Alstom Citadis Dualis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citadis Dualis
Un tram-train Citadis Dualis U 53500 en gare de Vertou.

Un tram-train Citadis Dualis U 53500 en gare de Vertou.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation Lyon :
U 52501/02 à 52547/48
Nantes :
U 53501/02 à 53547/48
Île-de-France :
U 53601/02 à U 53629/30
Construction 2009 - ...
Constructeur(s) Alstom
Nombre 63 rames (01/09/2017)
Mise en service 2011
Effectif 78 commandés
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Captage 1 pantographe
Tension ligne de contact (750 V continu pour les réseaux urbains et, au choix, 1500 V continu ou 25 kV-50 Hz monophasé ou bi-mode avec moteur thermique V
Longueur HT 42 m, 52 m
Largeur 2,40 m ou 2,65 m
Hauteur 3,50 m
Vitesse maximale 100 km/h

Citadis Dualis est un matériel roulant ferroviaire de type tram-train construit par Alstom, dérivé du Citadis et commandé par la SNCF pour le compte des régions françaises. Il a circulé pour la première fois le , sur la ligne TER Pays de la Loire reliant Nantes à Clisson. Il est numéroté par la SNCF U 52500, U 53500, ou U 53600 selon le type.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le Citadis Dualis est un matériel électrique pouvant circuler en unités doubles ou triples dont les caractéristiques sont les suivantes[1] :

  • longueur : 42 m ou 52 m ;
  • largeur : 2,40 m (version 42 m et 52 m) ou 2,65 m (version 42 m) ;
  • hauteur : 3,50 m ;
  • charge à l'essieu : 11,5 t ;
  • capacité de transport[2] ;
    • configuration périurbaine : 220 places dont 95 assises (version 42 m de long, 2,65 m de large) ;
    • configuration suburbaine : 240 places dont 80 assises (version 42 m de long, 2,65 m de large) ;
  • plancher-bas intégral à 38 cm de hauteur et zones d'accueil pour les personnes à mobilité réduite ;
  • vitesse maximale : 100 km/h. Il est capable de fortes accélérations et peut gravir des rampes de 65 mm/m (soit une pente de 6,5 %) ;
  • vidéo-surveillance et information en temps réel ;
  • rames équipées pour accueillir le multimédia wifi ;
  • équipement sanitaire (U 53500 de Nantes seulement. Absence de sanitaire pour les rames lyonnaises).

Comme pour son homologue urbain le Citadis, il est modulaire pour s'adapter aux spécificités de chaque région et de chaque desserte : longueur, largeur, alimentation électrique (750 V continu pour les réseaux urbains et, au choix, 1500 V continu ou 25 kV-50 Hz monophasé ou bi-mode avec moteur thermique).

Les engins commandés par la région Rhône-Alpes sont à courant continu bi-tension 750 / 1500 V, ceux de la région Pays de la Loire sont bi-courant 750 V continu / 25 kV-50 Hz[3].

Commandes[modifier | modifier le code]

À l'issue d'un appel d'offres lancé pour les régions, la SNCF a commandé le , pour le compte de plusieurs régions françaises, un total de 200 rames[4] de ce nouveau matériel pour satisfaire aux besoins péri-urbains :

  • de la région Pays de la Loire, avec 24 rames[5] commandés en trois fois (sept unités en 2007, huit unités en 2009 et de nouveau huit rames en avril 2011[6]) plus une rame gratuite en dédommagement des retards de livraisons, en mars 2011[5]. La première rame a été présentée en février 2009[7] ;
  • de la région Rhône-Alpes, avec 24 rames destinées au tram-train de l'Ouest lyonnais dont l'ouverture de la ligne a eu lieu le .

En outre, 169 autres rames sont en option, dont 83 pour les besoins de l'Île-de-France. Il en est prévu 38 (série U 53600) pour le T11 Express, dont 15 sont commandées depuis pour la mise en service de la première tranche de ce projet entre Épinay-sur-Seine et Le Bourget[8], qui devrait avoir lieu en [9].

Pour le prolongement de la ligne 4 du tramway d'Île-de-France, quinze rames sont commandées au début de l'année 2016[10]. D'autres rames en option sont prévues pour les lignes Express T11, T12 et T13 de la même région.

