Basilique Saint-Pie X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pie X (homonymie).
Basilique Saint-Pie X
Vue intérieure de la basilique.
Vue intérieure de la basilique.
Présentation
Culte catholique
Type Basilique
Rattachement Diocèse de Tarbes et Lourdes
Début de la construction 1956
Fin des travaux 1958
Style dominant Moderne
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Ville Lourdes
Coordonnées 43° 05′ 50″ N 0° 03′ 13″ O / 43.0972, -0.0536143° 05′ 50″ Nord 0° 03′ 13″ Ouest / 43.0972, -0.05361[1]

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Basilique Saint-Pie X

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Basilique Saint-Pie X

La basilique Saint-Pie X de Lourdes, dans le département français des Hautes-Pyrénées, est une basilique catholique inaugurée, en 1958, lors du centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous.

Construite sous l'esplanade des sanctuaires, elle est la plus récente et la plus vaste des trois basiliques destinées à recevoir les pèlerins. Consacrée en 1958 elle est aussi désignée comme la « basilique souterraine » pour la distinguer des basiliques « supérieure » (Basilique de l'Immaculée-Conception) et « inférieure » (Basilique Notre-Dame-du-Rosaire), toutes trois faisant partie du complexe des Sanctuaires de Lourdes qui comprend encore l'église Sainte-Bernadette, dernier en date de ses lieux de culte et nombre de chapelles. Il faut noter, en outre, que Lourdes possède aussi en centre ville une église paroissiale, l'église du Sacré-Cœur dont la construction a été initiée par l'abbé Dominique Peyramale, curé de Lourdes à l'époque des apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous.

Origines[modifier | modifier le code]

Sa réalisation résulte de l'initiative et de la volonté de Mgr Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, avec les encouragements du pape Pie XII et le soutien actif du maire de Lourdes, Antoine Béguère. L'idée d'origine était de construire un grand abri pour les processions pouvant être utilisé en cas d'intempérie.

Le projet fut engagé le 18 mars 1956 et le chantier béni le 30 mai 1956 par le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon et ancien évêque de Tarbes et Lourdes. La basilique a été consacrée le 25 mars 1958, jour de l'Annonciation, pour le centenaire des apparitions, par le légat du pape Mgr Angelo Roncalli, futur Jean XXIII. Celui-ci envoya un télégramme au pape, se félicitant de « la foule innombrable très recueillie et enthousiaste ». Le sanctuaire reçut le titre de basilique mineure six semaines après sa consécration.

Architecture[modifier | modifier le code]

La basilique Saint-Pie X est entièrement souterraine et située à gauche de l'esplanade qui conduit aux deux précédents édifices (la Basilique de l'Immaculée-Conception et la Basilique Notre-Dame-du-Rosaire) afin de ne pas en rompre la perspective. Entièrement construite sous terre, elle est située sous le niveau du gave de Pau ce qui a compliqué sa conception et mis en difficulté les travaux. C'est un ouvrage en béton armé conçu par l’architecte Pierre Vago, réalisé par Pierre Pinsard et André Le Donné, avec le concours de l'ingénieur Eugène Freyssinet, célèbre constructeur d'ouvrages d'art en béton précontraint de la première moitié du XXe siècle. La basilique est conçue pour recevoir les grandes foules de pélerins et permettre sans encombre la circulation des importantes processions.

De forme ellipsoïdale, sa longueur est de 191 mètres, sa largeur de 61 mètres pour une hauteur au centre de seulement 10 mètres. Elle couvre une superficie de 12 000 m2, et peut accueillir 25 000 personnes. Sa structure a fait largement appel à la technique du béton précontraint[2]. Elle possède deux larges entrées axialement opposées ; les piliers qui soutiennent la voûte sont rejetés en périphérie, permettant à tous les fidèles de voir l'autel qui est situé en son centre, et délimitant vers l'extérieur deux larges allées de circulation.

Deux chapelles s'ouvrent sur le sanctuaire principal: la chapelle Sainte-Thérèse à l'une des extrémités, la chapelle 'Pax Christi' derrière le siège de présidence.

Art et mobilier[modifier | modifier le code]

La structure en béton précontraint est entièrement apparente et laisse apparaître le béton brut et la décoration est minimale.

L'ensemble de l'éclairage et de la distribution électrique ont été refaits au cours de l'hiver 2006 - 2007.

