Athies (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Athies.
Athies
Mairie d'Athies.
Mairie d'Athies.
Blason de Athies
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est de la Somme
Maire
Mandat
Alain Acquaire
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80034
Démographie
Gentilé Althéiens
Population
municipale
597 hab. (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 20″ nord, 2° 58′ 46″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 88 m
Superficie 10,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Athies

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Athies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Athies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Athies

Athies est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Athies (Somme) - panneau sur la D45.JPG

Athies est un village picard du Santerre, situé dans la vallée de l'Omignon et traversé par l'ancien tracé de la route nationale 37 (actuelle RD 937).

L'ex-route nationale 29 (actuelle RD 1029) passe en limite nord du territoire communal tandis qu'une sortie de l'A29 a été aménagée en limite sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Athies
Brie Mons-en-Chaussée
Saint-Christ-Briost Athies Devise
Ennemain Croix-Moligneaux Quivières

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Omignon à Athies (Somme) en 2014
L'Omignon à Athies (Somme) en 2014.

La commune est baignée par les eaux de l'Omignon, qui est un affluent de la rive droite de la Somme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Atteiœ est mentionné au VIe siècle dans La Vie de sainte Radegonde de Fortunat. Un diplôme du roi Lothaire nous procure Atheyœ en 974. Atheyas est fourni par l'évêque Baudry dans un cartulaire de Noyon de 1100. Déjà, Honoré, évêque de Noyon écrit Athies en 1138 dans un cartulaire de son évêché[1].

Les graphies Atis, Athis, Aties sont également relevées au cours des siècles[2].

Il s'agit d'une formation semblable à tous les Athée, Athie, Athies, Athis du domaine d'oïl qui remontent tous au gaulois attegia 'hutte', 'cabane'. Il se décompose en ad- (préverbe) et tegia 'maison' (cf. v. irlandais teg, v. breton tig, breton ti 'maison').

Histoire[modifier | modifier le code]

Des substructions d'une villa gallo-romaine ont été retrouvées au Bois Saint-Jean par photographies aériennes[3],[4], ainsi qu'au Chemin de Croix[5] et des vases romains ont été découverts dans le village[6].

L'histoire d'Athies est émaillée de nombreux faits de guerre et de dévastations.

  • Les Romains on dévasté le village, si bien qu'on l'appelait encore « la ville désolée » au IIIe siècle[2].
  • Le village correspond à une ancienne ville fortifiée, résidence royale des rois de la « première race »[2].
  • Les Normands n'ont pas manqué de perpétrer à Athies un de leurs nombreux pillages[2].
  • Lors de la guerre de Cent Ans, les Bourguignons font à leur tour en 1406 de nombreuses destructions[2].
  • La localité est dotée, au Moyen Âge, d'une charte de commune.
  • En 1648, à la fin de la guerre de Trente Ans, les espagnols brûlent et pillent le village, dont ils arasent les fortifications. Un massacre a lieu dans le cimetière. De nouveau, en 1676, les Espagnols détruisent le village, son église et l'hospice Sainte-Radegonde[7].


La sucrerie

Une sucrerie est construite dans le village en 1826 par Privat Théry (1800-1869), entre la rue de l'abbaye, la rue Marin - qui n'existe plus - la rue du Pavé et la rue du Gourdin. Son fils LouiLe fils de Privat, Louis (1828-1878), en prend ensuite la direction et devient maire du village de 1851 à sa mort.

La sucrerie employait de 150 à 200 personnes pendant la saison - de septembre à décembre - Elle faisait vivre de nombreuses familles du village et était l'une des plus importantes de la région.

L'électricité était fournie pendant la saison de production par trois grosses machines à vapeur. Après 1907 et en dehors de la période de production, le courant venait d'un alternateur installé à l'emplacement du moulin[8].

Le Tortillard

Le village a été desservi de 1889 à 1948 par une gare sur la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des chemins de fer départementaux de la Somme reliant Albert à Ham.

Un embranchement particulier a été réalisé pour relier la ligne à la sucrerie installée face à l'église. Lors de sa construction, des sarcophages mérovingiens sont découverts. Les voies furent démontées sous l'occupation allemande lors de la Première Guerre mondiale[9]. On trouve à Athies les vestiges d'un ancien pont de cette ligne[10].


Un bureau de poste est créé à Athies en 1840, avec monsieur Pointier pour directeur. Le télégraphe arrive en 1866, suivi du téléphone en 1909[11].

Première Guerre mondiale

Le village a beaucoup souffert des affrontements liés au conflit et a été occupé par l'armée allemande. Dés octobre 1914 une Kommandantur s'installe à Athies et réquisitionne sucre, charbon, vins etc. Les villageois sont mis à contribution pour fournir des vivres. En 1915, la sucrerie d'Athies est démontée par les allemands afin d'en récupérer les matériaux[12],[13].

En 1916, durant la bataille de la Somme, la Kommandantur installée d'Athies ordonne l'évacuation du village : le convoi s'ébranle et traverse Devise, Montescourt, Méreaucourt, Tertry, Caulaincourt et Vermand. De là avec des wagons à bestiaux et à marchandises, ils sont dirigés vers Saint-Quentin. À partir du 5 octobre des obus dévastent l'église[13].

La zone est dévastée par les combats de 1917[14],[15].

À la fin de la guerre, la commune est considérée comme totalement détruite[16].Elle a été décorée de la croix de guerre 1914-1918 le [17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après la guerre, les dommages de guerre de différents sucreries locales de l'Aisne et de la Somme sont rassemblés pour constituer la CNSR (Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies). Les vestiges de la sucrerie d'Athies sont donc racheté par la CNSR d'Eppeville créée en 1919[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Après avoir été chef-lieu d'un fugace canton d'Athies en 1793, elle intègre en 1801 le canton de Ham[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant passe de 19 à 67 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 2007 de la communauté de communes du Pays Hamois, qui succédait au district de Ham, créé en 1960, et qui a intégré depuis plusieurs communes.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, prévoyant que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[19], le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) arrêté par le préfet de la Somme le 30 mars 2016 prévoit notamment la fusion des communautés de communes du Pays Hamois et celle du Pays Neslois, afin de constituer une intercommunalité de 42 communes groupant 20 822 habitants, et précise qu'il « s'agit d'un bassin de vie cohérent dans lequel existent déjà des migrations pendulaires entre Ham et Nesle. Ainsi Ham offre des équipements culturels, scolaires et sportifs (médiathèque et auditorium de musique de grande capacité, lycée professionnel, complexe nautique), tandis que Nesle est la commune d'accueil de grandes entreprises de l'agroalimentaire ainsi que de leurs sous-traitants »[20].

La fusion intervient le et la nouvelle structure, dont la commune fait désormais partie, prend le nom de communauté de communes de l'Est de la Somme[21],[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1851 1878 Louis Théry   Propriétaire de la sucrerie
avant 1968[24]   Jean-Louis Nouguier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 1995 Annie Paerels    
mars 1995 2008 Marie-Paule Verbrugge    
mars 2008 2014 Pierre Fenot    
avril 2014[25] en cours
(au 7 septembre 2017)
Alain Acquaire DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 597 habitants, en diminution de -5,98 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
760 738 725 770 766 876 859 860 929
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 004 1 072 1 112 1 110 1 157 1 148 1 109 1 123 1 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 091 1 086 1 023 678 672 633 578 543 619
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
549 495 607 600 633 632 637 611 597
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés à Monchy-Lagache au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal qui regroupe Monchy-Lagache, Athies, Devise et Tertry. Cent-quatre enfants sont attendus à la rentrée 2017/18[29].

Sports[modifier | modifier le code]

La société de longue paume d'Athies compte en 2016 89 licenciés[30]. Trois de ses équipes ont participé aux demi-finales du championnat de France 2017[31]

Équipements divers[modifier | modifier le code]

Athies, qui disposait d'un bureau de poste depuis 1849, a subi sa transformation en agence postale communale en 2009[32]. Afin de la rendre accessible aux personnes handicapées, celle-ci est déplacée en janvier 2017 à la mairie[11].

La commune accueille une résidence pour personnes âgées, la Résidence Sainte-Radegonde., équipement public créé en 1970 à l'initiative de la commune[24], ainsi qu'une pharmacie. Le médecin du village a pris sa retraite fin 2016, et n'est pas remplacé[33].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Athies, recréée en 1997, regroupe 14 villages et appartient au secteur apostolique de la Haute-Somme avec la paroisse Notre Dame de l'Assomption (Ham et villages avoisinants) et la paroisse Notre Dame (Nesle et environs)[34].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le village a accueilli une étape du Tour de Picardie 2015.

Le championnat de France de longue paume a lieu à Athies le [35].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut noter :

  • Au lieu-dit les Pendants ou Le Bois Saint-Jean, vestiges d'une villa gallo-romaine : cave avec niches semi-circulaires, absides[36], céramiques et monnaies.
  • L'emplacement exact du palais mérovingien d'Athies n'est pas connu.
  • Église Notre-Dame-de -l'Assomption[37],[38],[39], du XIIe siècle, dont Il ne reste plus, après les destructions de l'attaque de 1916[40],[41],[42],[43] , que quelques vestiges ainsi que l'intégralité du portail sud[44] du du XIIIe siècle.
La tour, les voûtes et le clocher furent reconstruits de 1929 à 1931 par la Société Coopérative de Reconstruction des Églises Dévastées du Diocèse d'Amiens. L'atelier Gaudin réalise de 1930 à 1931 la coupole en dalles de verre de la croisée du transept ainsi que la totalité des vitraux de la nef et du choeur[45].
Le remarquable portail sud[46] du XIIIe siècle comporte des colonnes surmontées de chapiteaux à voussures sculptées[47].
Au tympan, figurent des sculptures représentant la Naissance du Christ et la Fuite d'Égypte[48] (soigneusement restaurées en 2008).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Quelques vestiges des anciennes fortifications, sous la forme de remparts[49].
  • Calvaire des Bourguignons[49].
  • Grotte de Lourdes reconstituée, près de l'église. Bâtie en 1963 avec des pierres provenant de l'ancien cimetière[50].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Athies (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'argent à trois fasces de sable, à la barre de gueules brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sophie Carton, Athies en Vermandois : de la ville fortifiée au village, Ed. Sophie Carton, , 210 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, 1868-1878, Archives départementales de la Somme, Amiens, Lire en ligne l'ouvrage sur le site des archives départementales, vue 28/269, p. 48.
  2. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique, réalisée par l'instituteur(trice), 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens, Lire en ligne sur le site des archives départementales.
  3. « Photographie aérienne de Roger Agache : Villa gallo-romaine. Des fouilles archéologiques ont porté essentiellement sur le bâtiment principal, dont les murs ont été longés par des tranchées de 0,50 m de large », notice no ARR22_sd80403ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  4. « Photo aérienne de Roger Agache (1967) : Parallèlement à la fouille, l'activité a été consacrée à l'aménagement et à la préservation du site. Afin de les préserver des intempéries, les vestiges ont cependant du être réenfouis en 1985. », notice no ARR22_6780469ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  5. « Photo aérienne de Roger Agache (1989) : Substructions gallo-romaines », notice no ARR22_8980477ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  6. Ch. Gomart, « Gravures : A) Vases romains trouvés à Athies. B) Sceau de la commune de Ham en 1223 et contre-sceau (Gravures tirées de "Ham, son château") », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le 26 novembre 2017).
  7. « Histoire d'Athies », Villages, sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  8. a et b « Histoire de la sucrerie d'Athies », Sucreries, sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  9. « L'histoire du tortillard », Trains, sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  10. « Traces du tortillard dans le paysage », sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  11. a et b Arnaud Brasseur, « Une nouvelle agence postale dans la mairie », Le Journal de Ham, no 2/2017,‎ , p. 9.
  12. Section photographique de l'armée, « Photo : Athies : Sucrerie Théry », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  13. a et b « Les batailles », La Guerre 1914-1918, http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  14. Cliché colonel Spiers, Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. Ruines », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 15, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  15. Cliché Spire, Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. Panorama », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  16. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  17. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 16879.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  20. Projet de SDCI du 13 octobre 2015, p. 20
  21. V.F.; C.La., « Les fusions ne vont pas toutes se faire en douceur », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Imposée par l’État, la fusion des communautés de communes se fait parfois naturellement. Mais elle engendre aussi des difficultés, comme entre celles de Ham et Nesle ».
  22. « Dernière réunion pour les élus du pays hamois », Le Journal de Ham, no 50,‎ , p. 5 « Éric Legrand peut conclure : « Dans quelques jours, le Pays Hamois cédera définitivement la place à la communauté de communes de l’Est de la Somme : une nouvelle appellation pour un territoire nouveau mais aussi, et surtout, pour une ambition nouvelle ».
  23. « Les maires de Athies », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 26 novembre 2017).
  24. a et b « La Résidence Sainte-Radegonde », Bulletin municipal de la commune de Athies,‎ , p. 3-5 (lire en ligne [PDF]).
  25. Vincent Fouquet, « L’édile d’Athies a appris énormément de choses «très vite et très bien» : Propulsé maire d’Athies en 2014 par hasard, Alain Acquaire a vite pris goût à ses nouvelles fonctions », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Alain Acquaire, 57 ans, avait été conseiller municipal de 2002 à 2008, jusqu’à l’élection de Pierre Fenot. Et quand les élections municipales de 2014 se sont présentées, trois listes se sont bâties. «  J’ai été sollicité par l’une des trois, cinq jours avant la date limite de dépôt des candidatures. Je ne visais pas le fauteuil de maire. J’étais premier sur la liste, parce que j’étais le premier dans l’ordre alphabétique  », s’amuse-t-il à rappeler. Personne n’est élu au premier tour, mais deux listes s’unissent. «  Sur la nôtre, nous avions 9 ou 10 éligibles, sur l’autre il y en avait 5 ou 6. Nous nous sommes rencontrés, nous avons discuté, car nous voulions contrer la troisième liste, celle du maire sortant, Pierre Fenot, et nous avons gagné ».
  26. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  29. Arnaud Brasseur, « Les parents d’élèves veulent une 5e classe : Les parents d’élèves se mobilisent. Alors que les effectifs doivent encore augmenter à la rentrée prochaine, ils s’inquiètent du projet de classes de triple niveaux », Le Journal de Ham, no 26/2017,‎ .
  30. « Organisation pour le championnat de France à Athies », Le Journal de Ham, no 3/2017,‎ , p. 20.
  31. « Les paumistes titrés dimanche : Le programme de ce dimanche est chargé pour les paumistes : les finales des championnats de France vont se succéder à Athies », Le Journal de Ham, no 26/2017,‎ , p. 18.
  32. Sandra Mical, « Bienvenue dans votre nouveau point de contact postal », Bulletin municipal de la commune de Athies,‎ (lire en ligne [PDF]).
  33. « Un village sans médecin », Le Journal de Ham, no 52/2016,‎ , p. 2.
  34. « Paroisse Sainte-Radegonde d'Athies », Religion, sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  35. Arnaud Brasseur, « 2017, une année complètement sport : Après les championnats départementaux de cross, la ville de Ham accueille le week-end prochain un cyclo-cross organisé par l’US Ham. Cette année, dans le département, les événements sportifs vont se succéder », Le Journal de Ham, no 3/2017,‎ , p. 19.
  36. « Photo de R. Agache : A l'est du bâtiment principal, a été aménagée une cave divisée en deux parties. Ses murs sont construits en moellons calcaire de petit appareil soigneusement ajustés. Les murs côté nord et ouest présentent 4 niches semi-circulaires voûtée », notice no ARR22_6780468ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  37. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église d'Athies, d'après nature, 18 octobre 1876 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 26 novembre 2017).
  38. Oswald Macqueron, « : A) Aquarelle : Église d'Athies. - [Aquarelle d'Oswald Macqueron], d'après nature, 4 mai 1859. B) Gravure : Athies : l'église », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 26 novembre 2017).
  39. Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. La rue pavée. Au fond, l'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, avant-guerre (consulté le 26 novembre 2017).
  40. Muirhead Bone, « The churcjh of Athies, dessin extrait de la série The western front », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le 26 novembre 2017).
  41. Cliché Spire, Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  42. Cliché Spire, Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. L'église : façade principale », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  43. Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. L'église ; intérieur vu du porche », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  44. Section photographique de l'armée, « Photo : Athies. L'église, le portail de la façade sud », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  45. « Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption », notice no IA80000799, base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. « A) Athies : Portail de l'église (M. H.). - Extrait de "France album "édité par Karl, 1899. B) Athies : Portail roman de l'église (M. H.). - [Carte postale] Photogr. E. Souillard. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 26 novembre 2017).
  47. « L'église », notice no PA00116083, base Palissy, ministère français de la Culture.
  48. « Tympan du portail de l'église d'Athies. - A. Thiollet, del. - Péronne, lith. J. Quentin. - Extrait de l'"Histoire de l'arrondissement de Péronne" par l'abbé Paul de Cagny, 1869. », Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 26 novembre 2017).
  49. a et b Sophie Carton, Athies en photos de 1900 à 2016, Société archéologique de Péronne, , 260 p..
  50. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 274-275 (ASIN B000WR15W8)