Aller au contenu

Colombiers (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Colombiers
Colombiers (Orne)
L'église Saint-Rigomer.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
Monique Olin
2022-2026
Code postal 61250
Code commune 61111
Démographie
Gentilé Colombariens
Population
municipale
332 hab. (2021 en diminution de 2,35 % par rapport à 2015)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 13″ nord, 0° 03′ 19″ est
Altitude Min. 149 m
Max. 216 m
Superficie 12,34 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Alençon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Damigny
Législatives 1re circonscription de l'Orne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Colombiers

Colombiers est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 332 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[2]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », se caractérisant par une pluviométrie et des contraintes thermiques modérées mais aussi, par effet de continentalité, des températures plus contrastées qu'au nord dans la plaine de Caen, avec communément 10 à 15 jours par an de plus de froid en hiver et de chaleur en été[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 740 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Alençon à 5 km à vol d'oiseau[4], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 743,7 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Colombiers est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Alençon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 89 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,8 %), prairies (33,1 %), zones agricoles hétérogènes (10 %), forêts (2,1 %), zones urbanisées (0,1 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 172, alors qu'il était de 171 en 2013 et de 150 en 2008[I 2].

Parmi ces logements, 86 % étaient des résidences principales, 5,8 % des résidences secondaires et 8,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,4 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Colombiers en 2018 en comparaison avec celle de l'Orne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (5,8 %) inférieure à celle du département (10,5 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 83 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (80,4 % en 2013), contre 64,3 % pour l'Orne et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Colombiers en 2018.
Typologie Colombiers[I 2] Orne[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 86 78,3 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 5,8 10,5 9,7
Logements vacants (en %) 8,2 11,2 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Colombiers est desservie par le réseau de bus Alto. Ce réseau fait partie des Transports urbains de la communauté urbaine d'Alençon. Colombiers fait partie des lignes Iténéo 5, Iténéo Access, Domino 6 (Primaires), 7 (Primaires) et 9.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Calumbeis en 1089, Columbers au XIIe siècle, Columbarta vers 1335[12].

Ernest Nègre y voit le pluriel de l'oïl colombière « pigeonnier »[12]. Il s'agirait plus probablement d'un nom issu de columbarium, « cimetière »[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un projet de fusion des communes de Lonrai, Colombiers et Saint-Nicolas-des-Bois a été envisagé par les maires dans les années 2020, puis abandonné[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Alençon du département de l'Orne.

Elle faisait partie de 1801 à 1982 du canton d'Alençon-Ouest, année où elle est intégrée à l'ancien canton d'Alençon-1[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Damigny

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Orne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Colombiers est membre de la communauté urbaine d'Alençon, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1996 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2011 Martial Marignier[16] SE Agriculteur
2011 mai 2022[17],[18] Emmanuel Roger[14] SE-DVG cadre d’assurance
Décédé en fonction
septembre 2022[19] En cours
(au 16 2022 novembre 2022)
Monique Olin   Aide soignante retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2021, la commune comptait 332 habitants[Note 3], en diminution de 2,35 % par rapport à 2015 (Orne : −3,37 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
448534519502481511473456483
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
489485492406332316331301316
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
306298260243258232250282297
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021
264302351334326341341336332
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La deuxième édition de « la fête de la pomme », organisée par Yapuka et d'Ecouves Verte, a eu lieu à l'éco-lieu Le chant des arbres en octobre 2021[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rigomer.
  • Monument aux morts, érigé en 1920 devant l’église, puis transféré sur le carrefour de la commune en 1964[24]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  4. « Orthodromie entre Colombiers et Alençon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Alençon - Valframbert » (commune d'Alençon) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Alençon - Valframbert » (commune d'Alençon) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Alençon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  12. a et b Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1443, (ISBN 2600028846).
  13. Le Pays Bas-normand - Numéros 3 à 4 - Page 51.
  14. a et b « Municipales. Colombiers : Emmanuel Roger se représente et revient sur la fusion : Élu en 2011, le maire sera candidat à sa succession. Il fait une mise au point sur le projet de fusion avec deux autres communes », Ma ville par Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Double distinction pour Martial Marignier, ancien maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Martial Marignier, élu conseiller en 1971 puis adjoint en 1977, fut ensuite élu maire et réélu pendant plusieurs mandats bien remplis ».
  17. « Emmanuel Roger, le maire de Colombiers, est décédé : Emmanuel Roger, le maire de Colombiers (Orne), est décédé. Joaquim Pueyo, le président de la Communauté urbaine d'Alençon, lui rend hommage », L'Orne Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En 2021, il s’était lancé dans la campagne des Départementales sur le canton de Damigny, sous l’étiquette Divers gauche, en binôme avec Sandrine Potier ».
  18. Delphine Le Normand., « Colombiers. Le maire, Emmanuel Roger, est décédé : Âgé de 53 ans et maire depuis 2008, Emmanuel Roger est décédé dans la nuit du 5 au 6 mai. Il laisse le souvenir d’un homme investi et très apprécié », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Installé à Colombiers depuis 1998, il avait d’abord été élu au sein du conseil municipal de la commune en 2001 avant de décrocher l’écharpe de maire qu’il n’avait plus quittée depuis 2008. Emmanuel Roger siégeait également au sein de la communauté urbaine d’Alençon où il était en charge d’Anova ».
  19. Nathalie Legendre, « Orne. Monique Olin, nouveau maire de Colombiers, aime « quand ça bouge » : Monique Olin a été élue maire de Colombiers (Orne). Elle occupait sous ce mandat le poste de 1re adjointe », L'Orne Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En 2014, elle a rejoint le conseil municipal et assumé aussitôt la fonction de 2e adjoint. Réélue en 2020, elle a cette fois pris le poste de 1re adjointe, à la demande d’Emmanuel Roger ».
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. Samuel Martin, « Colombiers. "Une belle réussite" pour la deuxième édition de "La fête de la pomme", au Chant des arbres : A l'éco-lieu "Le chant des arbres, à "Colombiers (Orne), Yapuka et d'Ecouves Verte ont organisé, samedi 16 octobre 2021, la deuxième édition de "La fête de la pomme" », L'Orne Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Près d'Alençon. L'énigme du 14e soldat du monument aux morts de Colombiers enfin élucidée : La commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 à Colombiers (Orne) a permis de remettre au goût du jour l'histoire du 14e soldat du monument aux morts, longtemps inconnue… », L'Orne Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).