Willibrord d'Utrecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Willibrord d'Utrecht
Image illustrative de l’article Willibrord d'Utrecht
Enluminure d'un recueil des Évangiles dits d'Echternach ou de saint Willibrord (Xe siècle).
Saint, évêque
Naissance v. 658
Northumbrie
Décès 7 novembre 739  (environ 81 ans)
Echternach
Ordre religieux Ordre de Saint Benoît
Fête 7 novembre
Saint patron Pays-Bas, Luxembourg, Frisons; enfants épileptiques

Saint Willibrord, né vers 658 dans le royaume de Northumbrie et mort le 7 novembre en 739 à l'abbaye d'Echternach (Luxembourg), est un moine bénédictin, apôtre des Pays-Bas et premier évêque d'Utrecht, et Il repose à l'abbaye d'Echternach qu'il avait fondée. Il est liturgiquement commémoré le 7 novembre.

Willibrord figure au Canon historique des Pays-Bas, liste officielle de 50 thèmes résumant l'histoire des Pays-Bas.Il est le saint patron du Grand-Duché de Luxembourg. En sa mémoire, un pélerinage et une procession dansante fameuse a lieu tous les ans à Echternach.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, nommé Wilgils, est dépeint par Alcuin comme un saxon de Northumbrie. Récemment converti au christianisme, Wilgils envoie son fils recevoir une éducation chrétienne à l'abbaye de Rippon, alors dirigée par Wilfrid d'York (futur saint).

Devenu moine Bénédictin, il est ordonné prêtre et se rend en Irlande pour parfaire son éducation monastique et intellectuelle pendant une douzaine d'années, à l'abbaye de Rathmelsigi.

En 690, il est envoyé en Frise, territoire récemment acquis par les Francs mérovingiens, pour y œuvrer à l'évangélisation de la population.

Willibrord est à l'origine de l'histoire de Gravelines (laquelle ne commence réellement qu'en 800 après l'assèchement du Blootland). Une chapelle placée sous le patronage du saint y est construite, à l'endroit où il est réputé avoir débarqué après avoir traversé la Manche. L'actuelle église dédiée à saint Willibrord fut édifiée en 1598 puis reconstruite au XIXe siècle. Willibrord est connu à Gravelines comme évêque anglo-saxon venu évangéliser la Flandre.

Statue moderne du saint, à Echternach

Willibrord se rend à Rome pour recevoir la bénédiction pontificale, puis parcourt un vaste territoire correspondant à la moitié la plus maritime des Pays-Bas actuels. Lors d'un second voyage à Rome, il est consacré évêque missionnaire le dans l'église de Sainte-Cécile du Trastevere à Rome. Il décide de fixer son siège épiscopal à Utrecht, puis il parcourt la Frise orientale jusqu'au territoire des Danois.

Au Danemark, il ne réussit à convertir que trente enfants qu'il est obligé de ramener avec lui pour leur épargner un martyre certain. Il était l'ami de saint Lambert de Maastricht et les deux saints évêques se rencontraient périodiquement. Son crâne est exposé dans une église d'Aix-la-Chapelle.

Il mourut le à l’abbaye d’Echternach où il fut enterré selon son désir. Son tombeau fut souvent fréquenté par des pèlerins et la petite église mérovingienne a dû être remplacée vers l'année 800 par une église à trois nefs d'une longueur de plus de 60 mètres.[1]

L'abbé Thiofrid et Alcuin ont rédigé des biographies à son sujet qui ont contribué à répandre la renommée du saint.

Le sarcophage de Saint Willibrord, à l'abbaye d'Echternach.

Patronage[modifier | modifier le code]

Willibrord est le saint patron des Pays-Bas, des Frisons et des enfants épileptiques.

Vénération[modifier | modifier le code]

Chaque mardi de Pentecôte, la Procession dansante d'Echternach rend hommage à l'apôtre du Benelux.

Représentation[modifier | modifier le code]

Saint Willibrord est représenté habituellement en évêque, avec les attributs de sa condition, mais parfois aussi en abbé.

Souvent associé à Boniface de Mayence, il s'en distingue parce qu'il est représenté imberbe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Saint Willibrord », sur Service Kommunikatioun a Press - Bistum Lëtzebuerg (consulté le 16 mai 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Kauthen: Saint Willibrord, Une vie exemplaire. Ed. Œuvre Saint-Willibrord, Echternach 2014, 51 p.
  • Pierre Kauthen: St. Willibrord, The Model of a Saint, translated by Michel Summer. Ed. Willibrordus-Bauverein, Echternach 2020, 51 p.
  • Camille Wampach, Willibrord, le saint d'Echternach, Luxembourg, .
  • Le Calendrier de Saint Willibrord Parchemin ː Latin 10837. Disponible sur Gallica.fr . A la date du , on retrouve ses lignes autobiographiques donnant les dates de son arrivée en France et son Ordination comme Évêque. (Attwater, Delaney, Encyclopaedia, Grieve, Verbist).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]