Château d'Arginy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château d'Arginy
Image illustrative de l’article Château d'Arginy
Vue sur le château d'Arginy
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Milieu XIVe siècle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Destination actuelle Propriété privée
Protection  Inscrit MH (1974, partiellement)[1]
Coordonnées 46° 04′ 59″ nord, 4° 41′ 22″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Commune Charentay

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Château d'Arginy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Arginy

Le château d'Arginy est un ancien château fort, fondé vers le milieu du XIVe siècle, reconstruit au XVe siècle et remanié XVIe siècle, qui se dresse sur la commune de Charentay dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il est très représentatif des modes constructives dans le nord du Lyonnais et les Dombes[3].

Le château fait l’objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du [1]. Seuls les façades et les toitures du château et des communs ainsi que les douves sont inscrits.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château d'Arginy est situé dans le département français du Rhône sur la commune de Charentay, au nord-est du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque gauloise, le site était le centre d'une forêt où l'on exploitait une mine de sel[4]. Lors de la conquête romaine, un lieutenant de César, nommé Arginus, fit bâtir un oppidum en ce lieu, qui, par la suite, prit son nom[4]. Ce premier édifice de briques rouges allait durer neuf siècles et c'est sur ses ruines que fut bâti vers le milieu du XIVe siècle[5] le château médiéval[4] par un vassal des sires de Beaujeu.

Le château fut sans doute fondé après la vente consentie par la famille Beaujeu à un bourgeois de Montbrison, Guillaume du Vernet ou Verneys[3]. En 1374[5] Guichard de Verneys en fait hommage. La famille du Vernet le posséda jusqu'en 1455[Note 1], date à laquelle il passa à diverses familles de second rang[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le château proprement dit était composé de deux enceintes concentriques ; l'enceinte extérieure quadrangulaire, basse, est flanquée de quatre tourelles circulaires aux angles adaptée pour le tir aux armes à feu et est contemporaine de celle de la basse cour[3]. L'enceinte intérieure quadrangulaire, formée de logis disposés autour d'une petite cour, et dont il ne subsiste qu'une aile, et quant à elle flanquée de trois tourelles rondes ; deux seulement demeurent dont une isolée, en appareil quelconque autrefois crépit[3]. Dans le dernier angle, s'élève la belle tour maîtresse, dite des huit Béatitudes[4], bâtie en briques au XIIIe siècle sur plan cylindrique à l'extérieur, octogonal à l'intérieur[3]. La basse-cour rectangulaire a conservé deux tours d'angles rondes et on y accède par une tour-porte qui commande un des deux pont-Levis

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Salch, il le conserveront jusqu'au début du XVIe siècle, Charles-Laurent Salch, op. cit., p. 287.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château d'Arginy », notice no PA00117732, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. a b c d e et f Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Flammarion, Paris, 1997, p. 29.
  4. a b c et d Les huit béatitudes d'Arginy
  5. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 287.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M.-P. Feuillet, « Le château d'Arginy à Charentay », Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, Lyon, 1990, p. 107-108.

Articles connexes[modifier | modifier le code]