Affectation[modifier | modifier le code]

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Les 24 engins de Rhône-Alpes sont affectés au dépôt de L'Arbresle et sont tous livrés depuis août 2013. Les 24 engins commandés par la région des Pays de la Loire sont affectés au dépôt de Doulon. En décembre 2013, 15 d'entre eux sont livrés[11]. Les 15 rames du T11 Express en Île-de-France sont affectées au dépôt de Noisy-le-Sec.

Services assurés[modifier | modifier le code]

Le tram-train de Nantes, à la gare de Nantes.

Incident[modifier | modifier le code]

À la suite d'un incident technique survenu le 3 décembre 2013 en gare de Fleurieux-sur-l'Arbresle[18], toutes les rames Dualis (U52500 et U53500) ont été mises à l’arrêt. Des expertises ont été entreprises au technicentre de Lyon - L'Arbresle. L'autorisation de mise en exploitation commerciale a été rétablie le [19]. Cette remise en service s'est finalement effectuée le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]« Citadis Dualis », plaquette commerciale du constructeur, page 4.
  2. Chiffres calculés à raison de 4 personnes au m².
  3. « Dualis : l'Ouest lyonnais aux essais », éditorial de Philippe Hérissé dans la revue Rail Passion n°159 de janvier 2011, page 3.
  4. « Alstom/tram-train: commande de 27M€ », sur lefigaro.fr, article du 4 avril 2011 (consulté le 10 janvier 2016).
  5. a et b [PDF] « Tram-train : la Région obtient une rame gratuite (d’une valeur de 4 M€) en dédommagement des reports successifs », communiqué de presse du Conseil régional des Pays de la Loire du 29 mars 2011.
  6. « Huit trams-trains Citadis Dualis supplémentaires pour les Pays de la Loire », article de Ville Rail & Transports du 4 avril 2011.
  7. [PDF] « Présentation de la 1re rame du Tram-train au grand public », communiqué de presse du 6 février 2010, consulté le 5 avril 2014.
  8. [PDF] « 15 rames dualis pour l’exploitation du tram-express nord », communiqué de presse du STIF du 5 juin 2014, consulté le 10 juin 2014.
  9. « Alstom : fournira 15 trams-trains Citadis Dualis à SNCF pour un montant de 80 millions d’euros », article de Zonebourse du 11 juin 2014, consulté le 13 juin 2014.
  10. « Alstom va livrer 15 trams-trains Citadis Dualis à la SNCF », sur mobilicites.com, article du 5 janvier 2016 (consulté le 9 janvier 2016).
  11. « État annuel du matériel moteur SNCF (2e partie) », article du n°201 de juillet 2014 de la revue Rail Passion, page 56.
  12. « Le tram-train relie Nantes à Clisson aujourd'hui », article d'Ouest-France du 15 juin 2011.
  13. « Entre Saint-Paul et Sain-Bel, Le tram-train entre en gare », article de Lyon-info.fr du 24 septembre 2012
  14. « Le tram-train de l’Ouest lyonnais entre en gare demain », article du Progrès du 23 septembre 2012.
  15. « Lyon : le tram-train séduit déjà les voyageurs », article de Metro du 9 décembre 2012, consulté le 5 avril 2014.
  16. « TramTrain Nantes-Châteaubriant : les moments forts de la journée », article de France 3 du 28 février 2014, consulté le jour même.
  17. « En service samedi, le tram-train T11 Express gratuit ce week-end », sur europe1.fr, (consulté le 1er juillet 2017).
  18. Damien Renoulet, « Tram-train de l’Ouest lyonnais : faux départ ou fiasco politique ? », sur rue89lyon.fr, article du (consulté le 16 avril 2017).
  19. « Rapport annuel sur la sécurité des circulations ferroviaires : 2013 » [PDF], sur securite-ferroviaire.fr, (consulté le 16 avril 2017) : « …le déraillement survenu le 3 décembre sur le réseau de l’Ouest Lyonnais a conduit l’EPSF à suspendre l’autorisation de mise en exploitation commerciale (AMEC) des trams-trains de type DUALIS U52500 et U53500. Cette suspension a été levée le 16 janvier 2014 après accord sur les modifications et actions correctives proposées. », p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]