Curchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dreslincourt.

Curchy
Curchy
Les deux coqs de Saint-Médard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est de la Somme
Maire
Mandat
Jean-Claude Delmée
2018-2020
Code postal 80190
Code commune 80230
Démographie
Gentilé Curchéiens, Curchéiennes
Population
municipale
296 hab. (2016 en diminution de 6,03 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 38″ nord, 2° 51′ 36″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 88 m
Superficie 9,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Curchy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Curchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Curchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Curchy

Curchy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce village picard du Santerre est aisément accessible par l'ex-RN 30 (actuelle RD 930), et se situe à quelques kilomètres au nord-ouest de Nesle.

Il est traversée par la ligne d'Amiens à Laon, mais la gare la plus proche est la gare de Nesle.

Rose des vents Omiécourt Pertain Potte Rose des vents
Fonches-Fonchette N Mesnil-Saint-Nicaise
O    Curchy    E
S
Étalon Herly Nesle

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 52, Nesle - Hombleux - Ham)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ingon, affluent gauche du fleuve la Somme, traverse le village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des muches creusées dans la craie ont permis aux habitants de se réfugier pendant les périodes troubles qu'a connues le village.

Première Guerre mondiale

Un hôpital militaire a été construit sous l'église par les Allemands[2].

Les villages de Curchy, de Manicourt et de Dreslincourt sont considérés comme détruits à la fin de la guerre[3]. Curchy, et Dreslincourt ont été décorées de la Croix de guerre 1914-1918, le [4].

Des travaux de reconstruction débutent dès avant la fin du conflit sous l'autorité de l'armée française[5],[6]

.

Fusion de communes

En 1966, les communes de Curchy et de Dreslincourt, instituées lors de la Révolution française, fusionnent sous le nom de Curchy-Dreslincourt. En 1973, les communes de Curchy-Dreslincourt et de Manicourt fusionnent à leur tour pour devenir une nouvelle commune dénommée Curchy[7]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait jusqu'en 2016 dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Par arrêté préfectoral du , elle en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Péronne[8]

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Roye[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Ham.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays Neslois (CCPN), créée fin 2001, et qui succédait au district de Nesle, créé par arrêté préfectoral du .

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, prévoyant que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[9], le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) arrêté par le préfet de la Somme le 30 mars 2016 prévoit notamment la fusion des communautés de communes du Pays Hamois et celle du Pays Neslois, afin de constituer une intercommunalité de 42 communes groupant 20 822 habitants, et précise qu'il « s'agit d'un bassin de vie cohérent dans lequel existent déjà des migrations pendulaires entre Ham et Nesle. Ainsi Ham offre des équipements culturels, scolaires et sportifs (médiathèque et auditorium de musique de grande capacité, lycée professionnel, complexe nautique), tandis que Nesle est la commune d'accueil de grandes entreprises de l'agroalimentaire ainsi que de leurs sous-traitants »[10].

La fusion intervient le et la nouvelle structure, dont la commune fait désormais partie, prend le nom de communauté de communes de l'Est de la Somme[11],[12].


Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2018[14],[15] M. Dominique Pecquet   Retraité
Président du Smitom du Santerre ( ? → 2018[14])
Vice-président de la CC du Pays Neslois ( ? → 2016)
Vice-président de la CC de l'Est de la Somme (2017 → 2018)
Décédé en fonctions.
octobre 2018[16],[17] En cours
(au 10 octobre 2018)
Jean-Claude Delmée    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2016, la commune comptait 296 habitants[Note 1], en diminution de 6,03 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200168198204246264276292274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
262259259272280263297310302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
306320281258336310314298281
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
263297314300302297318321324
2013 2016 - - - - - - -
301296-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Médard[21], dont la nef est datée du XIIe siècle[22]. Son clocher comprend deux girouettes représentant chacune un coq.
Article détaillé : Église Saint-Médard de Curchy.
  • Ancienne chapelle Sainte-Radegonde (Dreslincourt). Elle existait déjà en 1633. Transformée en maison d'habitation[23].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 NO, Laon [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. Panneau d'informations sur la place du village.
  3. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  4. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 17721.
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : Curchy. Un coin du village et baraquement militaire », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 18, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 1er février 2018).
  6. Section photographique de l'armée, « Photo : Curchy. Un coin du village et replantation d'un verger détruit par les Allemands », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 18, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 1er février 2018).
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  9. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  10. Projet de SDCI du 13 octobre 2015, p. 20
  11. V.F.; C.La., « Les fusions ne vont pas toutes se faire en douceur », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Imposée par l’État, la fusion des communautés de communes se fait parfois naturellement. Mais elle engendre aussi des difficultés, comme entre celles de Ham et Nesle ».
  12. « Dernière réunion pour les élus du pays hamois », Le Journal de Ham, no 50,‎ , p. 5 « Éric Legrand peut conclure : « Dans quelques jours, le Pays Hamois cédera définitivement la place à la communauté de communes de l’Est de la Somme : une nouvelle appellation pour un territoire nouveau mais aussi, et surtout, pour une ambition nouvelle ».
  13. « Les maires de Curchy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 5 mai 2018).
  14. a et b « Dominique Pecquet est décédé », Le Bonhomme picard, édition de Montdidier-Roye, no 3496,‎ , p. 2.
  15. « Dominique Pecquet, maire de Curchy, est décédé », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2018) « Il avait été l'un des membres fondateurs de la communauté de communes du Pays Neslois, et il était élu dans son village depuis 1993 et maire depuis 2001 ».
  16. « Jean-Claude Delmée nouveau maire », Le Courrier picard,‎ « Au terme d'une soirée élective surprenante, plein de surprises et de rebondissements, le nouveau conseil municipal a élu son maire et ses deux adjoints. Mais que ce fut laborieux ! »
  17. Justine Esteve, « J-C. Delmée est le nouveau maire : Vendredi 5 octobre, le nouveau conseil municipal de Curchy a élu son nouveau maire. Seul candidat, Jean-Claude Delmée se prépare a endosser ce nouveau rôle », Le Journal de Ham, no 93,‎ , p. 10 « Âgé de 73 ans, Jean-Claude Delmée est actuellement en cours de son troisième mandat à la mairie de Curchy. Avant d’être élu maire, il était le premier adjoint de Dominique Pecquet ».
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de Curchy d'après nature, 28 septembre 1868 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 31 janvier 2018).
  22. Panneau d'informations près de l'église.
  23. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 271 (ASIN B000WR15W8)