Franc-or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
100 francs-or (pièce suisse de 1925).

Le franc-or (code ISO 4217 XFO) désigne le franc germinal qui a servi en France puis dans plusieurs pays européens dans le cadre de l'Union latine et enfin comme monnaie de compte de la BRI de 1930 jusqu'en avril 2003, lorsqu'il fut remplacé par les droits de tirage spéciaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Lointain héritier du franc en or, soit le franc à cheval (1361-1364) de Jean II le Bon[1], soit le franc à pied (1365-1575) de son fils Charles V, le franc dit (de) germinal remplaça, le 17 germinal an XI (), le franc à référence purement argent de la Révolution. Il fut défini à 0,322 5 g d'or à 900/1 000e, soit 0,290 g d'or fin.

Le franc français fut dévalué en 1928 puis plusieurs fois par la suite mais la référence au franc-or subsista, d'autant qu'il avait été adopté comme monnaie commune par plusieurs pays de l'Union latine de 1865 à 1927. Il restera la monnaie de compte de la BRI jusqu'au 1er avril 2003, remplacée depuis par les DTS[2].

Initiative franc-or suisse[modifier | modifier le code]

Le 9 mars 2011, Ulrich Schlüer de l'Union démocratique du centre déposa au Conseil national suisse une initiative parlementaire visant l'institution d'un franc-or comme monnaie supplémentaire suisse. L'initiative, rejetée par la Commission de l'économie et des redevances le 22 mai 2012 par 17 voix contre 7[3] puis par le Conseil national le 18 septembre 2012 par 135 voix contre 38[4], proposait l'amendement constitutionnel suivant :

« La Confédération institue un franc-or officiel comportant des pièces de différentes valeurs nominales ayant chacune une teneur en or fixe. Elle règle les concessions octroyées aux établissements autorisés à frapper les pièces ; la frappe des pièces n'est pas imposable[5]. »

Contrairement au franc-or d'avant 2003[précision nécessaire], ce franc-or aurait été défini comme étant égal à 0,1 gramme d'or fin[6]. Cette initiative n'aurait ni éliminé ni remplacé le franc suisse et n'aurait pas non plus fixé sa valeur, l'initiative visant la coexistence de l'un et de l'autre. Étant donnée la teneur métallique fixe du franc-or, son taux de change vis-à-vis du franc suisse aurait fluctué suivant l'offre et la demande du marché, comme dans n'importe quel régime de changes flottants.

Les initiants souhaitaient faire du franc-or une devise refuge qui aurait permis, en période de crise financière, de détourner du franc suisse les flux de capitaux internationaux, source de la surévaluation de celui-ci et elle-même combattue par la Banque nationale suisse[7]. Un prototype de la future pièce de 10 francs-or fut montré aux médias par Thomas Jacob, président de l'Association franc-or[8],[9].

Le franc-or visait à être complètement indépendant des réserves d’or de la BNS. Il aurait été frappé uniquement par les banques commerciales suisses, à la demande de leurs clients, sous la supervision de la Confédération suisse. L'institution d'un franc-or aurait facilité les petits épargnants d'investir dans l'or puisqu'un franc-or aurait valu environ 4 euros au cours du 19 août 2011, alors que le lingot standard de 1 kilogramme valait environ 40 000 euros à la même date[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Créé en 1360, dans les premières années de la guerre de Cent Ans, par Bonabes IV de Rougé et de Derval et des proches du roi de France pour obtenir la libération du roi Jean le Bon, prisonnier des Anglais. Vaincu à Poitiers en 1356, le roi de France, Jean le Bon est fait prisonnier par les Anglais. Pour verser sa rançon (3 millions de livres tournois), son fils fait frapper en 1360 une nouvelle pièce faite d’or fin de 3,885 grammes valant 20 sols où le roi n’est plus représenté sur un trône mais à cheval brandissant dans sa main gauche une épée. Cette nouvelle monnaie, créée à l'initiative de Bonabes IV de la Maison de Rougé en Bretagne, permet au roi de revenir franc dans son royaume, c’est-à-dire libre et affranchi. Désormais, le nom reste attaché à la pièce. Le franc or ne survivra que 25 ans, puisqu’en 1385, Charles VI le remplace par l’écu d’or à la couronne.
  2. Banque des règlements internationaux, 74e rapport annuel, p. 181.
  3. « 11.407 n Iv.pa. (Schlüer) Reimann Lukas. Institution d'un franc-or », sur parlement.ch, (consulté le 20 février 2017)
  4. « Procès-verbal de vote », sur parlement.ch, (consulté le 20 février 2017)
  5. a et b Parlement Suisse, Initiative 11.407.
  6. Wall Street Journal MarketWatch, Le parlement suisse doit discuter du franc-or (en anglais).
  7. Bilan, 11 mai 2011, Une Initiative parlementaire veut lancer le «franc-or».
  8. (de) 20 Minutes, Le franc-or comme bas de laine du monde?
  9. (de) Tele M1, Le franc-or arrive!

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]