Le soir du 18 juin 2013, lors d'une crue exceptionnelle du Gave, la basilique a été entièrement inondée: l'édifice semi-souterrain s'est transformé en lac. Le lendemain, l'eau s'y trouvait encore presque à mi-hauteur (4 mètres). Depuis son inauguration en 1958, jamais la basilique Saint-Pie X du sanctuaire de Lourdes n'avait connu une inondation d'une telle ampleur.

Les gemmaux[modifier | modifier le code]

Les vitraux en gemmail du peintre René Margotton, ayant pour thème les apparitions de la Vierge-Marie à Bernadette Soubirous, ont été inaugurés en 1991.

Les tentures[modifier | modifier le code]

La périphérie, entre le déambulatoire et l'espace intérieur est ornée de quarante-huit grandes tentures pendues au plafond et représentant des saints et bienheureux, hommes et femmes de toutes époques, de tous pays, de toutes conditions : personnages de l'Ancien et du Nouveau Testament, apôtres, martyrs, religieux et religieuses, missionnaires, théologiens, laïcs, etc. qui symbolisent l'universalité de l'Église et la communion des saints.

La disposition en est organisée en plusieurs groupes :

  1. Janvier : Basile et Jean Chrysostome, Agathe, François de Sales, Mutien-Marie Wiaux, Jean Bosco.
  2. Février : Pie IX, Maron, Bernadette.
  3. Mars : Angèle de la Croix, Casimir, Jean de Dieu.
  4. Avril : Iossaphata Hordachevska (en), Benoît-Joseph Labre, Louis-Marie Grignion de Montfort, Jeanne Beretta Molla, Catherine de Sienne, Giuseppe Cottolengo.
  5. Mai : Dominique Savio, Damien de Molokai, Michel Garicoïts, Eugène de Mazenod.
  6. Juin : Boniface, Antoine de Padoue, Louis de Gonzague, Josemaría Escrivá de Balaguer.
  7. Juillet : Pier Giorgio Frassati, Benoît, Louis et Zélie Martin, Camille de Lellis.
  8. Août : Jean-Marie Vianney, Dominique, Bernard, Marie de Jésus crucifié, Augustin, Jeanne Jugan.
  9. Septembre : Teresa de Calcutta, Frédéric Ozanam, Hildegarde de Bingen, Padre Pio, Vincent de Paul.
  10. Octobre : Thérèse de l'Enfant Jésus, Antoine Chevrier, François d'Assise, Thérèse d'Avila.
  11. Novembre : Martin, Joseph Moscati, Colomban, Catherine Labouré.
  12. Décembre : Charles de Foucauld, François-Xavier.

De chaque côté de l'orgue sont réservées deux places pour honorer les saints et bienheureux récemment proclamés.

L'orgue[modifier | modifier le code]

La basilique possède un orgue avec quatre claviers, un pédalier et cinquante-quatre jeux et transmission électrique. Fabriqué au pays basque espagnol, il fut inauguré le 7 octobre 1969. Entre 1995 et 1997 il fut restructuré par un facteur de Pau: une nouvelle inauguration eut lieu le 11 février 1998 pour la fête de Notre-Dame de Lourdes. Mais il a été gravement endommagé par l'inondation de 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source des coordonnées : Géoportail
  2. Source : La basilique Saint Pie X sur le site officiel des sanctuaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lourdes, Basilique Saint-Pie X, Pierre Vago, André Le Donné et Pierre Pinsard, architectes, E. Freyssinet ingénieur conseil, p. 109-113, Techniques et architecture, septembre 1958, t. 18, n° 4
  • Jean Chaudesaigues, La Basilique Saint-Pie X à Lourdes (1re partie), dans la revue Travaux, décembre 1958, n. 290
  • Jean Chaudesaigues, La Basilique Saint-Pie X à Lourdes (2e partie), dans la revue Travaux, janvier 1959, n. 291
  • Ouvrage collectif (préf. Mgr Jacques Perrier), Basilique Saint-Pie X, NDL Editions, coll. « Expliquez-moi ... »,‎ , 64 p. (ISBN 978-2-36109-005-0)
  • Ouvrage collectif, Lourdes, MSM, coll. « In Situ »,‎ , 224 p. (ISBN 978-2-3508-0115-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]