Saint Casimir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Casimir
Image illustrative de l’article Saint Casimir
Saint Casimir (artiste inconnu, vers 1520).
Saint
Naissance 3 octobre 1458
Cracovie
Décès 4 mars 1484  (à 25 ans)
Grodno
Vénéré à Vilnius
Canonisation 1522
par Adrien VI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 4 mars
Attributs couronne, robes royales et lys
Saint patron Lituanie,
Pologne (patron secondaire)

Casimir de Pologne, couramment appelé saint Casimir, de la dynastie des Jagellon, saint patron de la Lituanie et patron secondaire de la Pologne, était prince de Pologne et grand-duc de Lituanie. Il naquit en 1458 à Wawel, le palais royal de Cracovie, et mourut à 25 ans à Grodno le . II fut canonisé en 1522. On le fête le 4 mars.

Biographie[modifier | modifier le code]

Casimir, en lituanien Kazimieras, en polonais Kazimierz, était le deuxième fils du roi Casimir IV et de la reine Élisabeth d'Autriche. Ses grands-pères étaient Ladislas II Jagellon et Albert II de Habsbourg, roi de Bohême et de Hongrie, empereur du Saint-Empire romain germanique.

À partir de l’âge de neuf ans Casimir reçut son éducation de Johannes Longinus (Jan Długosz) et Filippo Buonaccorsi, appelé Callimachus. Quand il eut treize ans, des factions mécontentes du roi Mattias Corvin lui offrirent le trône de Hongrie. Casimir, qui désirait défendre la Croix contre les Turcs, accepta cet appel et alla en Hongrie recevoir la couronne. Son oncle Ladislas III Jagellon, roi de Pologne et de Hongrie, avait déjà été tué en 1444 dans la bataille de Varna en défendant la chrétienté contre les Turcs. Casimir renonça finalement à son entreprise, à cause de l'opposition du pape Sixte IV qui craignait une victoire des Turcs. Il fut puni par son père qui l'enferma dans la forteresse de Dobzki. Il devint à nouveau l'élève du père Longinus en 1475.

Son père, le roi Casimir IV de Pologne, l'avait bien préparé aux affaires publiques et, quand son frère Ladislas monta sur le trône de Bohême, Casimir devint l'héritier présomptif de celui de Pologne. À partir de 1479, le roi passa l'essentiel de son temps en Lituanie et confia à son fils Casimir la régence de la Pologne. Le jeune prince administra l'État avec sagesse et esprit de justice. Son père essaya de lui faire épouser Cunégonde d'Autriche, fille de l’empereur Frédéric III, mais le jeune Casimir choisit de rester célibataire, préférant se consacrer à l'adoration du Saint Sacrement et à l'amour de la Vierge Marie.

Du fait de sa dévotion et de son affaiblissement physique dû à des jeûnes, il contracta une maladie des poumons, probablement la tuberculose. Lors d’un séjour en Lituanie, il mourut en 1484 à Grodno (aujourd'hui en Biélorussie). Ses restes furent inhumés à Vilnius. Ses reliques sont depuis lors vénérées à la chapelle Saint-Casimir de la cathédrale Saint-Stanislas de Vilnius. En 1953, sous l’ère soviétique, lorsque la cathédrale était devenue une galerie de tableaux, ses reliques avaient été transférées à l'église Saints-Pierre-et-Paul. Elles ont solennellement retrouvé leur place le .

Ascendance[modifier | modifier le code]

Béatification - Canonisation[modifier | modifier le code]

Saint Casimir

Casimir vécut et régna avec une grande dignité et on admirait son charme et son caractère. Beaucoup de miracles lui ont été attribués. Il fut canonisé en 1522 par le Pape Adrien VI et, sous le nom de saint Casimir, devint le saint patron de nombreux pays. Sa fête est le [1]. Il a été déclaré patron de la Lituanie en 1613 et patron de la Pologne et de la Lituanie en 1636[2].

Le le Pape Pie XII nomma saint Casimir patron spécial de toute la jeunesse et modèle de pureté.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

San Casimiro, Rè di Polonia, oratorio d'Alessandro Scarlatti joué à Florence en 1705. Casimir est tenté par l'Amour profane et la Pompe royale, lutte contre avec l'aide de l'Humilité et la Chasteté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Saint Casimir », sur nominis.cef.fr (consulté le )
  2. « Saint Casimir Prince de Pologne (1458-1484) », sur www.levangileauquotidien.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]