TGV PBKA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
TGV PBKA
TGV PBKA 4343, Paris-Nord, décembre 2005.

TGV PBKA 4343, Paris-Nord, .

Identification
Exploitant(s) SNCF, SNCB
NS, DB
Désignation TGV 43000 quadricourant
Rames :
SNCB : 4301 à 4307
DB : 4321 à 4322
NS : 4331 à 4332
SNCF : 4341 à 4346
Surnom TGV
Type automotrice à grande vitesse
Composition 10 caisses dont
8 articulées
(M+8R+M)
Couplage UM entre elles et avec TGV PBA, TGV Réseau ; TGV Duplex (théorique)
Construction 17 rames
Constructeur(s) GEC Alsthom
Mise en service de 1996 à 1997
Effectif SNCB : 7 rames
DB : 2 rames
NS : 2 rames
SNCF : 6 rames
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'-9*2'-Bo'Bo'
Écartement standard
 Alimentation continu 1,5 kV,
continu 3 kV,
15 kV 16 2/3 Hz
et 25 kV 50 Hz
Moteurs de traction 8 synchrones
SM 47 autopilotés
à ventilation forcée
 Puissance continue 3680 kW
(1,5 kV CC
3 kV CC)

5160 kW
(15 kV 16 2/3 Hz)
8800 kW
(25 kV 50 Hz)
Tare 383 t
Dimensions
 Longueur 200.190 m
 Places 1e classe : 120 pl.
2e classe : 257 pl. pl.
Vitesse maximale 320 km/h

300 km/h vitesse commerciale

[1],[2],[3]

Les TGV PBKA (pour Paris-Bruxelles-Köln-Amsterdam) sont des TGV quadricourants, aptes à circuler à 320 km/h[réf. nécessaire], utilisés par Thalys et pouvant circuler en France, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas (à la différence des TGV PBA qui ne sont pas dotés des équipements nécéssaire pour circuler en Allemagne).

Construites en 1996 et 1997, elles ressemblent aux rames TGV POS : les deux motrices reprennent l'esthétique des motrices de TGV Duplex et encadrent huit voitures à un niveau similaires aux remorques des TGV Réseau.

Description[modifier | modifier le code]

Ils supportent quatre systèmes d'électrifications différents :

  • 25 kV alternatif (50 Hz) pour la France et les lignes à grande vitesse belges et néerlandaises ;
  • 1500 V continu pour certaines lignes françaises et le réseau classique néerlandais ;
  • 3000 V continu pour le réseau classique belge ;
  • 15 kV alternatif (16 2/3 Hz) pour le réseau allemand.

Techniquement, les TGV PBKA sont très proches des TGV Réseau, avec lesquels ils sont couplables en unité multiple (UM) de deux rames.

Ils possèdent également plusieurs systèmes de signalisation en cabine ou de contrôle de la vitesse :

  • la TVM pour les lignes à grande vitesse en France et en Belgique (Ligne 1) ;
  • le KVB pour les lignes classiques françaises ;
  • un système appelé ATBL qui reprend les fonctions de l'ATB (Pays-Bas) et de la TBL (Belgique) ;
  • l'Indusi et le LZB pour respectivement les lignes classiques et celles à grande vitesse en Allemagne.
  • depuis 2009, de l'ERTMS pour circuler à grande vitesse sur la ligne belge LGV 3 et la ligne néerlandaise HSL-Zuid.

Les motrices des TGV PBKA doivent être équipées de six puis sept systèmes de signalisations différents (avec chacun leurs propres capteurs, leurs propres informatiques), ont un transformateur électrique dimensionné pour fonctionner en entrée sous deux fréquences et deux tensions différentes, et ont une interface homme machine (IHM) en plusieurs langues. Toutes ces spécificités supplémentaires par rapport à une rame TGV domestique engendrent un surcoût de 60 % dans la construction des rames PBKA. Initialement, le parc Thalys ne devait être constitué que de rames PBKA, mais en raison de leur fort surcoût, la SNCF a décidé de substituer en partie à sa commande initiale de TGV PBKA des rames TGV Réseau tricourant auxquels elle a ajouté les équipements nécessaires pour circuler en Belgique et au Pays-Bas. Ces rames transformées par mesure d'économie deviendront les TGV PBA qui n'ont pas l'aptitude pour circuler en Allemagne. Les TGV PBKA se distinguent facilement extérieurement des TGV PBA par le carénage aérodynamique des motrices : les premiers ont le même que celui des TGV Duplex tandis que les seconds ont celui des TGV Réseau.

Depuis 2009, les rames Thalys connaissent une rénovation à mi-vie avec une nouvelle livrée Thalys, un nouvel aménagement intérieur comprenant des prises électriques 220 V individuelles et, en cabine, l'installation de la signalisation ERTMS et une nouvelle interface homme machine.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

La rame TGV PBKA n° 4343 (SNCF) à Cologne.

La répartition du parc au 22 novembre 2012 est la suivante :

  • Rames 4301 à 4307 : SNCB, atelier de Forest (Bruxelles Midi - Brussel Zuid) ;
  • Rames 4321 et 4322 : DB, atelier de Forest ;
  • Rames 4331 et 4332 : NS, atelier de Forest ;
  • Rames 4341 à 4346 : SNCF, atelier de Forest (anciennement à l'atelier EIMM du Landy, rapatrié sur Bruxelles depuis 2002).

Rames particulières[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

La rame PBKA a été reproduite en HO par les firmes Jouef, Lima, Mehano et Märklin/Trix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 132, 133, 141, 163, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  2. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  3. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  4. Sylvain Lucas, « Thalys : objectif Tintin », Rail Passion, no 170,‎ , p. 6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]