Classe Sendai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sendai (homonymie).
Classe Sendai
Image illustrative de l'article Classe Sendai
Schéma classe Sendai
Caractéristiques techniques
Type croiseur léger
Longueur 163.03 m
Maître-bau 14.17 m
Tirant d'eau 4.8 m
Déplacement 5.195 tonnes
Port en lourd 7.100 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur (12 chaudières)
Puissance 90.000 cv
Vitesse 35.25 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 64 mm
pont = 29 mm
kiosque = 75 mm
Armement principal :
7 x 140 mm
secondaire:
2 x 80 mm
(1x2)mitrailleuses x 13 mm
(4X2) tubes lance-torpilles (610 mm)
56 à 80 mines
Aéronefs 1 Hydravion sur catapulte
Rayon d’action 5.000 miles à 14 nœuds
7.800 miles à 10 nœuds
(570 tonnes de charbon et 1.010 de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 440 hommes
Histoire
Constructeurs Arnaux navals de Nagasaki, Yokohama
Kōbe et Sasebo Drapeau du Japon Japon
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg
Commanditaire Marine impériale japonaise
Période de
construction
1922-1925
Période de service 1924-1944
Navires construits 3
Navires prévus 8
Navires annulés 5
Navires perdus 3

La classe Sendai fut la quatrième classe de croiseurs légers de la marine impériale japonaise construite conjointement aux arsenaux navals de Nagasaki, Yokohama, Kōbe et Sasebo. Ils portent les noms de diverses rivières japonaises. Ils ont participé à de nombreuses actions pendant la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre de la guerre du Pacifique.

Conception[modifier | modifier le code]

Successeurs des croiseurs de la classe Nagara, les unités de la classe Sendai, basées sur une normalisation de 5 500 tonnes de déplacement, ont été dotées dès l'origine de la torpille Type 93 Long Lance développée après la réussite navale japonaise à la bataille de Port-Arthur durant la guerre russo-japonaise de 1904-1905.

Leurs salles des machines mieux situées permirent d'avoir quatre cheminées au lieu de trois.

Chaque navire a été conçu avec une plate-forme d'envol avec hangar pour leur hydravion embarqué Kawanishi E7K1 Alf. Une catapulte fut installée dès 1929.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois unités sur quatre de cette classe ont été construites sur les huit originellement prévues. La dernière, le Kako a été abandonné sur cale du chantier naval de Sasebo en conformité avec les stipulations du traité de Washington de 1922. Les trois unités de cette classe ont participé à de nombreuses actions pendant la Seconde Guerre mondiale et aucune ne survécut à la guerre. Ils servirent essentiellement de leader aux flottilles de destroyers.

Sendai : Dès son lancement, il fut affecté en Chine comme patrouilleur sur la rivière Yangtze. Puis, il servit pendant seconde guerre sino-japonaise (1937-1945), à la bataille de Shanghai. Le 20 novembre 1941, il devient le navire-amiral du contre-amiral Shintarō Hashimoto et il est engagé à l'attaque de Pearl Harbor comme escorteur. Il participe à la bataille de Midway (5 juin 1942) et à la bataille des Salomon orientales (24-25 août 1942). En 1943, il sert au soutien des troupes japonaises sur les diverses opérations dans le Pacifique. Portant la maque du contre-amiral baron Ijuin, il est frappé par un destroyer américain lors de la bataille de la baie de l'Impératrice Augusta du 2 novembre 1943 et coule le lendemain. Le contre-amiral Ijuin sera récupéré quarante-huit heures plus tard par un sous-marin. Il est rayé des listes le 5 janvier 1944[1].

Jintsu : En 1928, il assure le soutien des troupes japonaises à Shandong, puis il est basé à Tsingtao. De 1929 à 1941, il assure des patrouilles sur les côtes chinoises. En 1941, il devient le navire-amiral du contre-amiral Tanaka et intervient dans l'invasion des Philippines au moment de l'attaque de Pearl Harbor puis des Indes orientales néerlandaises. Il participe ensuite à la bataille de Midway (5 juin 1942), à la bataille des Salomon orientales (24-25 août 1942) où il est gravement endommagé. En janvier 1943, réparé, il redevient le navire amiral du Commandant de la 2e Escadre de destroyers, le contre-amiral Isaki (en). Lors de la bataille de Kolombangara du 13 juillet 1943, il est touché. Brisé en deux, il coule avec de grosses pertes, dont l'amiral Isaki. Il est rayé des listes le 10 septembre 1943[2].

Naka : En 1941, il est le navire-amiral du contra-amiral Shōji Nishimura et il est engagé aux Philippines durant l'attaque sur Pearl Harbor, aux Indes orientales néerlandaises et à la bataille de la mer de Java. De 1942 à 1943, il sert essentiellement comme soutien aux troupes japonaises et participe à la bataille du détroit de la Sonde, aux combats des îles Marshall et Nauru. Les 17-18 février 1943, lors de l'opération Hailstone, il est touché par une torpille et une bombe. Brisé en deux, il coule en faisant 210 victimes. Il est rayé des listes le 31 mars 1944[3].

Kako : Mis sur cale le 15 février 1922 au chantier naval de Sasebo, sa construction est arrêtée par le traité de Washington du 17 mars 1922. Sa carcasse servira pour la future classe de croiseurs lourds Furutaka.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Sendai Mitsubishi Heavy Industries


à Nagasaki
Drapeau du Japon Japon

coulé le 2 novembre 1943
rayé le 5 janvier 1944
Sendai class light cruiser.jpg
Jintsu Kawasaki Heavy Industries


à Kōbe
Drapeau du Japon Japon

coulé le 13 juillet 1943
rayé le 10 septembre 1943
IJN cruiser Jintsu in 1925 at Kure.jpg
Naka Mitsubishi Heavy Industries


à Yokohama
Drapeau du Japon Japon

coulé le 17 février 1944
rayé le 31 mars 1944
Japanese cruiser Naka.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]