintenant attaché à Condé-sur-Sarthe : il a été donné à la rue principale du lotissement situé près de la salle du Quartz.

La famille Fould[modifier | modifier le code]

Certains descendants d’Achille Fould ont marqué l’histoire de la commune de Condé-sur-Sarthe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Ministre de l’Agriculture du 14 janvier au 20 février 1932 dans le gouvernement Pierre Laval (3)
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .
  4. Voir Massacres de Septembre

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du réseau des bus Alto.
  2. Cartographie des zonages réglementaires : carte no 1, carte no 2 [PDF]
  3. Le climat de l’Orne sur le site de Météo-France
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  5. « Soyez les bienvenus à Condé-sur-Sarthe ! », sur condesursarthe.fr, la Communauté urbaine d'Alençon (consulté le 26 août 2016)
  6. Voir les résultats officiels de l’élection présidentielle du 6 mai 2007.
  7. Voir les résultats officiels des élections législatives du 17 juin 2007.
  8. Voir les résultats officiels du référendum du 29 mai 2005.
  9. a et b Réélection 2014 : « Condé-sur-Sarthe (61250) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 août 2016)
  10. « Condé-sur-Sarthe. Anne-Sophie Lemée élue maire », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 juillet 2017)
  11. a et b Données consultées le 21 août 2007 sur le site Le Journal du Net.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  16. a et b Données consultées le 21 août 2007 sur le site Le Journal du Net.
  17. « Verrières », notice no PM61000294, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. Information rassemblées à l’occasion de la réfection du clocher avec descente des cloches, journée « Portes Ouvertes » le 5 mars 2005.
  19. Ces cinq balustres sont un don de M. Fould.
  20. « Esp. Condé-S/Sarthe », sur Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 26 août 2016)
  21. Site de la course relais de Condé-sur-Sarthe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pierre Pellegrini, Mémoire sur Condé-sur-Sarthe, 2003, (ISBN 2952029806). Document utilisé pour la rédaction de l’article