Kaga (porte-avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

30° 20′ 00″ N 179° 17′ 00″ O / 30.33333333, -179.28333333

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaga.
Kaga
Image illustrative de l'article Kaga (porte-avions)
Le porte-avions Kaga

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commanditaire Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Lancement
Armé
Statut coulé par une attaque aérienne américaine lors de la bataille de Midway, le
Caractéristiques techniques
Type Porte-avions
Longueur 260,7 mètres (à la ligne de flottaison)
Maître-bau 31,3 m
Tirant d'eau 8,7 m
Déplacement 33 693 t à la construction
42 541 t après refonte
Propulsion turbines Kanpon, 4 hélices
Puissance 91 000 ch (67,9 MW) à la construction
127 400 ch (95,0 MW) après refonte
Vitesse 28,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 10 canons de 203 mm
  • 12(6x2) canons de 120 mm puis 16(8x2) de 127 mm après reconstruction
  • 22 canons anti-aériens de 25 mm en affûts doubles
Aéronefs 72 (+18) appareils (après refonte)
21 Mitsubishi A6M Zero,
27 Aichi D3A,
27 Nakajima B5N (7 Dec. 1941)
Rayon d'action 7 000 km à 12 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 2 400 hommes
Chantier naval Kawasaki
Coordonnées 30° 23′ 03″ N 179° 17′ 02″ O / 30.38416667, -179.2838888930° 23′ 03″ Nord 179° 17′ 02″ Ouest / 30.38416667, -179.28388889

Le Kaga (加賀?), du nom de la province de Kaga (aujourd'hui préfecture d'Ishikawa), était un porte-avions de la Marine impériale japonaise, originellement conçu comme cuirassé rapide de la classe Tosa. Il prit part à l'attaque de Pearl Harbor et fut coulé à la bataille de Midway le 4 juin 1942.

Conception, construction et refonte[modifier | modifier le code]

Le Kaga en construction en 1928. Cette vue de l'arrière montre le long conduit de la cheminée tribord s'étendant sous le pont d'envol, et trois canons de 203 mm en casemates.

Le Kaga fut lancé le 17 novembre 1921 par les chantiers Kawasaki à Kōbe, comme futur cuirassé rapide de la classe Tosa armé de dix pièces de 410 mm. Mais aux termes du traité naval de Washington, signé par le Japon en 1922, les coques des navires de la classe Tosa ne purent être terminés et étaient voués au ferraillage.

Quand le grand tremblement de terre de Kantō de 1923 endommagea de manière définitive la coque du porte-avions Amagi, alors en construction et sister-ship de l'Akagi, le Kaga fut choisi le 21 novembre 1923 pour le remplacer.

Le navire fut construit jusqu'au 31 mars 1928 et réceptionné officiellement par la marine le 30 novembre 1929. À l'origine, il est doté de trois ponts d'envol superposés. Son déplacement était de 33 693 t.

Le Kaga est relégué dans la réserve le 20 octobre 1933 dans le cadre du commencement de sa seconde importante reconstruction. Celle-ci commence réellement le 25 juin 1934 pour une remise en service le 25 juin 1935.

Lors de cette refonte, ses deux ponts d'envol inférieurs sont transformés en hangar. Le pont d'envol supérieur est aussi alors prolongé jusqu'à l'étrave, de façon à lui donner 276,30 m de long et 30,50 m de large. Son déplacement passa alors à 42 541 t.
D'autres travaux de maintenance furent accomplis à Sasebo entre le 1 mai 1940 et le 15 novembre 1940.

Appareil moteur[modifier | modifier le code]

Le Kaga après sa modernisation, avec sa cheminée tournée vers le bas.

À la construction, il se composait de quatre groupes de turbines à engrenages, actionnant quatre hélices. La vapeur était fournie par douze chaudières à combustion mixte, charbon-fuel. Les fumées étaient dirigées vers l'arrière du navire au moyen de deux collecteurs de fumée horizontaux, eux-même tournés vers la surface de la mer. La puissance de l'appareil moteur était de 91 000 CV et donnait au navire une vitesse de 28,5 nœuds.

À la refonte, les douze chaudières originales furent débarquées et remplacées par huit autres produisant davantage de vapeur. Les deux collecteurs de fumées horizontaux furent supprimés et remplacés par une cheminée unique sur tribord, vers le centre du navire et inclinée vers la surface de la mer. La puissance de ce nouvel appareil moteur était de 127 400 CV et permit de garder au navire sa vitesse de 28,5 nœuds malgré l'augmentation importante de son déplacement[1].

Armements[modifier | modifier le code]

Le Kaga ancré à Ikari au Japon en 1930, dans sa configuration d'origine avec ses trois ponts d'envol et ses deux tourelles doubles de 203 mm visibles.

À sa construction, le porte-avions est doté pour sa défense antinavire de 10 canons de 203 mm. Ces pièces étaient disposées en 2 tourelles doubles à l'avant, positionnées sur les cotés du pont d'envol intermédiaire, et 6 pièces en casemates, 3 sur chaque bord, à l'arrière du navire au niveau du pont batterie.

L'armement antiaérien se composait de 12 pièces de 120 mm, en 6 affuts jumelés. Ils étaient positionnés sur 3 passerelles de chaque coté du pont d'envol supérieur, mais au niveau du pont d'envol intermédiaire. Ces 6 affuts étaient regroupés au centre du navire.

