Gustave Jacquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Gustave Jacquet
GJ Jacquet.jpg

Portrait photographique (vers 1885).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gustave Jean Jacquet est un peintre et un illustrateur français né le 25 mai 1846, mort en 1909.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Jacquet est connu comme peintre de portraits de femmes et de scènes historiques. Il fut l'élève de William Bouguereau, et débuta au Salon de 1865.

Sous le nom de « Jacquet », il illustre quelques ouvrages humoristiques, notamment pour les éditions Félix Juven.

Le 29 novembre 1909 eut lieu à Paris la « vente des anciens costumes, armes et armures, dépendant de la succession de M. G. Jacquet ». Auparavant le contenu de son atelier avait été dispersé (Galerie Georges Petit : Catalogue des tableaux, aquarelles, pastels, dessins, par Gustave Jacquet, vente après décès les 26 & 27 novembre 1909), catalogue où apparaissent 252 références d'œuvres, dont sept renvoyant à des tableaux de maîtres anciens, et qui débutait par une préface intitulée « Le Beau Cavalier », rédigée par Robert de Montesquiou, l'ami du peintre.

De 1865 à 1866, Jacquet habite 3, rue Desbordes-Valmore ; de 1867 à 1874 il est au 22, rue Saint Ferdinand ; de 1875 à 1876, il est au 37, avenue Montaigne ; de 1877 à 1883, au 71, rue de Prony ; et enfin, de 1884 à sa mort, au 92, avenue de Wagram.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Gustave Jacquet exposa aux Salons de 1865, 1866, 1867, 1868, 1869, 1872, 1873, 1874, 1875, 1876, 1877, 1878, 1879, 1880. Pour les envois à ces Salons voir le Bellier et Auvray. Pour les suivants voir la liste ci-dessus.

  • 1865 n° 1103 La modestie, n° 1104 La tristesse.
  • 1866 n° 1003 Portrait de M. J. Jacquet, n° 1004 Portrait de M. S. Guillemin en costume du XVIe.
  • 1867 n° 790 Portrait de Mlle Fanny G. Mengozzi, n° 791 L'appel aux armes.
  • 1868 n° 1310 Sortie d'armée: lansquenets, soldats mercenaires allemands du XVIe siècle.
  • 1869 n° 1249 La Justice, n° 1250 Jardin à Lesmaès (Finistère).
  • 1872 n° 847 Jeune fille tenant une épée.
  • 1873 n° 776 Portrait de Mlle A. H., n° 777 Grande fête en Touraine, vers 1565.
  • 1874 n° 972 L'atelier mystérieux.
  • 1875 n° 1101 La rêverie, n° 1102 Halte de lansquenet, n°1103 Vedette.
  • 1876 n° 1084 Portrait de Mme J., n° 1085 La paysanne.
  • 1877 n° 1107 Portrait de Mme de M.., n° 1108 La pauvrette.
  • 1878 n° 1102 Jeanne Darc (sic) prie pour la France.
  • 1879 n° 1164 La première arrivée (Appartient à M. Alexandre Dumas).
  • 1880 n° 1930 Le menuet, n° 1931 Portrait de Mme D..
  • 1882 n° 1398 La France glorieuse, n° 1399, Portrait de Mme la comtesse de Brigode.
  • 1884 n° 1266 La Pavane, danse solennelle du XVIe siècle.
  • 1885 n° 1321 L'espiègle, n° 1322 La reine du camp (appartient à M. Mac-Lean).
  • 1886 n° 1239 Portrait de Mme la duchesse d'Uzès.
  • 1887 n° 1266 L'enchanteresse Armide abandonnée par Renaud.
  • 1888 n° 1349 L'oiseau envolé.
  • 1892 n° 910 La bienvenue, huile sur toile, 180,4 par 128, 3, donné à l'Art Institute de Chicago en 1970, proposé à la vente par décision du bureau des Trustees, vente Sotheby's New York , 23 octobre 2007, n° 5, estimé 250 000 / 350 000 $.
  • 1893 n° 947 Le dessin.
  • 1894 n° 970 La musique, n° 971 les armes.
  • 1895 n° 997 Le pays rêvé, n° 998 Portrait de Louis et Isabelle de Murard.
  • 1896 n° 1065 Fera-t-il beau, (appartient à Boussod et Valadon, Maison Goupil[2]).
  • 1898 n° 1071 Portrait de M. Gabriel Bonvalot.
  • 1899 n° 1024 Portrait de la comtesse de Maigret.
  • 1901 n° 1061 Portrait de M. le C(te) de M.
  • 1902 n° 874 Romantisme, n° 875 Chasseresse.
  • 1903 n° 956 Portrait de Mme G. J., n° 957 Portrait de Mme M. C.
  • 1904 n° 949 Portrait de Mme la comtesse de R. C.
  • 1905 n° 988 L'Énigme, n° 989 Fleurs d'été.
  • 1906 n° 852 Portrait de Mme M. V, n° 853 La lecture distraite.
  • 1907 n° 838 La joueuse de vielle, n° 839 Hallali.
  • 1908 n° 894 Don Juan et Zerline.
  • 1909 n° 939 Candeur, n° 940 Baigneuses.
  • 1910 (exposition posthume) n° 1010 Portrait de Mme B., 1011 À la santé !

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Camille Saint-Saëns demanda, vainement, plusieurs fois à Augusta Holmès de l'épouser.
  2. Célèbres marchands de tableaux qui employèrent Théo van Gogh.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]