Auguste Maillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auguste Maillard
Auguste Maillard 1922.jpg
Auguste Maillard en 1922,
photographie de l'Agence de presse Meurisse‏, Bibliothèque nationale de France.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Achille Auguste MaillardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Distinction
Œuvres principales
Monument au maréchal Joffre à Rivesaltes, La Chute d’Icare à Sidi Bel Abbes.

Achille Auguste Maillard, né dans le 11e arrondissement de Paris le [1] et mort à Neuilly-sur-Seine le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste Maillard suit une formation de sculpture à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Falguière. Par la suite, il devient à son tour professeur à l’École des beaux-arts. Il réalise de nombreux monuments commémoratifs pour des villes françaises, des monuments aux morts et des bustes de personnalités.

Il expose au Salon de la Société des artistes français à partir de 1885. Il obtient une médaille à l'Exposition universelle de 1900 à Paris où il présente le marbre de La Chute d’Icare[2]. Il participe à l'Exposition universelle de 1904 à Saint-Louis, à l'Exposition universelle de Liège de 1905[2] et expose au Salon d'hiver en 1942, 1943 et 1944.

Son élégant buste de La République[3], commandé par le conseil général de la Seine en 1902, est devenu l'une des effigies officielle de Marianne[2].

Il meurt durant les combats de la Libération en 1944, atteint par une balle perdue alors qu'il était sur le seuil de sa maison de Neuilly-sur-Seine[réf. nécessaire]. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (62e division).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
  • Sidi Bel Abbes, place du petit Vichy : La Chute d’Icare, statue en marbre, présentée à Paris à l'Exposition universelle de 1900, inaugurée à Sidi Bel Abbes en 1929, déposée en février 2005 au service des travaux de la municipalité, disparue depuis 2009[4],[5].
En France
En Iran


Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 11/2121/1864 (consulté le 19 juin 2012).
  2. a b et c « Dossier n° 19800035/554/63262 », base Léonore.
  3. a et b Claude Carême, « Marianne, allégorie de la République, sa présence dans le patrimoine laonnois », sur histoireaisne.fr, p.52, ill. p. 56 ([PDF] en ligne).
  4. Talha Djelloul, « La sculpture a disparu depuis 2006 : mais ou est donc passé La Chute d’Icare ? », bel-abbes.info, 18 janvier 2015 (en ligne).
  5. La Chute d’Icare, carte postale ancienne, sur bel-abbes.info.
  6. « J. Brunel de Pérard : Témoin de 20 ans du 43e RAC », sur http://www.verney-grandeguerre.com, .
  7. Déplacé en juillet 2006 pour être installé contre le flanc gauche de l'hôtel de ville.
  8. Notice sur e-monumen.net.
  9. « Monument à Jean Guyot-Dessaigne – Billom », notice sur e-monumen.net.
  10. « Fontaine Médicis, ou Monument à Pierre de Bourdeille – Brantôme », notice sur e-monumen.net.
  11. Notice sur e-monumen.net.
  12. « Monument aux soldats et marins bretons – Brest (détruit) », notice sur e-monumen.net.
  13. « Monument à Maurice Berteaux – Chatou », notice sur e-monumen.net.
  14. « Moulage du portrait d’Hilaire Lambert », La Lettre Blanche, n° 25, mai 2006, p. 4 et 10 ([PDF] en ligne).
  15. Notice sur e-monumen.net.
  16. Notice sur e-monumen.net.
  17. Philippe Landru, « Pantin (93) : cimetière parisien » Site landrucimetieres.fr (16 février 2008).
  18. « Sépulture de la famille Fulde – Cimetière du Père-Lachaise – Paris (75020) », notice sur e-monumen.net.
  19. Notice sur e-monumen.net.
  20. « Monument à Jean-Henri Fabre – Sérignan », notice sur e-monumen.net.
  21. Philippe Landru, « Suresnes (92) : nouveau cimetière », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 17 septembre 2018).
  22. « Monument à Augusta Holmès – Versailles », notice sur e-monumen.net, avec une mention « bronze » erronée.
  23. Notice et photographie du monument sur landrucimetieres.fr.
  24. « La Révolution française (1789-1799), La première république (septembre 1792 à mai 1804), IV : Le Directoire (octobre 1795 à novembre 1799) », sur histoire-fr.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]