Lors de sa refonte, les deux tourelles de 203 mm furent supprimées. Les 4 pièces furent transférées dans 4 casemates supplémentaires créées juste à l'avant des 6 précédentes qui furent conservées. Le total du nombre de pièce de 203 mm resta donc le même.

L'armement antiaérien lourd fut débarqué et remplacé par 8 affuts jumelés de 127 mm plus modernes, disposés de manière égale sur chaque bord, mais plus de manière symétrique. À tribord, 2 affuts étaient sur l'avant de l'ilot, et les 2 autres juste après la cheminée. À bâbord, un affut est positionné sur l'avant, en face de ceux de tribord, et les 3 derniers sont regroupés ensemble au centre du navire.

Une artillerie antiaérienne légère, de 22 pièces de 25 mm, fut aussi ajoutée. Elle était composée de 11 affuts jumelés, 2 sur bâbord avant, en face de l'ilot, et 4 autres sur bâbord à l'arrière des affuts de 127mm, et enfin les 5 dernières sur tribord là aussi à l'arrière des affuts de 127mm[2]. Durant les travaux à Sasebo, du 01 mai au 15 novembre 1940, quatre canons antiaériens de 25 mm, en 2 affuts jumelés, furent rajoutés.

À la construction, le groupe aérien était de 60 appareils. Il était composé de 16 chasseurs Nakajima A1N, 28 bombardiers torpilleurs Mitsubishi B1M et 16 avions de reconnaissance Mitsubishi 2MR.

Après refonte, il était de 72-75 appareils disponibles, plus 15-18 appareils en réserve. Ces derniers n'étaient pas utilisables en l'état et devaient être remontés car stockés en pièces détachées. Les appareils disponibles le 07 décembre 1941 étaient 21 Mitsubishi A6M2 Zeke, 27 Aichi D3A1 Val et 27 Nakajima B5N2 Kate.

Historique[modifier | modifier le code]

Une vue du Kaga depuis le pont d'envol de l' Akagi, baie de Hitokappu, Kuriles, novembre 1941, juste avant l'attaque de Pearl Harbor. Les autres porte-avions en arrière plan sont donc, de gauche à droite, les: Kaga, Shokaku, Zuikaku, Hiryu, et Soryu.
Le Kaga (devant), avec le Zuikaku (à l'arrière), en route vers Pearl Harbor entre le 26 novembre et le 7 décembre 1941.

Dans les années 1930, le Kaga participa aux opérations en Chine. Il fut impliqué dans l'incident de Shanghai le 28 janvier 1932 et dans les premières années de la deuxième guerre sino-japonaise.

2e guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Kaga était commandé par le capitaine Okada Jizaku et formait, avec l’Akagi la première division de porte-avions pendant l'attaque de Pearl Harbor au sein de la Force d'attaque japonaise. Le 7 décembre 1941, il lança deux vagues d'attaques sur Oahu. Dans la première vague, vingt-six de ses bombardiers Nakajima B5N, 12 armés d'une torpille et 14 armés d'une bombe de 800 kg, attaquèrent les USS Arizona, USS Vestal, USS Tennessee, USS West Virginia, USS Oklahoma, et USS Nevada pendant que neuf de ses chasseurs A6M attaquaient la base aérienne d'Hickam Field. La deuxième vague, composée de vingt-trois de ses bombardiers en piqué Aichi D3A, escortés aussi par neuf de ses A6M, attaqua les USS Nevada, USS Maryland, et USS West Virginia.

En janvier 1942, avec l’Akagi, le Kaga soutint l'invasion de Rabaul. Le 9 février, il heurta un récif aux Palaos et dut être réparé temporairement avant de poursuivre vers la mer de Timor où il participa au raid contre Darwin (Australie) qui coula neuf navires. En mars, il couvrit l'invasion de Java.

Il repart pour Sasebo le 15 mars 1942 pour entrer en réparation suite aux dommages du 09 février précédent. Il entre en chantier le 27 mars et n'en sort que le 04 mai suivant pour participer à la bataille de Midway.

Midway[modifier | modifier le code]

En mai, il appareilla pour sa dernière mission avec à son bord trente « Zéros », vingt-deux « Vals » et trente « Kates ». Le 4 juin 1942, le Kaga participa à l'attaque contre les îles Midway avec 18 bombardiers en piqué Val et 9 chasseurs d'escorte A6M2 Zeke et subit la contre-attaque des avions de l'armée et de l'aéronavale américaine. À 10 h 22, les bombardiers en piqué de l'USS Enterprise mirent quatre coups au but avec des bombes de 1 000 livres, provoquant une série d'explosions dans les hangars remplis d'avions armés et ravitaillés. Le capitaine Okada fut tué par une bombe qui explosa sur la passerelle. Les incendies furent impossibles à maîtriser et l'ordre d'évacuation fut donné vers 14 h. À 14 h 10, le sous-marin américain USS Nautilus lança une torpille sur le Kaga immobile et en flammes, mais elle n'explosa pas. L'équipage fut transféré sur les destroyers Hagikaze et Maikaze. À 19 h 25, le porte-avions fut achevé par deux torpilles.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gino Galuppini, Guide des porte-avions, Fernand Nathan,‎ , 319 p. (ISBN 2-09-284 826-7), p. 148
  2. Gino Galuppini, Guide des porte-avions, Fernand Nathan,‎ , 319 p. (ISBN 2-09-284 826-7), p. 150

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :