BB 25200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
BB 25200 (SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
La BB 25250 multi-services en tête d'un TER Annecy - Lyon à l'entrée d'Aix-les-Bains en 2008.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 25201 à 25259
Surnom BB Jacquemin
Type locomotive
Motorisation électrique
Couplage non
Construction 51 locomotives
Transformation 11 locomotives
Constructeur(s) MTE
Livraison de 1965 à 1975
Effectif 1 au 01/07/2015
Affectation TER, Fret
(toutes lignes électrifiées)
sous séries
1 2
BB 25201 à 25246, BB 25252 et 25253 et 25257
BB 25247 à 25251,BB 25254 à 25256, 25258 et 25259
caractéristiques techniques sous séries
sous séries BB 25201 à 25246, BB 25252 et 25253 et 25257 BB 25247 à 25251,BB 25254 à 25256, 25258 et 25259
Persiennes latérales:

Longueur:
Largeur:
Hauteur:
Masse:
2*1 horizontales longues

16,2 m
2,98 m
4,295 m
84 t
2*1 verticales inox


16,68 m
2,98 m
4,295 m
87 t
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'B'
Écartement standard
Alimentation bicourant
1,5 kV CC
25 kV 50 Hz
Pantographes 2
Moteurs de traction 4 moteurs 1,050 kV
Puissance continue 1,5 kV continu : 3 400 kW
25 kV 50 Hz : 4 130 kW
Empattement 9,2 m
Empattement du bogie 3,2 m
Diamètre des roues Ø1250
Vitesse maximale 160 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les BB 25200 sont une série de 51 locomotives électriques bicourant de la SNCF construites à partir de 1965 et complétée par la suite par la modification de machines de la série BB 25150. Elles ont été construites au départ pour la traction de trains de voyageurs sur les lignes électrifiées en 25kV alternatif en prolongement de lignes électrifiées en 1,5kV continu. Leurs premières affectations ont été les dépôts de Montrouge (électrification de Le Mans-Rennes en 25kV) et Marseille (électrification de Marseille - Vintimille). Elles ont ainsi remorqué des trains "nobles" tels que le Mistral, le Train Bleu, l'Armor, ... Elles ont aussi remorqué quelques années les rapides l'Albatros, la Mouette et le Goéland entre Paris, Rouen et Le Havre.

Description[modifier | modifier le code]

  • Ce sont des locomotives de vitesse puissantes dérivées directement des machines monocourant BB 16000 (courant alternatif) et BB 9200 (courant continu). Leur numéro de série, est d'ailleurs l'addition des deux précédents. Quelques-unes (BB 25252 à 25259) proviennent de la modification de BB 25150 et de BB 25200. Plusieurs machines furent équipées de la réversibilité en fin de carrière, pour la traction de rames en région Rhône-Alpes.
  • Lors de leurs modification pour la réversibilité, les 25201 et 25202 furent renumérotées 25252 et 25253, afin de différencier les parcs : 25203 à 25235 ⇒ VL 130 (comme les 25100/25150) après modification des rapports d'engrenages. 25236 à 25253 ⇒ VL 160 + Rever MUX (multiplexage : les consignes entre la cabine de réversibilité et la machine sont acheminées sur le même câble que celui de la sonorisation de la rame).
  • Très utilisées dans la Région Rhône-Alpes, les BB 25200 R ont subi une usure accélérée, amenant à des avaries plus fréquentes. Ces avaries concernent les équipements MUX (montés en 1987) dont les rechanges sont devenues inexistantes, certaines machines étant victimes d'incendies. Pour parer à ces avaries, les 25200 R reçoivent des dispositifs de détection d'incendie et des systèmes de détection de frein direct et frein à main serrés. Pour compenser les réformes dues aux avaries, la 25225 à VL 130 fut ainsi modifiée VL 160 + Rever MUX et renumérotée 25257.
  • Les locomotives restantes sont alors soit radiées suite aux avaries, soit mises à jour. Pour compléter le parc de Vénissieux dont dépendent les 25200 R et garantir une disponibilité de 13 à 15 locomotives (très sollicitées dans le trafic TER), 5 BB 25150 de construction plus récente sont transformées en 25200 R (MUX et rapport d'engrenages permettant 160 km/h). À terme les BB 22200 R se généralisent et reprennent le flambeau des 25200 R qui atteignent alors la fin de leur carrière.
  • Fin décembre 2012, elles sont toutes évincées du service TER, et sont radiées des inventaires, sauf 5 exemplaires conservés pour une utilisation spéciale. La BB 25236, en livrée verte d'origine, effectue des acheminements pour le compte de l'activité Matériel. 4 autres exemplaires sont utilisés en simples véhicules remorqués sur les lignes de l'ouest lyonnais pour garantir le "shuntage" électrique des rails.
  • À l'origine, la série des 25200 se distinguait en trois sous-séries : 25201 à 25235 = pupitres unifiés du premier type avec boite à leviers en haut à droite du pupitre, robinet de frein manuel de type H7A (les 25201 à 25219 de Montrouge furent modifiées dans les années 70 avec le robinet "presse-bouton" à commande électrique type PBL2 + FEP) ; 25236 à 25246 = pupitre unifié second type avec boite à leviers centrale sous le manipulateur de traction (voir photo), robinet de frein PBL2 (équipement FEP par la suite) ; 25247 à 25251 = caisse allongée, persiennes inox, traverse de tête modifiée pour recevoir le futur attelage automatique UIC, rapport d'engrenage modifié (V 180 au lieu de V 160), robinet de frein PBL2 + FEP, insonorisation poussée des cabines de conduite. Pour cette raison, les limites maximales remorquables des 25247 à 25251 étaient légèrement minorées pour les trains de marchandises.

