Blériot XI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blériot XI
Image illustrative de l'article Blériot XI

Rôle Formation, tourisme, compétition, militaire
Constructeur Drapeau : France Blériot Aéronautique / Louis Blériot
Équipage 1 à 3
Statut Monoplan léger
Premier vol 23 janvier 1909
Production Plus de 800
Dimensions
Longueur 7.8 m
Envergure 8.5 m
Aire alaire 14 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 0,300 t
Motorisation
Moteurs REP / Anzani / Gnome / Gnome et Rhône
Puissance unitaire 23 à plus de 140 kW
Performances
Vitesse maximale 110 km/h

Le Blériot XI ou Blériot Type XI est un avion monoplan léger, construit entre 1909 et 1931, par le construction aéronautique français Blériot Aéronautique, de Louis Blériot (1872-1936). Il est un des premiers avions de série fonctionnel de l'Histoire de l'aviation, commercialisé à des centaines d'exemplaires, en quatre catégories : formation, tourisme, compétition, et militaire. Louis Blériot entre dans la légende de l’aéronautique pour avoir effectué avec le la première traversée de la Manche en parcourant 38 km en 37 minutes à la vitesse moyenne de 61,6 km/h.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir découvert les avions Éole (avion) / Ader Avion III des années 1890 de l'inventeur Clément Ader, Louis Blériot élabore à partir de 1901 sa propre série de prototypes d'avions Blériot. En décembre 1908, il présente son premier modèle d'avion opérationnel abouti commercialisable, le Blériot XI, à l'Exposition internationale de la Locomotion Aérienne du Grand Palais de Paris (devenu depuis Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget).

Louis Blériot, vers 1910

Le vol d'essai inaugural a lieu le 23 janvier 1909 au champ d'aviation d'Issy-les-Moulineaux avec une distance de 200 m à 75 km/h[1]. Le 26 juin 1909 il remporte un record européen de durée de vol de 36 minutes et 55 secondes. Le 13 juillet 1909, Blériot remporte le premier prix de l'Aéro-Club de France avec un vol de 42 km entre Étampes et Orléans...

Conception[modifier | modifier le code]

Bleriot XI en vol

Évolution du Blériot VIII de 1908, il est en grande partie conçu par l'avionneur Raymond Saulnier. Il révolutionne les règles de conception aéronautique d'alors, avec une structure en frêne, partiellement recouvert de toile, une à trois places, train d'atterrissage à base de roues de bicyclette et petite roue de queue. Le modèle est initialement motorisé par un moteur REP 7 cylindres, 23 chevaux, puis à partir du second vol du 27 mai 1909, par des moteurs Anzani de 3 cylindres 25 ch, ou moteur Gnome / Gnome et Rhône..., et hélice innovante à deux pales en bois de noyer stratifié.

Première traversée de la Manche en avion[modifier | modifier le code]

Le journal britannique Daily Mail organise un grand concours du « premier homme à traverser la Manche en avion », doté d'une récompense de 1000 Livre sterling / 25 000 Franc-or, avec pour favoris Louis Blériot et son Blériot XI, Hubert Latham sur Antoinette IV, Charles de Lambert avec deux Wright Model A.

Le 25 juillet 1909, Louis Blériot et son Blériot XI entrent dans la légende mondiale de l'Histoire de l'aviation pour le premier vol réussi de 36,5 min de traversée de la Manche. Il décolle au lever de soleil à 4h41, d'un champ du hameau Les Baraques près de Calais, vole à vue vers le Nord, sans carte, montre, ni boussole, dans des conditions météo de brouillard et de vent turbulent, à une vitesse moyenne 64 km/h et altitude moyenne de 100 m. Un journaliste du journal Le Matin l'attend au château de Douvres en Angleterre, où il agite un drapeau français pour lui indiquer où atterrir. Blériot atterrit brutalement sans dommage corporel à 5H17, après 36,5 min de vol. À son retour à Paris, il est porté en triomphe par les médias internationaux. Le journal britannique Daily Express titre alors « la Grande-Bretagne n'est plus une île ». L'avion de l'exploit, lauréat du prix Archdeacon, est acheté par le journal Le Matin à Blériot, puis offert au Musée des arts et métiers de Paris, où il est exposé depuis au plafond du Prieuré Saint-Martin-des-Champs.

Succès industriel et commercial[modifier | modifier le code]

La gloire médiatique de Louis Blériot vaut un important succès commercial et économique à son industrie de construction aéronautique Blériot Aéronautique, qu'il fonde en 1909. Plus de 800 Blériot XI sont vendus entre 1909 et 1919. Blériot fonde également de nombreuses écoles de pilotage, à Étampes près de Rouen en 1909, puis à Pau en 1910, puis de nombreuses autres, où sont formés des milliers de pilotes de l'Aéro-Club de France.

Compétition aérienne[modifier | modifier le code]

Le Type XI domine la compétition aérienne européenne de 1909 à 1912 et remporte de nombreux records de vitesse aérien, avec entre autres les pilotes Alfred Leblanc, Émile Aubrun, André Beaumont, Roland Garros, Jorge Chávez Dartnell, Oskar Bider, Léon Delagrange, Eugène Gilbert, Claude Grahame-White, Tryggve Gran, Hubert Le Blon, Jean Olieslagers, Adolphe Pégoud, Harriet Quimby...

Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, le Blériot XI est décliné en de nombreuses variantes militaires (avion de reconnaissance, avion de chasse, chasseur-bombardier, bombardier...) par l'Armée de l'air française (au moins huit escadrons), et est vendu à de nombreux pays du monde (Royal Flying Corps des Forces armées britanniques, armée de l'air italienne, Forces aériennes suisses...). Il est entre autres utilisé en 1913 par le chef-pilote de Bréguet Adolphe Pégoud, pour le premier largage d'un parachutiste, et inaugure les premiers appontage sur porte-avions...

Blériot XI exposés[modifier | modifier le code]

Un Blériot XI ayant appartenu à Oscar Bider et réquisitionné par la Suisse pendant la 1ère guerre mondiale est exposé au Musée des Transports à Lucerne en Suisse. Le Flieger Flab Museum à Dübendorf expose également un Blériot XI.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • XI : moteur REP 30 ch, puis moteur Anzani
  • XI bis : ajout de plumes de la queue et d'ascenseurs elliptiques, avec moteur Gnome
  • XI-2 : deux sièges tandem, moteur Gnome de 80 ch, 120 Km/h
  • XI-2 bis : deux sièges côte à côte
  • XI-BG (Blériot-Gouin) : deux places, avion de reconnaissance à aile haute, modèle parasol
  • XI-3 : trois places en tandem, avec moteur de 140 ch
  • XI E1 : avion école d'entraînement monoplace
  • XI R1: Pingouin, avion d'entrainement au sol
  • XI-2 hydro : Hydravion biplace, moteur Le Rhone de 80 ch, 110 km/h

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 23 janvier 1909 dans le ciel : Un premier vol d’essai pour le Blériot XI Air-journal.fr 23 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :