Bannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bannique inuit.

La bannique est une sorte de pain plat fait avec de la farine sans levain, du saindoux, du sel et de l'eau[1]. Elle est notamment à la base de l'alimentation des premiers colons européens de l'Amérique du Nord[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Le mot « bannique » dérive de l'écossais « bannock », lui-même dérivé, selon l'Oxford English Dictionary, du mot latin panicium ou panis (pain)[2]. Historiquement, le terme est utilisé d'abord en Irlande, en Écosse et dans le nord de l'Angleterre[2]. Le poète écossais Robert Burns parle de la bannique dans son œuvre Epistle to James Tennant of Glenconner[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b John Robert Colombo, « Bannique », L'Encyclopédie canadienne
  2. a et b (en) John Simpson et Edward Weiner (éditeurs), Oxford English Dictionary, Second Edition, Clarendon Press,‎ 1989 (lire en ligne)
  3. (en)Robert Burns, « Epistle To James Tennant Of Glenconner », The Complete Works of Robert Burns, Robert Burns Country

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]