Ibuki (1943)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibuki.
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant le domaine militaire image illustrant le Japon
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire, le domaine militaire et le Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ibuki
Image illustrative de l'article Ibuki (1943)
Porte-avions Ibuki en 1946

Type Croiseur lourd converti en porte-avions
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Chantier naval Arsenal naval Kure et Sasebo Drapeau du Japon Japon
Commandé en 1941
Quille posée en 1942
Lancement
Statut détruit en 1947
Équipage
Équipage 1 015
Caractéristiques techniques
Longueur 205 m
Maître-bau 21,2 m
Tirant d'eau 6,31 m
Déplacement 12 200 tonnes
Port en lourd 14 828 tonnes
Propulsion 2 turbines (4 chaudières)
Puissance 152 000 ch (croiseur) 72 000 ch (porte-avions)
Vitesse 33-29 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture = 100-140 mm
pont = 35-135 mm
Armement Croiseur :
(5X2) canons de 203 mm
8 canons de 127 mm
8 canons de 25 mm
(2X4) mitrailleuses de 13,2 mm
(4X4) tubes lance-torpilles de 610 mm
Porte-avions :
(2X2) canons de 76 mm
(16X3) canons de 25 mm
Lanceurs de roquettes anti-aériennes de 120 mm
30 grenades anti-sous-marines
Rayon d'action 8 150 mille nautique à 18 nœuds (2 163 tonnes de mazout)
Aéronefs Croiseur :
3 hydravions, 2 catapultes
Porte-avions :
27 avions, 2 ascenseurs

L’Ibuki fut le dernier croiseur lourd de la Marine impériale japonaise. Il fut réalisé par le chantier naval de Kure et modifié sur celui de Sasebo pour être reconverti en porte-avions léger à partir de 1943.

Conception[modifier | modifier le code]

Il a été ordonné dans le programme naval de 1941, en tant que version légèrement modifiée de la classe Tone avec huit canons de 203 mm (8 pouces) en quatre tourelles doubles montées en avant pour assurer un pont d'envol sur l'arrière, avec des catapultes pour plusieurs hydravions de reconnaissance.

Service[modifier | modifier le code]

En tant que croiseur lourd[modifier | modifier le code]

Sa conception fut remodifiée en rapport à la classe Mogami.
En armement principal il devait recevoir dix canons de 203 mm en trois tourelles doubles sur l'avant et deux tourelles doubles sur l'arrière, et en armement secondaire huit canons de 127 mm (5 pouces) à double-usage, classique et antiaérien. Sa construction fut ralentie après la bataille de Midway, date à laquelle la priorité fut donnée à la construction de porte-avions. Elle fut suspendue un mois avant de recevoir son armement.

En tant que porte-avions léger[modifier | modifier le code]

Sa coque fut remorquée au port de Sasebo en novembre 1943 pour être reconverti en porte-avions léger.
Il reçut un armement anti-aérien composé de 4 canons de 76 mm et de 48 canons antiaériens de 25 mm Type 96. En outre, il fut aussi équipé sur l'arrière de rampes pour largage de mines de profondeur ainsi que de lanceurs de roquettes de 120 mm.

Dessin de l'Ibuki

En fin 1944, par manque d'avions et de carburant, la réalisation de porte-avions devenait inutile. Sa construction fut ralentie de nouveau mais continua jusqu'en mars 1945. Lorsque l’Ibuki fut remis aux forces d'occupation en septembre 1945 il n'était réalisé qu'à 80 %. Il a été démantelé sur place en 1947.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]