Livrées[modifier | modifier le code]

Ces locomotives ont revêtu différentes livrées au cours de leur carrière.

  • Elles sont sorties d’usine en livrée vert bleuté à parements en aluminium
  • À partir de 1985, leur passage en révision s’accompagne d'une peinture systématique en livrée "Béton" à bande orange.
  • Sept exemplaires ont reçu la livrée "Fret"
  • Quatorze locomotives ont été repeintes en livrée "Multiservices" foncée
  • En fin de carrière, plusieurs ont reçu la livrée "En voyage"

Services effectués[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Essais[modifier | modifier le code]

La 25236 fut livrée avec des bogies aptes à 250 km/h, et elle participa à de nombreux essais en plaine d'Alsace, avec la CC 21001.

Lorsque les essais furent terminés, elle fut remise au type V 160 et rejoignit les 25201 à 25219 au dépôt de Montrouge.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

  • Chambéry (affectation d'origine, puis transférées, et à nouveau 8 locomotives en décembre 2006)
  • Marseille-Blancarde (affectation d'origine, puis transférées en 1988 à Rennes)
  • Montrouge (affectation d'origine, puis transférées en 1988 à Rennes)
  • Rennes (toutes regroupées dans ce dépôt en 1988)
  • La Chapelle (affectation de quelque machines en 2006-2008 pour assurer la liaison Paris-Beauvais)
  • Vénissieux (5 locomotives en 2012, en utilisation spéciale)

Répartition de l'unique locomotive au 31 décembre 2017

STF Désignation Ville Nombre de machines
SLI STF Infrarail Chalindrey 1 machine

Photos[modifier | modifier le code]

Pupitre d'une BB 25200

Informations particulières[modifier | modifier le code]

  • Les locomotives BB 25200 ont été dotées de la réversibilité par multiplexage (MUX) en 1987 avec les BB 25236 à BB 25245 de Rennes et les BB 25248 et BB 25250 de Montrouge.
  • Quelques BB 25200 ont été vendues au Grup Feroviar Roman (GFR) en Roumanie dont les BB 25204, BB 25215, BB 25217 et BB 25224 qui circulent sur la ligne Ploiesti - Braila.

Locomotive préservée[modifier | modifier le code]

  • La BB 25236 du dépôt de Vénissieux est conservée dans sa livrée verte d'origine en vue d'être présentée ultérieurement au musée français du chemin de fer à Mulhouse. C'est le seul exemplaire de la grande famille des BB Jacquemin ayant conservé son apparence "avant GRG" (grande révision générale) : moustaches et enjoliveurs en aluminium, jupes d'angles, carénage d'attelage. En mai 2008, c'est elle qui a été utilisée dans la pub pour Chanel avec Audrey Tautou. Pour l'occasion, des bandes blanches latérales avaient été ajoutées, et ont été retirées par la suite.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

  • Cette locomotive a été reproduite en HO par les firmes Lima et Roco.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 103, 105, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. 25252 à 25257 Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3), page 366
  6. 25254 à 25259 Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF en 2006, numéro 161, mai-juin 2007 page 18

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, "Le matériel moteur de la SNCF", N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • Revue : Rail Passion, article de Bernard Collardey, "Les BB 25200", pages 12 à 17, n° 127 de mai 2008.
  • Revue : Rail Passion, article de T. Copleux et de P-H Conte, "La BB 25236 se prépare à une retraite active", pages 70 à 73, n° 160 de Février 2011.
  • Olivier Constant, « Encyclopédie du matériel moteur SNCF, Tome 8 : Les locomotives bicourant, bifréquence et polytension (1re partie) », Le train, Publitrains,‎ , p. 82 à 91 (ISSN 1296-5537)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :