Villeneuve-en-Perseigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.
Villeneuve-en-Perseigne
Église de la Trinité à Roullée.
Église de la Trinité à Roullée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
André Trottet
2015-2020
Code postal 72600
Code commune 72137[1]
Démographie
Population
municipale
2 269 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 52″ nord, 0° 15′ 12″ est
Altitude Min. 133 m – Max. 296 m
Superficie 86,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Villeneuve-en-Perseigne

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Villeneuve-en-Perseigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-en-Perseigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-en-Perseigne

Villeneuve-en-Perseigne est depuis le une commune française située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villeneuve-en-Perseigne est limitée au nord par la Sarthe qui la sépare du département de l'Orne. C'est un secteur de prairies. Les nombreuses zones humides donnent naissance à un écosystème intéressant qui justifie un classement Natura 2000[2]. Au sud, le massif de la forêt de Perseigne avec ses 340 m d'altitude forme une barrière naturelle. Dès les premiers coteaux, c'est la forêt qui s'installe.

La commune fait par ailleurs partie du parc naturel régional Normandie-Maine, et se situe en bordure ouest du parc naturel régional du Perche.

Avec 86,70 km2, Villeneuve-en-Perseigne est la plus grande commune de la Sarthe, devant La Flèche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeneuve-en-Perseigne
Chenay, Semallé (Orne), Hauterive (Orne) Le Ménil-Broût (Orne), Les Ventes-de-Bourse (Orne) Saint-Léger-sur-Sarthe (Orne), Barville (Orne)
Champfleur, Saint-Paterne - Le Chevain Villeneuve-en-Perseigne Blèves, Les Aulneaux
Ancinnes Neufchâtel-en-Saosnois Villaines-la-Carelle, Louzes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La fusion de six communes sarthoises[modifier | modifier le code]

Le schéma départemental de coopération intercommunal (SDCI), proposé par le préfet fin 2011, table sur la fusion de la communauté de communes du Massif de Perseigne et de la communauté de communes du Saosnois (25 communes, 13 500 habitants). Mais les élus du Massif de Perseigne s'y opposent, craignant que les nouvelles compétences devant être assumées entraînent une hausse d'impôts et une baisse de la qualité des services[3].

Lorgnant davantage sur une appartenance à la communauté urbaine d'Alençon, les élus de la communauté de communes lancent de vaines procédures contentieuses, puis imaginent, fin 2012, à la constitution d'une commune nouvelle afin de conserver la gestion collective des compétences et une fiscalité légère[3].

La commune est créée le 1er janvier 2015[4] par la fusion de six communes, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales.

Elle est composée de six anciennes communes ayant décidé de fusionner au sein de la nouvelle commune par délibération du conseil municipal de chaque commune suivante :

Le choix du nom a été voté par le conseil communautaire de la communauté de communes du Massif de Perseigne le 12 juin 2014, regroupant exactement les six anciennes communes créatrices de Villeneuve-en-Perseigne. Avec sept voix, ce nom est préféré à Neuville-en-Perseigne (cinq voix)[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En attendant les élections municipales de 2020, le conseil municipal élisant le maire est composé des 54 élus issus des anciennes communes: 15 pour La Fresnaye-sur-Chédouet, 11 pour Saint-Rigomer-des-Bois et Lignières-la-Carelle, 8 pour Roullée, 6 pour Chassé et 3 pour Montigny.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Janvier 2015 en cours
(au 6 janvier 2015)
André Trottet[6] UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la répartition de la population au sein de la commune est assez inégale entre les anciennes communes. Si la plus peuplée comporte 939 habitants (La Fresnaye-sur-Chédouet, 42,01 % du total), les autres n'en représentent que moins de 20% de ce total (2 235 habitants) : Saint-Rigomer-des-Bois (446 habitants, 19,96 %); Lignières-la-Carelle (392 habitants, 17,54 %), Roullée (241 habitants, 10,78 %), Chassé (181 habitants, 8,10 %) et Montigny (36 habitants, 1,61 %).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]