Classe Nagato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classe Nagato
image illustrative de l’article Classe Nagato
Le Mutsu vers 1922.
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 215,8 m[note 1],[1]
Maître-bau 29 m
Tirant d'eau 9,10 m
Déplacement 33 800 long tons (34 341 t)
À pleine charge 38 500 long tons (39 116 t)
Propulsion 4 hélices
Turbines à vapeur Gihon
21 chaudières Kampon
Puissance 80 000 ch
Vitesse 26,5 nœuds (49,1 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 4 × 2 canons de 410 mm (en)
0020 canons de 140 mm (en)
0004 canons de 80 mm
0008 TLT de 533 mm
Rayon d’action 1 500 milles marins (2 800 km) à 16 nœuds (30 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 1 333 hommes
Histoire
Constructeurs Arsenal naval de Kure
Arsenal naval de Yokosuka
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Période de
construction
1917 - 1921
Période de service 1920 - 1945
Navires construits 2
Navires perdus 1
Navires démolis 1

La classe Nagato est une classe de deux cuirassés construits pour la Marine impériale japonaise peu après la Première Guerre mondiale. Le Nagato et le Mutsu participent tous les deux à la Seconde Guerre mondiale, le premier étant utilisé comme cible pour des essais nucléaires après la fin de celle-ci et le second étant détruit par une explosion accidentelle en 1943.

Conception[modifier | modifier le code]

Le Nagato à l'ancre à Yokosuka, en octobre 1927

La classe Nagato est la première classe de cuirassés entièrement conçue par les Japonais. Leur conception est l’œuvre de l'ingénieur et capitaine de la marine impériale japonaise Yuzuru Hiraga (en), et cela se voit dans la forme originale de la proue, habituellement apanage des croiseurs légers. Les plans sont finis dès 1916, quatre mois avant ceux de l'USS Maryland selon les Japonais, en faisant les premiers cuirassés équipés de canons de 16 pouces (406 mm). Le passage du 14 pouces (356 mm) à un tel calibre est imposé par le ministre de la Marine de l'époque, l'amiral Katō Tomosaburō[2].

Rapides, les Nagato sont considérés comme les équivalents japonais des cuirassés britanniques de la classe Queen Elizabeth. Lors des essais en octobre 1920, le Nagato atteint ainsi les 26,7 nœuds (49,4 km/h), ses 34 000 tonnes étant propulsées par des turbines développant 95 500 chevaux. Les cuirassés de la classe Nagato sont facilement reconnaissables à leur mât à sept pieds, conçu pour être rigide et supporter le poste principal de tir. Le blindage marque une rupture avec les classes précédentes et plus conforme aux approches américaine et britannique du « all or nothing » : les extrémités sont peu épaisses et il n'y a pas de blindage latéral au-dessus de la ceinture principale. Néanmoins, le blindage sous-marin reste épais, ce qui est typique de la conception japonaise de l'époque[2].

Les cuirassés de la classe Nagato sont armés de quatre tourelles doubles de 41 cm (en)[3], deux à l'avant et deux à l'arrière. L'armement secondaire est constitué de 20 canons de 14 cm (en)[4] et de 4 canons antiaériens de 8 cm Type 41[5]. Ils disposent également de 8 tubes lance-torpilles de 533 mm dont 4 sous la ligne de flottaison.

Dans les années 1930, les deux navires de la classe subissent une refonte : l'élévation est notamment augmentée à 43° ce qui permet une portée de 28 000 m (au lieu de 20 000 m). Lors des essais port-reconstruction le Nagato développe 83 445 chevaux qui poussent ses 43 473 tonnes à 25,8 nœuds (47,8 km/h). Contrairement aux Fusō et aux Ise, la catapulte des Nagato et Mutsu est située à l'avant de la tourelle no 3[2].

Unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Construction Lancement Mise en service Fin de service
Nagato Arsenal naval de Kure[6] Coulé lors d'essais nucléaires .
Mutsu Arsenal naval de Yokosuka[7] Coulé par une explosion accidentelle le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Nagato (cuirassé) et Mutsu (cuirassé).

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Lancée en 1917, la construction du Nagato à l'arsenal naval de Kure se poursuit par son lancement en 1919 puis son armement en 1920. Le Mutsu est quant à lui commencé en 1918 à l'arsenal naval de Yokosuka puis lancé en 1920 avant d'entrer en service en 1921. Ils intègrent la première division de croiseurs ; en 1924, les deux cuirassés coulent l'obsolète Satsuma (en) lors d'une séance d'entraînement, afin de respecter les termes du traité naval de Washington qui prévoit la diminution du tonnage total alloué à la Marine impériale japonaise. Le Nagato devient le navire amiral de la Flotte combinée en 1925[6], tandis que le Mutsu porte régulièrement la marque de l'empereur Hirohito lors de manœuvres en 1927 puis 1933[7]. En 1937, lors de la Seconde Guerre sino-japonaise, les deux navires transportent des troupes vers Shangai.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de l'attaque sur Pearl Harbour, le Nagato porte la marque de l'amiral Yamamoto. Il alors se trouve dans l'archipel d'Ogasawara en compagnie de la deuxième division de cuirassés, composée de son sister-ship Mutsu, des cuirassés Ise, Fusō, Yamashiro, Hyūga, et du porte-avions léger Hōshō. Les deux cuirassés de la classe Nagato font partie de la 1re flotte lors de la bataille de Midway en juin 1942 ; ils participent à la récupération des naufragés des quatre porte-avions coulés par les Américains lors de l'engagement. Le Nagato devient ensuite le navire amiral de la 1re flotte et participe à des opérations de soutien lors de la bataille de Guadalcanal. Le Mutsu quant à lui participe de loin à la bataille des Salomon orientales, avant de rentrer au Japon.

Le , alors qu'il est à l'ancre non loin de l'île d'Hashira-jima en plein, le Mutsu se prépare à faire mouvement pour laisser la place à son sister-ship. Soudain, à 12 h 13, le magasin à poudre de la troisième tourelle explose, brisant le cuirassé en deux ; l'avant du navire coule instantanément, alors que l'arrière continue à flotter. Les vedettes du Nagato récupéreront 353 survivants sur les 1 474 personnes à bord ce jour-là, parmi lesquelles figuraient des instructeurs et des cadets de l'école d'aviation. L'enquête conclut a un acte de malveillance de la part d'un marin mécontent[7].

En août, le Nagato rejoint les îles Truk, puis les Palaos et enfin les îles Lingga en février 1944. Le 12 mai il arrive à Tawi-Tawi et est placé sous les ordres du vice-amiral Jisaburō Ozawa ; en juin il participe à la bataille de la mer des Philippines et en sort indemne. Il procède à des tirs de soutien lors de la bataille du golfe de Leyte, avant d'être endommagé par des bombardiers américains lors de la bataille de la mer de Sibuyan ; 38 morts et 105 blessés graves sont à déplorer. Lors de la bataille au large de Samar (en), le cuirassé ouvre le feu sur les porte-avions d'escorte américains et est légèrement touché par des bombes aériennes. Il retourne ensuite au Japon et est ancré à Yokosuka où il sert de batterie antiaérienne flottante jusqu'à la fin de la guerre[6].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Crossroads.

Après la guerre, l'United States Navy prend le contrôle du Nagato. Des essais prouvent qu'il n'est pas en état de naviguer correctement à cause des dommages subis lors de raids aériens à la fin de la guerre. Il est alors désarmé puis utilisé comme cible lors des essais nucléaires menés lors de l'opération Crossroads. Le , l'explosion Baker l'endommage fortement ; 5 jours après, il coule définitivement[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les caractéristiques indiquées sont celles des navires lors de leur construction.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Norman Friedman, Naval Weapons of World War One : Guns, Torpedoes, Mines and ASW Weapons of All Nations, Seaforth Publishing, [détail de l’édition]
  • (en) John Campbell, Naval Weapons of World War Two, Conway Maritime Press, [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All the World's Fighting Ships (1922-1946), [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]